La NSA peine à quantifier le nombre de documents récupérés par Edward Snowden

16 décembre 2013 à 14h43
0
Alors que l'évocation d'une négociation entre la NSA et Edward Snowden a filtré dans les médias en fin de semaine dernière, le New York Times explique désormais que l'agence américaine peine à quantifier le nombre précis de documents que l'ancien analyste a emporté avec lui.

00FA000006064642-photo-edward-snowden-l-homme-qui-fait-trembler-les-etats-unis.jpg
Si les agents de la NSA s'opposent les uns aux autres quant à la possibilité de négocier avec Edward Snowden pour récupérer les documents volés, il y a un point sur lequel tous semblent d'accord : quantifier le total des fichiers récupérés par l'analyste semble très compliqué. C'est ce que rapporte le New York Times, qui se base sur des déclarations de « hauts responsables gouvernementaux » pour avancer l'information.

Dans la presse, on a entendu parler de 1,5 ou 1,7 million de documents, mais, concrètement, la NSA piétine après 6 mois d'enquête. L'une des raisons à cela : l'installation d'Hawaï où travaillait Edward Snowden ne disposait pas d'un logiciel suffisamment à jour pour surveiller toute l'activité du parc informatique. Résultat : impossible de connaitre avec exactitude le nombre de documents extraits par l'analyste, qui a également couvert ses traces en utilisant les identifiants de nombreux agents sur place.

« Ils ont passé des centaines et des centaines d'heures à tenter de déterminer tout ce qu'il a récupéré, et ne le savent pas encore » a expliqué un responsable administratif en évoquant le travail des enquêteurs. « Je sais que ça semble fou, mais tout est fou dans cette affaire ».

En fin de semaine dernière, l'agent de la NSA Rick Ledgett a expliqué dans l'émission américaine 60 Minutes que, « d'un point de vue personnel », il estimait qu'une tentative de négociation avec Snowden pourrait être une bonne méthode pour tenter de récupérer les documents en échange d'une éventuelle amnistie. « Ca vaudrait la peine d'en discuter » estime-t-il. Une perspective que ne partage pas du tout l'actuel directeur de la NSA, Keith Alexander, qui estime qu'une telle démarche pourrait légitimer les fuites.

De son côté, Edward Snowden a déclaré en octobre avoir donné tous les documents qu'il avait en sa possession à un petit groupe de journalistes, et n'en avoir gardé aucune copie. La NSA semble quant à elle convaincue que l'analyste, qui réside et travaille actuellement en Russie, n'a pas abattu toutes ses cartes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top