DFI LanParty Pro 875

16 juillet 2003 à 10h30
0
012C000000057849-photo-logo-dfi-lanparty.jpg
Au fil des années, la concurrence aidant, le niveau des différentes cartes mères est devenu pratiquement identique d'une marque à l'autre, à tel point qu'il n'y a en général que bien peu de différences entre deux cartes mères utilisant un chipset identique. Si techniquement, les cartes-mères sont toutes plus ou moins au même niveau, chaque constructeur tente de se démarquer de son concurrent en offrant un packaging ou des accessoires innovants. Le constructeur taiwanais DFI, qui a longtemps été réputé pour ses cartes mères d'entrée de gamme stables et abordables, tente d'imiter Chaintech avec sa gamme de cartes mères Lan Party. Les cartes de cette gamme se distinguent de ce que propose généralement la concurrence de par l'avalanche d'accessoires livrés et de par le côté fun de leur design.

DFI propose pour les systèmes Intel Pentium 4, une carte mère Lan Party Pro 875 utilisant comme son nom le laisse présager le dernier chipset haut de gamme d'Intel, le fameux i875P sur lequel nous ne reviendrons pas dans ce test, ces caractéristiques ayant fait l'objet d'un précédent article.


Un bundle de folie !

00BE000000057835-photo-dfi-frontx.jpg
DFI livre sa carte Lan Party Pro 875 dans une imposante boîte rouge munie en son sommet d'une poignée de transport plastifiée. La boîte est assurément séduisante tout comme l'illustration frontale qui change des traditionnelles photos de cartes mères. Avec un tel emballage le moins que l'on puisse dire est que l'acheteur a le sentiment d'en avoir pour son argent. Une fois le carton ouvert, on est surpris par le soin apporté pour le rangement des divers composants, chaque accessoire étant livré dans une boîte séparée. On trouve dans la partie supérieure de la boîte, outre l'indispensable carte mère, deux manuels d'instruction, un guide d'installation rapide, deux disquettes de Drivers et deux CD-ROM. Le premier CD-ROM regroupe les divers pilotes de la carte alors que le second contient les logiciels InterVideo WinDVD et WinRip en versions complètes.

Le premier accessoire d'importance fournit par DFI est la sacoche de transport PC, alias "PC Transpo" : grâce à un ingénieux système de lanières clipsables, vous pouvez harnacher votre tour et la transbahuter à la main grâce à la poignée reliant les diverses sangles. DFI livre également un jeu de trois nappes rondes orange fluo sensible aux UV : on compte deux nappes IDE et une nappe floppy. On trouve également dans l'emballage une petite boîte marquée Accessory Kit contenant une dose de pâte thermique, deux câbles SATA, un IO Shield, un seul câble d'alimentation Molex vers SATA, un T-Bracket muni d'un port joystick ainsi qu'un T-Bracket offrant une entrée et une sortie S/PDIF. La dernière boîte du package est marquée d'un mystérieux FrontX. Que les fans de Mulder et Scully se ressaisissent il n'est nullement question de paranormal ici... Le FrontX est la dénomination du rack 5 ¼ livré par DFI et déportant certains connecteurs en façade... Tel un jeu de Lego chaque connecteur s'encastre dans le rack ce qui vous permet de rajouter d'autres connecteurs ou de ne pas installer ceux dont vous n'avez pas besoin. DFI a choisi de ne proposer que le minimum avec deux connecteurs USB 2.0, une sortie casque et une prise micro. Maintenant que nous avons passé en revu les différents éléments de l'abondant bundle livré par DFI il est temps de passer aux choses sérieuses en étudiant de près le design de la carte mère.

