Test Sony WF-XB700 : extra bass tranquille et autonome

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
27 avril 2020 à 16h48
0
8
À l'ombre du meneur WF-1000Xm3, les gammes intermédiaires de True Wireless Sony peuvent se lâcher un peu. C'est le cas des fraîchement lancés WF-XB700, reprenant le flambeau de l'historique dénomination Extra Bass de Sony et leur emphase dans le bas du spectre. Pas autant d'ambition que le haut de gamme WF-1000Xm3, à commencer par l'absence de réduction de bruit active et de surface tactile, mais la promesse d'une sacrée expérience pour les amoureux d'un bon gros son qui tache, le tout pour 150 euros au lancement. Un concurrent des Audio-Technica ATH-CK5STW en somme.

Plus c'est gros plus ça passe

Les True Wireless Sony, il faut croire que cela prend de la place. À l'instar des WF-1000Xm3, la recette des XB700 tient encore de l'addition grosse boite + gros écouteurs, très éloignés de celle des produits Apple par exemple.

Test Sony WF-XB700 Clubic (21).jpg

Si l'on compare aux rivaux basseux CKS5TW et les Sony WF-XB700 en termes d'encombrements, tout est à peu près équivalent. La boite du Sony est certes volumineuse, mais globalement compatible avec une poche (pas toutes), et les écouteurs, même si disposés différemment n'occupent pas un volume vraiment plus important que les Audio-Technica ou même les WF-1000Xm3 (plus allongés).

Test Sony WF-XB700 Clubic (24).jpg

Les écouteurs ne sont pas spécialement discrets, en partie à cause de leur trogne tordue façon vilebrequin. On pourrait diviser chaque écouteur en trois parties :

  • Une tranche externe noir mat légèrement grainée (très agréable au toucher). Celle-ci accueille un petit bouton et un micro à l'avant, ainsi qu'une diode d'état à l'arrière.
  • Un anneau brillant, créant cet effet de torsion de par sa forme. C'est aussi sur lui que viennent s'intégrer les connecteurs métalliques pour la recharge.
  • Le plateau destiné à se caler sur l'oreille, incluant la canule (tige où se place les embouts) ainsi qu'un petit évent.

Test Sony WF-XB700 Clubic (15).jpg

La marque ne nous a pas vendu de luxe ou de fabrication façon tank, et pourtant le rendu est excellent en main. Pas de jeu, de grincement ou autre désagrément. Le XB700 est à la fois agréable en main, construit dans un plastique sérieux, et bien assemblé, le tout sans partir dans un design de mauvais gout. Notons que l'écouteur existe en version bleu pétrole et en version noire (la version testée), différence de couleur s'exprimant sur le logo extérieur, sur l'anneau brillant, ainsi que sur la teinte de la boite de recharge.

Test Sony WF-XB700 Clubic (26).jpg

Pour finir, Sony a intégré une certification IPX4 au produit (résistance aux projections d'eau), un point maintenant assez classique pour cette gamme de prix, mais absent des WF-1000Xm3 par exemple. Un progrès donc.

La boite de recharge est encore une fois un peu volumineuse, mais fait de son mieux compte tenu des écouteurs. Arrondie et irrégulière en épaisseur, elle bénéficie elle aussi d'un assemblage sérieux même si le plastique utilisé sonne alors un peu plus léger (sans doute son utilisation sur des dimensions plus importantes).

Test Sony WF-XB700 Clubic (19).jpg

Branchement USB-C pour la recharge, mais absence de charge par induction. Sur ce domaine, Sony ferait bien de s'activer un peu, particulièrement pour les prochains WF-1000Xm4. On ne retrouve aucune diode d'indication de charge... du moins en apparence. Le capot du boitier n'est en effet pas totalement opaque. Une diode rouge à l'intérieur du boitier permet de vérifier que le produit est en charge, cela à travers le capot. Même chose pour les écouteurs, leur diode se distinguant facilement. Il est simplement dommage de ne pas utiliser plusieurs couleurs de diode (écouteurs et boîtier) afin de connaitre le niveau de batterie. Tant que les écouteurs ou le boitier sont en charge, cette diode associée est rouge, puis s'éteint simplement une fois à 100 % (ou hors charge).


