Huit bridges jettent les ponts

21 décembre 2005 à 13h40
0

Konica Minolta Dimage Z6

Le Dimage Z6 est le poids plume de notre comparatif. Avec ses 108 x 80 x 84 cm pour 340 grammes, il fait figure de Petit Poucet perdu au milieu des géants. Mais les bridges sont une grande famille où l'on trouve des appareils de toutes formes, et dont les caractéristiques communes sont une large plage focale et un viseur numérique. Si les « grands frères » de la Série A (A1, A2 et A200) semblent plus proches de par leur conception des Coolpix 8800 et FinePix S9500 que ce petit Z6, la donne change lorsque l'on regarde la plage focale couverte, soit un 35-420 mm. Pour un appareil de cette taille, c'est impressionnant.

00C8000000146731-photo-comparo-bridge-visuels-dimage-z6.jpg
00C8000000146730-photo-comparo-bridge-visuels-dimage-z6.jpg

Le Dimage Z6 présente une bonne ergonomie pour la prise en main. La poignée est profonde et on peut placer confortablement sa main gauche sur la base de l'objectif sans empêcher l'ouverture du flash pop-up. Toutes les commandes de la face supérieure sont localisées sur le sommet de la poignée. À l'extrémité se trouve le déclencheur et rien que le déclencheur (ce qui change des commandes enchâssées de type déclencheur / interrupteur). On dispose d'un accès réduit à la molette de sélection des modes, du fait de la présence de la commande de zoom située juste en dessous ; c'est un peu surprenant, mais pas vraiment gênant. Les touches macro et réglages du flash se trouvent également sur le dessus à côté du micro, facilement accessibles comme on apprécie qu'elles le soient.

Le pad se trouve sur la face arrière, contre l'écran LCD de 2''. Il se signale par son absence totale de signalétique ; il faut pianoter pour se rendre compte que les touches latérales permettent de corriger l'exposition (+/- 1/3 d'IL), tandis qu'en mode manuel elles commandent l'ouverture, et les touches haut et bas la vitesse. Trois petites touches rondes et confortables se situent dans le prolongement : menu, visualisation / suppression rapides (quel bonheur de retrouver une telle touche après tant d'autres appareils sur laquelle elle avait disparu !) et information (affichage des indicateurs de prise de vue et de l'histogramme).


L'écran et le viseur sont regroupés dans une zone matérialisée en noir. Cette conception contribue à donner une « bonne tête » à ce Z6. L'interrupteur se trouve ainsi sous l'écran à côté d'une commande très fonctionnelle permettant de basculer en mode lecture ou de transférer l'affichage de l'écran vers le viseur. Il n'y a pas sur le Z6 cette fonction de reconnaissance de l'œil si appréciable que l'on trouve sur ses grands frères de la série A, et qui bascule automatiquement l'affichage de l'un vers l'autre. Ce n'est pas si grave, car l'affichage est ici bien géré.

00C8000000146729-photo-comparo-bridge-visuels-dimage-z6.jpg
00C8000000146727-photo-comparo-bridge-visuels-dimage-z6.jpg
00C8000000146728-photo-comparo-bridge-visuels-dimage-z6.jpg

Les connecteurs sont bien protégés sous un cache situé sur la face gauche, tandis que la carte Secure Digital et les piles LR6 sont logées dans des emplacements distincts, sur la face inférieure de l'appareil.

Le Dimage Z6 a un aspect moderne que renforce l'ergonomie des commandes. Elles ont pour caractéristique d'être rondes et d'un ton un tout petit peu plus soutenu que celui du boîtier. Elles sont confortables et réactives, faites du même plastique lisse et à l'apparence métallisée que l'ensemble du boîtier. Les parties pour la prise en main sont revêtues d'un matériau anti-déparant très confortable. Konica Minolta a tout bon pour l'ergonomie, mais également pour le design puisque le Z6 a vraiment de l'allure sous ce boîtier tout en camaïeu de gris.

Naviguons dans les menus

L'ensemble des réglages est accessible depuis la touche Menu. Ils sont répartis sous la forme d'onglets numérotés et divisés en deux grandes parties : « Setup » et « appareil ».