012C000000059087-photo-dfi-pc-transpo.jpg

Kit DFI "PC Transpo"

Design et fonctions de la LanParty Pro875

00B4000000057827-photo-logo-dfi.jpg
La carte mère LanParty Pro875 qui nous préoccupe aujourd'hui est dotée d'un PCB de couleur noire aux bords arrondis. La carte est pourvu du chipset Intel i875P qui gère les Processeurs Pentium 4 à FSB800 ainsi que la mémoire DDR400 sur deux canaux et la fameuse technologie Intel PAT censée améliorer les temps de latence mémoire. DFI a naturellement sélectionné pour cette carte le southbridge ICH5-R d'Intel qui gère nativement le Serial ATA150 ainsi que le RAID 0 et le RAID 1. Voilà pour la partie centrale de la carte mère. La solution de refroidissement du northbridge est classique et totalement silencieuse puisque DFI a sélectionné un simple radiateur métallique. Toutefois l'absence de ventilateur pourrait poser problème au niveau du refroidissement du chipset lors d'overclockings extrêmes.

La carte adopte une alimentation triphasée mais son originalité réside bien entendu dans la couleur des divers connecteurs présents sur la carte. En effet il sont tous orange fluo et s'avèrent sensibles aux ultra violets ce qui ravira les amateurs de tuning PC. A propos de connecteurs la carte est dotée de cinq ports PCI et d'un port AGP 8x muni d'une languette de maintient. Notons à ce sujet qu'il y a assez d'espace entre le slot AGP et le premier connecteur DIMM pour laisser l'accès à la mémoire dégagé, même lorsqu'une carte VGA est installée. Près du berceau processeur, on dénombre quatre bancs mémoire capables d'accueillir un maximum de 4Go de mémoire DDR-SDRAM en PC3200. La carte propose deux connecteurs IDE ATA100, deux connecteurs Serial ATA150, et un connecteur pour le lecteur de disquettes. Originalité propre à DFI la carte mère est munie de deux boutons permettant de mettre en route le système ou bien de faire un reset sans pour autant devoir connecter les boutons de votre boîtier. Toujours du côté des fonctions pratiques, la carte dispose d'une rangée de diodes facilitant le diagnostic en cas de problèmes.

01A4000000059086-photo-dfi-lanparty-pro-875.jpg

Carte mère DFI LanParty Pro

Si le Serial ATA est effectivement géré par le southbridge Intel, DFI a choisi de rajouter un contrôleur RAID de marque HighPoint. Il s'agit du composant HPT372N. Celui-ci est couplé à deux ports IDE supplémentaires et offre une prise en charge des modes RAID 0, RAID 1, RAID 0+1 et RAID 1.5. La carte utilisant le chipset i875P, DFI a naturellement sélectionné un composant Intel Gigabit pour le réseau, qui grâce à la technologie CSA soulage le bus PCI. Le support réseau est donc exhaustif, la carte supportant l'Ethernet 10/100/1000. La partie audio est confiée à une puce C-Media CMI9739A qui n'est guère transcendante. Alors que la Pro 875 offre un grand nombre de fonctions, DFI a fait l'impasse sur le FireWire ce qui est clairement dommage.

Les connecteurs présents à l'arrière de la carte sont nombreux : deux ports PS/2 pour la souris et le clavier, deux ports série, un port parallèle, quatre ports USB 2.0, un connecteur RJ45 et une rampe de trois connecteurs audio. On retrouve à même la carte trois connecteurs pour relier les ventilateurs du système (dont un est réservé au ventilateur CPU). Enfin, trois blocs permettent de relier un port MIDI et deux ports USB 2.0 supplémentaires.


