Test TerraMaster F2-422 : le 10 GbE à petit prix

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
25 avril 2021 à 12h24
1
TerraMaster F2-422 © Nerces

Encore peu connu en France, TerraMaster tente de se faire un nom sur le marché du NAS en faisant directement concurrence aux ténors du secteur, QNAP et Synology ou, dans une moindre mesure, Asustor. Il dispose pour cela d’une interface logicielle riche et de matériels performants à des tarifs attractifs, comme ce F2-422.

TerraMaster F2-422
  • Solution 10 GbE à petit prix
  • Interface fluide et agréable
  • Chauffe peu, pas de bruit
  • RAM extensible jusqu'à 8 Go
  • Bonne puissance CPU (transcodage...)
  • Bibliothèque d'applications limitée
  • Performances 10 GbE décevantes
  • Pas de port PCIe, de port SSD M.2
  • Port HDMI encore peu utilisé

Il y a quelques mois, nous testions le F2-210 de chez TerraMaster, un modèle « premier prix » qui nous avait déjà agréablement surpris. Le constructeur enfonce aujourd’hui le clou avec toute une gamme de NAS équipés de processeurs plus costauds et compatibles avec les normes réseau les plus récentes. Plutôt que de destiner la gamme des Fx-422 aux particuliers, TerraMaster l’envisage plutôt pour les petites structures, entreprises et professions libérales. Voyons ce qu’il en est en pratique.

TerraMaster F2-422 © TerraMaster
Il faut retourner le F2-422 pour remarquer ses spécificités par rapport aux modèles inférieurs © TerraMaster

Fiche technique du TerraMaster F2-422

Pour faire suite aux F2-221, F4-221 et F5-221, TerraMaster distribue donc trois nouveaux NAS, logiquement baptisés F2-422, F4-422 et F5-422. Les prix s’échelonnent de 359,99 à 569,99 euros et la principale différence entre les trois modèles repose sur le nombre de baies : respectivement 2, 4 ou 5. Notez toutefois que TerraMaster distribue aussi un F8-422 capable d’intégrer jusqu’à 8 disques durs et avec un tarif qui « s’envole » logiquement : 1 499,99 euros.

Le TerraMaster F2-422, c’est :

  • Processeur : Intel Celeron J3455 quadruple-cœur @ 1,5 GHz (2,3 GHz en turbo)
  • Mémoire vive : 4 Go DDR4, extensible à 8 Go (1 emplacement disponible)
  • Nombre de baies : 2x SATA3 compatibles 2,5’’ et 3,5’’
  • Disques livrés : aucun
  • Capacité maximale : 32 To
  • Emplacements NVMe M.2 : non
  • Hotswap : oui
  • Dimensions : 227 x 119 x 133 mm
  • Poids : 1,51 kg à vide
  • Alimentation : 40 W, brique externe
  • Ventilation : oui, 1x 80 x 80 x 25 mm
  • Connectique : 2x USB-A 3.0, 2x RJ45 1 GbE, 1x RJ45 10 GbE, 1x HDMI
  • Port PCIe : non
  • Normes RAID : 0 / 1 / JBOD
  • Garantie : 2 ans
  • Prix et disponibilité : déjà disponible, à 359,99 €

Un rapide coup d’œil sur la fiche technique du F2-422 illustre bien à quel point TerraMaster s’est nettement rapproché de QNAP et Synology. Son NAS reprend à son compte les caractéristiques essentielles de leurs produits tout en gardant un tarif bien plus attractif. Par ailleurs, il semble parvenir à faire progresser certains points comme l’interface réseau ou la quantité de mémoire vive.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Quatre petites LED, mais pas le moindre port USB en façade © Nerces

Design et ergonomie

Depuis notre test du F2-210, on ne peut pas dire que TerraMaster ait décidé de révolutionner ses gammes. Le fabricant chinois procède comme ses concurrents taïwanais et conserve une certaine homogénéité sur ses produits et va même plus loin : il refuse effectivement de distinguer par le design « extérieur » l’appartenance de ses produits au segment des particuliers, à celui des PME ou aux grands comptes. Ainsi, notre F2-422 est en apparence très proche du F2-210. En réalité, nous vous mettons même au défi de repérer la moindre différence en jetant un simple coup d’œil à la façade des deux modèles de NAS.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Aucun système de verrouillage pour les deux berceaux © Nerces

Le plus logiquement du monde, on retrouve l’accès aux deux berceaux 3,5 pouces destinés à embarquer les unités de stockage. Contrairement à ce que peuvent faire certains concurrents, TerraMaster ne met en place aucune « porte » pour masquer ces berceaux. Il n’a pas non plus opté pour un quelconque verrouillage des berceaux qui peuvent être retirés sans difficulté, même si le NAS est en activité. Enfin, au travers d’un cartouche gris, la façade héberge les diverses LED : une d’activité pour chacun des disques, une dédiée à l’activité LAN et une dernière pour la mise sous tension du NAS. Mise sous tension réalisée via l’unique bouton présent.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Un connecteur HDMI qui reste à l'heure actuelle sous-exploité par TerraMaster © Nerces