00145748-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg
00145749-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg
00145750-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg


Setup regroupe les réglages se rapportant à la prise de vue :
  • Anti-vibration (Affichage et expo / expo. uniquement / sans) : ce réglage contrôle le système anti-vibration de l'appareil. Dans le premier cas, l'image est stabilisée lorsque le déclencheur est enfoncé à mi-course. Dans le second cas, le stabilisateur s'applique lors de l'exposition ; il faut attendre un moment après avoir appuyé à mi-course sur le déclencheur le temps que l'image se stabilise.
  • AF permanent (Oui / Non) : le système autofocus effectue la mise au point en continu, afin de conserver une image nette à l'écran et de réduire le temps de mise au point entre deux images.
  • Fonction touches : permet de paramétrer la touche flash (sensibilité, mode couleur, netteté, contraste), sachant que le réglage par défaut est celui du flash.

00145751-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg
00145752-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg

00145753-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg
00145754-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg

Dans ces menus, on trouve un réglage à activer lorsque l'on utilise le convertisseur grand-angle proposé en option

Ces menus « taillés au cordeau » sont un modèle d'ordre et de régularité. Bien déclinés sous forme d'onglets, la navigation s'y fait de façon très logique. Ils parviennent à ne pas être envahissants puisqu'ils s'affichent sur un fond transparent qui vient en surimpression de l'aperçu. Ce sont enfin des menus qui font la part belle au texte, avec des intitulés toujours bien explicites.

Les indicateurs en mode prise de vue
L'affichage des indicateurs se gère très facilement au moyen d'une unique touche I, qui permet d'afficher / supprimer toutes les indications de l'écran voire d'ajouter l'histogramme. On pourra être d'avis qu'il manque l'information concernant la sensibilité lorsqu'elle est réglée sur automatique, ainsi que la grille d'aide à la composition qui, même si on y recourt rarement, peut parfois être d'un grand secours lorsque l'on a besoin de baser sa composition sur un repère simple (ligne d'horizon, mer...).

00145758-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg

On a connu des appareils plus causants, mais le principal y est

En mode lecture, seul varie le contenu des menus Setup. Les autres onglets sont identiques à ceux présentés en mode lecture.

00145755-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg
00145756-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg
00145757-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg

Les réglages accessibles en mode lecture

Voici quelques-uns des réglages que vous rencontrerez :
  • Montage vidéo : permet de supprimer une partie d'une vidéo.
  • Diaporama : la commande de diaporama est sans fioritures. Les images défilent à intervalle régulier choisi par l'appareil.
  • Copie email : création d'une copie de l'image sélectionnée optimisée pour le web dans un répertoire annexe.

Les indicateurs en mode lecture
Ici l'affichage, réduit en mode prise de vue , est franchement minimaliste. Les informations relatives à la prise de vue sont tout simplement oubliées, et il faudra nécessairement passer par un logiciel pour obtenir la moindre information exif.

00145747-photo-comparo-bridge-dimage-z6.jpg

Date, heure, nº de l'image... ce n'est pas forcément ces informations dont on a le plus besoin

Du côté des modes

Les modes sont accessibles depuis la molette située sur la face supérieure de l'appareil, chacun étant accessible individuellement depuis l'icône qui lui est associée.

Le mode manuel
En mode manuel, tous les réglages sont accessibles et l'ouverture et la vitesse sont contrôlées, pour la première, au moyen des touches latérales du pad, pour la seconde au moyen des touches haut et bas.

Les modes priorité
En mode priorité vitesse, la vitesse est contrôlée au moyen des touches haut / bas du pad. Elle varie entre 4 et 1/1 000 secondes. En mode priorité ouverture, la sélection de l'ouverture de f/2,8 à f/8 se fait au moyen des mêmes commandes. Dans ces deux modes, comme dans le mode programme, les touches latérales du pad servent alors à introduire une correction d'exposition.