Un mot sur le BIOS

DFI utilise avec cette Lan Party Pro 875 un BIOS de marque Award. Le look and feel est donc connu et reconnu et n'importe quel utilisateur retrouvera ses petits au bout de quelques minutes passées à naviguer dans les divers menus et sous-menus. DFI propose un menu baptisé 'GenieBIOS' qui permet d'accéder très facilement à certains paramètres avancés de la carte, notamment ceux qui concernent l'overclocking. Depuis ce module vous pourrez changer la vitesse du Front Side Bus par pas de 1MHz : jusqu'à 255MHz maximum soit 1,02GHz effectif pour un FSB533MHz contre 400MHz (soit 1,2GHz) pour un FSB800. Le BIOS permet également de modifier le coefficient multiplicateur (si vous disposez d'un processeur unlocked). Deux modes sont proposés pour les fréquences AGP et PCI : le classique couple 66/33 et le mode automatique : il est donc impossible d'ajuster soit même la fréquence d'un des deux bus. Toujours depuis le GenieBIOS l'utilisateur peut ajuster les tensions afin de stabiliser un éventuel overclocking. Les options de support mémoire ne font curieusement pas partie du menu GenieBIOS, il faut donc y accéder par un autre menu. Quoiqu'il en soit, les divers paramètres proposés permettent d'ajuster au mieux les timings mémoire. Le reste du BIOS propose des options tout à fait standard comme la possibilité d'activer (ou non) les périphériques embarqués, ou de définir les priorités de démarrage.
00C8000000051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Afin de mesurer les performances de cette DFI LanParty Pro 875 nous avons utilisé la configuration dont le détail figure ci-dessous :

  • DFI LanParty Pro 875
  • Intel Pentium 4 3.0GHz C
  • 2x256Mo Corsair DDR400 (CAS 2.0)
  • Disque dur Seagate 120Go Serial ATA
  • NVIDIA GeForce 4 Ti4600
Notre système de test était pourvu des derniers BIOS et Drivers disponibles à la date du test et fonctionnait sous Windows XP Professionnel Service Pack 1. Nous avons opposé les résultats obtenus par la carte mère DFI à ceux mesurés, à configuration équivalente, avec une Asus P4C800, une Abit IC7G, une Intel D875PBZ mais aussi avec la fameuse carte Asus P4P800.


CPU Mark 99

01EB000000059107-photo-dfi-pro-875-cpumark-99.jpg

Pour commencer notre série de test, nous avons opté pour le traditionnel et antédéluvien CPUMark 99. La première constatation est évidente : notre carte-mère DFI obtient les mêmes performances que la carte-mère Intel D875PBZ alors la carte Abit IC7G termine dernière. Les deux cartes Asus sont en tête et bénéficient d'une avance d'un petit peu plus de 2% par rapport au couple Intel/DFI.


Quake III Arena

01F2000000059106-photo-dfi-pro-875-quake-iii-arena.jpg

Jeu culte pour certains, Quake III révèle des écarts assez conséquents. On est tout d'abord surpris par la prestation de l'Abit IC7G qui termine ici aussi dernière. La carte mère Intel D875PBZ se montre un poil plus performante que la carte DFI grâce à un framerate 0,5% plus élevé. Les cartes-mères Asus paradent pour leur part en tête, et il ne faut pas oublier que l'écart de performance est en partie justifié sur le modèle P4C800 par un FSB cadencé à 202MHz au lieu des classiques 200MHz. Pour les amateurs de pourcentage, on retiendra tout de même que la P4C800 est 7,4% plus rapide que la carte-mère DFI. La carte DFI est quant à elle 3% plus véloce que sa concurrente chez Abit. Sachez pour finir que la P4C800 est jusqu'à 10% plus rapide que l'IC7G d'Abit...


3DMark 2001 SE

01E2000000059105-photo-dfi-pro-875-3dmark-2001se.jpg

Avec 3DMark 2001SE, les constatations sont identiques à celles déjà formulées sous Quake III. On retrouve donc en tête notre duo composé des deux dernières cartes mères Asus, les P4C800 et P4P800. La carte mère Intel fait bonne figure et devance une fois de plus la LanParty de DFI, de peu il est vrai (seulement 1,7%) alors que l'IC7G d'Abit termine en queue de peloton. Précisons que l'écart de performance entre la carte DFI et la carte Abit est inférieur à 0,5%.


