Test Dell XPS 13 2-en-1 « refresh » : l'hybride plus puissant grâce à Tiger Lake ?

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
15 février 2021 à 12h01
1

Un an plus tard, le XPS 13 2-en-1 revient sur Clubic. Pas de métamorphose en vue, l’appareil reçu est pratiquement le même que celui que nous avions testé en début d’année 2020 : il y a donc une éternité au regard de la succession d’évènements que nous avons connu. Cette fois l’appareil se dote néanmoins d’un nouveau processeur : le Core i7-1165G7 voyons voir ce qu’il vaut par rapport à son prédécesseur et ce qu’il apporte au convertible de Dell.



Le Core i7-1165G7 est pour rappel la nouvelle puce haut de gamme d’Intel sur le segment mobile / basse consommation. Elle remplace sur le XPS 13 2-en-1, un certain Core i7-1065G7 que nous avions passé en revue l’année dernière et qui marquait chez le fabricant de puces californien une première vraie incursion sur le terrain du 10 nm. Un an plus tard et alors qu’Intel est censé s’être perfectionné avec un premier affinage du procédé en 10 nm (10 nm SuperFin), nous allons voir si les progrès sont vraiment probants en termes de performances (graphiques surtout) de maîtrise des températures et d’autonomie.

XPS 13 2-en-1 2020 « refresh »
  • Bon écran 1080p
  • Les performances générales du Core i7-1165G7 dans un châssis très compact
  • La possibilité de lancer quelques jeux grâce à l’iGPU Xe d’Intel
  • Bonne autonomie (10 heures)
  • Connectique succincte
  • Trackpad trop petit
  • Webcam insuffisante
  • Le prix un peu trop élevé de la version Ultra HD

Une comparaison i7-1065G7 / i7-1165G7 plutôt parlante sur une machine qui n’a pas changé et qui est toujours dotée du même système de dissipation. Mais avant toute chose, prenons quand même quelques lignes pour détailler la fiche technique du XPS 13 2-en-1 que nous avons reçu en test. L’appareil embarque :

  • Un écran WLED Full HD+ (1920 par 1200 pixels) au format 16:10, traité au Gorilla Glass 6
  • Un processeur Intel Core i7-1165G7 (4 coeurs / 8 threads cadencés entre 1,20 et 4,70 GHz, 12 Mo de cache, 28 W de TDP)
  • 16 Go de mémoire vive (LPDDR4X à 4267 MHz)
  • 1 SSD M.2 de 512 Go
  • 2 ports Thunderbolt 4 (capables de gérer l’alimentation et l’affichage en DisplayPort), 1 prise casque, 1 lecteur de cartes microSD
  • Connectivité Wifi 6 (modem Killer AX1650)
  • Batterie de 51Wh et adaptateur secteur de 45 W
XPS 13 2-en-1-22 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

L’appareil que nous a fait parvenir Dell est commercialisé à 1799 euros sur la boutique officielle du constructeur texan. Il est toutefois possible d’opter pour une dalle Ultra HD+ pour 300 euros de plus. Si votre budget est plus restreint, vous pourrez aussi vous rabattre sur un modèle équipé d’un Core i5-1135G7 (déjà très suffisant en bureautique et multimédia), 8 Go de RAM et 256 Go de SSD. Son prix tombe à 1499 euros. Information utile : le modèle 2020 et son Core i7-1065G7, sérieusement bradé, se négocie à un peu plus de 1000 euros sur le site du fabricant.

Design : l’un des laptops les plus compacts du marché

Avec 297 x 207 x 14,35 mm pour 1,32 kg, le Dell XPS 13 2-en-1 est toujours l’un des PC portables les plus compacts et les plus légers du marché. En termes de prise en mains et de design, il n’est pas sans rappeler son cousin le XPS 13 « classique », mais avec des charnières plus épaisses et travaillées différemment puisqu’elles permettent de faire basculer à 360 degrés le clavier autour de l’écran (ou l’inverse d’ailleurs…). Son encombrement réduit n’est pas sans nous rappeler le Surface Laptop Go (testé ici ), à peine plus compact.

