Après JP Morgan, 9 autres banques auraient été piratées

Karyl AIT KACI ALI
06 octobre 2014 à 17h37
0
Le groupe responsable du piratage de JP Morgan cet été aurait mené des attaques sur 9 autres établissements financiers. Comme la loi américaine n'oblige pas les banques à communiquer sur ce genre d'incident, l'ampleur exacte de la fuite potentielle de données reste inconnue.

00C8000007278075-photo-le-si-ge-de-la-banque-am-ricaine-jpmorgan-chase-new-york-le-12-d-cembre-2013.jpg
JP Morgan serait loin d'être la seule banque à avoir été attaquée par ce groupe de pirates. Il s'agirait en réalité d'une vague d'intrusions, dont l'ampleur exacte reste inconnue.

Elle aurait permis aux assaillants « d'infiltrer environ 9 autres établissements financiers », explique le New York Times en s'appuyant sur des sources proches de l'enquête.

De nombreux points à éclaircir



Peu de détails ont été révélés par les canaux officiels. D'ailleurs, le journal américain n'a pas pu obtenir les noms des établissements infiltrés et ignore toujours ce à quoi les pirates ont pu accéder.

JP Morgan, seule banque à avoir communiqué sur le sujet, affirme que les responsables n'ont pu accéder qu'aux noms des clients et à d'autres informations non-financières. Le personnel chargé de la sécurité de la banque aurait repéré l'attaque avant que les assaillants n'accèdent aux données sensibles. Ceci étant dit, l'intrusion n'aurait pas été entièrement arrêtée avant la mi-août alors qu'elle avait débuté en juillet.

Pour ce qui est de l'identité des pirates, les autorités en charge de l'enquête pencheraient pour un groupe opérant depuis la Russie. Ils auraient une « vague connexion » avec des membres du gouvernement de Moscou.

Les motivations des pirates restent, elles aussi, inconnues. Cependant, ces attaques pourraient avoir été menées en représailles aux sanctions visant la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne, présument les services de renseignement américains.

Une brèche dans les systèmes mais aussi dans la loi ?



Outre l'aspect sécuritaire, l'attaque met en évidence une potentielle lacune dans la loi américaine. On apprend aujourd'hui que l'incident a bien plus d'ampleur qu'il n'y parait. Peut être qu'une meilleure information aurait permis de limiter l'intrusion ou d'aider à faire avancer l'enquête. Seulement, les banques en ligne ne sont pas obligées de communiquer sur les événements ayant pu compromettre les données des clients à moins qu'ils leur aient fait perdre de l'argent.

Dans certains Etats américains, les banques peuvent attendre jusqu'à un mois avant d'informer les autorités et les clients de ce type d'incident. La loi californienne, par exemple, impose simplement un délai « raisonnable », une définition sujette à interprétations. Il est alors difficile, dans un tel contexte, de lutter efficacement contre ce type de piratage.

La France n'est pas mieux lotie : les banques ne sont pas tenues d'informer les clients lors d'une fuite de données. Pour l'instant, seuls les fournisseurs d'accès et opérateurs ont l'obligation de notifier la CNIL ou les clients. Cependant, le régulateur français et ses équivalents européens cherchent à étendre ces exigences à l'ensemble des services en ligne.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top