Créer de la musique sur iPhone et iPod Touch

Stéphane Ruscher
Par Stéphane Ruscher, Spécialiste informatique.
Publié le 23 juillet 2009 à 17h30
Utiliser un iPhone ou un iPod Touch pour créer de la musique, est-ce bien raisonnable ? Alors que l'on fête le 1er anniversaire de l'App Store, nous nous penchons sur une section qui fourmille d'applications permettant de transformer son appareil mobile en piano virtuel, en synthétiseur analogique, en ocarina, en accordeur de guitare ou même en enregistreur multi-pistes !

000000C801599406-photo-baladeur-mp3-multim-dia-apple-ipod-touch-16go-clone.jpg
Lors de la présentation de l'iPod U2 en 2004, Bono avait déclaré que le baladeur d'Apple était « l'objet musical le plus important depuis la guitare électrique ». À l'époque, la citation avait de quoi faire sourire, l'iPod n'étant alors qu'un simple baladeur audio, mais le leader de U2 prédisait involontairement l'évolution de l'iPod vers de multiples usages, et notamment comme instrument de musique. Ainsi, depuis l'ouverture de l'App Store, un nombre assez impressionnant d'applications musicales ont vu le jour, tirant parti des fonctionnalités de l'iPhone et de l'iPod Touch telles que l'écran tactile multi-points, le micro intégré ou tout simplement la petite taille de l'appareil, adaptée à un usage nomade. Cette pléthore d'instruments virtuels, de boites à rythmes, de séquenceurs, d'enregistreurs ou d'outils pour musiciens nécessite de réaliser une sélection, ce que nous avons tenté de faire en partant de plusieurs types d'utilisation : accompagnement, composition, enregistrement ou tout simplement divertissement.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, précisons évidemment que les logiciels que nous allons présenter dans les pages qui suivent n'ont pas la prétention de remplacer un Cubase, un Reason ou de vrais instruments virtuels (et encore moins des instruments réels). Néanmoins, certains d'entre eux sont particulièrement bien faits, qu'il s'agisse de reproductions d'instruments existants, de solutions de composition ou de logiciels plus abstraits et créatifs. Que vous soyez un musicien en quête d'outils de composition ou d'accordage, un mélomane désireux de fonder son propre « iBand » ou simplement attiré par le côté ludique, vous trouverez peut-être un ou plusieurs logiciels répondant à vos besoins.

L'écran tactile multi points de l'iPhone et de l'iPod Touch en fait des candidats idéaux pour débrider la créativité des développeurs en matière de musique : plaquer des accords de piano, pincer des cordes de guitare, tapoter en rythme sur des percussions virtuelles sont autant d'usages potentiels. Ça n'est sans doute pas un hasard si l'une des premières applications dévoilées lors de la présentation du SDK pour iPhone était Band, un petit logiciel regroupant un piano, une batterie et des accords de blues. Depuis des dizaines d'instruments ont vu le jour. Nombre d'entre eux sont assez moyens, mais on trouve tout de même quelques applications dignes de ce nom.

Pianos et claviers : jouez aux virtuoses !

Afficher un clavier de piano sur un écran d'iPhone ou d'iPod Touch est une idée aussi logique que saugrenue : certes, comme nous l'avons vu, le tactile multi-points se prête particulièrement à ce type d'usage. Néanmoins, il paraît difficile d'afficher plus d'une octave dans des proportions acceptables pour les doigts et évidemment, l'absence de contact physique favorise les fausses notes. Ça n'empêche pas les développeurs de proposer moult claviers virtuels dans des genres très variés. Cela va du piano des plus basiques à des reproductions assez amusantes de claviers plus ésotériques. En ce qui concerne le piano, si vous souhaitez ne pas débourser un centime d'euro, vous pourrez vous tourner par exemple vers MiniPiano, une application des plus minimalistes puisqu'elle se contente d'afficher une octave de clavier, sans la moindre possibilité de personnalisation du son. En revanche, les touches sont d'une taille raisonnable et se montrent assez réactives. Il ne faudra pas en attendre plus que son prix : aucune fonctionnalité d'enregistrement ou de lecture de fichiers n'est présente. À conseiller uniquement si vous ne souhaitez pas mettre la main au porte-monnaie.

