Sommaire

Comparatif : 7 GPS d'entrée de gamme au banc d'essai

01 juin 2018 à 15h36
0
Sommaire






Les vacances approchent ! Allez-vous passer une année de plus à devoir promener votre fidèle atlas routier ? Rien n'est moins sûr. Votre ancien compagnon de route en papier a du souci à se faire. En effet, le malheureux pourrait bien finir sa vie au pied d'un platane de nationale dès l'arrivée des beaux jours... Vous laisserez-vous tenter par l'un des sept GPS que nous avons décortiqués pour vous ? Réponse en grignotant le test sans concessions que nous vous avons mitonné. Attention, la team Clubic décline toute responsabilité concernant les privations estivales consécutives à l'achat d'un système de navigation ; ) Parés à découvrir les modèles proposés par Mappy, Garmin, Medion, Tomtom, Navigon, Asus et Mio ? En avant !

Ne plus avoir à transporter cet imposant atlas routier, obtenir un itinéraire détaillé sans avoir à l'imprimer, avoir une estimation assez précise de l'heure d'arrivée, pouvoir mettre la main sans difficulté sur un restaurant ou une aire de loisirs en cours de trajet... les GPS permettent tout cela. Certains vont même plus loin, en faisant office de téléphone mains libres, en signalant les principaux radars. Et les évolutions n'en sont sans doute qu'à leurs débuts ! D'autant plus que de nombreux constructeurs y vont de leur solution de navigation pour tenter de se faire une petite place aux côtés des ténors du secteur, les TomTom, Navigon et autres Garmin. Que peut-on attendre aujourd'hui d'un GPS autonome, compris entre 150 et 350 euros ? Nous avons passé sept modèles au banc d'essai pour voir si le jeu en vaut la chandelle, et si l'atlas routier peut définitivement être remisé au placard. Parés à choisir un copilote sur lequel vous allez pouvoir compter ?

 GPS autonomeLienNote
Medion GoPAL P4225Lien
Navigon 2110Lien
Mio Moov 200Lien
TomTom XLLien
Asus R300Lien
Garmin 250WLien
Mappy MiniLien

Comment trouver le bon chemin sans GPS ?

On peut imaginer que plus d'un parmi nous ne saurait plus prendre la route sans l'assistance d'un GPS. Les commerciaux et autres « personnels itinérants » ne sont pas les seuls touchés par le phénomène, puisqu'il peut suffire d'une ou deux utilisations d'un GPS pour devenir « accroc », et en arriver à se demander comment l'on pouvait bien faire avant. C'est justement sur cette question que l'on va rebondir : comment trouver le bon chemin sans GPS ? Et quelles sont les alternatives pour ceux qui ne peuvent / souhaitent débloquer un budget pour cet accessoire ?

Les GPS autonomes

Mais avant de se poser véritablement la question des solutions alternatives, il peut être opportun de résumer en quelques lignes les principaux avantages et inconvénients de ces systèmes GPS (Global Positioning System) autonomes.

Les principaux avantages :
  • Ils bénéficient de mises à jour (contrairement aux atlas routiers par exemple).
  • Contrairement aux PDA qui multiplient les fonctions, ils se concentrent sur une unique tâche : le calcul d'itinéraire.
  • ... Toutefois, certains s'enrichissent de fonctions annexes, qui peuvent aller de la lecture de MP3, de vidéos ou de livres audio, au téléphone mains libres, etc.
  • La plupart incluent des points d'intérêts (désignés par le sigle POI), permettant de trouver facilement un restaurant, un parking, une administration ou encore une zone de loisirs à proximité de l'endroit où l'on se trouve.
  • On peut compter sur la plupart d'entre eux (une fois paramétrés) pour nous signaler nos dépassements de vitesse au moyen d'un « bip » de rappel à l'ordre, mais également pour nous indiquer la présence de radars fixes ou mobiles.
  • De nombreux modèles disposent d'un mode piéton, utile pour continuer à être guidé, jusqu'à un point d'intérêt par exemple, une fois sorti du véhicule.

Les principaux inconvénients :
  • Avant de démarrer, il faudra patienter le temps que le GPS trouve notre position et calcule l'itinéraire. Lorsque l'on est déjà très en retard, c'est énervant.
  • C'est une solution chère. Même si l'on trouve des modèles de GPS autonomes à moins de 100 euros, c'est toujours une somme pour un appareil qui - pour beaucoup d'entre nous -, ne servira guère qu'une dizaine de fois dans l'année.
  • Il faut faire l'effort de le mettre à jour pour bénéficier des cartes les plus récentes.

L'atlas, et les cartes routières

00FA000000331417-photo-gps-atlas-routier.jpg
Les atlas et autres cartes routières appartiennent-ils au passé ? Si beaucoup d'entre eux ne sortent plus guère de la bibliothèque ou de la boîte à chaussures dans laquelle ils prennent un repos bien mérité, tout le monde ne les a pas abandonnés, loin de là, tant ils restent convaincants. Ils sont encore particulièrement de succès auprès de ceux qui sont hostiles à l'informatique, de ceux qui détestent avoir à s'y reprendre à trois fois pour saisir et trouver un nom, de ceux que les va-et-vient dans les menus horripilent, etc.

Les principaux avantages :
  • Un coût réduit (moins de 20 euros pour un Atlas routier).
  • On bénéficie de cartes très détaillées.
  • Lorsque l'on quitte l'itinéraire, on a toutes les données en mains pour revenir sur la route.
  • Richesse de l'index des lieux.
  • Ne nécessitent aucune connexion ni source électrique pour être consultés, tout au plus une lampe électrique pour les lire sous la tente !

Les principaux inconvénients :
  • Pas de mise à jour ! Rien à faire, l'atlas que grand-mère vous avait offert sitôt le permis en poche à 18 ans, est bel et bien caduc aujourd'hui, dix ans après. Pour de petits itinéraires, passe encore, mais dès qu'il s'agit de grands trajets empruntant les axes autoroutiers, il y a fort à parier que les cartes ont connu bien des modifications. Pour bénéficier d'un atlas à jour, il faudra réinvestir périodiquement dans une version plus récente.
  • Plus encombrant que les autres solutions (en ce qui concerne l'atlas)
  • Conduire avec une carte dépliée, ce n'est pas très pratique.

Du côté des sites

Qui n'a jamais été voir du côté de Mappy - sans doute le plus connu -, ViaMichelin, ou du plus récent Google Maps pour trouver des informations sur un itinéraire ? Pour beaucoup d'entre nous, tapoter le nom de l'un de ces trois sites dès que l'on doit prendre la route est un réflexe, au même type que celui des Pages Jaunes en cas de recherche d'adresse ! Ces trois sites affichent l'itinéraire sous deux formes - carte et consignes -, et permettent dans le premier cas de zoomer autant que nécessaire pour apprécier le détail du trajet. Il est possible de partager facilement les itinéraires, en les imprimant ou en utilisant l'option « Envoyer par E-mail ».

00C8000000331404-photo-gps-mappy.jpg
00C8000000331405-photo-gps-viamichelin.jpg
00C8000000331415-photo-gps-google-maps.jpg

Le calcul d'itinéraire selon Mappy, ViaMichelin et Google Maps


Les principaux avantages :
  • Gratuits.
  • Gestion des étapes (Mappy).
  • Gestion des préférences (Type de véhicule, itinéraire rapide / court, sans péage, piéton...).
  • Donnent une indication sur le coût total du trajet.
  • Calculent les itinéraires de tout point à tout autre point.

Les principaux inconvénients :
  • Ne recalculent pas l'itinéraire ! Sans carte ou atlas à côté de soi dans la voiture, on est perdu dès que l'on quitte l'itinéraire conseillé.
  • On doit imprimer l'itinéraire ; ça peut faire beaucoup de papier et d'encre, pour des feuilles volantes peu commodes à utiliser, et que l'on peut facilement égarer.

Les PDA

Les PDA (Personal Digital Assistant) sont des ordinateurs de poche qui, pour un encombrement dérisoire, multiplient les fonctions d'assistance :
  • Agenda
  • Répertoire téléphonique
  • Bloc notes
  • Lecture de MP3, d'images et de vidéos
  • Téléphone (pour certains modèles)
  • ... et GPS (pour ceux qui nous intéressent ici)

0096000000210537-photo-organiseur-de-poche-pda-mitac-mio-a201.jpg
0096000000151269-photo-organiseur-de-poche-pda-fujitsu-siemens-pocket-loox-n500-gps.jpg
0096000000148990-photo-organiseur-de-poche-pda-hewlett-packard-ipaq-hx2790.jpg

Signés MIO, Fujitsu-Siemens, HP ou autre, les PDA peuvent faire office de GPS d'appoint


Les principaux avantages :
  • Ce sont des appareils multifonctions.
  • Leurs possibilités peuvent être élargies grâce au téléchargement de nombreux programmes (voir notre logithèque Palm et Pocket PC).
  • L'encombrement est bien plus réduit qu'un PDA + GPS séparé.

Les principaux inconvénients :
  • Celui de tout « tout-en-un » : lorsque l'on perd son PDA, on perd à la fois son agenda, son lecteur de MP3, son téléphone portable... et donc son GPS dans le cas qui nous intéresse ici.

Mappy Mini : sommaire

+Le grand déballage

Le grand déballage


015E000001310516-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg


Le Mappy Mini est livré avec :
  • un câble d'alimentation pour allume-cigare ;
  • un étrier de fixation pour voiture ;
  • un câble USB ;
  • un DVD ;
  • une carte mémoire de 1 Go ;
  • un stylet.

La connectique est regroupée sur le flanc droit de l'appareil. Elle est constituée des entrées / sorties suivantes :
  • une prise casque ;
  • un logement pour cartes Secure Digital ;
  • un connecteur mini-USB ;
  • une prise pour antenne TMC.


Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...


Ergonomie générale

Les dimensions du Mappy Mini ne sont pas sans rappeler celles du Mio Moov 200. Tous deux sont des GPS compacts construits autour d'un écran de 3,5 pouces. A l'heure actuelle, ces dimensions sont en-deçà de la norme. Si le fait de choisir une petite diagonale permet de disposer d'un appareil peu encombrant que l'on conservera dans son sac, il a également un impact sur le confort d'utilisation comme nous le verrons plus loin.

La grande originalité du Mappy Mini tient en la présence d'une base de données des transports en commun pour 250 villes d'Europe. La date de mise à jour est présentée en vis-à-vis de la liste des villes. Ce guide recense les différents moyens de transport disponibles dans chacune des localités (Métro, tram, Bus, SNCF...) et délivre, pour un itinéraire donné, les indications nécessaires pour effectuer le trajet le plus court (nombre de stations et de correspondances). Si la présence d'un tel guide peut étonner, elle se justifie par le fait que les déplacements se font souvent grâce à des moyens de transport mixtes (voiture certes, mais également métro et RER).

