🔴 French Days : ventes flash jusqu'à - 50% 🔴 French Days 2022 : ventes flash jusqu'à - 50%

Kodak V570 : deux objectifs sinon rien

20 février 2006 à 14h48
0

Un ultra-compact pour le moins original

En ce début d'année, Kodak a frappé fort en annonçant l'EasyShare V570, compact à deux objectifs et deux capteurs. Ce petit compact, un peu étrange sur le papier, était accompagné d'un descriptif plutôt alléchant : un grand-angle de 23 mm (alors que l'immense majorité des compacts commence à 35 mm, voire 38 mm !), la possibilité de faire des panoramas sur 180° en seulement trois photos, une correction logicielle des distorsions... un programme haut en couleurs que nous avons voulu voir de plus près !

Ce V570, avec son système de double objectif, bouleverse-t-il les canons et inaugure-t-il une tendance dans laquelle les autres constructeurs vont à leur tour s'engouffrer ? Est-il vraiment sans concurrents, comme l'annonce Kodak ? Et si oui, quels sont éventuellement les modèles proches qui se distinguent, et qui pourront faire hésiter les amateurs de grand-angle ? Enfin, tout juste disponible et proposé à 399 euros, s'impose-t-il déjà comme un des modèles phares de sa catégorie ?

 Kodak EasyShare V570
 
CapteurCCD 1/2,5 pouces de 5 MP
ObjectifFocale fixe eq. 23 mm f/2,8
Zoom 3 x eq. 39 ? 117 mm f/3,9-f/4,4
Ecran / viseur2,5 pouces - 230 000 pixels / Non
AlimentationBatterie Lithium
CartesSD / MMC
Vitesse1/8 - 1/1 400 sec (1/2 à 8 sec en expo longue)
SensibilitéAuto (64-160), 64 à 800 (800 en 1,8 MP)
Dimensions10,1 x 4,9 x 2 cm / 125 g

Kodak EasyShare V570

Le moins que l'on puisse dire, est que Kodak a soigné sa copie ! Le V570 est vraiment stylé, fin, tout en longueur, bien fini et construit à partir de beaux matériaux : du métal brossé et un plastique noir mat d'un bel effet. Lorsque l'appareil est hors tension, les objectifs sont recouverts d'un clapet métallique qui les protège. Le V570 choisit de ne pas dévoiler d'emblée la présence de deux objectifs, mais il n'en intrigue pas moins avec ce cache circulaire qui recouvre un zoom périscopique se déployant à l'intérieur du boîtier.

012C000000226931-photo-kodak-v570-vue.jpg
012C000000226927-photo-kodak-v570-vue.jpg


Une bague métallique l'enserre sur toute sa largeur, et c'est sur cette zone qu'elle délimite sur le dessus du boîtier que se trouvent l'interrupteur et le déclencheur. Trois autres commandes se situent dans le prolongement : une qui donne accès aux favoris, l'autre qui permet de basculer en mode vidéo et la troisième qui affiche l'ensemble des modes de prise de vue ; une Led bleue indique quel est le mode actif. L'écran LCD de 2,5 pouces occupe la partie centrale de l'arrière du boîtier, et les commandes se répartissent de part et d'autre avec à gauche celle de zoom et un joystick (une particularité de Kodak qui commence à être copiée) servant à la navigation dans les menus et à la validation des choix.

012C000000226929-photo-kodak-v570-vue.jpg
000000C800226928-photo-kodak-v570-vue.jpg
012C000000226930-photo-kodak-v570-vue.jpg


Les boutons sont fins et soignés. Le fait qu'ils soient larges les rend faciles à appréhender, et seules les commandes supérieures, trop enfoncées, échappent à cette règle. La signalétique est discrète et parlante, et même si elle ne s'appuie sur aucun code couleur, et que l'on voit ça et là des intitulés en anglais, aucun des utilisateurs ne devrait être perdu. La base dispose d'un connecteur qui permet de relier le V570 à sa station, soit pour assurer sa recharge, soit pour permettre le transfert des fichiers vers l'ordinateur ou encore l'impression au moyen d'une Imprimante photo Kodak.