Les modes auto et programme
Ces deux modes sont réservés aux utilisateurs les plus débutants ou pour les prises de vue les plus simples. Les menus sont tout à fait réduits dans le cas du mode automatique, avec des réglages presque limités à la définition et à la qualité de l'image. Le mode programme se charge également de régler en toute transparence l'ouverture et la vitesse, mais redonne le contrôle sur l'ensemble des réglages.

Les programmes résultat
Rien que du très classique du côté des programmes résultat, ces modes destinés à faciliter la prise de vue pour des situations données. Voici ceux que l'on trouve : portrait, sport, paysage, coucher de soleil et portrait de nuit.

Transfert, retouche et offre logicielle

Le Dimage Z6 est livré avec le logiciel Kodak EasyShare pour la gestion des images.

Kodak EasyShare présente les photos sous forme d'albums que l'utilisateur administre en fonction de ses besoins (création de nouveaux albums, ajout de photos).

012C000000125750-photo-kodak-copie-ecran.jpg
012C000000125751-photo-kodak-ecran22.jpg

L'interface est claire et bien aérée. « Améliorer » propose des modifications automatiques sous la forme d'un avant/après

Les onglets à gauche de la page concernent les fonctions de partage. L'onglet « Imprimer à domicile » donne une prévisualisation de la page d'impression et permet très simplement de positionner la photo. Les commandes de tirage en ligne et courrier électronique impliquent la création d'un compte Ofoto (laboratoire de développement de Kodak). « Centre Kodak EasyShare » permet de se tenir informé des nouveautés, de télécharger les dernières mises à jour. L'onglet « Centre des appareils photo Kodak » s'utilise lorsque l'appareil est connecté, et permet alors la gestion des favoris et des albums (ajout de contacts au carnet d'adresses, gestion des noms d'albums, etc.).

La barre des menus offre quelques fonctions simples : ajout de photos, création d'un nouvel album, rotation, sélection, gravure d'un CD, création de diaporama, téléchargement express ainsi qu'un bouton « Éditer photo ». Dans cette section, l'utilisateur pourra intervenir sur ses images, soit de façon ludique en appliquant des réglages fantaisie (fisheye, BD, noir et blanc, etc.) soit en jouant avec les traditionnels réglages d'exposition, luminosité/contraste, etc.

Quid des performances ?

Si le Z6 est un des plus impressionnants de cette première série de bridges par la plage focale couverte, il est dans le même temps le plus « humble » de tous ces appareils lorsque l'on aborde la question des réglages avancés. Même si l'ergonomie est excellente et les commandes externes (si pratiques pour avoir un accès direct aux fonctions) relativement nombreuses, il y a au moins un « oubli » qui dénote son caractère plus amateur, à savoir celui d'une touche de verrouillage de la mise au point et de l'exposition. Un autre regret concerne le point de départ de sa plage focale : 35 mm, comparés aux 28 mm que l'on est en droit d'attendre sur un appareil avancé de ce genre, c'est peu. Néanmoins, la manœuvre peut être corrigée au moyen du convertisseur grand-angle proposé en option.

Lorsque l'on aborde la question de la vitesse, le portrait doit se faire en demi-teinte. Le Z6 dispose d'un autofocus extrêmement rapide, comportant un mode prédictif pour le suivi du sujet. La commande de zoom est par ailleurs nerveuse et bien dosée et les touches très réactives. Le Z6 dispose d'un mode d'entraînement continu qui permet d'acquérir une série d'images tant que le déclencheur est maintenu enfoncé, tandis qu'un second mode plus rapide enregistre jusqu'à 1,8 photo à la seconde ; dans ce second cas, seules les 10 dernières vues de la rafale sont conservées après relâchement de l'interrupteur. Là où le Z6 se fait moins performant, c'est lorsque l'on considère la plage de vitesse qu'il propose, à savoir 4 - 1/1000 seconde. C'est peu dans les deux sens pour un appareil de ce type (pour information, le A200 permet de sélectionner une vitesse comprise entre 30 et 1/ 3 200 sec) même si c'est suffisant pour la plupart des prises de vue.