0190000002319318-photo-minipiano.jpg


Si vous cherchez quelque chose d'un peu plus évolué, vous trouverez peut-être votre bonheur avec , une application payante, mais nettement plus complète. Vous aurez ainsi la possibilité d'enregistrer vos mélodies, d'afficher le nom des notes sur les touches (en notation anglo-saxonne), d'afficher plusieurs octaves (l'écran se divisant alors en deux claviers superposés), de disposer d'un métronome et même de personnaliser le son en ajoutant de la reverb. Dans le même genre, on trouvera Pianist de Moo Cow Music, les auteurs du fameux Band qui avaient suscité l'enthousiasme lors de la présentation de l'iPhone OS 2.0. L'interface est semblable, et on notera la présence bienvenue d'un bouton Sustain pour faire durer les notes, ainsi que la possibilité de zoomer en avant ou en arrière sur le clavier.


0190000002316704-photo-grand-pro.jpg


Terminons notre sélection de claviers avec un appareil plus exotique : le Mellotron. Abondamment utilisé dans les années 60 par des groupes tels que les Beatles ou Pink Floyd , ce clavier fonctionnait à partir de bandes préenregistrées et actionnées par les touches. vous propose de retrouver le son si caractéristique de cet instrument et offre pour cela une banque de sons assez fournie. L'application propose, comme Grand Pro, deux claviers superposés, chaque partie pouvant être associée à un son de la banque. Comme le vrai, trois potentiomètres permettent de régler le volume, le pitch et la couleur. Il ne faudra pas s'attendre à des miracles au niveau du son, mais cela devrait suffire pour ajouter Strawberry Fields Forever au répertoire de votre « iBand ». On trouvera également dans la banque des sons d'orgues ainsi que quelques vieux synthétiseurs analogiques dans la même veine « vintage ». Malheureusement, cette application originale souffre de défauts d'ergonomie et de stabilité : les boutons nous ont paru quelque peu capricieux, l'interface s'avère assez ésotérique (il nous a fallu plusieurs minutes pour comprendre comment sélectionner un autre son de la banque) et, surtout, le chargement de l'application est assez aléatoire : à plusieurs reprises, notre iPhone de test est revenu à l'écran d'accueil sans sommation. Malgré ses défauts, les fans de rock psychédélique devraient au moins le trouver ludique.

  • Télécharger Ellatron pour iPhone et iPod Touch (nécessite iTunes)
0190000002316706-photo-ellatron.jpg


Sommaire :

Instruments insolites : soufflez dans l'iPhone !

Dans un registre plus insolite, certaines applications jouent la carte du plaisir ludique, voire même de la relaxation. C'est le cas des fameux Ocarina et Leaf Trombone de l'éditeur Smule. Comme leur nom l'indique, ces deux applications sont des instruments à vent qui utilisent tout simplement le micro intégré de l'iPhone comme entrée. En clair, soufflez dans votre téléphone pour émettre des sons. Le premier, Ocarina, est assez basique, mais séduit d'emblée par son côté intuitif et zen : l'interface affiche 4 boutons sur lesquels vous placerez vos doigts pour faire varier les notes en soufflant dans le micro. L'application est uniquement destinée au « free play » mais propose un mode intéressant : en créant un compte chez l'éditeur Smule, vous pouvez enregistrer vos créations et les diffuser vers les autres utilisateurs du logiciel à travers la planète. Smule a particulièrement soigné l'aspect communautaire de son logiciel puisque le site de l'éditeur permet également de créer et de diffuser des partitions que l'on peut alors consulter depuis son navigateur web. La communauté étant particulièrement active, on trouve de nombreux morceaux, allant du classique aux tubes du moment en passant par des B.O de jeux vidéo ou de dessins animés (on appréciera évidemment la section Zelda).

0000012C02316708-photo-ocarina.jpg
0000012C02316710-photo-leaf-trombone.jpg


Dévoilé lors de la présentation de l'iPhone OS 3.0, va encore plus loin en proposant une simulation de trombone à coulisse, ou plus exactement de trombone à brin d'herbe. Cette fois-ci, même si le jeu libre est toujours de la partie, Smule a ajouté un côté ludique à son application : à la manière d'un Guitar Hero ou d'un Rock Band, vous pourrez ainsi tenter de jouer un des nombreux morceaux proposés par l'application. La prise en main de Leaf Trombone est très intuitive et là encore très zen : les notes sont représentées par des feuilles qui apparaissent lentement le long de votre trombone : il faudra ainsi faire coulisser le curseur à la hauteur des feuilles successives, tout en soufflant dans le micro.