On retrouve autrement l’identité très marquée que Dell a réussi à forger pour sa gamme XPS au fil des années, avec une coque extérieure en aluminum usiné et une partie interne noire (ou blanche en fonction de la variante choisie), avec des reposes poignets en fibre de carbone tissée. L’une des grandes forces des XPS a toujours été leur élégance et leur discrétion, et l’appareil ne déroge pas à la règle. On notera par ailleurs que, comme les autres appareils de la gamme cette année, le XPS 13 2-en-1 profite d’un écran Infinity Edge aux bordures extrêmement fines et au format moins ramassé (nous sommes en effet sur un ratio 16:10, très agréable en bureautique, en lieu et place du 16:9).

XPS 13 2-en-1-1 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-2 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Comme évoqué lors de notre test de l’ancienne mouture du XPS 13 2-en-1, l’appareil est équipé d’un clavier similaire à celui du XPS 13 classique, avec une course des touches très courtes et un retour sec. En termes d’expérience de frappe, on a plus l’impression de cliquer sur les touches que de vraiment les enfoncer, ce qui peut s’avérer assez déroutant au départ. Si vous avez utilisé par le passé ou que vous utilisez actuellement un MacBook doté d’un clavier papillon, dites-vous que la sensation est finalement assez proche, avec un frappe vraiment rapide et précise. Nous avons utilisé le XPS 13 2-en-1 pour écrire plusieurs articles, et donc de longs textes, et avons beaucoup apprécié le rendu du clavier en dépit d’un problème majeur : il est toujours trop bruyant selon nous.

Comme l’année dernière nous regrettons aussi la présence d’un trackpad vraiment minuscule. Contrairement au reste de la gamme XPS 13 2020, qui profitait justement d’un trackpad repensé, aux dimensions beaucoup plus généreuses, le XPS 13 2-en-1 conserve une surface de glisse équivalente à celle du XPS 13 2019. C’est insuffisant pour une utilisation vraiment confortable.

XPS 13 2-en-1-5 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-6 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-12 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Côté connectique, l’appareil fait aussi dans le minimalisme avec seulement deux ports USB-C, une prise micro/casque et un lecteur de carte microSD… que vous n’utiliserez probablement jamais. Notons néanmoins que le passage aux processeurs Intel Tiger Lake-U permet à Dell de troquer le standard Thunderbolt 3 pour le nouveau standard Thunderbolt 4. Ce dernier permet par exemple la prise en charge de deux écran 4K (ou d’un unique écran 8K), tout en proposant toujours 40 Gbit/s de débit.

Un mot enfin sur la webcam. Cette dernière est logée juste au-dessus de l’écran et permet une identification faciale instantanée grâce à Windows Hello. Sa qualité d’image est par contre très améliorable en dépit de couleurs assez justes lorsque la luminosité ambiante est bonne. On relève très vite un piquet erratique et un bruit marqué lorsque les conditions de lumière sont moindres. Il faut par ailleurs se contenter d'une simple définition 720p… dommage sur un produit haut de gamme.

XPS 13 2-en-1-17 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-20 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

En complément de l’identification faciale qui vous connecte la plupart du temps au quart de tour, Dell opte une nouvelle fois pour un capteur d’empreintes digitales intégré directement dans la touche de mise sous tension. Un bon emplacement.

Le XPS 13 2-en-1 est par aulleurs relativement facile à ouvrir, mais l’accès aux composants se limite surtout à la batterie. La RAM est soudée et le SSD M.2 n’est pas remplaçable facilement.

Écran : une dalle LCD efficace

Dell propose deux écrans pour son XPS 13 2-en-1. Si pour sa dalle Ultra HD+ (réservée aux modèles les plus coûteux), le constructeurs américain affiche des spécifications plutôt aguicheuses (contraste de 1500:1, couverture à 90% du spectre DCI-P3, 500 nits de luminance maximale…), la dalle Full HD+ dont est équipé notre modèle de prêt n’est pas en reste. Signée Sharp (comme souvent sur les XPS), cette dernière s’avère d’une qualité tout à fait convaincante et la résolution offerte sur une diagonale de 13,3 pouces est suffisante. Seuls les utilisateurs habitués à de la 2K ou de la 4K sur ultraportable pourront tiquer sur une finesse d’affichage fatalement réduite.

Équipés de notre sonde et du logiciel de mesure Calman , nous avons passé au crible l’écran de notre unité de test. Côté luminance, nous avons relevé jusqu’à 542 nits sur secteur, avec une valeur plus courante approchant les 463 nits. Nous sommes donc bien sur une dalle lumineuse, dans la bonne moyenne pour un ultraportable, mais sur batterie ces valeurs ne sont toutefois atteinte que lorsque la lumière ambiante est particulièrement forte.