3DMark 2003

01E8000000059104-photo-dfi-pro-875-3dmark-2003.jpg

Après avoir jeté un oeil sur les performances de la DFI LanParty Pro 875 sous 3DMark 2001SE, nous passons naturellement à 3DMark 2003. Le classement reste ici inchangé, avec une P4C800 nettement en tête, et une DFI quelque peu à la traîne mais distançant tout de même sa rivale signée Abit. On remarque la bonne tenue de la carte mère Intel D875PBZ qui se montre 3% plus rapide que sa rivale signée DFI et 4% plus performante que l'IC7G d'Abit. La P4P800 étant pour sa part 5% plus véloce que la carte DFI.


Unreal Tournament 2003

01F0000000059099-photo-dfi-pro-875-unreal-tournament-2003.jpg

Terminons cette première page de tests par un tour d'horizon des performances relevées avec Unreal Tournament 2003. Les résultats sont ici très serrés et guère significatifs, bien que la hiérarchie déjà observée précédemment soit maintenue. C'est donc sans surprise que la carte mère P4C800 d'Asus est en tête suivie de la P4P800 (qui obtient d'ailleurs un résultat identique). La carte mère Intel D875PBZ talonne la P4P800 pourtant munie du chipset i865PE (mais aussi il est vrai de la technologie PAT) alors que la LanParty Pro 875 de DFI devance d'un cheveu l'IC7G d'Abit. D'après les résultats, la carte Asus P4C800 serait 1,6% plus rapide que la carte DFI.

PC Mark 2002

01DC000000059120-photo-dfi-pro-875-pcmark-2002.jpg

Premier bench générique de notre arsenal, PC Mark se décompose en deux tests distincts : d'un côté le test mémoire, de l'autre le test processeur. Quelque soit la carte-mère utilisée, le test processeur laisse apparaître très peu de variations au niveau des performances. Fait intéressant si on se fie au classement CPU, le duo gagnat serait constitué de l'Asus P4C800 et de l'Abit IC7G, alors que la carte qui nous préoccupe aujourd'hui, la DFI LanParty Pro 875 fait mieux que la carte Intel et la P4P800 d'Asus.

Le test mémoire révèle pour sa part des écarts assez importants. En effet, les Cartes mères Asus offrent une bande passante 8% supérieure à ce que proposent nos cartes Intel et DFI, ce qui explique les écarts de performance quasi systématiques relevés durant nos divers tests entre ces cartes. On note à cette occasion la faiblesse certaine de l'IC7G, puisque ces performances mémoire sont nettement en retrait de ce que propose la concurrence. Ainsi la bande passante mémoire de la Lan Party Pro 875 est 7 supérieure à celle de la carte Abit. La raison ? Le BIOS Abit ne semble pas aussi bien optimisé que les BIOS concurrents pour gérer les barrettes de DDR400 en provenance de Corsair.


SiSoft 2003 - Test CPU

01DB000000059121-photo-dfi-pro-875-sisoft-2003-cpu.jpg

Sans surprise le processeur de SiSoft Sandra 2003 n'est guère révélateur et les différences entre nos diverses cartes mères sont franchement minimes. Au niveau des résultats MIPS le tiercé gagnant est constitué dans l'ordre par les cartes suivantes : Asus P4P800, Asus P4C800 et DFI LanParty Pro 875.


SiSoft 2003 - Test mémoire

01DF000000059122-photo-dfi-pro-875-sisoft-2003-m-moire.jpg

Le test mémoire de SiSoft 2003 confirme les observations déjà formulées avec PC Mark 2002. En effet, le graphique montre clairement que les cartes mères Asus offrent toutes deux la meilleure bande passante mémoire. Par rapport à la DFI LanParty Pro 875, la bande passante mémoire délivrée par l'Asus P4P800 est 4% supérieur, à chipset identique. Les cartes mères Intel et Abit se rejoignent pour la première fois dans ce comparatif, leurs scores étant absolument identiques.