Autre caractéristique un peu en retrait : la sensibilité. Le Z6 ne permet pas d'aller au-delà de 320 ISO, ce qui est vraiment peu (mais opportun dans la mesure où le bruit électronique est déjà bien élevé aux sensibilités inférieures). Par ailleurs, aux plus hautes sensibilités ainsi que pour les poses les plus longues, l'appareil déclenchera automatiquement une fonction de réduction du bruit électronique.

La visée est bonne, que l'on choisisse d'effectuer ses prises de vue au moyen de l'écran LCD ou du viseur numérique. Dans le premier cas, on sera toutefois peut-être un peu gêné par la tendance de l'écran à trop prendre les reflets ; dans le second, on appréciera l'affichage de l'histogramme en temps réel.

Conclusion

Ce petit Dimage Z6 n'est pas un bridge comme les autres ! Comparé aux Coolpix 8800 et FinePix S9500, il dénote par son gabarit réduit, son design « branché » et ses commandes plutôt simples. Si l'on s'en tient aux apparences, c'est du Canon S2IS qu'il paraît le plus proche. Il partage avec cet appareil la volonté d'être simple et de l'afficher clairement. Il intéressera probablement le même public à savoir : des amateurs de gros zooms soucieux de ne pas se compliquer la prise de vue. Mais si le Z6 talonne son homologue en terme de plage focale couverte, il ne lui arrive pas à la cheville en terme de réglages avancés. Le S2IS permet de faire des poses longues, de verrouiller l'exposition et la mise au point, de monter plus haut en sensibilité... sans oublier les performances du mode vidéo (certes secondaires), qui mettent KO d'office le Z6. Autre différence majeure entre ces deux appareils : la qualité d'image. Le S2IS délivre une image propre, tandis que celle du Z6 est assez marquée par le bruit numérique dès les plus basses sensibilités. Il faudra se cantonner à la sensibilité nominale pour faire passer ce défaut au second plan.

Ce Dimage se positionne donc comme un bridge vraiment simple, apportant principalement un zoom (sur-) puissant, les fonctions avancées les plus courantes - pensées de façon à paraître simples et n'être en rien gênantes pour l'utilisateur amateur -, et, cerise sur le gâteau, l'excellent système de stabilisation du capteur de Konica Minolta. Très rapide à la mise au point, conçu autour d'un châssis vraiment bien pensé (le trouver à son goût est ensuite une autre question), disposant de commandes très réactives, le Z6 est un appareil puissant, qui réussit le pari d'être simple sans être simpliste. En témoignent les programmes résultat limités à l'essentiel, le nombre de commandes avec accès direct (on n'en vantera jamais suffisamment les mérites), et l'accessoire (le mode vidéo par ex.) qui est effectivement traité comme tel. Voilà vraiment un bridge fait pour ceux qui ne veulent pas s'embêter avec un bridge.

Accédez aux pages de photo test paysage, photo de nuit, sensibilité, mode vidéo, mode macro, ainsi qu'aux performances et spécifications.

Konica Minolta Dimage Z6

4

Les plus

  • Rapide
  • Excellente ergonomie
  • Accepte un flash externe

Les moins

  • Mode vidéo limité
  • Sensibilité limitée à 320 iso
  • Pas de verrouillage expo / mise au point
  • Pas vraiment vraiment grand angle
  • Bruit numérique marqué / beaucoup d'aberrations

0

Ergonomie8

Fonctions6

Qualité d'image6



Galerie


0096000000146022-photo-comparo-bridge-dimage-z6-galerie.jpg
0096000000146023-photo-comparo-bridge-dimage-z6-galerie.jpg
0096000000146024-photo-comparo-bridge-dimage-z6-galerie.jpg

Télécharger ces images à leur format d'origine sous forme d'archives .zip : Images 1, Image 2, Image 3.


0000009600146025-photo-comparo-bridge-dimage-z6-galerie.jpg
0000009600146026-photo-comparo-bridge-dimage-z6-galerie.jpg
0000009600146027-photo-comparo-bridge-dimage-z6-galerie.jpg

Télécharger ces images à leur format d'origine sous forme d'archives .zip : Image 4, Image 5, Image 6.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top