Google Fonts : le répertoire de polices Web fait peau neuve

16 juin 2016 à 12h18
0
Le répertoire de polices Web libres de droit mis en place par Google fait peau neuve et simplifie la prévisualisation pour les développeurs.

A l'occasion de la conférence I/O de 2012, Google levait le voile sur un répertoire de polices spécifiquement pensé pour les développeurs Web. L'objectif est de permettre l'usage de certaines polices non présentes sur les machines des internautes pour embellir la typographie des sites Internet. Ces dernières seront donc directement récupérées depuis le serveurs de Google.

Pour cette nouvelle mouture de Google Fonts, la société se base sur les codes de Material Design. Le site est donc relativement épuré. Il sera possible de filtrer rapidement les familles de polices disponibles avec ou sans empattement mais également en fonction de la finesse ou de la largeur de chacun des caractères. Google Fonts offre en outre davantage d'options pour voir rapidement l'usage d'une police sur un paragraphe, l'alphabet, les caractères numériques ou un sur un extrait personnalisé.


Le répertoire dispose de 804 polices, chacune disposant elles-mêmes de différentes épaisseurs selon les options définies par leurs designers respectifs. L'insertion au sein d'une page Web est toujours aussi simple, soit important une feuille de style externe au sein du fichier CSS, soit en référençant cette dernière dans l'en-tête du document HTML.

Voici une présentation de la nouvelle version de Google Fonts :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Airbnb n'a pas fini d'inquiéter les hôtels
Le cloud souverain : un échec à 56 millions d’euros ?
Le
E3 2016 : Watch Dogs 2 nous rassure, manette en mains
L'Allemagne envisage à son tour l'interdiction de la voiture thermique d'ici 2030
Chrome 53 : vers une optimisation majeure des performances
E3 2016 : Batman Arkham VR, virée à Gotham en réalité virtuelle
Ondes gravitationnelles : un second signal détecté
Amazon Prime Now : des produits frais livrés en 1 h à Paris
Android Nougat : une 4e preview désactive l'alternative à 3D Touch
Haut de page