01310438-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309918-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309914-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Une fois la voiture laissée au garage, le Mappy Mini peut encore vous être utile pour trouver votre chemin


Saisie des adresses

Le Mappy Mini vous offre l'embarras du choix pour ce qui est de sélectionner une adresse :
  • de façon classique en saisissant une adresse ou un code postal ;
  • au moyen de coordonnées géographiques ;
  • en puisant dans l'historique ;
  • en choisissant un point d'intérêt.
A cela viennent s'ajouter les raccourcis « Maison » et « Travail » que chaque utilisateur devra auparavant préconfigurer.

01309936-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Les différents modes de saisie d'une adresse avec le Mappy Mini


Optimisation et réactivité

Le Mappy Mini dispose de fonctions originales qui permettent à l'utilisateur de paramétrer la sensibilité et la réactivité de l'appareil (Menu principal > Paramètres > Paramètres avancés > Options de l'itinéraire). Concrètement, quels sont les bénéfices de ces réglages ? Voici quelques exemples de ce que ces options autorisent :
  • à ceux qui ont des problèmes avec les demi-tours de les éviter le plus souvent possible ;
  • aux piétons de désactiver l'affichage de la flèche de position sur la route pour mieux rendre compte de sa position exacte.
01309934-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Le calcul d'itinéraire peut être optimisé au moyen de quelques réglages


Ch'ti temps de calcul d'un itinéraire

Le Mappy Mini est-il rapide lorsqu'il s'agit de calculer un itinéraire longue durée ? Pour le savoir, nous avons simulé un trajet vers la ville des Ch'ti au départ de nos locaux de Lyon. Avec 29 secondes de délai de calcul, le Mappy Mini finit... dans le peloton de queue.

Calculez votre POI idéal (point d'intérêt)


Qualité (et quantité) de la base de données

La recherche des POI peut se faire selon de nombreuses modalités : à proximité d'une adresse donnée, de la position GPS actuelle, de coordonnées géographiques spécifiques, de la position du curseur ou encore de la destination.

01309954-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

La recherche de POI se fait selon de nombreuses modalités.


Les rubriques sont réparties sur deux pages qui offrent donc une vision synthétique des différents services. Pour aller plus avant dans le détail, un simple clic sur l'une des catégories suffit : Culture se décline alors en Musée, Théâtre, Bibliothèques, etc.

01309956-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309958-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

L'interface très synthétique (sur deux pages seulement) permet une sélection rapide de la catégorie adéquate

01309960-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Ici les sous-rubriques de la catégorie Culture


Gestion des POI

Le Mappy Mini vous offre la possibilité de saisir manuellement de nouveaux POI. En mode Carte, pointez l'endroit de votre choix puis insérez un POI. Vous pourrez librement personnaliser son nom, son groupe ainsi que l'icône qui le représente.

01309946-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01310452-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

En mode Carte, il suffit de pointer un endroit pour insérer un POI

01309950-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309952-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg



Le Mappy Mini vous permet enfin - rubrique par rubrique ou sous-rubrique par sous-rubrique -, d'afficher ou de masquer les POI de votre choix

01310116-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Vous pouvez faire en sorte de n'afficher que les POI qui vous intéressent vraiment


Indications visuelles (affichage, itinéraires)


Taille et qualité de l'écran

S'il n'y a rien à redire au sujet de la finesse et de la réactivité de l'écran, certaines personnes habituées à des interfaces plus étendues lui reprocheront ses dimensions réduites (seulement 3,5 pouces). Autre inconvénient : le fait que l'écran prenne trop fortement la luminosité ambiante au point de perdre en lisibilité. Dans certains cas, pour sélectionner avec précision une icône - et non sa voisine -, il vous faudra avoir recours au stylet tant l'interface peut s'avérer précise et détaillée (on pense notamment à l'utilisation du guide des transports en commun). Notez ensuite qu'en cas de manque de précision avéré, le Mappy Mini vous permet d'effectuer un calibrage de l'écran.

Qu'y a-t-il à l'écran ?

Si l'interface vous semble encombrée du fait d'un affichage trop dense, n'hésitez pas à l'alléger en supprimant l'affichage du nom des rues ainsi que celui des POI qui ne vous sont d'aucune utilité sur le moment. La petite diagonale de l'écran oblige en effet à être regardant sur le nombre d'informations affichées, sous peine de perdre en qualité de guidage. On signalera ensuite que le Mappy Mini se signale par la clarté de son interface de navigation qui fait appel à des couleurs pastel et à une petite flèche en mouvement pour signaler les intersections.

01309962-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309964-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Vous pouvez désactiver l'affichage des POI en mode carte pour alléger l'interface

01309970-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309968-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

En mode conduite cette fois, le Mappy Mini permet de désactiver également l'affichage du nom des rues


L'interface peut être encore plus largement personnalisée au moyen de réglages qui permettent d'intervenir sur les unités de mesure utilisées, le format de la date, les paramètres sonores (touche, volume dynamique, tonalité avant le guidage vocal...), le choix du périmètre du zoom intelligent, la précision de la sensibilité (délai avant nouveau calcul, sensibilité de demi-tour...) ou encore le choix de la langue.

01309932-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309930-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Les fonctions de personnalisation sont on ne peut plus nombreuses


Reste à signaler l'option qui permet d'activer une alerte en cas d'excès de vitesse au moyen d'un curseur exprimé en pourcentage (5 %, 10 %...) ou en valeur fixe (+ 5 km/h...).

01309920-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Une fonction d'alerte dynamique vous permet d'être averti en cas de dépassement de la vitesse conseillée


Calcul d'itinéraire

Aux classiques préférences d'itinéraire (Le plus rapide / Le plus court / Economique) vient s'ajouter l'option « Facile ». Le module d'aide contextuel (très bien documenté) présente ce mode de calcul comme permettant de rester sur l'axe principal et d'éviter de changer de routes trop souvent.

Le champ véhicule peut lui aussi être personnalisé au moyen de l'un des modes suivants : Voiture / Taxi / Bus / Camion / Urgence / Piéton / Bicyclette). Il ne reste ensuite plus à l'utilisateur qu'à préciser ses préférences pour ce qui est des autoroutes, des péages, des routes secondaires... et même des demi-tours. Au moyen d'une seule page bien synthétique (à comparer aux quatre du Mio Moov 200 !), le Mappy Mini vous permet donc de configurer rapidement vos préférences d'itinéraire.

01309926-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309972-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Tous les paramètres d'itinéraire sont regroupés en une seule interface synthétique. L'aide contextuelle (très bien documentée), vous sera précieuse pour vous familiariser avec les différentes notions en jeu ici


Aux classiques façons de saisir un itinéraire vient s'ajouter celle qui consiste à sélectionner les points de départ et d'arrivée directement sur la carte. Un clic fait ainsi apparaitre un menu contextuel qui vous invite notamment à choisir ce point comme destination ou à l'inclure en tant qu'étape dans un itinéraire.

01310510-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01310512-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Il suffit de pointer un endroit de la carte pour pouvoir le configurer comme étape ou destination


Le Mappy Mini gère les itinéraires composés d'étapes multiples. Une fois toutes les étapes saisies, une interface vous permet d'éditer l'itinéraire au moyen des commandes d'ajout, suppression et de déplacement vers le haut ou vers le bas. Cette modalité permet à celui qui le souhaite de programmer un itinéraire dont le point de départ est distinct de celui où il se trouve.

01309940-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Le Mappy Mini permet programmer un itinéraire à étapes ainsi qu'un itinéraire dont le point de départ est distinct de celui où se trouve l'utilisateur.


Les itinéraires bis

En cas de problème sur l'itinéraire (travaux, ralentissements...) vous pouvez recouvrir au menu feuille de route vous donne les moyens d'éviter une rue ou une portion d'itinéraire sur un kilométrage donné.

01310250-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg
01309938-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Sélectionnez une étape puis précisez les modalités d'évitement


Le GPS prend la parole


Précision des indications

Comment parle le Mappy Mini ?
  • Tournez franchement à gauche.
  • Prenez la seconde à droite.
  • Roulez 2 kilomètres 400.
  • Tournez à gauche, à 800 mètres.
  • A 100 mètres, tournez à gauche, puis vous arriverez à destination.
  • Arrivée à l'étape.
  • Serrez à gauche, à 210 mètres.
  • A 100 mètres, serrez à gauche, puis serrez à gauche.
  • A 30 mètres, serrez à gauche.
  • Préparez-vous à prendre l'autoroute à 300 mètres.
  • Prenez l'autoroute.
  • Roulez plus de 100 kilomètres.
01309928-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Le voix de Kathy est bien posée, sans intonations robotiques


Qualité de la diction

Vous pourrez tout à fait prêter votre GPS à un ami européen dans la mesure où le Mappy Mini intègre une base de 22 langues. Vous n'aurez en revanche pas le choix de la voix de guidage : pour la France, c'est Kathy qui s'y colle. La voix en question est bien posée, sans intonations robotiques. On regrettera juste que, contrairement au Medion P4225 équipé d'une précieuse fonction de synthèse vocale, elle ne prononce pas le nom des autoroutes.

Que dire ensuite du son proprement dit ? Que le réglage du volume sonore gagnerait à être plus accessible, au moyen d'une commande dédiée sur le flanc de l'appareil par exemple. On note ensuite la présence d'un sifflement intermittent et discontinu lors de la conduite, et plus particulièrement lors des manipulations dans les menus. Même si le phénomène est irrégulier, n'est est pas moins très déplaisant et capable de jeter le discrédit sur l'appareil, et ce malgré des qualités indéniables.

01309924-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Les réglages sonores gagneraient à être accessibles depuis le flanc de l'appareil


Gestion des cartes et possibilité d'évolutions


Le Mappy Mini intègre un logiciel de navigation dérivé de iGO, ainsi que la cartographie européenne de Tele Atlas datant du premier trimestre 2007 et livrée sur une carte Secure Digital de 1 Go.

Les fonctionnalités annexes


Le Mappy Mini vous offre la possibilité d'annoter la carte au moyen de marqueurs (sortes de petits fanions de couleur) que vous apposerez à votre gré comme autant de pense-bêtes. Tant que vous ne les aurez pas retirés manuellement, ces marqueurs resteront en place pour attirer l'attention sur la zone concernée.

01309944-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg


Fonction lecteur MP3 et vidéo ?

Si Mappy Mini fait l'impasse sur la lecture de photos et vidéos, il permet en revanche à celui qui le souhaite d'écouter des MP3 via un lecteur (un peu Old School) accessible dès l'interface de démarrage.

01310514-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

Le Mappy Mini propose un lecteur MP3


Dialogue avec Mappy.com

Une fois le GPS synchronisé à l'ordinateur, les utilisateurs ayant un compte personnel sur Mappy.com sont en mesure de récupérer de nombreuses informations, qu'il s'agisse de contacts, d'adresses ou encore d'itinéraires. Cette possibilité de dialogue est précieuse dans la mesure où elle évite les redites et permet, même lorsque l'on n'a pas le GPS sous la main, de consulter le détail d'itinéraires (Mappy indique par exemple le montant des péages, ce qui est précieux pour budgéter un itinéraire) puis de les importer sans avoir à ressaisir toutes les préférences.