Hélas, aucun port USB n’est disponible en façade et pour connecter une clé USB, il faut retourner la bête. Là, nous découvrons une excroissance conçue pour héberger l’unique ventilateur. On a connu plus esthétique. On repère donc les deux ports USB 3.0, mais aussi d’autres, plus surprenants. Ainsi, à la manière de Synology, TerraMaster a décidé de proposer deux RJ45 Gigabit Ethernet pour plus de polyvalence, mais là où les choses deviennent très intéressantes c’est qu’un port RJ45 10 GbE est aussi de la partie. Oui, sur un NAS à moins de 350 euros ! Enfin, TerraMaster copie cette fois QNAP en intégrant un port HDMI d’ailleurs pas encore renseigné sur la page officielle du produit.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Le fameux port RJ45 10 GbE © Nerces

C’est d’ailleurs pour cela que la photo officielle de l’arrière du F2-422 ne montre qu’une marque pour l’HDMI : TerraMaster a sans doute ajouté le port au dernier moment. On ne va pas s’en plaindre. Un regret cependant, car contrairement à nombre de concurrents, le Chinois n’intègre pas de système de verrouillage Kensington. Plus classique, on voit sur l’arrière du NAS un connecteur d’alimentation 12 Volts. Celui-ci accueille la brique d’alimentation de 40 Watts puisque, sans surprise, TerraMaster n’a pu l’intégrer au NAS. Il nous faut souligner l’effort de miniaturisation du constructeur, le F2-422 est l’un des modèles deux baies les plus compacts du marché.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Quatre puces soudées et un port d'extension SO-DIMM disponible : jusqu'à 8 Go de RAM © Nerces

Évoquons, enfin, les entrailles de la bête. En effet, modèle plutôt musclé pour un deux baies, le F2-422 se base sur un processeur proche de ce que l’on trouve chez la concurrence, un Celeron J3455 quadruple-cœur cadencé à 1,5 GHz. Le CPU est épaulé par 4 Go de DDR4 : des puces soudées à la carte mère. Cela a l’avantage de laisser le port SO-DIMM libre et, ainsi, d’autoriser un passage à 8 Go. Certains utilisateurs « experts » auraient toutefois aimé pouvoir monter plus haut. Nous l’avons dit, trois connecteurs RJ45 sont présents sur la carte mère et si TerraMaster ne livre qu’un seul câble Ethernet, il a le bon goût de choisir un câble de catégorie 6, idéal pour le 10 GbE.

TerraMaster F2-422 © Nerces
TNAS PC est l'outil, bien pratique, pour détecter les produits TerraMaster sur le réseau © Nerces

Fonctionnalités et interface logicielle

S’il utilise logiquement des berceaux pour les unités de stockage, TerraMaster reste fidèle aux classiques vis, et ce, alors que Synology a pourtant montré la voie avec des réglettes en plastique que l’on vient clipser sur les côtés du berceau. Rien de tel donc sur le F2-422 : quatre vis sur les côtés pour un modèle 3,5 pouces et quatre vis par le dessous pour les 2,5 pouces. Notez bien à ce niveau qu’il n’y a aucune limite de hauteur, même les modèles 15 mm rentreront parfaitement. Ultime précision avant d’attaquer l’installation logicielle : le F2-422 et son soft de recherche TNAS PC se sont montrés un peu plus capricieux que les solutions de la concurrence.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Encore imparfaite, la régionalisation française a fait de gros progrès © Nerces

Nos deux SSD de test avaient effectivement été préparés pour un autre NAS et nous n’avions pas pris soin de détruire toutes les partitions : le F2-422 n’a jamais été en mesure de démarrer correctement. Rien de trop compliqué toutefois : un démarrage sans disque et le branchement à chaud des disques ont suffi pour que tout rentre dans l’ordre. L’interface vérifie alors leur bon fonctionnement et lance la procédure d’installation du logiciel. C’est rapide – 2 ou 3 minutes – et la traduction française est correcte. En revanche, TerraMaster fait dans la simplicité côté options : on choisit JBOD, RAID 0 ou RAID 1 – logique nous n’avons que deux baies – et on opte pour l'ext4 ou le Btrfs.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Une interface graphique élégante et très lisible © Nerces

