Pétition pour un troisième sexe sur Facebook

01 juin 2018 à 15h36
0
Une pétition en ligne a été lancée pour demander à Facebook de modifier le choix du sexe dans le profil utilisateur. All Out, mouvement de défense des droits des LGBT, à l'origine de la pétition, souhaite ainsi qu'un troisième choix de sexe devienne disponible pour les personnes ne se considérant ni homme, ni femme.

00C8000004466036-photo-choix-sexe.jpg
Si vous vous êtes récemment inscrit sur Google+, vous avez peut-être tiqué au moment de renseigner votre genre : sous « Homme » et « Femme » se trouve un troisième choix : « Autre ». Quel intérêt ? All Out apporte aujourd'hui la réponse. Ce mouvement en ligne de défense des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) vient de lancer une pétition pour que Facebook, à son tour, permette à l'utilisateur de choisir autre chose qu'homme ou femme pour définir son genre.

Adressée à Randi Zuckerberg, responsable des campagnes à but social chez Facebook et soeur de Mark, la pétition demande la reconnaissance des « millions de gens dans le monde dont le genre ne s'accorde pas au masculin ou au féminin (...). Pour vous, il s'agit d'un changement simple. Mais pour des millions de personnes, c'est un pas décisif pour la visibilité, la reconnaissance et surtout le respect des utilisateurs aux identités diverses ».

Un changement simple ? Pas si sûr. Car Facebook n'a pas toujours été aussi restrictif. Ce n'est qu'il y a trois ans que le réseau social a demandé à tous ses utilisateurs de choisir s'ils correspondaient à un « il » ou à un « elle » dans un souci... grammatical. Auparavant, dans la version anglophone, si un utilisateur s'auto-taggait dans une photo par exemple, Facebook prévenait ses amis que « Marie has tagged themself to this photo ». Themself, « un mot qui n'existe même pas vraiment », déclarait alors Facebook pour justifier le fait que l'utilisateur, désormais, devait choisir entre « himself » et « herself ».

Si Facebook devait faire un pas en arrière pour satisfaire la demande de All Out, le problème du « themself  »se poserait à nouveau. Et il ne concerne pas que la version anglophone : en France par exemple, si Marie ne renseigne pas son sexe dans son profil, des phrases aussi grammaticalement pénibles que « Marie est désormais ami avec Jean » existeraient.

La balle est dans le camp de Facebook, qui devra choisir entre le respect d'une bonne grammaire et les demandes des « sans-genres ».

01F4000004466004-photo-facebook-sexe-genre.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

La Cnil autorise l'étude de la frappe au clavier
VIA Labs VL751 : vers des clés USB 3.0 lisant à 120 Mo/s
Andy Bryant sera le prochain président d'Intel en 2012
Qualcomm : un SDK pour la réalité augmentée sur iOS
Acer Aspire 5755 : un PC portable polyvalent abordable
Google teste une nouvelle interface pour son moteur
WiFi en Chine: les cafés doivent payer pour contrôler les internautes
Google Maps 5.8 pour Android se rapproche d'un cran de Foursquare
Résultats Meetic : le CA stagne, mais la rentabilité progresse
Google se propose d'optimiser vos pages web
Haut de page