Biométrie et sécurité : les Français partagés face à la reconnaissance par empreintes ?

le 24 septembre 2013 à 15h15
0
Comexposium dévoile une étude axée sur les usages en matière de publication de données personnelles en ligne et la perception qu'à le grand public de la sécurité. Le constat montre que si les internautes sont séduits par la facilité d'utilisation de ces outils, ils repoussent à certains égards des fonctionnalités comme la reconnaissance faciale ou l'utilisation des empreintes digitales pour du paiement.

012C000006661790-photo-p1070360.jpg
Anticipant les salons Cartes et Milipol, les professionnels de la sécurité tentent de dresser un constat relatif aux habitudes des internautes. Un sondage réalisé par l'organisateur Comexposium met donc en corrélation la publication des données personnelles par les utilisateurs et leur perception de la sécurité.

Entre le 19 et le 22 août, 1 013 personnes ont donc été interrogées sur leurs pratiques en matière de divulgation d'informations et indiquent leurs souhaits en matière de sécurisation. Les résultats montrent alors que les sondés souhaitent disposer de davantage de libertés en ligne que dans le monde physique.

Sur la reconnaissance faciale, par exemple, 51% sont plutôt défavorables voire pas du tout favorables à l'identification des personnes figurant sur des photos en ligne. Ils sont également contre (à 58%) l'utilisation d'un logiciel de reconnaissance faciale capable de rechercher automatiquement une photo du visage d'une personne. A l'inverse, 72% des interrogés sont favorables à la mise en place de dispositifs de reconnaissance faciale dans certains lieux publics comme les aéroports. Autre donnée intéressante, 81% des femmes interrogées seraient intéressées par la mise en place d'un système de géolocalisation par les autorités (pompiers, police, secours).

0190000006661874-photo-sans-titre-2.jpg

Pour Isabelle Alfano, directrice du salon CARTES Secure Connexions, ces chiffres montrent « les contradictions dans les comportements des Français. Le sentiment d'insécurité ne change pas les habitudes de consommation ou de navigation ». Ces données montrent également que pour des raisons exceptionnelles, comme la lutte contre le terrorisme, les internautes interrogés seraient disposés à laisser l'Etat « accéder exceptionnellement aux données en ligne de certaines personnes » (80%). De même, 75% des sondés seraient ainsi globalement favorables à ce que les pouvoirs publics comme la police ou l'armée puissent « dans des cas exceptionnels » pouvoir accéder aux e-mails ou réseaux sociaux ou aux sites Internet consultés « par des personnes susceptibles d'être des terroristes ».

Si ces chiffres sont à prendre uniquement pour ce qu'ils sont, à savoir un panel de personnes interrogé à un instant T ne représentant pas forcément l'avis général de la population, ils montrent que certains moyens d'identification n'ont pas encore la confiance des utilisateurs. Ainsi, la reconnaissance par empreinte digitale, à nouveau mise en lumière par la sortie de l'iPhone 5s mais également par la démonstration de sa faillibilité par le Chaos Computer Club, est perçue différemment en fonction des usages.

Par exemple, 65% des sondés sont globalement favorables à l'utilisation de ce procédé pour déverrouiller leur smartphone mais seulement la moitié pense qu'il est bon de recourir à l'empreinte digitale ou d'un œil pour payer dans un magasin.

0190000006661872-photo-sans-titre-1.jpg

Frédéric Trojani, président de la Secure Identity Alliance (organe rassemblant les professionnels des solutions de gestion de l'identité) estime pourtant que la reconnaissance par empreinte demeure une « opportunité » pour le marché. « Des efforts peuvent encore être faits. Le dernier permis de conduire par exemple contient des éléments intéressants mais il reste de nombreux services à créer pour faciliter la vie des citoyens », précise-t-il.

Jusqu'à présent les pouvoirs publics ont avancé relativement prudemment sur la question. Pour rappel, lors des débats portant sur la carte d'identité numérique en 2012, l'idée initiale avait été d'y implémenter deux puces. La première, stockant les informations nominatives du titulaire, son adresse, sa photographie ainsi que ses empreintes digitales avait été conservée mais pas la seconde proposant alors au titulaire de s'identifier sur plusieurs réseaux de communications électroniques.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

La néobanque Pixpay se prépare à lancer une offre destinée aux 10-18 ans
Cryptomonnaies : la Banque de France s'intéresse de près aux stablecoins
Audi : un nouveau Q5 55 TFSI e quattro... avec 40 km d'autonomie en
Microsoft détaille ses actions pour rendre le jeu sur Xbox Live plus fair play
L'avenir du stockage : des datacenters plus verts, ultra-rapides et économes en énergie
Les USA soutiendront les directives internationales sur l'éthique de l'IA
Microsoft Surface : un nouveau firmware en vue de la mise à jour Windows 10 de mai
Sony annonce PlayStation Productions, une division pour adapter ses jeux vidéo en films
Huawei sous-estimé par les États-Unis ? C'est ce que pense son fondateur
Après les trottinettes électriques, Usain Bolt dévoile la citadine électrique Bolt Nano
scroll top