015E000001310518-photo-comparo-gps-mappy-mini.jpg

La création d'un compte sur Mappy.com permet de sauvegarder des contacts et des itinéraires et de les transférer vers le GPS


Notes et conclusion


Conclusion

Second GPS autonome de Mappy, le Mappy Mini a tout d'une bonne surprise. Si les dimensions de son écran peuvent certes décevoir (3,5 pouces, c'est peu à l'heure actuelle), il suffit de désactiver l'affichage des POI par exemple pour redonner à l'interface une bonne lisibilité. Il y a peu de remarques à faire au sujet du guidage, qu'il soit visuel ou vocal. Tout au plus pourra t'on regretter l'absence de synthèse vocale, en sachant que ce genre de fonctions a un prix. Pour le reste, Kathy nous guide avec précision, en n'hésitant pas à recourir à des adverbes lorsque la situation l'impose. Rien à redire également au sujet de la carte que la finesse des tracés et ses coloris clairs contribuent à rendre particulièrement explicite. Le Mappy Mini se signale ensuite par la richesse des fonctions de personnalisation et l'habileté avec laquelle les fonctions contextuelles sont intégrées à l'interface. Quels sont alors les inconvénients réels de ce modèle, si tant est qu'il en ait ? Tout au plus lui reprocherons-nous l'absence de commande de réglage du son depuis l'interface et, dans un autre registre, le sifflement intermittent qu'il produit en utilisation. Un problème à première vue anecdotique, mais qui à la longue peut tout à fait devenir rédhibitoire au point que l'on préférera en prévention porter son choix sur un autre modèle.

Tableau de notes

Mappy Mini

6

Les plus

  • Guide des transports en commun
  • Cartes d'Europe / Aide contextuelle
  • Nombreuses fonctions de personnalisation
  • Itinéraire à étapes / Ajout de POI

Les moins

  • Délai de calcul
  • Pas de TMC, ni de fonctions main-libre
  • Ecran réduit / Sifflement intermittent
  • Pas de réglage du son depuis la carte

0

Ergonomie8

Instr. visuelles6

Instr. vocales7

Fonctions annexes5

Medion GoPAL P4225 : sommaire




Le grand déballage



015E000001323260-photo-comparo-gps-medion.jpg


Le Medion GoPAL P4225 est livré avec :
  • un câble d'alimentation pour allume-cigare ;
  • un étrier de fixation pour voiture ;
  • des CD / DVD comportant le logiciel de navigation, les cartes digitalisées, ActiveSync et une application de restauration ;
  • une antenne TMC.

Petite surprise à l'examen du GPS lorsque l'on découvre la présence d'un capteur d'empreintes. Si ce système de protection a tout à fait sa place sur un PC portable qui contient des informations personnelles, son utilité devient beaucoup plus relative sur un GPS (à moins de vouloir dissimuler à sa moitié les trajets que l'on a effectués dans la semaine ?). Pour ce qui est de l'argument sécuritaire, nous pensons pour notre part qu'il irritera les éventuels voleurs plus qu'il ne les dissuadera. A défaut d'utiliser l'authentification au moyen d'empreintes digitales, vous pourrez opter pour une protection au moyen d'un mot de passe et d'un code d'accès. Fort heureusement (pour ceux qui n'ont que faire de cette fonction), il n'est pas obligatoire d'activer l'une ou l'autre de ces protections pour utiliser le GPS.

01299780-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299782-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299784-photo-medion-gopal-4225.jpg

Le P4225 peut être protégé au moyen d'un capteur d'empreintes ou d'un code secret


La seconde caractéristique qui interpelle est l'écran qui profite de larges dimensions (4,3 pouces). La coque fait appel à un revêtement noir laqué qui présente l'inconvénient d'être sensible aux traces de doigts. Ceci mis à part, le P4225 se signale par une belle qualité de construction et une interface très riche composée des entrées / sorties suivantes :
  • prise pour antenne externe ;
  • haut-parleur ;
  • fiche d'extension ;
  • branchement TMC ;
  • prise pour écouteurs ;
  • branchement mini USB ;
  • capteur d'empreintes digitales ;
  • bouton marche / arrêt ;
  • touche de fonction ;
  • touche de volume ;
  • emplacement cartes SD / MMC ;
  • bouton Hard Reset ;
  • orifice de réinitialisation.
On regrettera tout au plus que la batterie ne soit pas amovible, empêchant ainsi son changement en cas de panne qui interviendrait hors période de garantie.

Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...


Ergonomie générale

Le GoPal P4225 s'ouvre sur une interface qui récapitule toutes ses fonctions : Navigation / Guide touristique / Lecteur MP3 / Alarme / Visionneuse. Une fois le GPS en mode navigation, il est possible de revenir rapidement à l'interface de gestion des itinéraires au moyen d'une simple pression sur la touche P située sur le côté droit de l'appareil. Pratique en cas d'errance prolongée dans les menus, ou pour faciliter les allers / retours entre la carte et les menus, ce raccourci est d'autant plus à souligner que le P4225 est l'un des rares GPS à proposer cette attention.



Saisie des adresses

La saisie d'une adresse se fait au moyen du code postal ou du nom de la ville. Dans les deux cas, l'utilisateur bénéficie d'un module de saisie prédictive (jusqu'à 3 noms de communes s'affichent) qui lui permet de sélectionner sa destination sans avoir à entrer les coordonnées en entier. La vue suivante vous invite à préciser vos coordonnées, en optant pour le centre ville, en sélectionnant un POI (mairie, un commerce, etc.) ou encore en précisant manuellement l'adresse. A noter également la fonction « Au milieu de la rue », pratique lorsque l'on ne sait pas à quel numéro précisément se rendre.

01299758-photo-medion-gopal-4225.jpg

La recherche d'adresse se fait pas ville et rue ou par code postal

01299760-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299762-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299764-photo-medion-gopal-4225.jpg

Le P4225 dispose d'un efficace module de saisie intuitive ainsi que d'un clavier dont les touches se désactivent à mesure de la saisie : pratique pour limiter les erreurs de frappe !


Optimisation et réactivité

Trois types d'itinéraires vous sont proposés : Court, Rapide ou Economique. Le point fort du GoPAL P4225, c'est qu'il permet d'affiner chacun de ces trois modes de base en activant / désactivant les fonctions suivantes : Déviation, Bacs, Autoroutes et routes à péages. Il serait en fait plus juste de dire que le GPS oblige à sélectionner manuellement les réglages en question qui sont par défaut sur la même position, quel que soit le mode retenu. Cette question des options de route vous sera posée à chaque nouvelle destination.

01299908-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299910-photo-medion-gopal-4225.jpg

Il vous faudra préciser des préférences avant chaque itinéraire


Ch'ti temps de calcul d'un itinéraire

Le GoPal P4225 est assez convaincant pour ce qui est du calcul d'un itinéraire long. Lorsque nous avons simulé un trajet vers Bergues (une ville que l'on ne présente plus), le GPS n'a eu besoin que de 15 secondes pour le calculer (contre 29 par exemple pour le Mappy Mini).

Calculez votre POI idéal (point d'intérêt)


Qualité (et quantité) de la base de données

Les POI sont répartis sous 24 catégories allant des attractions touristiques aux locations de voiture en passant par les centres médicaux. Les renseignements proposés se limitent à une adresse et à un numéro de téléphone : pas d'informations donc concernant les horaires d'ouverture et les prix des menus pour ce qui est des restaurants, ni d'étoiles pour ce qui est des hôtels.

01299766-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299768-photo-medion-gopal-4225.jpg



01299770-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299772-photo-medion-gopal-4225.jpg

Les POI sont répartis en 24 catégories


L'affichage des POI est en revanche assez convaincant dans la mesure où l'on peut les afficher dans, ou à proximité d'une localité particulière, le long du parcours (intéressant pour les stations essence) ou encore au lieu de destination (quel hôtel pour passer la nuit ?). A retenir également, la possibilité de transformer vos POI préférés en favoris que vous pourrez rappeler à tout moment.

01299786-photo-medion-gopal-4225.jpg

Vous pourrez afficher les POI à l'endroit de votre choix (à proximité, à destination...)


En complément des POI, le GoPal P4225 met à disposition des informations touristiques en provenance du TravelGuide. Sachez toutefois que ce service est congru dans la mesure où seules les curiosités de la ville de Paris sont ici détaillées. On est donc loin, très loin de la qualité d'un guide à la ViaMichelin.

Gestion des POI

Pour bénéficier de mises à jour mais également de nouvelles fonctions (création et édition de POI directement sur la carte, sélection d'un POI comme destination, alerte lors du passage près d'un POI, il faut télécharger le module POI-Warner (voir le site Morepoi). Cette mise à jour est payante et les tarifs accessibles sur cette page.

Indications visuelles (affichage, itinéraires)


Taille et qualité de l'écran

Comptez une bonne seconde de latence entre le moment où vous sélectionnez un réglage et le moment où le menu correspondant s'affiche. Ce délai occasionnera de nombreux ratés, comme à chaque fois que l'on cliquera une seconde fois sur une touche en pensant que l'appareil n'a pas enregistré la manœuvre... et que l'on se retrouvera deux menus trop loin. L'interface est pour le reste précise, sachant qu'au besoin un outil de calibration vous est offert pour rétablir l'équilibre. Quant à la luminosité, elle peut être finement dosée sur six niveaux, tant en mode jour que nuit. On regrettera juste que ce réglage ne bénéficie pas d'une commande directe depuis le boîtier.

Qu'y a-t-il à l'écran ?

Contrairement à d'autres modèles, le P4225 ne permet pas de modifier l'apparence ou le contenu du tableau de bord. Les informations sont donc fixes et concernent : l'heure d'arrivée, la distance totale en kilomètres, la durée du trajet et votre vitesse.

01299912-photo-medion-gopal-4225.jpg

Voici la carte telle qu'elle s'affiche par défaut


A tout instant du trajet, vous pourrez consulter un écran récapitulatif.

01299914-photo-medion-gopal-4225.jpg

Un simple clic depuis l'interface de conduite vous donne accès à un écran récapitulatif de votre parcours


Lors de la conduite, le P4225 reprend le code couleur des routes, c'est-à-dire bleu pour les autoroutes et vert pour les nationales. Les choix faits ensuite pour la représentation de l'itinéraire nous ont semblé moins pertinents, notre impression étant que l'on visualise parfois mieux les routes annexes que celles que l'on doit suivre, sans compter que la flèche qui matérialise les tournants aurait mérité d'être mise en valeur pour une couleur autre que le blanc. Par ailleurs, pour bénéficier d'une bonne qualité de guidage à l'écran, il est impératif de paramétrer l'affichage de l'itinéraire fléché, inactif par défaut. Une partie des dimensions de l'écran sont alors mises à profit pour afficher une miniature de la prochaine intersection, indication sans laquelle il sera très difficile d'arriver véritablement à bon port. Reste à attirer l'attention sur la représentation des lointains qui introduit un peu de relief et de réalisme dans la représentation sans cela austère du réseau routier.