Presque pour le sport

Le confort reste une chose extrêmement subjective, et ces Sony WF-XB700 n'échapperont pas à la règle en proposant une forme intra-auriculaire plutôt standard.

Test Sony WF-XB700 Clubic (18).jpg

Histoire de recycler un peu les affaires, la canule est exactement la même que celle des WF-1000Xm3. Le côté intrusif est donc à peu près le même en apparence et les embouts de l'un sont compatibles avec l'autre. Ceux-ci sont un peu moins nombreux que ceux de son grand frère, à savoir un simple jeu de modèles en silicone gris (en 4 tailles).

En allant un peu plus dans les détails, les canules des XB700 sont plus rapidement stoppées par l'oreillette, l'écouteur ne peut donc pas s'enfoncer autant en pratique. Mais surtout, l'équilibre des WF-XB700 est plus naturel et plus ferme. Là où les WF-1000Xm3 reposent uniquement ou presque sur leurs embouts, les WF-XB700 exploitent cet espèce de design en vilebrequin pour une bonne raison : cela permet de se caler dans la conque de l'oreille après un petit mouvement de rotation lors de l'insertion. La différence sur le port est notable, puisque l'écouteur ne tombe pratiquement plus. Il est alors possible d'envisager, potentiellement, une pratique sportive, chose qui était tout simplement impensable avec les 1000Xm3.

Test Sony WF-XB700 Clubic (25).jpg

Les XF-XB700 sont loin d'être parfaits puisqu'il y a plus léger et moins intrusif, mais nous sommes dans quelque chose de tout à fait correct. Attention tout de même avec les très petites oreilles, le système de calage dans la conque risque de pousser un peu trop.

Tout dans les boutons

Deux boutons, mais suffisant pour tout faire ou presque. Sony, en les plaçant sur la tranche des écouteurs et non sur leur face, permet de ne pas pousser vers le canal auditif (coucou Cambridge Melomania 1 et Klipsch T5) ce qui parait logique.

Test Sony WF-XB700 Clubic (7).jpg

Pour ne pas trop s'emmêler les pinceaux, les WF-XB700 répartissent les commandes sur le bouton droit et le bouton gauche avec respectivement :

  • Bouton droit : 1 clic pour décrocher les appels, la lecture et la pause ; 2 clics pour la piste suivante ; 3 clics pour revenir en début de piste / piste précédente ; pression prolongée pour un appel à l'assistant vocal
  • Bouton gauche : 1 clic pour augmenter d'un cran le volume sonore ; pression prolongée pour diminuer le niveau sonore (diminue tant que le doigt est appuyé)

Le casque se met en profil d'appairage automatiquement une fois sorti de la boite (sauf s'il se connecte déjà à un appareil), du moins pour les smartphones Android, il suffit alors de l'ajouter dans les nouveaux périphériques Bluetooth. Sur iOS et autres, il reste nécessaire d'appuyer 7 secondes sur les deux boutons afin de déclencher cet appairage.

Une isolation passive tout à fait agréable

La façon de "sceller" l'écouteur dans l'oreille permet aux XB700 d'atteindre un bon niveau d'isolation et, malgré une canule équivalente à celle des WF-1000Xm3, de les battre sur ce point.

Test Sony WF-XB700 Clubic (17).jpg

On a déjà vu supérieur, puisque les écouteurs n'isolent pas du tout les basses en dessous des 100 Hz, chose que le Momentum True Wireless 2 parvenait à faire par exemple, mais l'atténuation des fréquences est déjà assez sensible dès les médiums, pour y aller encore plus franchement avec les aigus. Un modèle tout à fait recommandable, même s'il n'intègre pas de réduction de bruit active.

Un micro qui ne fait pas de progrès

Sony n'est pas spécialement réputé pour la qualité du son en kit mains libres sur ses récents modèles. Les WF-1000Xm3 ne sont peut-être pas catastrophiques... mais vraiment pas loin. Et malheureusement les WF-XB700 ne font pas mieux.

Le son en environnement calme est correct, même si très étouffé et parfois marqué par quelques artefacts. Par contre le rendu en milieu bruyant (testé avec quelques bruits de foule et sons de la ville sur enceintes, confinement oblige) est à la limite de l'inaudible, puisque le micro n'arrive que très difficilement à isoler la voix. Bref un son parfois lointain, souvent haché et hachuré, pas spécialement son point fort.