L'interface du boîtier est plutôt bien conçue avec les réglages les plus courants à portée de main : une commande dédiée pour le flash, une autre qui permet en juste deux temps, trois mouvements, de sélectionner le mode macro ou paysage sans avoir à passer par les menus, et enfin celle de correction d'exposition que l'on obtient d'un simple déplacement latéral du joystick.

Naviguons dans les menus

L'interface des menus est très aérée et quasi-transparente. Elle vient seulement en légère surimpression, ce qui permet de garder un oeil sur l'image tout en modifiant les paramètres. Aucun des réglages ne pose d'ailleurs problème, tous étant clairs et bien renseignés. C'est le sous-menu « Configuration » qui recèle les plus intéressants :
  • Compensation de la distorsion (Activée / désactivée) : il s'agit d'une correction logicielle de la distorsion en barillet (les lignes incurvées vers l'extérieur) typique des objectifs grand-angle.
  • Capteur d'orientation (Activé / désactivé / lors du transfert) : les photos prises au format portrait sont automatiquement retournées, soit sur l'appareil, soit lors du transfert ce qui évite alors d'avoir effectuer cette tâche manuellement et péniblement, photo après photo.

00226960-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226958-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226957-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

Les menus du V570 sont très clairs. Le sous-menu « Configuration » recèle les réglages les plus intéressants


En mode prise de vue
Tous les réglages actifs sont reportés sur l'écran. Une simple pression vers le haut permet de les masquer ou encore d'afficher la grille d'aide à la composition. Le V570 a l'excellente idée de comporter un histogramme temps réel, des plus utiles pour apprécier la répartition des lumières et des ombres et la modifier au besoin aussitôt, au moyen de la commande de correction d'exposition par exemple.

00226963-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226943-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

Les réglages actifs s'affichent à l'écran. Le V570 propose en complément une grille et un histogramme


En mode lecture
La plupart des fonctions accessibles en mode lecture ont trait à l'organisation des images, l'une des spécialités de Kodak. On peut transférer des clichés de la mémoire interne vers la carte et vice versa, créer ainsi des albums thématiques et organiser ses favoris. Ces fonctions s'ajoutent à celle de diaporama (choix intervalle / boucle / transition). Les fonctions accessibles depuis la touche « Share » (favoris, courrier électronique, impression) sont dans le même ordre d'esprit, celui du partage.

00226952-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226951-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226950-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

Au programme notamment : diaporama, recadrage et partage des images


L'affichage des informations relatives à la prise de vue se fait en plusieurs temps, à chaque fois en actionnant le joystick vers le haut. On peut ainsi obtenir l'affichage de l'histogramme, puis celui d'informations relatives aux coordonnées du fichier. C'est plutôt succinct, et on aurait aimé trouver des indications comme celles de sensibilité et de Balance des blancs, pour pouvoir à l'occasion améliorer un cliché en optant pour des réglages plus appropriés.

00226954-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226953-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

Les rappels des réglages sont plutôt succincts. L'information la plus intéressante sera celle donnée par l'histogramme


Du côté des modes

Le V570 est un appareil tout auto, qui ne permet pas de choisir manuellement des paramètres tels que la vitesse et l'ouverture. Il n'y a donc sur cet appareil qu'un mode automatique suivi d'une abondance de modes de type « programmes résultats » dans lesquels le V570 optimise les réglages pour satisfaire aux exigences de type de prise de vue spécifiques (neige, nuit...).

Mode automatique
C'est le mode par défaut, celui sélectionné à l'allumage sauf si l'on a pris soin de sauvegarder ses réglages en utilisant le programme « personnalisé ». Ce mode automatique a la fâcheuse habitude d'activer le flash et, à part en intérieur où il sera utile, il faudra systématiquement le mettre sur Off manuellement dès les premières secondes d'utilisation.

Programmes résultat
Heureusement que le joystick permet de se déplacer dans toutes les directions, ce qui évite d'avoir à parcourir mode après mode cette longue liste pour atteindre le mode de notre choix ! Au programme :portrait, panorama gauche / droite, panorama droite / gauche, sport, paysage, portrait de nuit, paysage de nuit, neige, plage, feux d'artifice, discret / musée, fête, enfants, contre-jour, panoramique, bougie, coucher de soleil, gros plan, texte, fleurs, autoportrait, personnalisé (ce dernier permet de retrouver ses réglages après extinction de l'appareil).



