Mars One : 100 candidats en lice pour un départ sur la planète rouge

19 février 2015 à 14h44
0
Le projet Mars One commence doucement à prendre forme. La fondation néerlandaise vient de sélectionner 100 personnes parmi les 660 candidats pré-sélectionnés souhaitant fouler le sol de la planète rouge.

Lorsque le projet Mars One a lancé son Astronaut Selection Program, 202 586 candidats s'étaient manifestés. L'objectif : faire partie des premiers êtres humains à se rendre sur la planète Mars et amorcer ni plus ni moins qu'un début de colonisation. Après avoir passé en revue chacun des profils, 660 avaient été sélectionnés. Cette liste comporte désormais une centaine de noms : 50 hommes et 50 femmes.

0320000007913155-photo-mars-one.jpg


100 candidats retenus

Pour ce processus de sélection, les candidats ont été interrogés par Norbert Kraft, responsable de la division médicale de Mars One. L'homme a évalué les capacités de chacun tant au niveau de leur motivation, de leur esprit d'équipe, que de leur compréhension des risques. Car les quatre finalistes partiront pour un aller simple. A l'heure actuelle, Mars One n'a pas prévu de les faire revenir sur Terre.

Sur cette liste, 39 personnes sont localisées sur le continent américain, 31 sont situées en Europe, 16 en Asie, 7 en Afrique et 7 en Océanie. Parmi les participants retenus proches de chez nous, notons le Français Jeremy, médecin généraliste dans la région bordelaise, le Belge Brad et le Suisse Steve. Ils sont âgés respectivement de 37, 42 et 30 ans. Retrouvez la liste complète sur cette page.

0320000007913157-photo-mars-one.jpg


Et après ?

Pour la prochaine sélection, un nouveau tri sera effectué et 24 candidats seront retenus. Six équipes de quatre individus seront entraînés sur Terre dans le désert arctique. Ils devront vivre par leur propres moyens, subvenir à leurs besoins mais aussi s'intégrer au sein du groupe. Dr. Norbert Kraft explique en effet : « L'un des meilleurs candidats individuels n'a pas automatiquement le sens de travail en équipe ».

Au final, quatre participants seront sélectionnés pour un aller sur Mars. Ces derniers quitteront la Terre pour arriver à leur destination en 2025. Ils rejoindront le camp préétabli par un rover deux ans plus tôt et toute l'infrastructure nécessaire aura été envoyée en 2022. Elle est constituée d'habitacles, d'unités de stockage mais aussi de conteneurs chargés de produire de l'oxygène.



Un programme toujours très controversé

En annonçant la troisième phase de sélection, Mars One joue la carte du spectacle et n'hésite pas à annoncer que l'aventure des premiers pionniers martiens sera retransmise à la télévision à travers le monde... à commencer par le quatrième volet de sélection. Cette image ne plait pas forcément à la communauté scientifique. « Ça ressemble plus à un coup de pub bien ficelé pour monter une émission de télé aguichante qu'à un projet maîtrisé », affirmait un astrophysicien interrogé par nos soins au mois de décembre dernier.

Mais outre le caractère promotionnel et la faisabilité même du projet, certains pointent les pratiques douteuses de la fondation qui n'hésite pas à vendre des objets de merchandising ou s'allier à des sociétés commercialisant illégalement le nommage de cratères martiens aux plus offrants.

Rappelons que la NASA et SpaceX ont également développé des programmes pour explorer la planète rouge plus en détail.

A lire également : Mars One : en 2025, aura-t-on marché sur la planète rouge ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
scroll top