01310562-photo-comparo-gps-medion-p4225.jpg
01310558-photo-comparo-gps-medion-p4225.jpg
01310560-photo-comparo-gps-medion-p4225.jpg

Profitez des larges dimensions de l'écran pour afficher l'itinéraire fléché, indispensable pour disposer d'une bonne qualité de guidage


Cette possibilité mise à part, les autres fonctions de personnalisation permettent principalement de commander le basculement (automatique ou non) en mode nuit et la configuration du zoom (entre proche et lointain).

Calcul d'itinéraire

Vous ne pourrez pas utiliser le P4225 comme un « Mappy de poche », c'est-à-dire comme un assistant pour calcul d'itinéraires. Ce que nous voulons signifier par là, c'est que le P4225 ne permet pas de sélectionner un point de départ autre que celui où l'on se trouve. Si cet inconvénient peut paraitre discutable aux yeux de certains, il prend tout son sens lorsque l'on cherche à se renseigner sur un itinéraire futur ou hypothétique : « Combien de temps mettrai-je pour aller de Salon-de-Provence à Bergues, sachant que cela me prendra 8 heures par le train ? ». Voilà le type de questions auxquelles le P4225 ne saura pas répondre. Le départ se fait nécessairement depuis la dernière position connue.

Le P4225 vous permettra en revanche aux deux roues et aux promeneurs de profiter de son guidage via les modes Piéton, Cycle et Motocycle qui viennent s'ajouter au mode Automobile.

Les itinéraires bis

En cas de déviation ou de problème sur la route, le P4225 vous donne les moyens de modifier l'itinéraire programmé en utilisant la fonction « Bloquer l'itinéraire » sur 100 mètres, 500 mètres, 1 km, etc. Bienvenue, cette fonction ne peut toutefois rivaliser en précision avec les modèles qui permettent d'intervenir sur une étape précise de l'itinéraire (telle rue, telle manœuvre), en particulier dans le cas d'un contournement connu que l'on pourrait programmer dès le départ.

01299754-photo-medion-gopal-4225.jpg

Le P4225 ne permet pas d'indiquer quelle étape précise du trajet on souhaite éviter


Le GPS prend la parole


Précision des indications

Comment parle le GoPAL P4225 ?
  • Suivre cette route, sur 1 km.
  • A 200 m, tournez légèrement à droite, vers la place Saint Louis.
  • Maintenant, tournez légèrement à droite.
  • Préparez-vous à tourner à gauche, vers la N 407.
  • A 400 m, tournez à gauche, vers la N 407.
  • Maintenant, tournez à gauche, vers la N 407.
  • Suivre cette route, sur 8 km.
  • Préparez-vous à rester sur l'A7 direction Lyon Centre.
  • A 1 000 m, serrez à gauche pour rester sur cette autoroute.
  • Préparez-vous à quitter l'autoroute, direction Bd (prononcez « Bédé ») périphérique.
Les indications fournies par le P4225 sont globalement précises et pensées pour permettre une bonne anticipation des changements d'orientation. On appréciera le surcroît de précision apporté par la synthèse vocale, même si la prononciation est robotique et qu'elle connait des ratés.

Qualité de la diction

Le GoPAL P4225 n'offre pas le choix de la langue, ni même celui de la voix. Celle proposée - dont le timbre est au demeurant assez agréable - n'est pas exempte de défauts : elle bute à l'occasion sur des mots ou enchaînements de mots et sa prononciation est parfois nasale (cela se remarque fortement sur le mot « Gauche »). Il arrive par ailleurs que les informations s'enchainent trop rapidement pour que l'on ait le temps de les intégrer. Et dans cette situation, le GoPal 4225 ne sera pas en mesure de répéter ses indications si vous ne les avez pas comprises. De l'avantage d'un copilote fait de chair et d'os sur un GPS...

Gestion des cartes et possibilité d'évolution


Le GoPal P4225 est livré avec la version 4 de Navigator qui se base sur la cartographie Navteq du second trimestre 2007 (soit des données plutôt récentes). Medion fait savoir qu'une mise à jour vers la cartographie Navteq Q4/2007 sera disponible en juillet.

La cartographie du P4225 ne concerne que la France, Andorre, Monaco... et la ville de Llivia en Espagne. Elle est livrée sur CD et est préchargée sur l'appareil (pas de carte mémoire fournie). L'évolution de la cartographie France du E4225 en version Europe de l'Ouest est possible. Elle est actuellement en cours pour la version du logiciel GoPal 4.X et sera bientôt disponible via l'assistant ou la boutique en ligne www.medionshop.fr au prix de 59 euros. L'autre possibilité pour disposer de la cartographie européenne consiste à se tourner vers le GPS P4425 Europe qui dispose lui aussi des cartes Navteq du second semestre 2007. Comptez 349 euros pour ce modèle contre 249 euros pour le modèle France.

Les fonctionnalités annexes


Pour bénéficier de la fonction téléphone main-libre, il faut acquérir le module Bluetooth proposé en option. Ensuite, via la synchronisation avec Outlook, vous pourrez importer les coordonnées de vos contacts.

Fonction lecteur MP3 et vidéo ?

Le GoPal P4225 dispose de fonctions multimédia. Il peut ainsi faire office de lecteur de MP3 avec gestion de favoris et fonctions de lecture aléatoire et en boucle. Vous pourrez enfin mettre à profit la sortie audio dont il dispose pour le relier à un autoradio compatible, de façon à profiter d'une meilleure qualité sonore.

01299788-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299796-photo-medion-gopal-4225.jpg

Le GoPal P4225 dispose de fonctions multimédia


Le GoPal P4225 peut également servir de visionneuse pour les images au format Jpeg contenues sur une carte Secure Digital. Les outils proposés pour gérer les images sont basiques : rotation à 90°, affichage d'un quadrillage et diaporama automatique. Quoi qu'il en soit, ayez à l'esprit que le format étiré de l'écran ne se prête pas vraiment à l'affichage d'images et que malgré ses dimensions apparemment généreuses, vos photos au format portrait ne seront pas plus grandes que sur l'écran d'un appareil photo.

01299790-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299792-photo-medion-gopal-4225.jpg
01299794-photo-medion-gopal-4225.jpg

Vous pourrez profiter du P4225 pour visualiser vos images sous forme de diaporama


TMC

Le P4225 bénéficie d'un module TMC conçu pour informer les automobilistes des difficultés de trafic. La mise en œuvre se fait en branchant l'antenne livrée et en paramétrant les réglages : déviation automatique ou non, recherche de station automatique ou non et enfin sélection de l'opérateur TMC. Alors que les panneaux d'affichage signalaient des bouchons étaient sur notre parcours, le GPS n'a toutefois émis aucun signal d'alerte. Pour prendre connaissance des informations trafic, lorsqu'un indicateur apparait sur la carte (voir notre capture) il faut cliquer sur la petite icône TMC (la précision du geste est de rigueur) située en haut à droite de l'écran : une fenêtre s'affiche alors qui vous signale la présence (ou non) de perturbations. D'une façon générale, la TMC ne nous aura pas été profitable lors de nos essais, le GPS ayant presque continuellement affiché l'icône qui signale qu'un recalcul est en cours.

01329546-photo-medion-tmc.jpg


Notes et conclusion


Conclusion

Le manque de réactivité de l'écran est le défaut le plus manifeste de ce GPS : non seulement il faudra patienter une bonne seconde après un clic, mais les plus impatients qui recommenceront avant que l'appareil ait eu le temps de réagir verront alors celui-ci aller plus loin qu'ils ne le souhaitaient dans les menus. Moralité : garder son calme, et faire ses sélections de façon réfléchie sans chercher à aller plus vite que la musique. Le second inconvénient majeur est lié à la cartographie. Pour 249 euros, on n'a droit qu'aux cartes de France là où des appareils, bien meilleur marché, proposent une cartographie européenne. Comment le P4225 justifie t'il alors ce prix élevé ? Par la présence de fonctions telles que l'authentification par empreintes (vraiment utile ?), la TMC Pro et la synthèse vocale (vraiment précieuse mais aux accents parfois robotiques). Avis donc à ceux qui seraient tentés de baser leur choix sur la présence de ces fonctions. Pour le reste, le P4225 est un GPS plutôt convaincant dans la pratique, et ce même si l'absence d'itinéraire fléché par défaut est un choix très discutable (la qualité du guidage s'en ressent) et qu'il lui manque la possibilité de calculer un itinéraire depuis un point différent de celui où l'on se trouve.

Tableau de notes

Medion GoPal P4225

6

Les plus

  • Saisie prédictive / Synthèse vocale
  • Authentification par empreintes
  • Ecran de bonnes dimensions
  • Réglage du son depuis l'appareil

Les moins

  • Ecran peu réactif / Voix parfois robotique
  • Débit parfois précipité
  • Absence de choix du point de départ
  • Panneau d'affichage fixe
  • Cartographie France

0

Ergonomie8

Instr. visuelles6

Instr. vocales9

Fonctions annexes8

Mio Moov 200

Sommaire




Le grand déballage


Détail qui n'en est pas un : la boîte du Moov 200 est extrêmement compacte, sans espace perdu. Pratique pour ceux qui disposent de peu de place pour stocker les emballages de leur matériel !
Le Mio Moov 200 est livré avec :
  • un câble d'alimentation pour allume-cigare ;
  • un étrier de fixation pour voiture ;
  • un câble USB.
Le Moov 200 est donc fourni sans carte Secure Digital, la cartographie européenne étant préactivée sur le GPS.

015E000001323264-photo-comparo-gps-mio.jpg


L'interface du Moov 200 est composée des entrées / sorties suivantes :
  • touche d'alimentation ;
  • emplacement pour carte mémoire ;
  • témoin de batterie ;
  • emplacement pour socle de synchronisation ;
  • haut-parleur ;
  • emplacement pour chargeur allume-cigare, câble USB et bloc d'alimentation.

Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...



Ergonomie générale

Contrairement au Medion GoPal P4225 dont l'écran est quasi-panoramique, celui du Mio Moov 200 est ramassé au point d'être presque carré. Cette forme fait de lui un accessoire peu encombrant, et ce d'autant plus que l'étrier de fixation est lui aussi plutôt compact et facile à mettre en œuvre. Ses finitions assez soignées (en particulier la bordure en aluminium marron brossé) font ensuite de lui un appareil assez tendance.

Les options sont regroupées dans une interface « Menu principal » qui s'étend sur deux pages. Des touches « Avant » et « Arrière » permettent à tout moment de revenir à l'écran précédent.

01305830-photo.jpg
01305828-photo.jpg

Les menus du Moov 200


En tout premier lieu, le Moov 200 affichera un tutoriel de bienvenue (en 9 écrans) qui permet de se familiariser avec le fonctionnement du GPS. Nous vous conseillons de le parcourir une première fois puis de le désactiver afin d'éviter qu'il ne se lance à chaque démarrage et ne vous fasse perdre ainsi un temps précieux.

