Live Japon : s'informer absolument, mais à quelle source ?

03 avril 2011 à 11h18
0
Plus 20 jours déjà depuis le terrible séisme de magnitude 9 suivi d'un tsunami dévastateur dans le nord-est du Japon. A l'exception de la région du sud-ouest, le fonctionnement de l'archipel est chamboulé, tout comme la chronique Live Japon, ce dont l'auteur vous prie de l'excuser. Depuis trois semaines, Tokyo ne se ressemble plus, les magasins ferment plus tôt, les circuits d'approvisionnement sont perturbés, les métros moins fréquents, les publicités moins nombreuses et tout le monde se plie, avec plus ou moins bonne grâce, aux économies d'électricité. La ville est sombre, l'humeur morose, et cela risque de durer, à cause de la menace que continue de représenter le très grave accident nucléaire de la centrale Fukushima Daiichi (Fukushima N°1).

Dans cette ambiance totalement inédite et anxiogène, les informations parfois contradictoires affluent de toutes parts, et nul ne sait désormais à quelle source s'abreuver, à quel saint se vouer. C'est cet accablement que traduit l'illustration de JP Nishi, lui aussi profondément touché, comme tous ses concitoyens, par la tragédie dont est victime le Japon (quelque 28 000 morts et disparus selon le plus récent bilan, toujours provisoire).

01F4000004138700-photo-live-japon-s-isme-japon-information-manga-nishi.jpg

Ce dessin, très révélateur pour ceux qui vivent actuellement au Japon, évoque l'angoisse de l'internaute devant son écran, naviguant entre l'image d'un spécialiste intervenant à la TV pour expliquer la situation à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (en haut à gauche), la couverture jugée scandaleuse car traumatisante du magazine AERA, l'archipel avec la zone d'évacuation autour de la centrale, le ministre de l'Industrie qui appelle la population à minimiser sa consommation d'électricité, les réacteurs de la centrale que l'on arrose tant bien que mal pour éviter que le combustible nucléaire ne fonde, l'image du coeur d'un réacteur telle que ne cessent de la présenter journaux et télévisions et des milliers et milliers de contributions des uns et des autres sur Twitter.

00B4000004138712-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg
Cette "grande catastrophe du nord-est du Japon" est la plus importante depuis 1923 et la première qui survient dans l'archipel depuis la démocratisation d'internet (lors du séisme de Kobe en 1995, le réseau n'était encore qu'embryonnaire). De facto, l'on peut mesurer à quel point la Toile est devenue ce qu'on appelle ici "une ligne de vie".

Twitter autorise chacun de poster des messages brefs qui racontent une expérience, diffusent efficacement des informations à l'attention des citoyens, mettent en relation des structures d'aide et victimes, permettent à des journalistes de donner rapidement les plus importantes informations, renvoyant vers les articles afférents plus détaillés. Le bureau du Premier ministre japonais et l'un de ses bras droits utilisent aussi assidument Twitter pour prévenir d'un point de presse, indiquer la mise en ligne de nouvelles données et publier des compte-rendus de conférences. Le président du principal parti d'opposition est également un grand utilisateurs de Twitter.

De grands patrons d'entreprises aussi y vont de leur opinion sur les faits présents. Masayoshi Son, l'influent PDG-fondateur du groupe de services internet et de télécommunications Softbank, est un des plus actifs, qui n'a de cesse de poster sur le sujet. On l'a vu aussi à la télévision, les traits tirés et manifestement très affecté par ce drame national. Le réseau cellulaire de son groupe a été durement endommagé dans la vaste zone totalement ravagée par le tsunami qui a atteint plus de 16 mètres par endroits. Ces dégâts sont certes douloureux pour les finances de Softbank, mais il semble qu'ils le soient plus encore pour M. Son, lequel aimerait que le téléphone portable soit un vrai outil de secours lors des sinistres comme celui-là.

Par ailleurs, comme le montrait le manga de JP Nishi illustrant le précédent Live Japon, de jeunes soldats-secouristes utilisent aussi Twitter pour faire part de leur expérience et impressions, un moyen sans doute thérapeutique face à l'horreur.

Outre les "tweets", contributions diverses d'organismes ou particuliers sur des sites communautaires, retransmissions de conférences de presse sur les sites "Niko Niko Doga" ou Ustream et diffusions de vidéos (notamment sur YouTube), des grands noms de l'internet ont également bousculé leurs pages pour proposer des services nouveaux liés à ce désastre. Ainsi a-t-on vu apparaître sur la page d'accueil japonaise du moteur de recherche Google une section "Informations sur la grande catastrophe du nord-est du Japon".

000000C804138702-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg
000000C804138704-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg

Dans cet espace figure notamment un outil de "recherche de personnes" censé permettre de retrouver des individus, de poster une information sur quelqu'un ou de signifier que l'on est à sa recherche. On peut tenter de prendre des nouvelles de quelqu'un par différents critères, dont le nom (en tout ou partie), un numéro de téléphone portable. A chaque information ou requête concernant une personne, il est possible de faire figurer une photo. En d'autres termes, il s'agit un peu de la version en ligne des affichettes que l'on collait autrefois dans les lieux publics et distribuait dans les rues pour tenter de recueillir des éléments inédits sur l'un des siens.
Ce service de Google est aussi disponible dans les langues étrangères les plus parlées au Japon (anglais, chinois, coréen, portugais, espagnol, vietnamien). La base de données afférente est liée à celle de la chaîne de télévision NHK, ainsi qu'à celles des préfectures meurtries, de la police et de grands journaux (Asahi Shimbun, Mainichi Shimbun). Une autre page Google dresse quant à elle l'index de tous les centres de refuge et les positionne sur une carte.

000000C804138706-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg
000000C804138708-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg

La section Google dédiée au séisme et à ses conséquence présente également un outil d'informations sur les structures d'aide et centres d'accueil de réfugiés ainsi qu'un outil pour poster des images des listes de personnes qui s'y trouvent. Il est également possible, depuis cette même page, d'adresser un don d'argent à la Croix Rouge japonaise ou d'accéder directement aux sites les plus utiles (page du gouvernement, de l'Agence de sûreté nucléaire, des services de transport, etc.) référencés par type.

Le concurrent de Google, Yahoo! Japan, a lui aussi consacré une section spéciale à la catastrophe avec, là encore, des outils pour prendre des nouvelles de personnes, des guides pour les habitants des préfectures touchées, des liens vers des associations et diverses autres ressources potentiellement nécessaires. A noter que Google et Yahoo! renvoient chacun vers la page, complémentaire, de l'autre, ce qui est une sage attitude tant la concurrence n'a pas sa place dans ce genre de circonstances.

012C000004138710-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg

Il est fort possible que Live Japon revienne une fois de plus la semaine prochaine sur ce drame et ses conséquences pour les médias et services en ligne, mais pour terminer cette semaine, saluons une initiative tout-à-fait originale d'un Britannique résidant au Japon.

Mu par le désir d'aider les victimes du tremblement de terre meurtrier il a réuni, via internet, blogueurs et écrivains pour créer un livre d'histoires sur le drame. Le résultat, "Quakebook", est une émouvante collection de photos, souvenirs et réflexions. L'initiateur de ce projet, qu sévit sur un blog et apparaît sur Twitter sous le pseudo "ourmaninabiko" avait, une semaine après le séisme, posté un appel collectif sous la forme d'un "tweet" disant:. "Je veux écrire un livre d'expériences vécues sur le séisme, le publier et verser tous les bénéfices à la Croix-Rouge. Nous avons la technologie". "Si tout le monde écrit 250 mots - une page - ou présente ses tweets favoris, photos ou illustrations, je peux publier en quelques jours", avait ajouté ce résident de Chiba (est de la préfecture de Tokyo), qui préfère ne pas être nommé afin de préserver l'esprit communautaire du projet. Moins de 45 minutes après son premier tweet, il reçut la première contribution. Plus de 200 personnes ont été impliquées dans le projet, y compris des éditeurs et traducteurs volontaires.

012C000004138714-photo-live-japon-s-isme-japon-information.jpg

Certains des contributeurs de Quakebook, comme Yuki Watanabe, originaire de Fukushima qui vit maintenant à Tokyo, ont de la famille dans la zone touchée. "La maison de mes parents est à 40 km de la centrale nucléaire de Fukushima. On leur a dit qu'ils doivent rester à l'intérieur", écrit-elle, selon des extraits de l'ouvrage à venir. Cette oeuvre collective n'aurait bien sûr pas été possible en si peu de temps avant l'émergence des sites de réseaux sociaux comme Twitter", assure l'initiateur de Quakebook.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top