Google intègre à son moteur une alternative à Twitter pour les VIP

01 juin 2018 à 15h36
0

Sur le domaine du Web social, Google n'a jamais réussi à trouver sa place. Google Buzz a fait polémique tandis que Google+ était déserté au point d'être désormais transformé en une collection de groupes de discussion. Mais la firme californienne n'a pas dit son dernier mot et revient, cette fois avec Google Post.

Plus précisément, le service est pour l'heure réservé aux candidats des primaires des élections aux Etats-Unis. Par la suite, Google entend ouvrir ce réseau à d'autres personnalités publiques.

Concrètement, les membres sont invités à publier un message, lequel apparaîtra parmi les résultats de recherche lorsque leur nom a été saisi dans le moteur. Le message reflète la position de la personne sur une thématique spécifique. Un exemple est visible dans la colonne de droite sur cette page

035C000008372624-photo-google-post-ban.jpg


Si Google ouvre plus largement cette plateforme à l'avenir, elle pourrait alors se transformer en une alternative à Twitter et le moteur de recherche deviendrait ainsi une sorte de flux continu pour les célébrités mais également pour les organisations souhaitant réagir à divers faits d'actualité tout en profitant d'un maximum de visibilité.

  • Téléchargez Google+ pour iOS
  • Téléchargez Google+ pour Android
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Logiciel antipollution : Volkswagen coupable d'avoir intentionnellement fraudé
BMW dans 5 ans : du
VTOL X-Plane : la Darpa planche sur un avion à décollage et atterrissage à la verticale
Microsoft annule Fable Legends et compte fermer deux studios, dont Lionhead
Android : un malware qui peut toucher 500 millions de terminaux
Face aux demandes de Bruxelles, Google étend le droit à l'oubli (màj)
Le calcul quantique fait un bond en avant
E3 : les grands éditeurs désertent l'édition 2016, quel avenir pour la grand-messe du jeu vidéo ?
Google Hangouts : une application universelle et officieuse pour Windows 10 (et Mobile)
Chrome 49 : 26 failles corrigées pour 36 500 dollars
Haut de page