Censorcheap veut dresser la carte du Web censuré

Alexandre Laurent
25 août 2010 à 19h06
0
Ambitieux projet que celui dans lequel s'est lancé le développeur français Paul Da Silva : sur son site Censorcheap.org, ouvert il y a quelques heures, il entend créer un répertoire des actions de filtrage ou de blocage engagées, pays par pays, au niveau mondial. Pour ce faire, celui qui s'était déjà illustré avec le plugin « anti Hadopi » IPFuck compte s'appuyer sur la puissance des foules par l'intermédiaire d'une première extension destinée au navigateur Firefox.

L'idée fondatrice ? « Montrer ce qu'est vraiment la censure, en révélant toutes les adresses Web censurées, par pays, et protester contre la censure, au nom du fait qu'elle ne constitue jamais une bonne solution », clame le site Censorcheap.org.

03487518-photo-logo-censorcheap.jpg

Le fonctionnement est dont le suivant : l'internaute qui souhaite participer au projet installe sur sa machine l'extension CensorCheap. Lorsqu'au cours de sa navigation, il rencontre un message d'erreur (la fameuse page 404, ou une non reconnaissance du nom de domaine), l'adresse de la page concernée est expédiée vers le serveur de CensorCheap. Si elle correspond à un site pour lequel l'existence d'un blocage depuis le pays où se trouve l'internaute est avérée, celui-ci reçoit alors un message d'alerte lui précisant cet état de fait. Ainsi, l'utilisateur brimé sait qu'il a été victime d'un filtrage et peut remonter une erreur s'il pense avoir été victime d'un faux positif.

Dans le même temps, ces alertes servent bien évidemment à enrichir la base de données qui liste les actions de blocage. « Au bout d'un certain nombre d'anomalie similaires (mêmes url, pays d'origine et FAI) sur une période donnée (tout cela est à ajuster), l'url est considérée comme bloquée dans le pays et par le FAI en question », expliquait par exemple Paul Da Silva quelques jours avant le lancement. Via le site Censorcheap, il est ensuite possible d'aller consulter la carte des sites censurés, pays par pays.

Pour l'instant, la carte est encore vide, puisque le projet connait ses premières heures d'existence publique. Pour se remplir, elle aura besoin que joue la mécanique du crowdsourcing, ce principe qui veut qu'une tâche puisse être accomplie au delà de toute attente si la foule se joint au mouvement. Afin de l'enclencher, l'auteur propose une extension de 19 Ko, que l'on peut greffer d'un clic au navigateur Firefox, et compte se bien se pencher sur d'autres navigateurs dans un avenir proche. Il lui faudra dans le même temps améliorer la portée de son outil qui, de son propre aveu, peut encore se laisser berner par des techniques telles que le DNS menteur, employées par certains pays et opérateurs à diverses fins dont, parfois, le filtrage.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top