L'autre touche de confort, c'est le retour au mode automatique (celui que l'on utilisera dans 90% des cas) lors d'une simple pression sur cette touche Scène. Une seconde pression permet de retrouver le mode précédemment utilisé, resté présélectionné.

Mode panorama
Un des arguments forts entendus lors de l'annonce du V570 était son mode panorama qui permettait de faire des panoramas sur 180° avec seulement trois images.


02BC000000226939-photo-test-kodak-v570-panorama.jpg
Trois photos assemblées pour une vue sur 180 °. Simple et convaincant, mais il y aura tout de même des ratés !

Téléchargez cette image sous la forme d'un fichier


À la différence de compacts pour lesquels l'assemblage des images se fait sur l'ordinateur ou moyen d'un logiciel, ici c'est l'appareil qui assemble directement les images. En contrepartie, les fichiers individuels ne sont pas conservés. On pourrait imaginer que l'on n'a pas droit à l'erreur, ce qui n'est pas tout à fait vrai puisque le V570 permet d'effacer un cliché « raté » avant l'étape d'assemblage.

00226949-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226941-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

On assemble 3 photos de la gauche vers la droite ou inversement, pour obtenir un fichier de 3,1 MP

Téléchargez cette image sous forme d'un fichier


Une petite proportion de l'image précédente reste en surimpression à l'écran pour permettre de faire des clichés jointifs... exercice qui n'est pas toujours des plus simples ! Il faudra vraiment veiller à faire correspondre fidèlement les clichés, sous peine de discontinuités plutôt visibles. En complément de l'affichage en surimpression, la prise de repères visuels ne sera pas du luxe ! Heureusement, le fait d'être limité à trois clichés permet de réduire le risque de ratage, et enfin, grâce à l'assemblage immédiat, on sait tout de suite si le panorama est réussi, et si ce n'est pas le cas, on recommence aussitôt !

Quid des performances ?

00226962-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
Les 2 objectifs matérialisés
L'écran LCD de 2,5 pouces est remarquable par sa luminosité, telle qu'on aurait presque l'impression qu'il n'y a pas d'intermédiaire entre nous et notre sujet. Il montre un léger temps de rafraîchissement, mais reste remarquablement lisible, sauf lorsque la lumière l'atteint vraiment de face. Le reproche majeur à lui adresser est beaucoup moins fonction de ses caractéristiques propres que de l'ergonomie du boîtier : on aura plus que fréquemment tendance à passer les doigts devant l'objectif !

On pourrait presque dire que rares sont les nouveaux compacts qui ne proposent pas un ratio 2:3, en plus du 4:3 qui correspond au format de leur capteur. Le V570 ne fait donc pas exception à la règle, en le proposant à la résolution de 4,4 millions de pixels. L'avantage du 2:3 est qu'il correspond aux dimensions des albums traditionnels (10 x 15 cm) et à celui des imprimantes photo par exemple, et qu'il dispense ainsi de l'étape de recadrage avant impression.

Le V570 est capable de rafales jusqu'à quatre images en environ 2,5 secondes, ce qui est plutôt convaincant. Mais si les clichés sont pris à assez vive allure, l'enregistrement consécutif rend l'appareil indisponible pendant quelques secondes qui pourront parfois nous sembler bien longues. Il faut avant de pouvoir l'utiliser, activer ce réglage dans les menus, sans quoi les prises de vue s'enchaîneront au rythme normal de 0,5 secondes, là aussi tout à fait correct. L'exposition longue est également un paramètre à activer. On peut bénéficier de temps de pose plus conséquents que les 1/8 de seconde par défaut, mais pour cela on doit choisir manuellement celui qui convient dans les menus (0,5 / 0,7 / 1 /1,5 puis de 2 à 8 secondes par intervalle d'une seconde), ce qui peut être assez contraignant si l'on doit passer par plusieurs essais et erreurs avant d'atteindre la bonne valeur.