0190000002316712-photo-leaf-trombone-jury.jpg


On remarquera la présence d'un second instrument à percussion accompagnant le trombone. Celui-ci n'est pas là pour faire joli puisqu'il est également possible de jouer en duo à Leaf Trombone, en tirant parti de la nouvelle fonctionnalité de connexion Bluetooth de l'iPhone OS 3.0. Mais le « fun » multi-joueurs ne s'arrête pas là : Smule a même pensé à intégrer un côté MMO à son application, en permettant la création de parties en ligne dans laquelle un soliste ou un duo pourra être confronté à des juges, façon télé crochet ! Comme Ocarina, Leaf Trombone propose également des fonctionnalités communautaires sur le site de Smule, et notamment un créateur de chansons, permettant de composer des titres qui seront ajoutés à ceux disponibles dans l'application. Cerise sur le gâteau : les utilisateurs d'iPod Touch ne disposant pas d'un micro/casque pourront également en profiter puisque les deux applications intègrent un mode tactile, certes moins original, mais tout aussi ludique.


L'éditeur Smule a publié de nombreuses vidéos illustrant l'utilisation d'Ocarina ou Leaf Trombone. Voici une jolie reprise de Stairway To Heaven de Led Zeppelin, utilisant 5 iPhone exécutant Ocarina et une guitare acoustique.

Guitare, basse, batterie : faites du rock avec votre iPhone/iPod Touch

Passons maintenant aux choses sérieuses et formons un groupe de rock incluant un guitariste, un bassiste et un batteur. On voit déjà des puristes froncer les sourcils, mais on trouve pourtant plusieurs guitares virtuelles pour iPhone, et notamment l'excellent , un petit bijou qu'il suffit d'essayer quelques secondes pour être séduit. L'interface d'iShred est plutôt bien faite : l'écran affiche les 6 cordes d'une guitare et une série de 10 pads. Ceux-ci peuvent être associés à des accords prédéfinis que vous n'aurez alors qu'à jouer en « pinçant » les cordes. Les plus aguerris pourront également jouer des gammes ou même afficher une frette de guitare pour plaquer leurs propres accords. La force d'iShred réside non seulement dans sa simplicité d'utilisation, mais surtout dans la jouissance extrême de pouvoir brancher sur sa guitare de multiples pédales d'effet tels que le trémolo, le fuzz, le chorus ou même une pédale Wah Wah réagissant à l'accéléromètre. On notera au passage que l'ampli monte jusqu'à 11, détail appréciable comme tout fan de Spinal Tap le sait. Le tout sonne de manière plutôt réaliste (pour un téléphone portable), mais on regrettera que la puissance nécessaire à ce rendu semble parfois mettre l'appareil à genoux : le son décroche parfois.

  • Télécharger iShred pour iPhone et iPod Touch (nécessite iTunes)
0000012C02319340-photo-ishred.jpg
0000012C02316714-photo-ifret.jpg


Un bon groupe de rock a également besoin d'un bassiste. Ce rôle sera très bien rempli par Bassist des excellents MooCow Music. Bassist est à l'image des autres logiciels de l'éditeur, un instrument à l'interface très sexy et ludique. L'application propose deux modes de jeu : le « hammer on » qui consiste à appuyer directement sur une frette pour émettre un son, ou un mode plus classique qui consiste à appuyer sur la frette avec un doigt et gratter la corde avec l'autre. Des options permettent de choisir le nombre de cordes (4 ou 5), le nombre de frettes ou de jouer en « slap ».

0190000002316716-photo-bassist.jpg


Du côté de la batterie, on compte quantité d'applications, parmi lesquelles on pourra conseiller , qui a d'une part l'avantage d'être gratuit, et qui propose d'autre part une interface plutôt bien faite, permettant de combiner facilement plusieurs sons. Ainsi, vous pouvez laisser le doigt sur la grosse caisse et taper sur la caisse claire, ce qui aura pour effet de déclencher les deux sons en même temps. Un coup d'œil à la capture d'écran pourrait laisser penser qu'il manque des éléments, mais il n'en est rien : les deux cymbales sont divisées en deux parties : charley ouvert et fermé à gauche et cymbale « crash » et « ride » à droite. L'application propose également un petit gadget amusant : une série de riffs célèbres joués en boucle pour vous accompagner, de Billie Jean à Smells Like Teen Spirit en passant par Jump. Vous pourrez également lancer au préalable un titre de votre iPod et tenter de jouer par-dessus. La réactivité nous a semblé correcte dans l'ensemble même s'il arrive à Kanondrum de perdre les pédales.