Saisie des adresses

Pour la saisie des adresses, le Moov 200 ne se contente pas des deux méthodes classiques que sont la saisie d'un code postal ou d'un couple Ville + Rue. Il propose également d'effectuer la recherche sur la base d'une simple adresse de rue ou d'une intersection. Ce type de recherche, que l'on trouve également sur le Garmin Nüvi 250W, est-il convaincant ? Plutôt ! Si le gain de temps se discute (ce ne sera pas le cas si la rue recherchée porte un patronyme très répandu), cette fonction prend en revanche tout son sens lorsque l'on dispose d'une adresse lacunaire.

Les deux premiers modes (Ville et Code postal) disposent d'une fonction de saisie prédictive qui permet de gagner du temps, mais qui est moins convaincante à l'usage que celle qui désactive les touches inutiles à mesure de la saisie (voir le test du Medion GoPal P4225). En ce qui concerne la recherche pas code postal, on regrettera que le Moov 200 n'affiche pas la commune en vis-à-vis.

01305826-photo.jpg
01305824-photo.jpg

Le Moov 200 bénéficie d'une cartographie européenne et de fonctions de recherche par ville, adresse, code postal ou intersection

01305822-photo.jpg
01305820-photo.jpg

La saisie prédictive pourrait être améliorée, notamment en désactivant les touches du clavier rendues inutiles et en affichant le nom de la commune en vis-à-vis du code postal


On note également la présence d'une fonction « Chez moi » qui est un raccourci vers l'adresse du domicile de l'utilisateur. Elle est ainsi saisie une fois pour toutes, ce qui permet un rappel rapide des coordonnées. Autres fonctions gain de temps, celle de favoris (on mémorise les adresses les plus utiles), et celle appelée « Adresses récentes » qui permet de sélectionner une destination parmi celles déjà entrées.

Optimisation et réactivité

Les tous premiers déplacements dans la carte permettent de se rendre compte que l'écran tactile répond sans délai aux sollicitations. Cette bonne réactivité se nuance toutefois lorsqu'il s'agit d'interroger des bases (celles des villes, des rues ou encore des POI par exemple). Le temps de réponse est alors sensiblement accru, au point de devenir handicapant dans le cas de la saisie des adresses.

Un double-clic sur une zone de la carte permet d'afficher un menu contextuel très précieux dans la mesure où il permet de chercher les POI les plus proches ou encore d'ajouter ou de supprimer un point de votre trajet. Cette façon d'entrer une destination vient donc s'ajouter aux modes de saisie d'itinéraires déjà évoqués.

01305890-photo-gps-mio-moov-200.jpg

Un menu contextuel accessible au moyen d'un double-clic sur la carte vous permet d'accéder à de nombreuses fonctions sans avoir à quitter la carte de navigation


Calculez votre POI idéal (point d'interêt)


Certains points d'intérêt (les plus courants), bénéficient d'un accès rapide : c'est le cas des stations service, des hôpitaux et commissariats ainsi que des parkings. Le Moov 200 offre la possibilité d'afficher ou masquer tout ou partie des POI (appelés Centres d'intérêt chez Mio). Pour avoir essayé les deux modes, nous ne pouvons que conseiller d'être sélectif dans le choix des POI affichés, et ce principalement en raison des petites dimensions de l'écran. Lorsque tous sont affichés, la carte perd en effet énormément en clarté et la qualité du guidage visuel s'en ressent.

01305832-photo.jpg
01305848-photo-gps-mio-moov-200.jpg
01305850-photo-gps-mio-moov-200.jpg

N'activez pas l'affichage de tous les points d'intérêt sous peine de voir le petit espace consacré à la carte rapidement encombré


Pour ce qui des radars, le GPS vous permet de configurer une alerte sonore et/ou visuelle en fonction des différents types de radars (sécurité, sécurité mobile, vitesse moyenne et radar de sécurité - feu rouge). Le Moov 200 vous autorise également à configurer la distance d'avertissement (entre 20 m et 2 km).

01305730-photo-gps-mio-moov-200.jpg


Qualité (et quantité) de la base de données

Les catégories sont si nombreuses qu'il sera long - et parfois plus complexe qu'on ne l'aurait cru -, de trouver le POI de notre choix. A cette présentation d'entrée de jeu très détaillée (les POI du Moov sont tout de même répartis en presque 70 catégories !) nous préférons celle plus synthétique d'un Mappy Mini qui les regroupe sur deux pages et adopte un système de sous-catégories qui permet de s'y retrouver beaucoup plus rapidement. L'inconvénient est toutefois en partie surmonté grâce à la fonction Recherche par nom qui met à disposition un clavier pour rechercher un POI spécifique sans avoir à parcourir la longue liste de catégories que nous venons de mentionner.

01305728-photo-gps-mio-moov-200.jpg
01305726-photo-gps-mio-moov-200.jpg

Un aperçu des points d'intérêt du Moov 200

01305742-photo-gps-mio-moov-200.jpg
01305740-photo-gps-mio-moov-200.jpg

On remarque que les coordonnées téléphoniques sont aux abonnés absents


Au niveau des informations délivrées, on remarque ensuite que toutes celles souhaitées ne sont pas là. S'il est intéressant de connaitre les coordonnées GPS d'un restaurant (Ex. : 43° 33' 05'' N et 7° 01' 25'' E), il est encore bien plus utile d'accéder à son numéro de téléphone lorsque l'on souhaite faire une réservation...

Indications visuelles (affichage, itinéraires)


Le Moov 200 offre de nombreuses possibilités de paramétrage, qu'il s'agisse de la langue, de la couleur de la carte, des unités de mesure utilisées ou encore de la suppression de certaines informations (historique, destinations favorites...).

Taille et qualité de l'écran

C'est au moment de la conduite que l'on perçoit l'inconvénient des petites dimensions de l'écran. Comme les informations concernant le trajet ne peuvent toutes être affichées en même temps, le Moov 200 a recours à un système de menu déroulant qu'il faut déployer à chaque fois que l'on souhaite connaitre l'heure d'arrivée par exemple, l'état de la réception GPS, le niveau de charge de la batterie, etc. On a connu plus commode.

Qu'y a-t-il à l'écran ?

Le Moov 200 permet d'afficher différentes vues de l'itinéraire : 2D, 3D, itinéraire et vue par vue. On regrettera qu'il y a ait peu de différences entre les vues 2D et 3D et que le GPS ne permet pas de modifier l'angle de vision autrement qu'au moyen du zoom.

01323258-photo-comparo-gps-mio.jpg
01323262-photo-comparo-gps-mio.jpg

Les vues 2D et 3D ne présentent pas de différences significatives


On apprécie en revanche le guidage visuel qui signale les changements de direction par une flèche verte en 3D qui ressort bien sur le réseau urbain tandis que le prochain changement est mis en valeur dans un cadre situé à gauche de l'écran.

Calcul d'itinéraire

Pour mesurer la rapidité de calcul des itinéraires, nous avons décidé de simuler un départ en pays Ch'tis ! Cette fois, nous ne partirons pas de Salon de Provence, mais bien du fief des Clubiciens, comprenez, du 7e arrondissement lyonnais.

  • Le Mio Moov 200 calcule un itinéraire Lyon-Bergues en 20 secondes.

La sélection du type d'itinéraire se fait sur cinq niveaux qui vont du plus court au plus rapide. Si cette présentation peut sembler intuitive pour le primo-utilisateur, elle n'est en revanche tout à fait obscure pour celui qui a l'habitude de choisir entre les trois modes habituels que sont « Rapide » (on privilégie les voies rapides pour se rendre à la destination dans le plus court délai), « Court » (on privilégie l'itinéraire « à vol d'oiseau » qui emprunte souvent les départementales et communales) et « Economique » (l'itinéraire le plus rapide sans prendre les routes payantes). Que signifient en effet ici les valeurs intermédiaires, et à quoi cela revient-il concrètement pour le conducteur de régler le curseur sur l'une d'elles ? La préférence qui concerne les autoroutes est encore moins simple à paramétrer selon les valeurs « Moins souvent » et « Plus souvent » : pourquoi pas plutôt un simple choix binaire à même de tranquilliser le conducteur sur les préférences saisies ? Le guide utilisateur, consulté en renfort, n'arrive par ailleurs vraiment à nous rassurer quand il écrit, au sujet du réglage « Moins souvent », que « Cette option n'élimine pas complètement les autoroutes d'un itinéraire ». Heureusement que l'écran suivant nous donne les moyens de choisir de façon non ambigüe entre éviter ou non les routes à péage, sans quoi il y aurait une véritable appréhension au moment de prendre la route de se retrouver sur une voie rapide et payante.

01305738-photo-gps-mio-moov-200.jpg
01305736-photo-gps-mio-moov-200.jpg

Le paramétrage des itinéraires est tout sauf intuitif et clair. Pourquoi ne pas avoir choisi un système binaire du type « Autoroute : Oui / Non » ?


Un avertisseur de dépassement de vitesse qui se paramètre par paliers de 5 km/h : alerte au-delà de 100 km/h, au-delà de 105 km/h, etc. A nouveau, l'utilité du dispositif reste à prouver : qui « s'amusera » à paramétrer ainsi les dépassements, à part ceux éventuellement qui ne quittent jamais les autoroutes ? Pour tous les autres conducteurs dont l'itinéraire emprunte des voies à vitesses variées (traversée de village à 50 km/h puis nationale à 90 et ensuite autoroute à 130...) un dispositif d'alerte qui s'ajuste à la nature de la route aurait été bien plus précieux.

01305734-photo-gps-mio-moov-200.jpg

Ce système de dépassement par paliers perd une grande partie de son intérêt en cas d'itinéraire empruntant des voies de natures diverses (nationales, autoroutes...)


Le Moov 200 gère les itinéraires à plusieurs étapes. Chaque nouvelle destination vient prendre place dans un gestionnaire d'itinéraires qui vous permet - de façon classique - de finaliser votre trajet en supprimant, montant ou descendant l'une des destinations.

01305818-photo.jpg
01305816-photo.jpg
01305746-photo-gps-mio-moov-200.jpg

Le Moov 200 gère les itinéraires à étapes


Les itinéraires bis

Le Moov 200 fait l'impasse sur les fonctions d'évitement et d'itinéraire bis.

Le GPS prend la parole


Précision des indications

Comment parle le Moov 200 ?
  • Dans 100 m, tournez à droite.
  • Dans 400 m, continuez tout droit.
  • Continuez tout droit.
  • Dans 200 m, au rond-point, prenez la troisième sortie.
  • Prenez la troisième sortie.
  • Dans 150 m, tournez à droite.
  • Gardez votre gauche, et prenez l'autoroute.
  • Continuez 3 virgule 9 kilomètres jusqu'à la sortie 16.
  • Destination à gauche dans 500 m.
On remarque que si le Moov 200 fait l'impasse sur la synthèse vocale, il annonce toutefois le numéro des sorties sur l'autoroute : c'est peu, mais précieux. Les indications sont pour le reste claires et précises, sans surcharges d'informations (on pense aux enchainements d'ordres parfois trop rapides du Medion GoPal P4225) ni d'excès de précautions dans la forme (on pense cette fois aux formulations du type « A 300 mètres veuillez tournez à droite puis veuillez tourner à droite » du Navigon 2110).