Ensuite, on aboutit à une interface graphique qui se rapproche de ce que peuvent proposer QNAP ou Synology : un bureau proche de n’importe quel système d’exploitation avec ce qu’il faut d’icônes pour catégoriser les options. En réalité, il est même surprenant de voir à quel point TerraMaster s’est inspiré de Synology avec, notamment, un tableau de bord qui copie le panneau de configuration du Taïwanais. Au fil des versions, TerraMaster a toutefois amélioré sa « copie » avec des icônes plus jolies et une traduction qui progresse de jour en jour. Ce qui ne change en revanche pas encore beaucoup, c’est la relative pauvreté du logiciel par rapport à ses principaux concurrents.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Le « panneau de configuration » est une copie conforme de celui de Synology © Nerces

Ne forçons pas le trait et, bien sûr, vous trouverez tout le nécessaire pour parfaitement gérer votre NAS depuis la création de profils / groupes, la définition de contraintes d’utilisation et de multiples options pour les services de mails, d’impression, de transfert ou d’hébergement de fichiers en local ou en ligne. En revanche, et c’est symptomatique de la relative pauvreté du centre d’applications, il n’existe aucun outil pour exploiter le port HDMI : un processeur costaud, un port 10 GbE et un port HDMI… il y a de quoi imaginer plein d’usages – comme chez QNAP – mais pour le moment, l’HDMI ne semble pouvoir être utilisé que pour l’affichage de lignes de commandes.

TerraMaster F2-422 © Nerces
En nets progrès, la bibliothèque d'applications doit encore s'étoffer pour rivaliser avec QNAP / Synology © Nerces

Heureusement, on peut tout de même compter sur pas mal de petites choses pour s’occuper au quotidien. La compatibilité DLNA et la présence d’outils comme iTunes ou Plex sont là pour le multimédia. Transmission est un bon outil de téléchargement et, bien sûr, des éditeurs de texte, lecteurs PDF, machines virtuelles, outils de programmation ou serveurs Web / FTP sont de la partie. De manière générale, si TerraMaster fournit d’importants efforts, on sent que la différence avec QNAP / Synology se situe au niveau de la richesse des outils : rien par exemple pour la surveillance vidéo, mais Rome ne s’est pas faite en un jour !

TerraMaster F2-422 © Nerces
N'hésitez pas à envisager l'extension à 8 Go de RAM pour les machines virtuelles, notamment © Nerces

Échauffement, nuisances sonores et performances

Dans la mesure du possible, nous gardons les mêmes conditions de test d’un article NAS à l’autre de sorte que les performances puissent être comparées. Dans le cas présent, nous avons donc utilisé deux de nos SSD 860 EVO signés Samsung d’une capacité de 250 Go. Nous avons connecté l’interface réseau du F2-422 à notre switch 10 GbE de marque Buffalo, le MP2008 pour être précis.

Buffalo BS-MP2008 © Nerces

Comme toujours, nos mesures se répartissent en trois catégories : des benchs via CrystalDiskMark, des mesures en copie de fichiers et des mesures de température (au niveau des disques), de nuisances sonores (à un mètre du NAS) et de consommation (relevée à la prise).

TerraMaster F2-422 © Nerces
Performances mesurées par CrystalDiskMark sur un volume RAID 1 @ 1 GbE © Nerces

Puisque notre F2-422 dispose de deux baies, nous étions évidemment limités aux RAID 0 / 1 et au JBOD. Nous avons décidé de ne faire de tests qu’en RAID 1, possiblement l’usage le plus fréquent pour un NAS de ce type. En revanche, nous avons dédoublé les choses afin de présenter les performances en GbE et en 10 GbE. Notre premier test n’appelle guère de commentaires. Le F2-422 sature effectivement sans peine l’interface GbE avec, toutefois, une faiblesse remarquée dans la gestion des petits fichiers en aléatoire : rarement un NAS était descendu si bas.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Performances mesurées par CrystalDiskMark sur un volume RAID 1 @ 10 GbE © Nerces

Mais bien plus étranges encore, les résultats observés en 10 GbE. Bien sûr, les 1,2 Go/s d’une telle interface sont théoriques, mais à 400 - 450 Mo/s, nous en sommes vraiment très loin. De plus, de précédents tests comme celui du QNAP TS-h973AX confirment qu’il est possible d’aller beaucoup plus loin alors que le TeraStation 6400DN de Buffalo venait même flirter avec le Go/s. Décevant.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Performances mesurées par CrystalDiskMark sur un volume RAID 0 @ 10 GbE © Nerces

Les deux NAS en question étaient toutefois testés en RAID 5 et l’utilisation simultanée des SSD doit permettre de faire grimper les débits. Reste qu’à moins de 450 Mo/s, nous sommes loin des limites de nos SSD, même à l’unité. Pour en avoir le cœur net, nous avons testé le F2-422 en RAID 0, mais cela n’a rien donné et les performances sont pour ainsi dire identiques, juste un peu meilleures en écriture. Re-décevant.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Performances mesurées en copie de fichiers sous Windows 10 en RAID 1 @ 1 GbE © Nerces

Les débits observés sur CrystalDiskMark en GbE sont confirmés par nos tests de copie de fichiers sous Windows 10. Là, nous connectons le NAS à un PC « musclé » équipé d’un SSD très rapide et, bien sûr, c’est l’interface GbE qui impose ses limites : environ 110 Mo/s en lecture comme en écriture, rien que de très classique donc.