00226961-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226959-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

Un passage par les menus permet de choisir la cadence d'acquisition d'image et une éventuelle pose longue.


Venons-en à présent au cœur du sujet, à savoir les objectifs et la plage focale couverte : le V570 est-il un compact « 3 x » ou « 5 x » (un équivalent 23 - 117 mm ou 39 - 117 mm) ? « Les deux » serait une réponse correcte mais peu satisfaisante, car elle ne tiendrait pas compte du fonctionnement réel. Certes on passe sans effort de l'un à l'autre objectif, en zoomant comme sur n'importe quel compact, mais le passage se fait de façon discontinue. Ce système de double focale oublie une part importante de cette même plage, celle qui va du 24 au 38 mm. Les questions qui s'ensuivent sont : « Manque-t-elle ? » et « Il y avait-il possibilité de faire autrement ? ». Elle manquera certainement à ceux qui sont très attentifs au cadrage au moment de la prise de vue et qui devront par exemple choisir (en exagérant quelque peu), entre photographier une lampe inesthétique à côté du sujet ou couper la tête de ce même sujet, le choix le plus convaincant étant bien entendu le premier. Un recadrage avec un logiciel de retouche s'imposera, avec son lot d'inconvénients : perte de temps, perte de résolution.

Les objectifs sont - selon leur type - généralement marqués par une forme ou une autre de distorsions : en barillet (courbé vers l'extérieur) ou en coussinet (les droites étant incurvées). C'est le premier de ces deux défauts - typique des grands-angles - que Kodak se propose de corriger de façon logicielle sur le V570, directement au moment de la prise de vue. Mais quoi qu'il en soit de la portée de cette fonction de correction, réservez cet ultra grand-angle à des sujets auxquels il se prête bien tels que la photographie dans des lieux confinés ou encore celle de grands espaces comme des paysages. Et évitez de l'utiliser pour les portraits, pour lesquels la position téléobjectif produira un résultat beaucoup plus flatteur, comme le montre notre exemple en bas de cette page d'un précédent article.

Conclusion

Le moins que l'on puisse dire, est que ce petit V570 tient bien ses promesses, et qu'il s'avère par ailleurs des plus agréables à utiliser. Les vertus de l'ultra grand-angle ne sont plus à chanter, tant il est utile dans les conditions où l'on dispose d'un faible recul pour photographier, comme une scène d'intérieur de repas de famille par exemple. Dans ces conditions, les 35 ou 38 mm des compacts traditionnels nous obligent trop souvent à sacrifier une partie de la scène, ou à adopter des positions très inconfortables voire risquées pour gagner un peu de recul : plaqué contre un mur, debout sur une chaise... L'objectif que Kodak a baptisé du nom d'ultra grand-angle remplit donc bien son office, en ouvrant de nouvelles perspectives aux utilisateurs de compacts ; il contribue par ailleurs à relativiser un peu la suprématie du téléobjectif, et à voir d'un œil plus dégagé la course au zoom 5 x, 7 x voire 10 x, dans laquelle bien des constructeurs se sont engagés.

Parce qu'il est une focale fixe, cet ultra grand-angle à tout de même un défaut, celui de nous faire effectuer un bond conséquent dans la plage focale lorsque l'on zoome. On passe en effet sans préavis de 23 à 38 mm, ce qui peut surprendre et désappointer. C'est peu commode pour effectuer des cadrages précis, et cela obligera dans bien des cas à recadrer en post-traitement, et à connaître les désagréments suivants : perte de temps, perte de définition. Mis à part ce reproche prévisible - mais que les utilisateurs peu sourcilleux ne penseront pas nécessairement à lui adresser - le V570 s'impose comme un appareil convaincant. La possibilité d'assembler directement trois images sur l'appareil pour créer des panoramas sur 180° notamment est séduisante et simple, même si elle oblige à quelques essais et erreurs avant de produire un résultat fiable.

Enfin, le V570 est un ultra-compact on ne peut plus simple d'utilisation, ce qui n'est pas une qualité mineure. Même si cette simplicité est due en partie à une absence de réglages avancés, on ne peut pas reprocher ce manque à un appareil qui se destine au grand public et à un usage de tous les jours. Il comblera d'autant mieux les attentes des uns et des autres qu'il est plutôt rapide, doté d'un écran très lumineux, et convaincant sur le chapitre de la qualité d'image. Bref, voilà un appareil avec lequel il va falloir compter !