  • Télécharger Kanondrum pour iPhone et iPod Touch (nécessite iTunes)
0190000002081846-photo-kanondrum-2.jpg


Histoire d'illustrer notre propos, voici un exemple concret avec cette reprise de Twist And Shout des Beatles par le Canadien Guiz, utilisant justement iShred, Bassist et Kanondrum. Évidemment, l'artiste a successivement enregistré toutes les parties lui même.



Une trousse à outils pour les guitaristes

Les outils évoqués ci-dessus sont très ludiques, mais on trouve également sur l'AppStore des applications intéressantes pour les « vrais » musiciens, et notamment pour les guitaristes. Ces derniers trouveront en Guitar Toolkit un condensé d'outils permettant de se passer d'accordeur ou de métronome. À l'image de Guitools pour Windows, le logiciel intègre un accordeur utilisant le micro de l'iPhone pour déterminer la fréquence des notes, une frette de guitare virtuelle pour accorder son instrument « à l'oreille », un métronome et surtout une base d'accords avec représentation des doigts sur le manche et écoute. On trouve même quelques options intéressantes comme le changement du nombre de cordes (basse à 4 ou 5 cordes, guitare à 12 cordes), le choix du type d'accordage ou l'affichage en mode gaucher.

0000012C02316718-photo-guitar-toolkit-accords.jpg
0000012C02316720-photo-guitar-toolkit-metronome.jpg

Musique électronique : les séquenceurs et boites à rythme

Jusqu'ici nous avons vu essentiellement des applications permettant de simuler en direct un instrument. Néanmoins, les amateurs de musique électronique, de séquences et de boucles ne sont pas laissés pour compte, loin de là : l'AppStore contient quelques perles dans ce domaine. Les musiciens « live » cherchant à enregistrer leurs créations trouveront également de quoi exploiter le micro intégré de l'iPhone pour réaliser des maquettes.

Boites à rythme, séquenceurs : déchainez le dancefloor !

Composants indispensables pour créer de la musique électronique ou tout simplement pour s'accompagner à la guitare, les boites à rythmes et séquenceurs disposent de plusieurs représentants de choix sur iPhone/iPod Touch. Si vous êtes prêts à débourser un peu plus que d'habitude pour une application mobile (15,99 euros TTC), on ne saura que vous recommander chaudement l'excellent Beatmaker, sans aucun doute la « rolls » pour iPhone en matière de séquenceur rythmique. Cette petite perle a tout pour plaire : une interface très soignée et intuitive, une banque de sons fournie et des possibilités d'exportation qui en font plus qu'un simple gadget. L'application peut faire office de boite à rythmes « live » (on peut se déchainer sur les pads en direct) ou de séquenceur à base de « patterns » (des blocs de plusieurs mesures que l'on assemble pour faire un morceau complet), ou même combiner les deux : vous pouvez ainsi programmer une séquence et enregistrer d'autres sons en direct par dessus.

00FA000002319342-photo-beatmaker.jpg
00FA000002316722-photo-beatmaker-s-quenceur.jpg


Si vous possédez un iPhone, vous pourrez utiliser le micro interne pour enregistrer vos propres sons, les éditer et les assigner à un des pads (l'iPod Touch 2G permettant également de brancher un micro/casque pour cette tâche). Des effets de delay, de filtre ou encore d'égalisation peuvent enfin être ajoutés. L'interface est un vrai régal : des racks d'effet aux pads en passant par le séquenceur, tous les modules ont fait preuve d'un grand soin et deux barres d'outils rétractables permettent de passer d'un module à l'autre ou d'afficher ou masquer les contrôles de lecture et d'enregistrement. Néanmoins, la cerise sur le gâteau provient des possibilités d'exportations. Les projets réalisés avec Beatmaker peuvent ainsi être exportés sous forme de fichier MIDI (pour la « partition ») ou WAV. Un logiciel gratuit à télécharger pour Mac ou PC permet ainsi d'échanger en WiFi des fichiers entre l'iPhone/iPod Touch et l'ordinateur.

