Pour contrer Google, Microsoft veut payer les éditeurs pour Bing News en Europe

23 février 2021 à 10h48
5

Microsoft souhaite tirer parti des faiblesses de Google et s'affiche alors en tant que fervent défenseur des éditeurs. La société entend ainsi se positionner comme partenaire privilégié.

Google est aux prises avec le gouvernement australien qui souhaite faire entrer en vigueur une loi obligeant le géant californien et Facebook à rémunérer les médias locaux. Microsoft entend faire en sorte qu'un tel dispositif soit mis en place dans l'Union européenne.

Une opportunité unique pour Microsoft

Afin de mieux se positionner sur le marché de la recherche, Microsoft prend le contrepied de Google et de Facebook en se montrant favorable à la rémunération des éditeurs.

Microsoft avait déjà affirmé pouvoir supplanter Google sur le territoire australien tout en se conformant à cette nouvelle loi. Désormais, selon une dépêche d'Associated Press rapportée par USNews, Microsoft serait en train d'amorcer des discussions avec les éditeurs de l'Union européenne.

La firme de Satya Nadella se serait notamment entretenue avec des groupes de lobbyistes tels que European Publishers Council et News Media Europe, ainsi qu'avec des représentants de magazines et de quotidiens.

En positionnant Microsoft dans le camp des éditeurs face aux autres mastodontes de la tech, le marché pourrait alors évoluer et l'entreprise pourrait subitement s'imposer sur le domaine de l'actualité en ligne dans un modèle économique sans tensions.

Microsoft surfe sur les tensions

Historiquement, Google et Facebook ont toujours refusé de payer les médias. Le premier expliquait que son service Google News constituait une source majeure de trafic pour ces derniers. De leur côté, les médias n'apprécient pas de voir ces deux sociétés californiennes exploiter leurs contenus pour les mettre à disposition des internautes en dehors de leurs sites Internet.

En Australie, les tensions sont récemment montées d'un cran. Le gouvernement local souhaite en effet imposer des restrictions légales fermes. Google a d'ailleurs menacé de quitter le pays.

Une étude universitaire publiée en début de mois soutenait indirectement l'initiative de Microsoft en expliquant que les moteurs Bing, mais également Ecosia se révélaient bien plus pertinents que Google pour retourner des contenus d'actualité de qualité. Étude opportuniste ou non ? Quoi qu'il en soit, Google rejette bien évidemment ces résultats.

Source : USNews

Modifié le 23/02/2021 à 10h49
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Google cherche une porte de sortie à l'amiable pour sa dernière enquête antitrust européenne
Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Sécurité informatique : les entreprises adoptent de plus en plus le stockage en ligne, mais la sauvegarde sur bandes résiste
Amazon bannit plus de 600 marques chinoises de sa plateforme
[MàJ] Après sa fusion avec OnePlus, OPPO va supprimer près de 20 % de ses effectifs
Haut de page