Un Sony sevré de Sony

Commençons par LA mauvaise nouvelle : le WF-XB700 n'est pas compatible avec l'application Headphones Connect (du moins pas encore). Bien que plutôt réservée aux casques à réduction de bruit et aux produits haut de gamme en général, cette application aurait permis d'intégrer quelques options intéressantes dont l'égaliseur et les algorithmes de traitement sonore, un indicateur plus précis du niveau de batterie (affiché dans les réglages sous Android et iOS) ou même des maj faciles. Tristesse...

Test Sony WF-XB700 Clubic (11).jpg

Pour continuer avec une deuxième mauvaise nouvelle, cette fois-ci un peu attendue : absence de multipoint. Pas possible donc de se connecter en profil audio sur deux produits à la fois, il est nécessaire de se déconnecter d'un smartphone pour se connecter sur une tablette par exemple.

Enfin, Sony a fait le choix étrange de laisser la connexion principale uniquement sur l'écouteur gauche. Le type de connexion semble être de type sniffing (pas en pur maître-esclave, mais par "renifflage" du flux du premier écouteur par le second), mais la marque nous laisse cette étrange petite vieillerie de fonctionnement.

Pour faire plus simple, le modèle ne se connecte qu'en sortant l'écouteur gauche, et se déconnecte dès que celui-ci est rangé. D'autant plus étrange que les commandes avec l'écouteur gauche seul ne se modifient pas, il ne permet alors que de contrôler le volume.

Test Sony WF-XB700 Clubic (2).jpg

Sur le plan des codecs Bluetooth rien de vraiment surprenant, surtout pour un True Wireless Sony. Sachant qu'implanter les codecs AptX HD et LDAC reste illusoire (débit intenables en conditions réelles, et trop grande perte d'autonomie) et que Sony fait maintenant largement l'impasse sur les technologies Qualcomm en boudant codecs et puces. On retrouve donc que les codec SBC et AAC, bien suffisants pour des écouteurs de ce type.

9 h de boom boom

À croire que les True Wireless basseux ont tous une vie de chameau. Les Audio-Technica CKS5TW explosent toujours la concurrence en passant sans trop de casse les 15 h (voire 20 h sous certaines conditions), mais les Sony nous annoncent 9 h tout de même, un chiffre dans une moyenne très haute, rarement atteinte en pratique. Petit applaudissement des deux mains puisque les écouteurs nous ont donné selon les tests :

  • 8 h 15 en SBC connecté à une surface pro 4 avec volume autour de 70 %
  • 10 h 15 en AAC connecté un ipad sous iOS 13.3.1 à 60% du volume max
  • 9 h 10 en AAC sous Android 10 avec un Pixel 3 XL, volume à 60 %

Bref un score qui n'est pas un record, mais déjà bien plus qu'il n'en faut pour n'importe quel usage.

Test Sony WF-XB700 Clubic (3).jpg

Ajoutons à cela que la boite de recharge permet un cycle supplémentaire. On serait tenté de dire "seulement", mais cela permet malgré tout de conserver une taille acceptable en limitant le volume de la batterie. Ce dernier point est parfaitement respecté en pratique, avec même un petit 1,2 recharge (au jugé) dans le meilleur des cas.

La recharge des écouteurs est annoncée à 2 h 30 pour du 100 %, et 3 h pour une recharge totale boite + écouteurs. En pratique, 1 h 30 est suffisant pour une recharge des écouteurs, et nous tournons autour des 2 h 45 la recharge complète boite + écouteurs.

La maîtrise équilibrée d'une basse monstrueuse

Ah quel plaisir d'avoir une signature sonore intelligemment basseuse ! Quel plaisir donc que ces Sony WF-XB700.

Test Sony WF-XB700 Clubic (22).jpg

La surprise est assez grande, car à l'écoute, le modèle paraîtrait presque équilibré. Sony a clairement boosté les basses, en gros les fréquences entre 20 Hz et 200 Hz (la fin de l'accentuation), avec une grosse pointe dans les fréquences les plus "viscérales" autour des 60 Hz. Cela se traduit par une sensation ample, assez mécanique, se propageant presque dans tout le crâne au lieu d'être une simple rondeur dans le son.