0190000002316724-photo-beatmaker-effets.jpg


Moins bien fini, mais néanmoins efficace, RandGrid combine une boite à rythmes et deux synthétiseurs « vintage », ce qui permet de composer des morceaux relativement complets incluant un rythme, une ligne de basse et une mélodie, à partir du même logiciel. Son interface est assez confuse au premier abord : la multitude de boutons et d'abréviations ne rend pas la programmation aisée pour un utilisateur néophyte. Néanmoins, à force de tâtonner, on finit par trouver ses marques et découvrir une application assez puissante, permettant d'influer sur les paramètres de chaque son et de créer des séquences assez évoluées pour une simple application de téléphone portable ou de baladeur multimédia. La dernière version du logiciel inclut même plusieurs kits de batteries reproduisant notamment des sons de boites à rythmes « légendaires ». Même si sa complexité peut rebuter, le jeu en vaut la chandelle.

0190000002316734-photo-randgrid.jpg


Si vous cherchez simplement une boite à rythmes, vous trouverez sans doute votre bonheur avec DrumTracker, une application assez simple d'utilisation qui permet de créer facilement des rythmes en plaçant différents sons dans une grille de 4 mesures (l'application semble limitée aux rythmes à 4 temps). Comme pour Beatmaker et contrairement à RandGrid, on appréciera d'avoir une vue d'ensemble du rythme où une ligne équivaut à un son, ce qui évite les allers-retours entre la grosse caisse, la caisse claire ou les toms. Autre point appréciable : il est également possible d'influer sur des paramètres tels que la hauteur ou le panoramique de chaque son pour créer des effets intéressants, ou de régler plus globalement chaque piste avec une table de mixage. L'absence de parties mélodiques limitera son usage à un accompagnement rythmique, mais pour cette tâche, il s'agit d'une application plutôt bien réalisée, efficace et intuitive.


012C000002316728-photo-drumtracker-s-quenceur.jpg
012C000002316726-photo-drumtracker-mixage.jpg


Réalisez des maquettes avec un magnéto 4 pistes

Le micro de l'iPhone (ou la prise micro/casque de l'iPod Touch 2G) peut notamment servir à enregistrer des voix, une guitare ou tout autre instrument. Le très bien nommé utilise judicieusement cette possibilité puisqu'il transforme l'appareil mobile en magnétophone 4 pistes, utile pour réaliser une maquette. Bien entendu, une seule entrée étant disponible, il ne permettra pas de capter les performances de votre groupe en direct, mais d'enregistrer une par une votre voix et vos instruments. L'interface intuitive se présente sous la forme d'une table de mixage dont on peut régler le niveau de chaque piste, son panoramique, et la sélectionner pour l'enregistrement. Une molette permet de naviguer dans l'enregistrement réalisé, et deux boutons activent l'enregistrement et la lecture. Le tout est simple, efficace et visuellement soigné.

0000012C02316730-photo-fourtrack.jpg
0000012C02316732-photo-fourtrack-bounce.jpg


FourTrack pourrait déjà s'avérer intéressant en l'état, mais l'application propose en plus des fonctionnalités qui décuplent ses possibilités : il est ainsi possible de dupliquer une piste et surtout de réaliser un mixage des quatre pistes enregistrées pour les récupérer en deux pistes, soit dans le même projet, soit dans un nouvel enregistrement. Vous pourrez ainsi contourner la limitation à quatre pistes et réaliser des maquettes plus complexes. Enfin, on appréciera là encore la possibilité d'exporter les enregistrements en WiFi, en saisissant l'adresse de l'iPhone/iPod Touch dans votre navigateur web.

  • Télécharger FourTrack pour iPhone et iPod Touch (nécessite iTunes)

Le meilleur exemple d'utilisation de FourTrack est sans doute le « making of » de la chanson Love Is The Thing du groupe The 88. Ces derniers ont enregistré intégralement cette chanson avec un iPhone et l'application, en utilisant les possibilités de « bounce » pour multiplier le nombre de pistes.

