Cloud gaming : le PDG du défunt OnLive livre analyses et conseils à Google pour Stadia

Pierre Crochart Contributeur
04 avril 2019 à 17h40
0
Stadia
Crédits : Google

Pionnier en matière de cloud gaming, OnLive n'a pourtant pas survécu. Ce qui n'empêche pas Steve Perlman, ex-PDG de l'entreprise, qui a suivi avec une attention toute particulière les annonces de Google concernant Stadia, de prodiguer analyses et conseils à la firme de Mountain View.

Contacté par Game Informer, Steve Perlman s'est livré à une riche séance de questions-réponses concernant le futur service de Google, et plus généralement sur le développement du cloud gaming.

Pour Perlman, Google n'a aucune raison d'échouer


Pour l'ex-PDG de OnLive, Google n'a aucune raison de se prendre les pieds dans le tapis. Il en veut pour preuve que le service lancé par sa propre entreprise il y a plus de 10 ans était parfaitement fonctionnel, même si les débits étaient très loin d'être au niveau d'aujourd'hui. Aussi Perlman ne se fait pas d'illusion. « Je pense que la véritable question que vous me posez est s'il y a de la demande pour quelque chose comme (le cloud gaming) », tempère-t-il.

OnLive
Les clients d'OnLive se servaient de ce boîtier HDMI permettant de brancher divers périphériques et d'accéder au service. Crédits : OnLive

Sur ce point, Steve Perlman donne en tout cas plus dans la sagesse que dans l'amertume. « Je pense réellement que, avec le temps, juste comme Netflix a éliminé le besoin de - je veux dire, il n'y a plus grand monde qui achète des disques pour les films, non ? - je pense que c'est inévitable et que la même chose va se produire pour le jeu vidéo. Je pense que cela a juste été retardé de 10 ans sans raison apparente ».



OnLive facturait son service 15 $ par mois


Sur la question - centrale - du modèle économique que choisira Google avec Stadia, Steve Perlman y va de sa comparaison avec son propre service. L'homme confesse d'ailleurs avoir choisi la somme de 15 $ mensuels après avoir vu que c'était le montant demandé par Blizzard pour accéder à son MMORPG World of Warcraft. Mais en complément de cet abonnement, les clients de OnLive devaient payer eux-mêmes leurs jeux.

Aussi, OnLive a tenté différentes formules. Et la plus populaire a indéniablement été celle du PlayPack. Pour 10 $ par mois (en plus de l'accès au service donc), les abonnés avaient droit à un catalogue grandissant de jeux en libre accès. OnLie conservait 30 % des revenus et 70 % étaient reversés aux éditeurs en fonction du temps que les joueurs passaient sur leurs jeux.

OnLive
Image promotionnelle du PlayPack. Crédits : OnLive

« Cela fonctionnait très bien, et une conclusion très surprenante est apparue », raconte Steve Perlman. « Nous avons mené des tests avec les éditeurs en leur proposant de mettre leurs nouveaux jeux soit en vente, soit en location, ou en les incluant au PlayPack. Inutile de préciser que les nouvelles sorties étaient particulièrement populaires auprès des abonnés du PlayPack, mais plus intéressant encore : les éditeurs dégageaient plus d'argent grâce au PlayPack qu'en mettant leurs jeux en vente ».

Et s'il admet que personne ne peut encore prédire la formule que Google choisira pour Stadia, Perlman juge que celle qu'il a utilisée pour le PlayPack d'OnLive est la meilleure option. « Je pense que cela serait incroyablement profitable pour Google et pour les éditeurs, car les éditeurs pourraient présenter des jeux qui ne sont pas conçus pour pousser les joueurs à constamment dépenser de l'argent en jeu (les microtransactions, ndlr). Si le jeu est bon et que les gens y jouent, il y aura un flux stable d'argent qui rentrera tous les mois. Pour la plupart des gens, payer 10 à 12 $ par mois n'est pas grand-chose, de la même manière qu'ils paient Netflix. Je pense que c'est un excellent modèle pour le jeu vidéo ».

Google a présenté Stadia, son service de cloud gaming lors de la GDC à la fin du mois de mars dernier. Il devrait dévoiler davantage de détails sur sa plateforme cet été, avant un lancement probable en fin d'année.

Source : Game Informer

3 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top