Live Japon: informatique vestimentaire (2) et savoir-faire publicitaire

le 28 juin 2014
 0
01F4000007463089-photo-live-japon-28-06-2014.jpg


Savez-vous ce que sont les Moverio ? Eh bien ce sont les lunettes-écrans pour smartphone ressemblant à des lunettes de soleil que va mettre en vente au Japon dès lundi le groupe japonais Epson. Et qu'en disent les médias japonais ? Eh bien qu'il va ainsi devancer des géants de l'électronique sur ce marché naissant de "l'informatique vestimentaire". Du coup, ils sont fiers.

01F4000007462685-photo-live-japon-28-06-2014.jpg


Comme Live Japon vous l'a déjà expliqué il y a deux semaines, les Japonais sont à l'affût de toutes les nouveautés dans ce domaine, un peu comme s'ils considéraient que c'est LEUR territoire et qu'il ne faut pas qu'ils soient distancés. Alors, quand l'américain Google et les sud-coréens Samsung et LG présentent les premières montres et autres objets sous Android wear (la version idoine d'Android pour ces objets), ils sont à la fois tout excités mais en même temps un peu agacés. Ils rappellent alors volontiers, comme l'a fait la chaîne publique NHK cette semaine, que les Nippons ne sont pas en reste, que Sony a déjà sorti depuis quelque temps sa Smartwatch 2, et qu'Epson, donc, va mettre ses lunettes sur le marché pas plus tard que le 30 juin.

01F4000007462687-photo-live-japon-28-06-2014.jpg

Appelées Moverio, ces lunettes d'Epson pèsent 88 grammes et devraient être vendues entre 430 à 575 euros. Elles permettent de voir l'environnement dans lequel on se trouve, au centre duquel vient se positionner l'image vidéo. En concentrant son regard au milieu, l'utilisateur a la sensation d'avoir devant les yeux un très grand écran de 320 pouces de diagonale. Si au contraire il élargi son angle de vision, il verra surtout les alentours réels.
Outre des films et contenus vidéos divers, elles permettent de voir tout ce qui est a priori visible sur un écran de smartphone, à commencer par les sites internet, des écrans de jeu ou encore des indications de radionavigation.

01F4000007462699-photo-live-japon-28-06-2014.jpg

Epson explique que les lunettes seules ne permettent pas de voir l'étendue des possobilités offertes, car celles-ci dépendent grandement des applications. De fait, plusieurs programmes dédiés sont d'ores et déjà annoncés pour donner une réelle valeur ajoutée à ces lunettes, par exemple un programme d'astronomie qui enseigne le nom des étoiles et constallations sur fond de ciel réel.
Voilà, les Japonais sont donc fiers des lunettes d'Epson dont on avait il est vrai vu un prototype il y a plusieurs années. Las, le grand public ignore souvent que ce groupe (qui comprend aussi le fabricant de montres Seiko) a des compétences bien plus étendues que les imprimantes et scanners.

01F4000007462689-photo-live-japon-28-06-2014.jpg
01F4000007462691-photo-live-japon-28-06-2014.jpg

Puis, quand on parle de bracelets pour le suivi de la santé, peut-être d'aucuns d'entre-vous pensent-ils aux modèles de Nike, Jawbone, Acer ou LG. Les médias japonais n'ignorent bien entendu pas leur existence, et certains de ces produits sont aussi disponibles au Japon. Mais lorsque chaînes de TV et journaux en parlent, c'est pour mieux rappeler que, là encore, les fabricants nippons ne sont pas en reste: la preuve, Sony a bel et bien sorti son Smartband, un bracelet connecté qui mémorise la vie de son utilisateur (combien de temps de marche, d'écoute de musique, de sommeil, combien de photos prises, etc, et ce de façon horodatée).

01F4000007462693-photo-live-japon-28-06-2014.jpg

Surtout, les Japonais ont beau jeu de rappeler qu'ils n'ont pas attendu que les autres lancent leurs produits pour s'y mettre. Cela fait des années en effet que sont proposés au Japon des podomètres de tous les styles ainsi que des téléphones portables intégrant cette fonction de mesure du nombre de pas effectués en une journée. Le beau-père de l'auteur de ses lignes, un grand marcheur, compte ses exploits depuis des années avec son mobile, et ce n'est pas un smartphone.

01F4000007462695-photo-live-japon-28-06-2014.jpg

Il y a ainsi une collection incroyable de prodomètres dans les rayons des enseignes d'éléctronique du Japon, et même dans les pharmacies. Leurs fabricants se nomment Terumo, Omron ou encore Tanita, et ce sont entre autres des spécialistes des pèse-personnes, tensiomètres et autres appareils de mesure. Au départ, leurs produits étaient de simples outils pour connaître son poids, sa tension et distances marchées, mais désormais ils sont dotés de technologies pour communiquer avec les PC et/ou téléphones portables dotés d'applications spécifiques pour conserver un historique de l'activité physique et de l'évolution de la masse corporelle. Bref, ils n'ont pas grand chose à envier aux bracelets qui commencent à faire fureur. Le problème de ces sociétés c'est qu'elles n'ont en général pas la puissance de frappe médiatique d'un Apple ou d'un Google pour faire connaître leurs produits et surtout faire en sorte que le fait de les posséder soit un motif de fierté comme cela peut l'être avec des iPhone, Google Glass ou même désormais les casques audio Beats.


01F4000007462697-photo-live-japon-28-06-2014.jpg

Cela rappelle à l'auteur de ces lignes une autre anecdote: deux ans avant qu'Apple ne présente son iPad, le japonais NEC avait développé une tablette tout autant attractive. Finalement, il ne l'a lancée que plus tard, et quasi excluvisement pour des usages professionnels. Il y aurait encore sans doute nombre d'autres exemples de ce type. Tout cela pour dire qu'autant que l'innovation technique compte la capacité à évaluer le bon moment pour sortir un produit et le savoir-faire commercial et médiatique pour le promouvoir. Même les très grands noms nippons comme Sony se trompent parfois. On l'a vu la semaine dernière avec Aibo et Qrio proposés bien trop tôt, on pourrait aussi citer le livre électronique: Sony en a commercialisé un bien avant Amazon et Apple, il s'appelait Librié, utilisait déjà l'encre électronique et c'était en 2004. Ce fut un flop. Sony s'est rattrapé un peu avec le Reader, mais c'est fini,Sony vient de quitter ce marché à l'étranger.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
scroll top