XPS 13 2-en-1-19 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

La température de l’écran est pour sa part parfaite, avec un indice de 6532 kelvins, soit pile au niveau des 6500 K du standard vidéo. L’écart entre les couleurs est par ailleurs juste, avec un DeltaE de 2,1, ce qui traduit une colorimétrie valable.

En matière de gamuts, le spectre sRGB est couvert à hauteur de 98,6%, mais l’on descend par contre à 75,7% de l’espace de couleurs DCI-P3 et à 76% du spectre Adobe RGB. L’essentiel est assuré avec une prise en charge presque complète du gamut sRGB, mais nous sommes effectivement un cran en dessous de ce que Dell propose pour l’écran Ultra HD de son XPS 13 2-en-1.

XPS 13 2-en-1-18 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Nous avons enfin mesuré le contraste à un ratio de 1239: 1. Ce qui est correcte sans évidemment atteindre les noirs absolus que l’on trouverait sur une dalle OLED, comme celle du ZenBook Flip S , l’un des concurrents de l’appareil de Dell.

Performances : qu’apporte de plus le Core i7-1165G7 ?

Ni allons pas par quatre chemins, sur le plan des performances CPU, le Core i7-1165G7 n’apporte pas grand chose de plus que son grand frère le 1065G7. En tout cas pour la vaste majorité des utilisateurs. Les deux puces partagent un même nombre de coeurs (4 coeurs / 8 threads l’une comme l’autre) et des fréquences de fonctionnement similaires la plupart du temps, même si le 1165G7 peut théoriquement monter jusqu’à 4,7 GHz (une fréquence atteinte très ponctuellement et sur un coeur seulement), ce qui lui confère un léger avantage.

Notre impression globale est donc similaire à celle que nous avions formulé pour le Core i7-1065G7 : son remplaçant se montre vraiment efficace en utilisation bureautique et en multimédia léger. Le montage vidéo ponctuel est à sa portée à condition de ne pas lui demander d’exports trop lourds et complexes, et les températures restent maîtrisées lors des activités légères. En revanche, le système de dissipation du XPS 13 2-en-1 montre vite ses limites lorsqu’on sollicite fortement le processeur dont il a la charge.

XPS 13 2-en-1-7 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

En stress test sous AIDA 64, nos fréquences de départ approchaient les 4,00 GHz, pour rapidement passer sous la barre des 3,50 GHz avant que les températures n’atteignent les 90 degrés. Après une demi heure de sollicitation intensive des 4 coeurs de la puce d’Intel, les fréquences se limitaient cette fois à 1,60 GHz environ, avec des températures nettement plus basses (60 degrés maximum) et parfaitement négligeables au toucher (que ce soit autour du clavier ou sur le dessous du châssis).

Dans tous les cas, le souffle du XPS 13 2-en-1 restait modéré : Dell a visiblement fait le choix de limiter les velléités du processeur pour ménager les oreilles de l’utilisateur. En bureautique et multimédia, les ventilateurs seront même coupés pratiquement tout le temps.

Comme nous l’avons déjà indiqué sur Clubic, Intel mise sur un iGPU de nouvelle génération pour son processeur mobile. Rattaché à la lignée Tiger Lake-U, ce denier peut en effet compter sur une partie graphique sous architecture Xe-LP (Gen 12), entièrement repensée par rapport à l’IGPU de Gen 11 introduit l’année dernière sur les puces Ice Lake-U. Sur le Core i7-1165G7 cela se traduit par l’intégration de 96 unités d’exécution cadencées à 1,30 GHz. On y trouve aussi une plus grande quantité de cache, ce qui contribue à des performances graphiques supérieures. Nous avons voulu voir en jeu ce que cela donne sur le XPS 13 2-en-1, malgré son format compact.

L’année dernière, avec le XPS 13 2-en-1 équipé du Core i7-1065G7, nous avions réussi à jouer dans d’assez bonnes conditions à The Witcher 2 et dans des conditions plutôt flatteuses à Skyrim en Full HD+. Cette année, nous avons réinstallé Skyrim sur l’appareil, mais aux côtés de The Witcher 3 (oui, nous sommes audacieux), de Disco Elysium et de GTA V, qui n’avait pas vraiment fait d’étincelles sur le 1065G7.