Galerie


0096000000226921-photo-test-kodak-v570-galerie-1.jpg
0096000000226922-photo-test-kodak-v570-galerie-2.jpg
0096000000226923-photo-test-kodak-v570-galerie-3.jpg

Téléchargez ces images sous forme de fichiers .zip , ,


0000009600226924-photo-test-kodak-v570-galerie-4.jpg
0000009600226925-photo-test-kodak-v570-galerie-5.jpg
0000009600226926-photo-test-kodak-v570-galerie-6.jpg

Téléchargez ces images sous forme de fichiers .zip , ,

En images

Paysage
Par rapport à nombre de compacts dont l'objectif débute à 38 mm (comme sur notre second cliché), il est peu de dire que l'ultra grand-angle du V570 change la donne. Le champ embrassé est considérablement plus large, ce qui permet un vrai recul vis-à-vis de la scène photographiée. Les bénéfices de cet ultra grand-angle se ressentiront particulièrement dans les espaces confinés ou pour la photographie de paysage.

Ultra grand-angle - 23 mmGrand-angle - 38 mmTéléobjectif - 117 mm
1/500 sec. - f/5,6- Iso 641/400 sec. - f/3,9 - Iso 641/250 sec. - f/4,5 - Iso 64

Téléchargez ces images sous la forme de fichiers .zip (, et )


Le système d'exposition multizones se sort très bien des écarts importants de luminosité. Le seul vrai point faible du V570 est de compresser exagérément les images, ce qui se traduit par un léger moutonnement désagréable.

Photo de nuit
Pour cette photo de nuit, nous nous sommes appuyés sur les réglages du mode Paysage de nuit, à savoir : balance lumière du jour et vitesse d'obturation maximale de deux secondes. Ce temps d'exposition assez long a permis de magnifier l'apparence de l'eau. Le bruit est présent dans les parties les plus sombres comme le ciel, mais sans être exagérément gênant.

2 sec. - f/4,3 - 64 Iso Détail 1 à 100% Détail 2 à 100%

Téléchargez cette image sous la forme d'un fichier


Lorsque l'on photographie la nuit, l'écran reste lumineux mais il affirme alors nettement sa tendance à bruiter. L'image est un peu parasitée sur le moment, et il faut attendre l'étape de lecture pour s'assurer de la netteté de la photo.

Macro
Le mode macro est accessible directement au moyen du joystick, mais également par le biais des menus où il est proposé en tant que programme résultat. Il faudra quitter l'objectif ultra grand-angle pour la photographie macro, car elle n'est pas possible avec cette focale pour laquelle la distance minimale de mise au point est de 80 cm. Lorsque l'on utilise le zoom, la macro devient possible jusqu'à 5 cm du sujet en grand-angle, et 30 cm en téléobjectif.


Téléchargez cette image sur la forme d'un fichier


Ce compact « tout auto » et plutôt simple prive ses utilisateurs de quelques fonctions bien utiles lorsque l'on photographie de façon rapprochée, à savoir une fonction de mise au point manuelle et une autre de décentrage du collimateur autofocus. C'est une remarque plus qu'un reproche, car il serait un peu excessif de demander cela à un appareil ayant ce positionnement.

Sensibilité
Sur ce test qui constitue à photographier un même sujet à toutes les sensibilités offertes par l'appareil, le V570 réussit plutôt bien ! A l'exception des zones sombres où on le remarque déjà, le bruit reste très bien contenu jusqu'à 200 Iso. A 400 il est présent dans l'ensemble de l'image, mais très peu coloré, on le perçoit encore à peine dans les zones les plus claires. Ceci signifie que cette sensibilité déjà élevée sera véritablement exploitable dans la pratique, si l'on évite les sujets très sombres et que l'on utilise éventuellement un utilitaire tel que Noiseware pour diminuer la présence des pixels de couleur.

