L'emprunt d'Alcatel-Lucent à Goldman Sachs et Credit Suisse inquiète

Thomas Pontiroli
21 décembre 2012 à 18h14
0
L'équipementier télécoms Alcatel-Lucent a-t-il fait le mauvais choix, en hypothéquant 29 000 brevets à Goldman Sachs et Credit Suisse, en échange d'un prêt de 1,6 milliard d'euros ? Le gouvernement étudie d'autres pistes pour sortir le groupe de l'ornière. Alcatel-Lucent maintient qu'il ne cédera rien.

00DC000005471737-photo-alcatel-lucent-logo.jpg
Le 14 décembre, Alcatel-Lucent obtenait un prêt de 1,6 milliard d'euros consenti par les banques Goldman Sachs et Credit Suisse. Une manne bienvenue qui permettra à l'équipementier télécoms en difficultés de continuer sa réorganisation. Mais dont les contreparties sont lourdes : s'il ne parvient pas à rembourser son emprunt, le groupe franco-américain, selon les termes du contrat, devra céder un portefeuille de tout de même 29 000 brevets de propriété intellectuelle aux deux banques.

Lors d'une audition à l'Assemblée nationale, mercredi, le vice-président exécutif d'Alcatel-Lucent, Philippe Keryer, a tenu à rassurer : « Si les facilités de crédits que nous avons eues sont garanties sur un certain nombre d'actifs du groupe, je tiens à préciser haut et fort qu'il n'est nullement dans notre intention de céder telle ou telle partie nantie, en particulier les brevets, puisqu'ils sont clairement l'avenir du groupe. »

C'est que cette histoire d'hypothèque de brevets inquiète jusqu'au gouvernement : lundi, le journal Les Échos rapportait que Bercy s'alarmait et craignait qu'Alcatel-Lucent finisse par perdre un tel portefeuille de licences, évalué à 5 milliards d'euros. Ils tomberaient notamment entre les mains de la réputée peu scrupuleuse banque new-yorkaise. Selon le quotidien, le ministère des Finances étudierait deux autres pistes de financements, afin d'éviter que le groupe n'ait à tirer sur ces lignes de crédits.

Bercy propose deux pistes alternatives

La première piste consisterait à faciliter la cession de nouveaux actifs dans les câbles sous-marins ou les télécommunications d'entreprise. D'après Les Échos toujours, France Télécom, qui exploite déjà une flotte de navires câbliers, pourrait racheter ceux d'Alcatel-Lucent, compétents en la matière. Cette opération rapporterait entre 100 à 150 millions d'euros à la société franco-américaine, mais ne résoudrait pas le problème : Alcatel-Lucent consomme quelque 700 millions d'euros de cash par an.

L'autre piste évoquée serait la mise en place d'un « consortium de valorisation des brevets » réunissant des industriels américains. Cela permettrait à l'équipementier télécoms de toucher des droits de propriété intellectuelle tout en restant copropriétaire de ses brevets.

Si aucune solution n'est trouvée d'ici janvier, Alcatel-Lucent terminera d'actionner le levier du crédit auprès des deux banques, et hypothéquera bel et bien ses actifs. Consenti dans l'urgence, ce prêt a été choisi, justifie le numéro deux du groupe, car il « fallait apporter à nos clients des certitudes pour qu'ils continuent à s'engager avec nous sur des projets à moyen et long terme ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top