Android en abus de position dominante : l’Europe enquêterait, les Etats-Unis attaquent

21 juillet 2014 à 15h31
0
Google est à nouveau critiqué quant aux obligations qu'il impose aux constructeurs de terminaux mobiles afin d'installer Android et plusieurs services associés. Après avoir reçu une première plainte émanant des géants du domaine, l'Europe tenterait d'y voir plus clair.

00FA000005494253-photo-logo-android-robot-bugdroid.jpg
En avril dernier, la Commission européenne indiquait avoir reçu une plainte à l'encontre de Google. Plusieurs concurrents, comme Microsoft, Nokia ou encore Oracle, rassemblés au sein du collectif FairSearch Europe reprochaient au groupe américain d'imposer des conditions drastiques pour installer Android sur un smartphone tiers.

Les plaignants estimaient par exemple que les constructeurs partenaires d'Android étaient obligés de mettre en avant les applications officielles de la marque (courrier, cartographie, vidéos). Le collectif demandait donc à ce que Google arrête de se servir d'Android pour imposer ses propres services.

L'Europe chercherait désormais à aller plus loin et enquêterait sur les pratiques de Google. Selon The Register, les concurrents du groupe américain lui reprochent de proposer un système artificiellement ouvert. Par exemple, si les constructeurs désirent avoir accès à des services comme Maps, ils doivent intégrer un ensemble baptisé GMS (pour Google Mobile Services). Ils doivent également réussir des tests de compatibilité et payer des droits auprès d'un centre certifié afin de pouvoir apposer le logo Android sur leurs terminaux.

Pour l'instant, l'Europe ne conduit pas d'investigations formelles mais pourrait être amenée à lancer une nouvelle procédure. Ce scénario n'est cependant pas évident car il arrive relativement régulièrement que les instances communautaires interrogent de la sorte les constructeurs.

Toujours est-il que les informations recueillies pourraient être utiles à l'Europe et servir dans le dossier lancé par le collectif FairSearch Europe. Ces derniers devraient également prendre appui sur une plainte en nom collectif lancée en mai dernier aux Etats-Unis par deux utilisateurs.

Les plaignants estiment que Google force les constructeurs tiers à intégrer et à proposer par défaut le moteur de recherche maison. Pour les parties prenantes au procès, il s'agit là d'une concurrence qu'ils jugent déloyale.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Un vaste trou s'est formé dans la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Les conseils de Hyundai pour maximiser la batterie de son véhicule électrique
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
scroll top