XPS 13 2-en-1-16 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-21 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Animés à la seule force de l’iGPU Xe-LP d’Intel (sur un SoC en 28 W), Discol Elysium (en niveau de détail moyen / élevé en définition 1200p) s’animait sans problème entre 35 et 45 FPS en fonction des environnement parcourus, Skyrim était pour sa part propulsé à plus de 30 FPS en niveau de détail élevé, là aussi en définition Full HD+. Pour plus de fluidité, le niveau de détail moyen était toutefois à privilégier, mais le titre était parfaitement jouable.

Le Core i7-1165G7 et son iGPU sont également capables d’animer The Witcher 3 à une quarantaine de FPS en 1080p et avec un niveau de détail faible. Le titre est donc jouable lui-aussi à condition de ne pas être trop exigeant sur la qualité visuelle. GTA V, enfin, était pour sa part capable d’atteindre, avec entre 25 et 30 FPS sur le XPS 13 2-en-1 avec un niveau de détails élevé et en 1080p.

En résumé, il est donc possible de jouer à certains jeux sur le Core i7-1165G7, globalement dans de meilleures conditions que sur son prédécesseur le Core i7-1065G7, mais avec des performances qui restent quand même en retrait par rapport au Ryzen 7 4800U d’AMD. Un processeur qui a récemment été remplacé chez AMD par un modèle plus performant. Sur le plan des performances GPU, les dernières puces d’Intel ont bel et bien progressé ces deux dernières années, mais il reste encore des progrès à faire.

XPS 13 2-en-1-23 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
Jouer sur le XPS 13 2-en-1 est possible // © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Sous CineBench R23 cette fois, le Core i7-1165G7 du XPS 13 2-en-1 se montre étonnamment efficace, avec 4751 points en multi-core et 1431 points en single-core. En multi-core, il parvient donc à battre d’une courte avance le ZenBook Duo 14 2021, qui récoltait pour sa part 1433 points en single-core et 4623 points en multi-core en étant équipé du même processeur, en 28 W là aussi.

Nous avons enfin lancé CrystalDiskMark pour avoir une idée des performances du SSD M.2 de l’appareil. Signé Kioxia (marque issue de la scission en 2018 des activités mémoire de Toshiba), ce dernier délivre 2342 Mo/s en lecture contre seulement 1533,34 Mo/s en écriture. Un score un peu faiblard, qui place l’appareil de Dell légèrement au dessus du très bon Lenovo Yoga Slim 7 (1812,81 Mo/s en lecture et 1416,21 Mo/s en écriture), mais loin derrière le ZenBook Flip S, (3345,21 Mo/s en lecture, contre 3083,38 Mo/s en écriture).

Autonomie : un PC qui ne vous laissera pas tomber

Le XPS 13 2-en-1 est plutôt un bon élève en matière d’autonomie. Son écran 1080p lui permet en effet de s’ériger sur le podium des appareils les plus endurants que nous avons testé ces derniers mois, et ce malgré sa batterie de 51 Wh, ce qui est plutôt dans la moyenne basse de ce que l’on trouve sur ultraportables. En lecture vidéo, sous Netflix via Edge (avec la luminosité à 100%, le volume à 50% avec un casque audio branché et le rétroéclairage du clavier coupé), nous avons réussi à tenir un peu plus de 10 heures sur batterie avant de voir le XPS s’éteindre. Une belle prestation et de chouettes progrès par rapport à la précédente version de l'appareil.

XPS 13 2-en-1-13 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-14 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

La recharge est par contre lente, puisqu’il nous a fallu pratiquement deux heures (1 heure 50 très exactement) pour revenir à 100% d’autonomie… alors que la capacité de la batterie est modeste. Le chargeur de 45W que nous confie Dell avec l’appareil est pour sa part compact, dommage qu’il comprenne deux fils de part et d’autre du bloc. Nous aurions préféré qu’il puisse se brancher directement sur une prise murale comme un chargeur de smartphone ou de MacBook.

Son : Branchez un casque !

Côté son, nous avons apprécié la sortie casque. Cette dernière permet une expérience convaincante grâce à un son puissant et précis, accompagné d’une belle amplitude en termes de volume. Les haut-parleurs sont par contre de qualité toute relative avec une restitution criarde, qui manque de rondeur et de profondeur.