64 Iso100 Iso200 Iso400 Iso800 Iso

Téléchargez ces images sous la forme fichiers .zip (, , , et )


De même que bon nombre des compacts récemment annoncés, le V570 va au-delà de ces 400 Iso standards, en permettant de photographier jusqu'à 800 Iso. Cette sensibilité est alors réservée aux cas extrêmes, lorsqu'il est vraiment important de pouvoir gagner en vitesse d'obturation, et que la netteté de l'image importe plus que sa qualité. Néanmoins, et afin de limiter la visibilité du bruit, à 800 Iso le V570 ne permet pas de photographier à la pleine définition du capteur, et limite la taille de l'image à 1,8 millions de pixels.

Performances
Les performances du V570 sont plutôt convaincantes lorsqu'il s'agit de la prise de vue, avec une mise au point rapide et un délai raisonnable entre deux prises de vue.

 Kodak V570
Autonomie allumé
70 mn
Recharge des batteries180 mn
Temps d'allumage2,5 sec
Mise au point en forte lumière
0,3 sec
Mise au point en faible lumière0,5 sec
Attente entre deux déclenchements0,5 sec


Ce bon constat d'ensemble se gâte un peu lorsque l'on aborde la question de l'autonomie (à peine plus d'une bonne heure, c'est insuffisant pour pleinement profiter de l'appareil !) et de la recharge des batteries (trois heures) dont par ailleurs le système n'est pas des plus convaincants. La recharge se fait soit en posant l'appareil sur sa station d'accueil (ce qui permet dans le même temps de visionner ou décharger les images), soit en utilisant l'adaptateur secteur avec cordon d'alimentation pour le chargement de la batterie dans l'appareil photo. Dans les deux cas de figure, l'appareil est immobilisé le temps de la recharge, ce qui laisse tout le loisir de ronger son frein ! La seule façon d'avoir un appareil toujours prêt à photographier sera donc de disposer de deux jeux de batteries que l'on rechargera dès que l'on n'aura pas l'utilité de l'appareil.

00C8000000214579-photo-kodak-easyshare-v570.jpg
L'appareil est nécessairement immobilisé pendant la recharge des batteries


Vidéo
Ce mode possède quelques « plus », tels qu'une fonction de stabilisation et une autre de retardateur, ce second étant par exemple plutôt utile pour s'inclure sur une vidéo.

 Kodak V570
Prise de photosNon
Résolution640 x 480, 640 x 480 (long) ou 320 x 240
SonOui
CapacitéJusqu'à remplissage de la carte
Durées pré-définies : 5, 15 et 30 sec
FormatMPEG 4
Zoom Optique


D'autres détails font qu'il est bien pensé, comme l'existence de durées prédéfinies (5, 10 ou 30 secondes) que l'on choisira en même temps que la résolution de 320 x 240 si l'on destine les séquences à l'envoi par mail. La différence entre les deux résolutions « hautes » - 640 x 480 et 640 x 480 (long) - n'est pas facilement perceptible ; en fait, elle consiste juste en une différence de qualité : le fichier produit dans le second mode sera moins volumineux que dans le premier. Mis à part sur les bridges, le zoom est rarement disponible en mode vidéo. Ici il l'est, et son utilisation est plutôt convaincante, d'autant que le V570 dispose d'une fonction autofocus continu, qui ajuste la mise au point sur le sujet tout le temps de la séquence.

00226942-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226944-photo-test-kodak-v570-interface.jpg
00226946-photo-test-kodak-v570-interface.jpg

Le V570 permet de fractionner les vidéos pour supprimer les parties indésirables


Après la prise de vue, le mode vidéo reste ingénieux. Grâce à sa fonction d'édition, on peut notamment très facilement isoler une image et l'enregistrer en tant que photo distincte. Le résultat est alors plus propre que celui que l'on obtient avec les appareils capables de photographier pendant la vidéo, sur lesquels une coupure est toujours perceptible. On peut également fractionner la vidéo, en autant de parties que souhaité, ce qui est vraiment utile pour supprimer les parties ratées.

00227486-photo-test-kodak-v570-vid-o.jpg

Téléchargez cette vidéo sur la forme d'un fichier

Le V570 : un appareil sans concurrent ?

