Des astronautes simulent la vie martienne dans le désert israélien du Néguev

Vincent Touveneau
Cryptomonnaies
18 octobre 2021 à 09h41
4
Astronaute desert

Une mission dirigée par le forum autrichien de l’espace (OWF) vise à recréer les conditions de vie de la planète Mars dans le désert. Baptisée Amadee-20, l’équipée scientifique se rapproche des conditions désertiques de la planète rouge .

Depuis le 4 octobre, six astronautes analogues vivent, cohabitent et collectent des données dans le désert. L’expérience se poursuit jusqu’à la fin du mois en Israël.

Un environnement désertique, alimenté par l'énergie solaire

On les appelle les astronautes analogues. Ce sont des chercheurs qui recréent les conditions de la vie sur les autres planètes sans quitter la Terre . En partenariat avec l’agence spatiale israélienne, ces pionniers de la recherche spatiale ont investi un cratère du désert du Néguev, au milieu du territoire israélien.

Le choix du lieu n’est pas anodin. Même si la température est bien plus clémente que celle de la planète rouge – qui atteint les - 60°C en moyenne – le sol y est aride et le sable est ocre comme sur Mars. Pendant ce mois en immersion complète, les astronautes partagent un espace restreint alimenté exclusivement par l’énergie solaire. L’équipe est constituée de six personnes de nationalités différentes, dont Anika Mehlis, une astronaute spécialisée dans la microbiologie.

Le confort des locaux, du genre spartiate, est largement occupé par une petite cuisine et des lits superposés. Le reste de l'espace est investi par des machines scientifiques. Il s’agit pour l’équipe de manipuler un prototype de drone qui fonctionne sans GPS, ainsi que des véhicules tout terrain qui fonctionnent avec l’énergie solaire . En cas de panne des machines, une équipe de maintenance est prévue, mais elle n’a pas le droit d'interagir directement avec les astronautes analogues.

But ultime de la mission : tester les limites de l’isolement humain

L’élément le plus crucial de la réussite de ce genre d’expérience, c’est la cohésion de groupe, et la capacité à pouvoir collaborer dans un environnement inconnu et hostile. Rappelons qu’un voyage vers Mars durerait plusieurs années avec les moyens actuels. Ayant subi un entraînement physique et mental de plusieurs années, les membres de cet équipage savent que les conditions d’une éventuelle colonisation de Mars demanderont des sacrifices et des capacités d'adaptation énormes.

Le forum de l’espace Autrichien, une organisation privée, a déjà mené avec succès plus de 12 opérations de ce genre. Malgré les difficultés, son ambition est de paver la voie vers la conquête martienne avec l’aide de collaborateurs et collaboratrices venus du monde entier. L’objectif à moyen terme est de développer les missions martiennes qui doivent se profiler à l’horizon 2030. Comme l’indique Gernot Groemer, superviseur de la mission, « le premier humain qui marchera sur Mars est déjà né ».

Source : France 24

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
pecore
Bonne idée, un peu prématurée mais pourquoi pas. Après tout le maillon le plus faible dans la plupart des projets reste l’élément humain.
Yves64250
Je suis contre,c’est de l’argent et du travail gaspillé.
Gweegoo
Perso, je pense que l’objectif de cette mission est impossible. Ils savent bien qu’ils sont sur terre et qu’il ne va rien leur arriver…<br /> C’est un peu comme s’entraîner à la survie en forêt française avant d’aller se perdre au milieu de l’Amazonie.
mcbenny
Le but n’est pas de soumettre les personnes à la dureté exacte de l’expérience mais plus de tester s’ils ont prévu suffisamment de chose pour le moment où ce sera pour de vrai.<br /> Ça ne vous ai jamais arrivé de tout bien préparer pour les vacances, vous avez pensé à tout, impeccable, et une fois arrivé sur place, il vous faut pas 10 minutes pour vous rendre compte, in situ, que vous avez oublié des trucs de base ?<br /> Bah ça permet de faire une liste en conditions réelles.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pour la première fois, Soyouz décolle avec deux touristes pour un voyage en orbite
La NASA a sélectionné sa nouvelle promotion d'astronautes : quels sont leurs profils ?
La France à l'offensive sur les petits lanceurs réutilisables
La NASA finance le développement de trois stations en orbite pour envisager l'après-ISS
Le directeur de l'ESA n'apprécie pas que les gouvernements donnent carte blanche à Elon Musk
Sonde LRO : la Lune en haute définition
SpaceX
Des piments doux à foison ! Une nouvelle récolte record au sein de l'ISS
La sortie spatiale du jour annulée à cause d'une alerte aux débris orbitaux
Blue Origin passe à la vitesse supérieure avec six touristes pour son prochain vol
Haut de page