XPS 13 2-en-1-4 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Un problème auquel nous somme confrontés sur l’essentiel des PC portables à l’heure actuelle puisque les constructeurs s’investissent rarement sur la qualité des haut-parleurs. Compte tenu de la nature 2-en-1 du produit, qui a vocation a être utilisé ponctuellement en tablette y compris pour regarder des vidéos, nous aurions aimé que Dell soigne un peu mieux sa copie. Ce que propose Lenovo et ses Yoga C940 (testé ici), notamment, est déjà plus convaincant.

Prix : le juste prix ?

Le XPS 13 2-en-1 n’est pas donné. Avec des tarifs allant d’environ 1500 à 2100 euro en tarif recommandé, l’ultraportable convertible de Dell reste toutefois dans la moyenne des prix observés chez la concurrence.

XPS 13 2-en-1-8 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
XPS 13 2-en-1-11 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic

On pourra cependant arguer que si la version Full HD de l’appareil est compétitive, sa variante Ultra HD l’est un peu moins, notamment face au ASUS ZenBook Flip S qui profite d’une fiche technique pratiquement identique, mais avec un écran OLED Ultra HD en prime (pour une qualité d’image encore meilleure). Autre alternative : le HP Sectre x360 13 pouces, proposé à partir 1500 euros lui aussi — voire moins au gré des réductions régulièrement proposé par le rival californien de Dell.

XPS 13 2-en-1 « refresh », l’avis de Clubic :

Identique, mais toujours vaillant et un peu plus polyvalent grâce au Core i7-1165G7. Voilà comment nous pourrions résumer ce que cette version « refresh » du XPS 13 2-en-1 nous propose. Dell trouve le moyen d’intégrer les puces Tiger Lake-U d’Intel sans rien toucher au châssis de son hybride… ce qui ne pose pas de problème majeur dans l’absolu. On retrouve néanmoins les problèmes de thermal throttling que l’on observait sur l’ancien modèle équipé d’un Core i7 Ice Lake-U, signe d’un système de dissipation peut-être un peu trop minimaliste.

XPS 13 2-en-1-15 © © Nathan Le Gohlisse pour Clubic
© Nathan Le Gohlisse pour Clubic

Dell mise cependant sur un écran 1080p de qualité, mais aussi sur une autonomie plus que convenable pour permettre à son ultraportable hybride de rester au top niveau. Le constructeur de Round Rock doit par contre revoir sa copie sur quelques détails agaçants, comme la présence d’une webcam peu convaincante et celle d’un trackpad trop petit, très peu pratique au quotidien. Dans la même veine, on regrette que la connectique de l’engin soit toujours aussi succincte.

XPS 13 2-en-1 2020 « refresh »

8

Pas de gros défaut qui tache sur cette mise à jour matérielle du XPS 13 2-en-1. Avec son hybride, Dell reste solide sur les bases posées l’année dernière. On retrouve donc une machine convaincante à presque tous les niveaux, dotée d’un châssis toujours au poil, d’une autonomie costaude et d’un écran Full HD+ globalement convaincant. Reste maintenant à voir ce que Dell nous proposera sur la prochaine vraie mouture d’un appareil qui reste pour l’heure inchangé depuis fin 2019.

Les plus

  • Bon écran 1080p
  • Les performances générales du Core i7-1165G7 dans un châssis très compact
  • La possibilité de lancer quelques jeux grâce à l’iGPU Xe d’Intel
  • Bonne autonomie (10 heures)

Les moins

  • Connectique succincte
  • Trackpad trop petit
  • Webcam insuffisante
  • Le prix un peu trop élevé de la version Ultra HD

Design 9

Écran 8

Performances 8

Autonomie 9

Prix 8

Modifié le 08/03/2021 à 13h35
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Chrome OS : un caractère manquant dans le code crée un bug frustrant sur les Chromebook
AMD : des Radeon RX 6600 XT déjà listées au prix de 750 euros, bien avant leur lancement
Intel NUC 11 Extreme : la bête sort du canyon !
Bientôt des mini-PC propulsés par le Ryzen 9 5900HX, notamment chez Minisforum
AMD : une Radeon RX 6600 XT se montre en photo et en benchmark
Comment nettoyer son cache sur Mac ?
Honor annonce son nouveau MagicBook X15, équipé d'un processeur Intel de 10e génération
NVIDIA présente Ray Tracing et DLSS sur ARM pour la première fois
DirectStorage sera disponible sur Windows 10, mais moins efficace que sur Windows 11
Intel, des processeurs Core i9-12900K de 12e génération en vente en Chine... à plus de 1 000 dollars
Haut de page