Qualité de la diction

S'il offre le choix de la langue, le Moov 200 ne permet en revanche pas de sélectionner la voix. Celle par défaut est assez agréable quoiqu'un peu nasale. En ce qui concerne le volume sonore, on regrettera qu'il ne puisse être réglé directement depuis la carte ni même depuis le boîtier du GPS. Le fait de devoir quitter la carte pour revenir dans les menus fait que l'on hésite à faire un changement, et ce d'autant plus que le retour aux menus suppose de nombreuses manipulations.

01305732-photo-gps-mio-moov-200.jpg

Si le son peut être désactivé depuis l'interface de la carte, l'ajustement du volume suppose pour sa part de se rendre dans les menus


Gestion des cartes et possibilité d'évolutions


Gestion des cartes

A l'heure où nous écrivons ces lignes, la boutique en ligne de MIO est en rupture de stock, les nouvelles cartes et logiciels de navigation étant annoncés à échéance décembre 2008. Il faudra donc patienter pour mettre à jour le Moov 200 qui est livré avec une cartographie TeleAtlas datée du troisième trimestre 2007.

Les fonctionnalités annexes


Fonction lecteur MP3 et vidéo ?

Le Moov 200 fait l'impasse sur les fonctions multimédia (MP3, lecteur de photos et vidéos...) ainsi que sur la TMC.

Notes et conclusion


Conclusion

Simple, peu encombrant et bien fini, le Moov 200 permet de bénéficie d'une cartographie européenne pour un prix des plus raisonnables. Par ailleurs astucieux et relativement complet (si l'on excepte les fonctions multimédia qui n'apportent de toute façon rien au guidage), le Moov 200 est surtout à nos yeux pénalisé par les préférences d'itinéraire vraiment trop peu intuitives : que signifie par exemple paramétrer les autoroutes en termes « Moins souvent » et « Plus souvent » ? On a alors l'impression que l'on peut les saupoudrer dans l'itinéraire (un peu d'autoroute pour ne pas trainer sur la route mais aussi un peu de départementales pour voir les paysages) ? Autres défauts de conception à nos yeux : l'avertisseur de dépassement par rapport à une vitesse déterminée au lieu d'un ajustement automatique en fonction de la route, et des catégories de radars trop nombreuses pour que l'on s'y retrouve sans consulter le manuel. A cela s'ajoute un écran qui vire à l'illisible en plein soleil et une carte vite surchargée si l'on ne prend pas garde à réduire le nombre de POI à l'écran.

Ne vous laissez toutefois pas trop impressionner par ces remarques. A l'usage, et une fois la question des préférences tranchée, le Moov 200 a tout d'un bon copilote du fait de sa réactivité et de la clarté de son interface de navigation. Quant à ceux qui déploreront son caractère trop basique, ils pourront se tourner vers les modèles supérieurs de la gamme (les Moov 330 et 370) qui permettent de bénéficier de fonctions telles que la TMC, l'appel main-libres Bluetooth, Mio Connect (recherche d'informations sur les Centres d'intérêt en temps réel), les informations trafic, Mio More Desktop (mises à jour, compte-rendu des déplacements...).

Mio Moov 200

4

Les plus

  • Compact / Ecran réactif
  • Fonction Chez moi / Menus contextuel
  • Petit prix / Cartographie Europe
  • Recherche adresse par nom de rue

Les moins

  • Petit écran / Gros manque de lisibilité
  • Affichage surchargé
  • Pas de fonctions multimédia
  • Préférences d'itinéraire peu intuitives

0

Ergonomie6

Instr. visuelles7

Instr. vocales6

Fonctions annexes2

Garmin Nuvi 250W : sommaire

0078000001713668-photo-garmin.jpg
Mise à jour : Depuis la sortie de notre comparatif, Garmin a fait évoluer sa gamme. Cette dernière est désormais complétée par le 255 WT, un modèle plus abouti. Nous nous sommes procuré ce nouveau venu et avons vérifié si les nombreux points noirs qui affectaient le 250W (objet du test qui figure sur cette page) avaient été corrigés. L'affichage 3D du précédent modèle était plombé par une lenteur excessive (surtout dans les agglomérations complexes). Ce problème majeur affectait également les recalculs d'itinéraire. Par bonheur, le 255 WT corrige ces graves soucis. On note également la greffe bienvenue d'un module TMC FM. Malheureusement, la prise allume-cigare était absente du packaging qui nous a été fourni par Garmin. Cette dernière est indispensable pour pouvoir brancher l'antenne FM, nous n'avons donc pas pu tester l'efficacité du module d'information trafic TMC. Pour le reste, nous avons retrouvé les qualités et défauts qui caractérisaient le 250 W. La voix est toujours antipathique et la palette étrange de la carte 3D n'a pas bougé d'un pinceau. Du côté des points positifs, nous avons pu constater que la simplicité d'utilisation que nous avions appréciée avec le modèle précédent était toujours de mise. En conclusion, par rapport au 250 W, le 255 WT apporte le tonus qui manquait au précédent modèle. L'appareil se dote également d'un module d'information trafic TMC.






Le grand déballage



Ce qu'il y a dans la boite :

0136000001328054-photo.jpg

  • Câble mini USB
  • Un bras de support pour par brise (fixation traditionnelle par ventouse).
  • Un disque autocollant plat permettant de fixer la ventouse sur une surface poreuse (tableau de bord, par exemple).
  • Un chargeur allume-cigare au format mini USB.
  • Un guide de démarrage rapide.
Signalons que la documentation fournie est spartiate. Les personnes désireuses de faire plus ample connaissance avec leur GPS risquent de rester sur leur faim. Garmin fournit uniquement un guide de démarrage rapide ! Ne cherchez pas votre notice complète sur le site sur fabricant : cette dernière est tout simplement inexistante. Bien sûr, depuis l'interface du GPS, vous pourrez accéder à une rubrique d'aide, mais cette dernière ne remplacera pas la convivialité d'un fichier PDF (ou d'une notice papier détaillée).

Qualité de finition :

À première vue, l'ensemble du pack proposé par Garmin respire la qualité. Le bras de fixation semble robuste. L'enfichage du GPS sur ce dernier se solde par un « clac » inspirant confiance. La connectique filaire semble bénéficier du même niveau de finition.

Entrées, sorties et logements :

Le Nuvi 250w communique avec son environnement naturel à l'aide d'une prise femelle au format mini USB (située sur l'arrière de l'appareil). Il est également équipé d'un lecteur de cartes SD. Notez qu'en cas de besoin, le remplacement de la batterie passera obligatoirement par la case SAV. Cette dernière n'est pas interchangeable. Nous aurions également apprécié que Garmin équipe son GPS autonome d'une prise permettant de brancher une antenne externe. Malheureusement, cette extension n'a pas été prévue.

Boutons

Un bouton matériel vous permettra d'allumer votre Nuvi. En le faisant glisser sur la droite, vous pourrez verrouiller votre appareil (fonction « hold »). En cas de plantage, vous pourrez actionner une touche de réinitialisation (reset). Notez que pour pouvoir accéder à cette dernière, vous devrez impérativement posséder un objet pointu (stylo ou autre).


Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...



Ergonomie générale

D'une manière générale, l'utilisateur ne devrait pas avoir à se plaindre de l'organisation des menus. Ces derniers sont clairs et facilement compréhensibles. En utilisation normale, un bouton «Retour» vous permettra de revenir au menu précédent en toute facilité. Sur le plan graphique cette fois, l'interface fait dans la sobriété extrême. Les différentes icônes arborent un graphisme basique et le fond blanc donne un aspect dépouillé à cet ensemble. Ce choix ne plaira pas forcément à tout le monde, mais il a tout de même le mérite d'éviter la confusion et les surcharges visuelles.


Saisie des adresses

La saisie d'une adresse de destination peut s'effectuer de deux façons différentes. La première méthode est des plus classiques : saisissez le nom d'une ville (ou son code postal), la rue ainsi que le numéro. La seconde option vous fera gagner un temps précieux : en choisissant « Tout rechercher » (voir photo d'écran), vous n'aurez qu'à taper une partie de l'adresse ! Le Nuvi se chargera de scanner l'intégralité de la base de données des lieux puis, vous proposera une ou plusieurs possibilités ! Cette fonctionnalité apporte un gain d'ergonomie non négligeable.


012C000001327994-photo.jpg
012C000001327998-photo.jpg

Les menus sont sobres et clairs. Ce choix garantit une simplicité d'utilisation appréciable.




Bien sûr, en plus des adresses classiques, vous pourrez également choisir d'atteindre un POI, une adresse récemment saisie, un favori ou une intersection (la touche «Supplément fait référence à un module optionnel»).


012C000001328052-photo.jpg
012C000001327992-photo.jpg

Aperçu du menu principal 7 des 13 points d'intérêts dont est équipé le Nuvi


Optimisation et réactivité

Nous touchons là le principal point faible du Nuvi. En effet, en navigation, force est de constater que l'affichage ne brille pas par sa fluidité. La carte 3D se déplace en accusant une lenteur caractérisée par des saccades relativement gênantes. Pire encore : en agglomération, lorsque l'on s'éloigne de l'itinéraire prévu, l'appareil met un temps incroyable à recalculer la nouvelle destination ! Pour optimiser votre Nuvi, vous aurez la possibilité de régler la richesse de l'affichage (cinq niveaux de détail vous seront proposés). Cette option est accessoire parce que 1) l'appareil souffre déjà en mode «normal» et 2) le mode « Le moins » n'affiche pas les rues (!!). Pour couronner le tout, on remarque également un léger temps de latence lors des saisies textes, ou lorsque l'on navigue dans les différents menus.

012C000001328032-photo.jpg
012C000001328034-photo.jpg

Option de réglage des détails graphiques : le constructeur aurait-il conscience du problème de lenteur du Nuvi ?


Cette lenteur est d'autant plus incompréhensible que le Nuvi n'affiche pas les points d'intérêts sur la carte 3D lors de la navigation, même en choisissant le niveau de détail maximum (cette fonctionnalité est gourmande en ressources). L'application aurait été plus à l'aise en présence d'un hardware un peu plus puissant. Dommage.

Clubic chez les Ch'tis (test de rapidité de calcul)

Pour mesurer la rapidité de calcul des itinéraires, vous avons décidé de simuler un départ en pays Ch'tis ! Cette fois, nous ne partirons pas de Salon de Provence, mais bien du fief des Clubiciens, comprenez, du 7e arrondissement lyonnais.

  • Le Nuvi 250W calcule un itinéraire Lyon-Bergues en 15 secondes. Ce score est relativement bon comparé aux modèles concurrents.