Au delà des résultats constatés, ce type de test permet de mesurer l'importance du rôle joué par la qualité du sous-système mémoire. D'un BIOS à l'autre, d'une barette à l'autre, d'un timing à l'autre, les performances d'un système peuvent varier de manière assez importante. Il devient donc particulièrement important de se pencher attentivement sur l'optimisation de la mémoire, chose qui n'était pas forcément aussi évidente avant l'apparition des chipsets Dual Channel.

SYSMark 2002

01E8000000059110-photo-dfi-pro-875-sysmark-2002.jpg

SYSMark 2002 est un Benchmark applicatif qui utilise non pas des routines toutes prêtes, mais des applications de la vie réelle pour évaluer les performances d'un système. Ici, notre carte Asus P4P800 est en tête, suivie, et c'est une surprise, de la DFI LanParty Pro 875, qui parvient de justesse à se hisser au dessus de la P4C800 d'Asus. On note que les résultats du trio de tête sont très proches avec un écart maximum de 1,5%. L'IC7G d'Abit termine toujours dernière et se fait griller la politesse par l'Intel D875PBZ qui se montre 2% plus rapide. Face à l'IC7G d'Abit, la LanParty Pro 875 se montre 4% plus véloce.


Cinebench 2003

01EC000000059112-photo-dfi-pro-875-cinebench-2003.jpg

Achevons notre série de tests, par un petit coup de Cinebench 2003. Ce logiciel, issu d'un logiciel professionnel de rendu 3D, effectue en temps réel le rendu d'une scène et délivre un score en fonction du temps mis par le système pour afficher complétement l'image. Comme vous pouvez le constater les résultats de nos différentes configurations sont très proches si ce n'est identiques, et il n'est pas facile d'en tirer une quelconque conclusion.

Avec cette Lan Party Pro 875, DFI signe à n'en pas douter une excellente carte mère. On apprécie particulièrement le fait que les ingénieurs de DFI n'aient pas sacrifié les fonctionnalités sur l'autel des goodies. En effet, la carte est non seulement munie d'un design particulier qui devrait plaire aux amateurs de tuning PC, mais elle dispose de ce qui se fait de mieux en matière de fonctionnalités embarquées et d'options de paramétrage. Tout juste regrette t'on l'absence de support FireWire natif qui pourra être assez pénalisant surtout lors de Lan Party. Cette lacune est tout de même comblée par l'intégration d'un support RAID IDE complet grâce au contrôleur Promise, ce qui séduira les accrocs du stockage.

Du côté des performances il n'y a là non plus rien à redire, et le bundle livré par DFI est tout simplement exceptionnel tant il est fourni. Le prix est également séduisant puisque la carte se négocie autour des 200€ TTC. Reste que les cartes à base de chipset i865PE sont bien souvent moins chers pour des performances équivalentes grâce à la technologie PAT activée par de nombreux fabricant tant que le stepping du chipset springdale le permet.


DFI LanParty Pro 875

6

Les plus

  • Design original
  • RAID ATA et SATA
  • Packaging ultra complet
  • BIOS relativement bien conçu

Les moins

  • Pas de connexion FireWire
  • Chip audio trop basique
  • Un peu cher ?

Note globale8

Performances8

Fonctionnalités7

Confort d'utilisation8


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

DFI LanParty Pro 875 en test sur Clubic
ATI pense aux fervents de la pomme
Où l'on reparle des chipset NVIDIA Athlon 64
Le PowerShot S50 adopte le Microdrive
Asus y va de sa carte graphique multimédia
Intel voit la vie en rose avec un résultat doublé
Les organisations pro sur Internet peuvent mieux faire
La plate-forme IP d'Alcatel intéresse entreprises et collectivités locales
L'UE approuve le partage des réseaux UMTS allemands
La FING fait le point sur le télé-enseignement en France
Haut de page