Conclusion

0000007802304274-photo-t-l-phones-mobiles-apple-iphone-3g-s-32go-noir.jpg
En un an d'existence, l'App Store d'Apple a indéniablement débridé la créativité de nombreux éditeurs ou développeurs indépendants. Cette sélection d'applications musicales en est la preuve : même si certains instruments virtuels sont plus proches de simples gadgets, il est réjouissant de constater le soin apporté à des petites perles comme iShred, les instruments de Moo Cow ou les applications zen de Smule. N'importe quel mélomane devrait être sensible à la qualité de ces instruments, qui ne seront évidemment pas utilisables dans un contexte pro ou semi-pro, mais qui s'avèrent très amusants lorsqu'ils sont bien faits.

D'autres applications musicales, sans atteindre le confort d'utilisation de leurs équivalents desktop, nous ont surpris par leurs possibilités : on n'imagine évidemment pas créer un album à partir de Beatmaker ou FourTrack. En revanche, ces outils peuvent s'avérer très efficaces en tant que bloc-notes : avoir à sa disposition une boite à rythmes, un mini synthétiseur programmable ou un magnéto 4 pistes dans sa poche peut rendre de précieux services et éviter d'oublier la mélodie ou le beat imparable que l'on vient d'imaginer. Bien entendu, dans tous les cas, il faudra se frotter aux limitations évidentes de ces applications : aussi puissants soient-ils, l'iPhone et l'iPod Touch restent des appareils aux fonctionnalités très modestes par rapport à celles d'un PC ou d'un Mac. En conséquence, il ne sera pas rare de rencontrer des problèmes de latence, voire de décrochage complet du son (constaté dans iShred lorsque plusieurs effets sont activés). En outre, il faut savoir que ces applications, qui mobilisent les ressources de l'iPhone ou de l'iPod Touch peuvent s'avérer très gourmands en autonomie.

0000009602318030-photo-iband.jpg
On finira, en guise de clin d'oeil, en évoquant iBand, un groupe formé autour d'instruments virtuels sur iPhone. Fondé à Vienne, ce trio utilise notamment Beatmaker et les applications de MooCow Music. Le groupe affirme sur son site qu'ils ont choisi d'utiliser l'iPhone et l'iPod Touch pour créer de la musique, bien qu'ils soient de « vrais » musiciens à la base. Après avoir publié plusieurs vidéos sur YouTube, ainsi que deux chansons originales téléchargeables gratuitement, le groupe a même prouvé que l'on pouvait marier des applications musicales pour iPhone/iPod Touch avec de vrais instruments lors d'un concert dans leur ville natale. D'autres concerts ainsi qu'un album devraient suivre. D'autres « vrais » groupes ont mené des expérimentations autour de l'iPhone. Ainsi, The 88, un trio de Los Angeles plutôt connu pour avoir placé ses chansons dans de nombreuses séries (notamment Weeds, Kyle XY ou Grey's Anatomy) a enregistré une chanson complète avec l'application FourTrack, comme nous avons pu le voir avec leur making of. Évidemment, ces initiatives se limitent à de simples happenings ou à des mini phénomènes comme le web aime en produire, mais elles montrent qu'avec un peu d'imagination, on peut créer de belles choses avec des moyens techniques réduits.



En définitive, que peut-on dire sur les applications musicales pour iPhone ? Qu'il ne faut évidemment pas trop en attendre : l'utilisateur sera forcément limité par l'écran qui reste celui d'un téléphone, avec des performances qui suivent. Il est clair qu'on ne va pas vous dire de jeter votre carte son, votre Cubase ou votre guitare pour tapoter Hotel California sur des cordes virtuelles. Néanmoins, ces applications sont intéressantes lorsqu'on saisit leurs limites : elles peuvent s'avérer utiles dans certains cas, ou ludiques le cas échéant. On pourrait imaginer à l'avenir des possibilités bien plus poussées telles que l'utilisation d'un appareil mobile pour déporter le contrôle d'un plug-in (certaines télécommandes pour séquenceur audio existent déjà). En l'état il s'agit d'applications sans prétentions : certaines sont de simples gadgets alors que les meilleures d'entre elles se distinguent par un certain potentiel.

Stéphane Ruscher
Par Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique

Tombé dans un Amstrad CPC quand j'étais petit, je teste des logiciels, des Mac, des claviers, des souris ou des tablettes pour Clubic depuis 2005. J'aime aussi écouter du rock et de la musique électronique, en faire même un peu, regarder des films pas trop bêtes, et rire d'humour absurde.

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.