Calculez votre POI idéal (point d'intérêt)



Qualtié (et quantité) de la base de données

Le petit GPS de Garmin est fourni avec une base de POI relativement conséquente. Ces derniers ont été classés sans 13 catégories distinctes (Restaurants, carburant, hébergement....).


012C000001328002-photo.jpg
012C000001328004-photo.jpg



Gestion des POI

Sauf erreur de notre part, il semble impossible d'activer, ou de désactiver l'affichage des POI sur la carte. On notera également que Garmin dissocie la base de radars des POI traditionnels. Cette démarche est logique dans la mesure où il est relativement rare que l'on souhaite se rendre au radar le plus proche. Pour clore ce chapitre, sachez que vous pourrez activer une alerte sonore avant de passer à proximité d'un radar. Malheureusement, il est impossible de paramétrer la distance d'activation de cette alerte (1 km, 5 ou 10km, par exemple).



012C000001328416-photo.jpg
012C000001328418-photo.jpg



Possibilités pour chercher un POI

Par défaut, le Nuvi 250 recherchera un POI situé à proximité. Pour planifier un itinéraire (par exemple), vous pourrez utiliser d'autres méthodes de recherche. Vous pourrez demander au GPS de vous indiquer un POI situé dans une ville en particulier, sur votre route, ou sur votre lieu de destination. Difficile de faire plus simple et plus explicite.

012C000001328026-photo.jpg
012C000001328030-photo.jpg




Indications visuelles (affichage, itinéraires)



Taille et qualité de l'écran

Le moins que l'on puisse dire est que Garmin n'a pas lésiné sur les dimensions de l'écran. Le Nuvi 250W est équipé d'une matrice LCD 16/10e de 10,9 cm de diagonale affichant une résolution de 480 x 272 pixels ! Ce dernier est parfaitement lisible (quel que soit l'angle de vision). Malheureusement, cette grande surface est mal utilisée (voir paragraphes suivants). La partie tactile n'est pas en reste : la surface répond bien aux sollicitations. Les faiblesses de réactivité seront imputables au manque de tonus du processeur et non à l'écran tactile.

0258000001328058-photo.jpg

Garmin n'a pas lésiné sur la taille de l'écran. Nous avons également apprécié la lisibilité de la matrice LCD.



Qu'y a-t-il l'écran ?

Concernant les informations affichées à l'écran, le bât blesse. En standard, le Nuvi affiche l'heure d'arrivée, la distance qui vous sépare du prochain virage... et c'est tout. Ce choix ne nous aurait pas gênés s'il était possible de rectifier le tir en passant par le menu des options. Malheureusement, la donne est à prendre ou à laisser. Dommage, nous aurions apprécié de pouvoir afficher la vitesse instantanée, la distance restante ou les panneaux de signalisation, par exemple. En définitive, la grande taille de l'écran est particulièrement mal utilisée.


012C000001328014-photo.jpg
012C000001328036-photo.jpg


Un écran secondaire ?

Comme expliqué lors du paragraphe précédent, l'affichage standard se résume au strict minimum. Pour accéder aux informations annexes, vous devrez vous rendre dans l'écran secondaire (et vous passer de l'affichage de la carte).


012C000001328012-photo.jpg
012C000001328028-photo.jpg

L'affichage des informations annexes ou des prochains carrefours se fera au détriment de la carte de navigation.


Options de calcul d'itinéraire

En passant par le menu des options, vous aurez la possibilité de paramétrer vos préférences d'itinéraires. Vous pourrez choisir les éléments à éviter (autoroutes, péages, Ferry... ), privilégier les faibles distances, ou les trajets les plus rapides. Pour finir, sachez que le Nuvi 250W est relativement rapide pour calculer un itinéraire. Cette bonne performance contraste avec la lenteur d'affichage de l'appareil (lors du défilement de la carte 3D).


00DC000001328022-photo.jpg
00DC000001328020-photo.jpg
00DC000001328024-photo.jpg


Nous nous sommes également intéressés à la possibilité de calculer un itinéraire indépendant de la position GPS, ou comprenant plusieurs étapes. Autant l'avouer de suite, l'interface du Nuvi 250W n'a pas été pensée pour accéder rapidement à ces informations. L'appareil est capable de réaliser ces actions, mais il faudra franchir un véritable parcours du combattant pour mettre en oeuvre une planification de ce type.

Les itinéraires bis

Les itinéraires bis sont particulièrement utiles. Ces derniers vous permettront de contourner rapidement une route barrée, encombrée, ou en travaux. Dans ce domaine, le GPS autonome de Garmin rame à contre-courant. Alors que la quasi-totalité des modèles concurrents propose des options de déviation avancées (éviter une route, contourner sur 5,10 ou 20Km), le Nuvi 250 W se limite au strict minimum. En plein trajet, vous pourrez simplement cliquer sur le bouton « Détour » ! L'appareil vous emmènera alors sur une route annexe sans vous laisser la possibilité de personnaliser ou d'annuler cette déviation automatique. La simplification extrême de l'interface de l'appareil montre vraiment ses limites sur cette partie.

012C000001327994-photo.jpg
012C000001328000-photo.jpg



Les options de contournement sont beaucoup trop limitées


Le GPS prend la parole



Un premier point concernant la gestion du son

Le Nuvi 250W propose une unique barre de réglage du volume. Cela signifie que pour profiter des indications vocales, vous devrez obligatoirement activer les sons du système (bips lors des manipulations de touches). Rassurez-vous, les sons émis par l'appareil ne sont pas désagréables. On note également que pour régler le volume, il faudra impérativement passer par le menu racine. On aurait apprécié de pouvoir réaliser cette action lors de la navigation.

012C000001328008-photo.jpg
012C000001328010-photo.jpg

Impossible de différencier le réglage du volume du système et celui des instructions vocales


Qualité de la diction

Difficile de faire plus désagréable que Garmin dans ce domaine. Le Nuvi 250W agace dès l'intonation des premières instructions. Les indications sonores sont prononcées par une voix de synthèse profondément antipathique, froide, injonctive et directive. Mademoiselle, pourrez-vous troquer votre fouet contre un gramme de douceur ? Réponse avec la prochaine série de GPS autonomes de la marque.

Précision des indications (comment parle l'appareil?)

Les consignes sont facilement compréhensibles lorsque les embranchements sont simples. En revanche, dans les situations inverses, les choses se compliquent. En présence de nombreux croisements, la voix de synthèse enchaîne ses instructions beaucoup trop rapidement. On remarque également que les différentes consignes sont parsemées d'imperfections plus ou moins gênantes. Par exemple, les virgules se transforment en points :
«Roulez 1 Point 2 kilomètres puis tournez à droite.»
Pour finir, signalons que la voix épelle trop lentement les chiffres. Le cumul de ces points négatifs aboutit à un bilan plus que mitigé.


Gestion des cartes et possibilité d'évolutions



Gestion des cartes

Le Nuvi 250W est équipé d'une unique carte d'Europe. Vous n'aurez donc pas à changer de carte lorsque vous franchirez une frontière.

012C000001328038-photo.jpg


Mise à jour des cartes et des POI

Après s'être inscrit sur le site de Garmin, il est possible de cliquer sur un lien intitulé « Mises à jour cartographiques ». Malheureusement, ce dernier vous redirigera simplement sur une liste de revendeur (qui indique uniquement les coordonnées de Garmin France) ! Il faudra donc faire une croix sur l'obtention de nouvelles données cartographiques. Le Nuvi 250W est-il fermé à toutes possibilités d'évolutions ? Certainement pas. Depuis la fiche descriptive du site officiel, vous pourrez télécharger deux utilitaires. Le premier est spécialisé dans la mise à jour des POI (POILoader). Le second (Webupdater) vérifiera la version du micrologiciel qui contrôle votre GPS et le mettra à jour en cas de besoin. Il est également possible d'actualiser la base des radars fixes, mais cette opération s'effectue contre monnaie sonnante et trébuchante (l'abonnement annuel est facturé 30 euros).

012C000001327990-photo.jpg
0136000001328060-photo.jpg

Ces deux utilitaires vous permettront de mettre votre micrologiciel et vos POI à jour (les utilisateurs de Macs n'ont pas été oubliés).


Au final ?

En conclusion, on retiendra que le Nuvi 250W est un produit peu évolutif. On pourra également se questionner sur l'intérêt de la présence du port SD. Ce dernier devait uniquement être destiné à la lecture des cartes provenant d'un appareil photo (fonction visionneuse).


Les fonctionnalités annexes



Verrouillez votre écran

Le bouton d'allumage vous permettra également de verrouiller l'appareil (fonction « hold »). Ce mode désactive simplement l'écran tactile. Cette fonctionnalité présente un intérêt relativement limité.

Antivol

Vous pourrez verrouiller totalement l'appareil avec un code pin (fonction Garmin Lock). Attention, le constructeur annonce qu'en cas de perte du code, le Nuvi doit être lui être renvoyé.

Des outils pour l'étranger

Le Nuvi embarque une calculatrice basique, un convertisseur de devises, un convertisseur d'unités ainsi qu'une horloge universelle. Ces quelques outils devraient s'avérer utiles lors des déplacements en territoire étranger.



012C000001328050-photo.jpg
012C000001328042-photo.jpg

Horloge mondiale et calculatrice basique


012C000001328048-photo.jpg
012C000001328044-photo.jpg



Le convertisseur d'unités est relativement complet


Une visionneuse d'image

Depuis le menu général, vous pourrez accéder à une visionneuse d'image. Cette dernière vous permettra de visualiser les cliches réalisés avec un appareil numérique utilisant des cartes SD (standard dont est équipé le Nuvi). Ne cherchez pas d'options avancées, le programme est relativement basique. Vous aurez accès à un diaporama (sans effets de transition), pourrez effectuer des zooms, ou afficher vos images en plein écran. Le format pris en charge est le .JPG.


012C000001328016-photo.jpg
012C000001328018-photo.jpg

La visionneuse : un plus appréciable, mais pas indispensable.


Notes et conclusion



Conclusion

Le Nuvi 250W se veut être un produit simple d'utilisation. Sur ce point, l'objectif est atteint : les menus clairs et bien construits devraient parfaitement convenir aux personnes les moins initiées. Bien sûr, cette qualité entraînera quelques inconvénients. Par exemple, on pourra critiquer l'austérité de l'interface, l'absence de possibilités de personnalisation ainsi que la difficulté d'effectuer des tâches complexes (itinéraire comprenant plusieurs étapes, par exemple). Nous aurions pu passer l'éponge sur ces petits soucis mais malheureusement, l'appareil de Garmin est plombé par un problème bien plus grave. En effet, lors de la navigation, le Nuvi 250W accuse une lenteur inacceptable. La carte 3D saccade constamment et l'appareil met un temps incroyable à recalculer un itinéraire lorsque l'on s'éloigne du chemin prévu. Au final, l'utilisateur se retrouve en présence d'un GPS autonome à la limite de l'inutilisable. Les voix de synthèse ne viendront pas rattraper ce triste tableau : l'assistante électronique ne se contente pas de faire des fautes de français, elle est également particulièrement antipathique.