Passés les 100-200 Hz dans lesquels l'accentuation s'atténue déjà, le modèle est plutôt équilibré. Des médiums bien réguliers, légèrement chauds, sans creux trop marqué ; des aigus présentant 2-3 pointes histoire de donner un petit surplus de clarté.

Test Sony WF-XB700 Clubic (13).jpg

Ce genre de signature fait que le produit ne se comporte pas vraiment comme un modèle trop lourd, aux basses débordant sur le reste des fréquences, mais plutôt comme un produit assez équilibré auquel on aurait rajouté un petit caisson de basses.

Pour faire simple, les WF-XB700 ne vont pas balancer gratuitement des basses ou exagérer lorsqu'il n'y en a pas besoin. Et ce besoin, justement, s'exprime dans le côté extrêmement enveloppant d'une ligne de basses, dans la propagation d'une vibration, dans une assise sonore prêt à vous botter les oreilles.

Contrairement aux Cambridge Melomania 1 ou aux Audio-Technica CKS5, deux produits également portés sur les basses, le Sony n'englobe pas les médiums dans son boost. Ces deux concurrents perdent un peu en cohérence sur les voix en proposant une sonorité plus grasse, le Sony restant plus clair. Son boost est plus resserré et plus bas dans les fréquences. Une affaire de préférence, mais malgré leur dénomination Extra Bass les XB700 ont un côté un peu plus audiophile, plus à l'aise avec les aigus surtout.

Test Sony WF-XB700 Clubic (27).jpg

On n'ira pas jusqu'à parler d'un sommet de qualité sonore, mais le transducteur utilisé est parfaitement respectable techniquement, détaillé et précis, adapté à tous les styles. On lui reprochera peut-être un petit manque de tranchant et d'aération dans l'écoute, sa scène sonore est par exemple large, mais pas forcément très profonde. Les WF-XB700 sont particulièrement à l'aise avec l'électro et les musiques type rap (sans doute son style de prédilection), mais se défendent étonnamment bien sur les autres genres comme le classique, sur lequel des instruments comme la contrebasse vont avoir de quoi résonner. Pas trop de limitation de styles, plutôt des préférences d'utilisateurs.

Une sonorité assez étonnante, mêlant parfaitement son emphase dans les basses et le bon équilibre général. Un rendu tout à fait valable pour les 150 euros demandés.

L'avis de Clubic sur les WF-XB700

Excellente pioche que ce produit plus adroitement pensé qu'il n'y parait au premier abord. Très autonome, bien fini, très puissant, mais riche d'un point de vue sonore, il trébuche pourtant sur quelques points, à commencer par l'absence de compatibilité avec l'application Sony Headphones Connect.

Sony WF-XB700

8

Les plus

  • Autonomie impressionnante
  • Des basses mises en avant mais maîtrisées
  • Bonne tenue
  • Isolation passive plus que correcte
  • Bonne fabrication

Les moins

  • Mode mono-écouteur limité
  • Pas de compatibilité Headphones Connect
  • Pas de Multipoint
  • Micro très moyen

Construction8

Ergonomie7

Confort7

Autonomie9

Qualité sonore8


Modifié le 27/04/2020 à 17h53

Soyez toujours courtois dans vos commentaires et respectez le réglement de la communauté.

0
0

Actualités récentes

Black Friday : les meilleurs bons plans et promos high-tech en DIRECT
La 5G serait 90% plus efficace que la 4G en termes d'énergie, selon Nokia
Profitez du Black Friday pour offrir un clavier gamer RGB Aukey à prix cassé
Bon plan Cdiscount : l'aspirateur Dyson V7 Motorhead en promo pour le Black Friday
L'ESA a publié les nouvelles données collectées par la sonde Gaia
SSD portable SanDisk 1 To à prix cassé pendant le Black Friday Amazon
Black Friday : la Nintendo Switch Lite avec 4 jeux à moins de 300€
Black Friday Amazon : L'aspirateur robot Ecovacs Deebot 605 à -50 %
Sélection du TOP des offres sur Cdiscount avant le Black Friday
Économisez 200€ sur cette montre connectée Garmin Fenix 6X Pro grâce au Black Friday Amazon
Haut de page