L'emprunt d'Alcatel-Lucent à Goldman Sachs et Credit Suisse inquiète

21 décembre 2012 à 18h14
0
L'équipementier télécoms Alcatel-Lucent a-t-il fait le mauvais choix, en hypothéquant 29 000 brevets à Goldman Sachs et Credit Suisse, en échange d'un prêt de 1,6 milliard d'euros ? Le gouvernement étudie d'autres pistes pour sortir le groupe de l'ornière. Alcatel-Lucent maintient qu'il ne cédera rien.

00DC000005471737-photo-alcatel-lucent-logo.jpg
Le 14 décembre, Alcatel-Lucent obtenait un prêt de 1,6 milliard d'euros consenti par les banques Goldman Sachs et Credit Suisse. Une manne bienvenue qui permettra à l'équipementier télécoms en difficultés de continuer sa réorganisation. Mais dont les contreparties sont lourdes : s'il ne parvient pas à rembourser son emprunt, le groupe franco-américain, selon les termes du contrat, devra céder un portefeuille de tout de même 29 000 brevets de propriété intellectuelle aux deux banques.

Lors d'une audition à l'Assemblée nationale, mercredi, le vice-président exécutif d'Alcatel-Lucent, Philippe Keryer, a tenu à rassurer : « Si les facilités de crédits que nous avons eues sont garanties sur un certain nombre d'actifs du groupe, je tiens à préciser haut et fort qu'il n'est nullement dans notre intention de céder telle ou telle partie nantie, en particulier les brevets, puisqu'ils sont clairement l'avenir du groupe. »

C'est que cette histoire d'hypothèque de brevets inquiète jusqu'au gouvernement : lundi, le journal Les Échos rapportait que Bercy s'alarmait et craignait qu'Alcatel-Lucent finisse par perdre un tel portefeuille de licences, évalué à 5 milliards d'euros. Ils tomberaient notamment entre les mains de la réputée peu scrupuleuse banque new-yorkaise. Selon le quotidien, le ministère des Finances étudierait deux autres pistes de financements, afin d'éviter que le groupe n'ait à tirer sur ces lignes de crédits.

Bercy propose deux pistes alternatives

La première piste consisterait à faciliter la cession de nouveaux actifs dans les câbles sous-marins ou les télécommunications d'entreprise. D'après Les Échos toujours, France Télécom, qui exploite déjà une flotte de navires câbliers, pourrait racheter ceux d'Alcatel-Lucent, compétents en la matière. Cette opération rapporterait entre 100 à 150 millions d'euros à la société franco-américaine, mais ne résoudrait pas le problème : Alcatel-Lucent consomme quelque 700 millions d'euros de cash par an.

L'autre piste évoquée serait la mise en place d'un « consortium de valorisation des brevets » réunissant des industriels américains. Cela permettrait à l'équipementier télécoms de toucher des droits de propriété intellectuelle tout en restant copropriétaire de ses brevets.

Si aucune solution n'est trouvée d'ici janvier, Alcatel-Lucent terminera d'actionner le levier du crédit auprès des deux banques, et hypothéquera bel et bien ses actifs. Consenti dans l'urgence, ce prêt a été choisi, justifie le numéro deux du groupe, car il « fallait apporter à nos clients des certitudes pour qu'ils continuent à s'engager avec nous sur des projets à moyen et long terme ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Comparatif des meilleurs VPN (2021)
Meilleurs jeux mobiles gratuits : découvrez notre Top 10
Bon plan gaming : le casque filaire HyperX Cloud Alpha S disponible à moins de 100€
Genshin Impact : la version PS5 arrive le 28 avril avec plusieurs améliorations
Acer Nitro 5 : un PC portable gaming 17.3
Votre nouvelle Smart TV Samsung à moins de 30€ avec la fibre Bouygues Telecom
Mercedes dévoile EQS, sa berline électrique de luxe et ses 770 km d'autonomie
L'excellent casque Bose 700 profite d'une promo immanquable chez Cdiscount
Bon plan VPN : Top des bons plans à saisir chez CyberGhost, NordVPN et Surfshark
Amazon revendique 200 millions d'abonnés à Prime
Haut de page