TerraMaster F2-422 © Nerces
Performances mesurées en copie de fichiers sous Windows 10 en RAID 1 @ 10 GbE © Nerces

En revanche, le 10 GbE se montre décevant avec des débits en lecture / écriture qui plafonnent à 410 - 420 Mo/s. Entendons-nous, ces débits sont intéressants et viennent largement décharger un réseau GbE à l’agonie. Ils sont aussi bien plus élevés que du 2,5 GbE, mais faisant simplement jeu égal avec des interfaces 5 GbE, ils ne sont pas conformes à ce que l’on peut espérer de solutions 10 GbE.

TerraMaster F2-422 © Nerces
À gauche, les mesures au repos et, à droite, en charge © Nerces

Avant de conclure ce test, passons à nos mesures de températures, de nuisances sonores et de consommation. De manière générale, le F2-422 se comporte excellemment bien. De par sa construction, TerraMaster simplifie l’aération des unités de stockage et l’unique ventilateur est capable de prouesses sans nous casser les oreilles. Le F2-422 est un des meilleurs NAS passés entre nos mains à tous les niveaux. Bien sûr, la faible consommation est tout autant liée aux qualités du Celeron J3455 qu’à la présence de « seulement » deux baies / deux unités de stockage.

TerraMaster F2-422 © TerraMaster
Des résultats 10 GbE un peu décevants, mais à ce niveau de prix, on peut être indulgent ! © Nerces

TerraMaster F2-422 : l'avis de Clubic

À moins de 350 euros le NAS deux baies doté d’un port HDMI et d’une interface 10 GbE, on se dit qu’il y a forcément un « loup ». De canis lupus il n’y a en fait pas vraiment, mais des limitations évidentes et qui ne sautent pas aux yeux viennent expliquer ces écarts de prix.

En premier lieu, l’interface logicielle proposée par TerraMaster n’est pas encore au niveau de celle de ses concurrents directs. Moins dense, moins variée, elle ne permet pas toujours d’exploiter au mieux la richesse fonctionnelle du F2-422, à commencer par son port HDMI. Par ailleurs, il nous faut noter que les performances 10 GbE ne sont pas conformes à ce que l’on peut espérer d’une telle norme.

Pour autant, TerraMaster délivre une copie très satisfaisante. Son NAS pourrait être plus rapide, plus réactif, mais les débits proposés dépassent nettement des concurrents qui se limitent au GbE, voire au 2,5 GbE. Pour être pleinement convaincant, TerraMaster doit encore progresser sur certains points, mais le Chinois est sur la bonne voie.

TerraMaster F2-422

7

Si nous attendions mieux d'un NAS 10 GbE, reste que TerraMaster est le seul à intégrer une telle interface sur un modèle à si petit prix qui plus est sans chauffe / nuisances sonores excessives. Il ne rivalise pas encore avec les ténors du genre côté fonctionnalités, mais il progresse, il progresse…

Les plus

  • Solution 10 GbE à petit prix
  • Interface fluide et agréable
  • Chauffe peu, pas de bruit
  • RAM extensible jusqu'à 8 Go
  • Bonne puissance CPU (transcodage...)

Les moins

  • Bibliothèque d'applications limitée
  • Performances 10 GbE décevantes
  • Pas de port PCIe, de port SSD M.2
  • Port HDMI encore peu utilisé
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
cyberclic
Est-ce qu’on peut faire du reverse proxy avec ce nas, à l’instar d’un Synology ? Indispensable si on compte héberger des sites web, ou simplement accéder à ses différents équipements connectés depuis l’extérieur.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

macOS n'aime pas trop l'encoche du nouveau MacBook Pro
Alder Lake : Intel officialise sa 12e génération de processeurs, 6 références au lancement
L'ultrabook Asus Vivobook S est déjà en promo avant le Black Friday Amazon
Prix en chute libre avant le Black Friday pour le PC Lenovo Legion 5 17
SK Hynix est le premier à mener à bien le développement de mémoire HBM3
MacBook Pro : le M1 Max, le gaming, c'est pas son fort
Rendus du MacBook Air 2022 : Apple va-t-il faire des encoches sur tous ses modèles ?
NZXT lance ses kits BLD, des kits PC Gamer faciles à monter et performants
Intel : les processeurs Alder Lake n'aiment pas les
MonsterLabo : les PC gamer passifs de retour sur Indiegogo et on adore
Haut de page