Le V570 est bien le seul appareil de sa catégorie à couvrir un champ aussi large que 23 mm. Seuls quelques bridges font aussi bien ou presque, comme le Nikon Coolpix 8400 et le Kodak P880, qui tous deux débutent à 24 mm. Mais dans la catégorie compact, le concurrent le plus rapproché serait sans doute le Ricoh Caplio R3 (testé ici) doté d'un objectif 7,1 x équivalent à un 28-200 mm, ou encore le tout récemment annoncé Panasonic Lumix FX01 avec son 28-102 mm. Bref, les concurrents se font rares sur la question du grand-angle et les deux plus sérieux, le Nikon et le Kodak, le sont de façon beaucoup trop indirecte : plus chers, plus avancés et nettement plus encombrants que notre V570, ils ne s'adressent pas du tout au même public.

0096000000100997-photo-appareil-photo-num-rique-nikon-coolpix-8400.jpg
0096000000144427-photo-appareil-photo-num-rique-ricoh-caplio-r3.jpg

Des concurrents possibles pour le V570 ?


Le V570 est-il alors seul sur son terrain ? Pas si sûr, car il reste une alternative, même peu évidente : celle de recourir à un convertisseur grand-angle. Monté sur l'objectif au moyen d'un adaptateur, cet accessoire permet, grâce à un coefficient multiplicateur de 0,5 ou 0,7 x, d'augmenter la portée grand-angle de l'objectif. Mais même si les convertisseurs (qui existent également en version téléobjectif) sont des accessoires des plus utiles, ils n'ont rien d'une solution idéale, loin de là ! Ils cumulent en effet quelques inconvénients, dont le prix (ils se négocient généralement entre 100 et 150 euros), et quelques défauts optiques comme les distorsions ou le vignettage. Ces compléments ne donnent le meilleur d'eux-mêmes qu'à la position (grand-angle ou téléobjectif) pour laquelle ils ont été conçus. Par ailleurs ils s'appliquent à toute la plage focale (un 38-114 mm devient ainsi un 26-80 mm avec un convertisseur 0,7 x), obligeant donc à des multiples montages et démontages. Enfin, se pose la question de leur disponibilité, au sens où rares sont les appareils pour lesquels les constructeurs proposent des accessoires optionnels (sans compter que l'information n'est pas toujours des plus accessible). Bref, tout cela n'est pas des plus convaincant !

Puisque ce V570 semble sans concurrent sérieux, peut-on imaginer qu'un prochain modèle fera mieux que ce pionner sur le chapitre de la plage focale discontinue ? Est-ce qu'une solution comme celle de l' « extra optical zoom » de Panasonic (zoom dans l'image à la faveur d'une perte de définition) aurait été envisageable pour combler ce « trou » dans la plage focale ? A défaut d'un tel système, et peut-être en attendant un successeur qui évitera cet écueil, ceux qui sauront dépasser les inconvénients déjà cités de la nécessité de recadrage et de perte de définition qui s'ensuit pourront se diriger sans hésiter vers ce V570, sans équivalent connu pour une telle compacité, et qui ne manque pas d'arguments pour séduire.

Kodak EasyShare V570

8

Les plus

  • Écran limpide
  • Mode vidéo simple et complet
  • Format 2:3 en 4,4 MP
  • Histogramme live

Les moins

  • Attention aux doigts devant l'objectif !
  • Plage focale discontinue
  • Recharge des batteries pas pratique

0

Ergonomie9

Fonctions7

Qualité d'image8




Le Kodak EasyShare V570 vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix du Kodak EasyShare V570
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Quand Kodak voit double : le V570 testé sur Clubic
AOL améliore son moteur de recherche vidéo
Clarifications sur les Radeon X1800 GTO et X1900XL
L’examen du DADVSI devrait reprendre le 7 mars 2006
L'utilisation d'un système de navigation GPS en voiture peut être un facteur important de génération
Platine Kiss DivX Ethernet disponible en France
Ogg Vorbis & Xvid pour la platine DivX de Kiss
Mobinaute lance un comparateur de prix ainsi qu'une boutique en ligne
Comparateur de prix Clubic : du nouveau
Tomb Raider Chronicles: La soluce complète
Haut de page