Tableau de notes



Garmin Nuvi 250W

0

Les plus

  • Écran
  • Facilité d'utilisation

Les moins

  • Pas d'évolutivité / Lenteur générale
  • Voix antipathique / Écran sous exploité
  • Pas de prise antenne
  • Pas d'options de personnalisation
  • Options de contournement limitées

0

Ergonomie9

Instr. visuelles2

Instr. vocales2

Fonctionnalités8

Navigon 2110 : sommaire





Le grand déballage



Ce qu'il y a dans la boite :



0190000001328056-photo.jpg


  • Une ventouse de fixation pour pare-brise ;
  • Une carte SD (avec cartographie européenne);
  • Un guide d'installation rapide;
  • Un CDROM contenant le manuel d'utilisation ;
  • Un câble d'alimentation allume cigare avec antenne TMC intégrée;

Qualité de finition :

Le GPS de Navigon 2110 a été taillé dans des matériaux de bonne facture. Le cadre avant et la coque arrière sont constitués d'un plastique noir laqué agréable... mais salissant (attention aux traces de doigt). À l'inverse, la partie prise en sandwich est poreuse et mate. Ne comptez pas sur cette dernière pour faire office d'antichoc, nous avons tout de même affaire à un plastique relativement rigide. Le bras à ventouse bénéficie de la même qualité de finition, mais nous regrettons que la pince de fixation soit si fine. Il faudra éviter de s'acharner sur cette dernière lorsque vous mettrez le dispositif en place dans l'urgence. Sur un plan purement pratique, le support est robuste, mais il permet uniquement de positionner l'appareil en agissant sur deux axes de rotation. Un pivot supplémentaire ou une rotule aurait été la bienvenue.

Entrées, sorties et logements :

Le Navigon 2110 est doté d'un port d'extension au format SD card. Ce dernier vous servira à accueillir les données de cartographie. Sur le dessus de l'appareil, vous pourrez trouver une prise antenne. Les mises à jour (PC uniquement) et le rechargement de l'appareil s'effectueront à l'aide d'une prise standard au format mini USB. Pour finir, sachez que la batterie du Navigon 2110 n'est pas amovible.

Boutons

Un unique bouton est situé sur le dessus de l'appareil. Ce dernier vous servira à mettre votre Navigon 2100 sous tension, ou à l'éteindre.


Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...



Ergonomie générale

Le moins que l'on puisse dire est que l'ergonomie du Navigon 2110 est excellente. À tout moment, un bouton précédent vous permettra de revenir au menu parent (jusqu'à atteindre l'écran d'accueil). Lors des différentes saisies, les propositions prédictives s'afficheront avec une rapidité appréciable. D'une manière générale, on constate que les menus sont bien pensés : on trouve rapidement ce que l'on cherche.

012C000001328064-photo.jpg
012C000001329480-photo.jpg

Le menu racine affiche les rubriques principales. Avant de démarrer, le 2110 affichera les différentes étapes.


Saisie des adresses

Avant de détailler la saisie d'une adresse, intéressons-nous aux choix proposés lors de la planification d'une nouvelle destination. Après avoir cliqué sur le bouton correspondant, un menu vous proposera de saisir une adresse, de choisir une adresse utile (comprenez, un POI), ou d'accéder instantanément à l'un des trois principaux POI que sont les stations d'essence, les parkings et les restaurants (cette sélection est personnalisable). Remarquez que le fait de pouvoir accéder directement aux principaux POI est appréciable. Ceci vous permettra de court-circuiter plusieurs arborescences de décisions.

012C000001329482-photo.jpg
012C000001329484-photo.jpg

L'accès direct aux 3 principaux POI est très pratique (cette option est personnalisable).


Pour soumettre un lieu, vous devrez utiliser des touches virtuelles dont la taille n'est pas forcément optimale. Malgré tout, ces dernières devraient tout de même convenir à la majorité des utilisateurs. Heureusement, ces boutons sont réactifs : vous n'aurez donc pas à patienter entre deux saisies alphanumériques. Pour atteindre une adresse ou un lieu, vous pourrez passer par les traditionnelles étapes Villes (ou code postal) / rue / numéro de rue, validez une destination récente, ou sélectionnez le POI de votre choix. Sachez qu'une fonction de saisie prédictive est de la partie, cette dernière vous permettra de gagner un temps précieux : tapez une partie du nom de l'adresse, le Navigon 2110 se chargera du reste !

012C000001329512-photo.jpg
011D000001329514-photo.jpg

Les touches alphabétiques sont un peu petites. Ce choix est tout de même judicieux dans la mesure où il libère un espace utilisé pour afficher les propositions de la saisie prédictive.


Optimisation et réactivité

Les capacités techniques de l'appareil sont en harmonie avec les besoins de la partie logicielle. Dans la pratique, le processeur du GPS de Navigon ne sera jamais mis à mal de façon critique. La fluidité de défilement de la carte 3D n'est pas forcément parfaite (avec POI et noms de rues activés par défaut), mais l'appareil n'aura pas à rougir de la concurrence. La rapidité de l'interface n'est pas en reste, elle s'avère également satisfaisante. Ces qualités se confirment lors des saisies prédictives. En résume, vous ne devriez jamais être agacés par une lenteur excessive.

Des possibilités d'optimisation ? Si vous estimez que la carte ne défile pas de façon suffisamment fluide, n'hésitez pas à désactiver l'affichage des POI dont vous n'avez pas l'utilité. Vous pourrez également masquer le nom des rues. En cas de besoin, ces manipulations devraient vous permettre de gagner en rapidité.


0118000001329516-photo.jpg
012C000001329518-photo.jpg

Vous pourrez personnaliser l'affichage des POI sur la carte. En plus de cela, vous aurez la possibilité de désactiver l'affichage du nom des rues (activé par défaut).


Clubic chez les Ch'tis (test de rapidité de calcul)

Pour mesurer la rapidité de calcul des itinéraires, nous avons décidé de simuler un départ en pays Ch'tis ! Cette fois, nous ne partirons pas de Salon de Provence, mais bien du fief des Clubiciens, comprenez, du 7e arrondissement lyonnais.

  • Le Navigon 2110 calcule un itinéraire Lyon-Bergues en 30 secondes.

Ce score est le second plus mauvais de notre comparatif, mais il ne faudra pas forcément jeter la pierre sur l'appareil de Navigon. Ce temps de calcul reste parfaitement acceptable du point de vue de l'utilisateur final. Qui plus est, on remarque que les « recalculs » (lorsque l'on s'éloigne de la route prévue) ne souffrent pas de cette mauvaise performance. Dans ce cas, le Navigon 2110 se montre même relativement efficace.

Au sujet du bras de fixation

Le bras de fixation est robuste, mais ses possibilités de réglage sont limitées. En effet, nous aurions apprécié que les deux axes de rotation soient complétés par un troisième pivot. Cette absence oblige de déposer et reposer l'appareil lorsqu'on souhaite le repositionner horizontalement.

012C000001329522-photo.jpg

Le réglage horizontal de l'appareil passera forcément par un démontage de la ventouse. Dommage



Calculez votre POI idéal (point d'intérêt)



Qualité (et quantité) de la base de données

En standard, le Navigon 2110 recense 26 familles de points d'intérêts différents. Ces bases de lieux semblent être conséquentes, vous devriez être en mesure de trouver votre bonheur en toutes circonstances. En plus de cela, l'appareil embarque les coordonnées des radars fixes.

012C000001329530-photo.jpg
012C000001329532-photo.jpg

Les POI sont nombreux. Vous pourrez activer ou désactiver leur affichage sur carte.


Gestion des POI

Vous pourrez rechercher un POI situé à proximité de votre position GPS, dans une ville ou dans un pays. Les programmeurs n'ont pas oublié de permettre aux utilisateurs de rechercher un point d'intérêt situé sur l'itinéraire. Pour atteindre cette option, il vous suffira de cliquer sur la carte (lors de la navigation) et choisir l'option correspondante. Seul bémol : il est impossible d'effectuer une recherche globale dans une catégorie de POI. À titre d'exemple, lorsque vous rechercherez un restaurant, vous devrez obligatoirement choisir une famille (italien, asiatique, etc.) avant de visualiser la liste des enseignes situées à proximité.

012C000001328094-photo.jpg
012C000001328090-photo.jpg




Indications visuelles (affichage, itinéraires)



Taille et qualité de l'écran

La surface tactile du Navigon 2110 répond particulièrement bien aux sollicitations. À l'usage, on constate que la couche tactile est beaucoup plus sensible que celle d'un PDA classique : il suffit d'effleurer un bouton virtuel pour l'actionner !

0258000001329534-photo.jpg


L'écran est parfaitement lisible, mais son angle de vision n'est pas optimal. Quelques degrés de trop suffisent à assombrir la petite dalle. Relativisons ce défaut minime en précisant qu'il devrait plus gêner le copilote que le pilote. En second lieu, les utilisateurs les plus exigeants émettront peut-être des critiques concernant la taille de l'affichage, mais il est difficile d'en demander davantage à ce prix. Quoi qu'il en soit, les 8,7 cm de diagonale suffisent amplement.

Qu'y a-t-il à l'écran ?

Par défaut, le Navigon 2110 affiche la carte de navigation en trois dimensions (avec affichage du nom des rues et des POI). Nous avons apprécié la lisibilité du tracé des routes. L'itinéraire en couleur est bien mis en valeur par les palettes grises utilisées pour le reste de l'interface. En plus de cela, vous aurez droit à un gros panneau indiquant la distance et l'orientation du prochain virage ou de la prochaine intersection (complété par un second panneau en cas de croisements rapprochés). Vous pourrez aussi activer l'affichage d'un avertisseur de limitation de vitesse.

012C000001328076-photo.jpg
012C000001328078-photo.jpg


Les indications alphanumériques se résument au nom des deux prochaines rues, à la distance restante et à l'heure d'arrivée. En cas de besoin, sachez que vous pourrez personnaliser cet affichage en passant par le menu des options générales. Par exemple, vous pourrez supprimer certaines indications, ou activer l'affichage de la durée du trajet, de l'altitude et la vitesse réelle.

Les programmeurs de Navigon n'ont pas oublié les contrôles. À la base de l'écran, vous trouverez des boutons vous permettant d'accéder instantanément au menu précédent, ou au menu des options. Deux autres commandes vous permettront de régler le niveau de zoom ainsi que le volume sonore.

012C000001328070-photo.jpg
012C000001328072-photo.jpg

Le réglage du volume est accessible depuis la carte de navigation. Un second menu vous permettra de régler le niveau de zoom, de déplacer la carte, ou d'afficher les étapes intermédiaires.


Options de calcul d'itinéraire

Le Navigon 2110 autorise le calcul d'un itinéraire ne dépendant pas des coordonnées GPS. