Ukraine Siren Alerts : comment un jeune américain déjoue les raids aériens russes ?

25 avril 2022 à 14h20
5
Ukraine © © shutterstock
© Shutterstock

Un étudiant américain a créé une alerte en ligne pour les bombardements aériens en Ukraine. En effet, le système de sirène, trop peu fiable, n'est pas accessible par tous dans le pays. Maintenant, le « Ukraine Siren Alerts » notifie les citoyens ukrainiens en temps réel grâce aux réseaux sociaux.

Le Ukraine Siren Alerts (UASA) envoie des notifications Twitter, Facebook et Telegram en temps réel grâce aux données des municipalités, déclenchant elles-mêmes les alertes sonores. Elles sont répertoriées par heure, date et lieu.

Protéger les citoyens, informer les médias

Le projet a commencé lorsque Bernard Moerdler a voulu aider sa copine ukrainienne à suivre les évènements susceptibles d'affecter les membres de sa famille encore présents sur le territoire. Beaucoup d'Ukrainiens n'entendent pas les alarmes sonores et ne peuvent pas se mettre à l'abri. Désormais, grâce à UASA qui compte 10 000 abonnés sur Twitter (@UkraineAlerts), les citoyens peuvent suivre en temps réel les raids de l'armée russe. Les populations déplacées peuvent aussi s'informer sur les bombardements dans leur ville d'origine ou celle de leurs êtres chers.

L'alarme en ligne protège les citoyens autant qu'elle informe les médias étrangers de la fréquence des bombardements. Hors du pays, il est en effet difficile de se rendre compte de l'ampleur des dégâts. Répertorier les bombardements pourra ainsi constituer une ressource dans le futur, afin de documenter les évènements de la guerre et de retracer les attaques.

Source : France 24

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
norwy
De l’open war data.<br /> Que ce passera t-il si des gens finissent par mourrir car l’info n’était pas bonne ou à jour ?<br /> Ça part d’un bon sentiment mais je suis sceptique face aux conséquences de laisser ce types de données en publique (accessibles et manipulables par les russes, donc).<br /> Comme on dit, l’enfer est pavé de bonnes intentions : laissons faire les grands !
Werehog
C’est toujours « en plus » et pas « à la place de ». Donc c’est toujours bon à prendre.
Felaz
On est rentré dans l’Open War data, clairement. Cf cet autre article : Open source intelligence : en cas d'invasion de l'Ukraine, vous le saurez d'abord sur TikTok
Fousta
Laissons faire les grands ,les russes peuvent brouiller toute communications sur plusieurs centaines de kilomètres.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le spyware Predator a infecté des smartphones Android en exploitant une faille 0-day
3 bons plans VPN pour assurer votre sécurité en ligne
Ces deux failles critiques ont été exploitées par des hackers d'État
Pwn2Own : Windows 11 et Microsoft Teams hackés, plusieurs fois
Google dépose le bilan en Russie
Ce nouveau hack permet de récupérer vos informations bancaires
Surfshark VPN s'offre enfin une interface sous Linux
Ces 200 applications Android vous espionnent et volent vos données, supprimez-les d'urgence !
Une nouvelle arnaque bancaire par téléphone signalée par la DGCCRF
Ransomware : ce groupe de hackers russes est considéré comme le plus dangereux
Haut de page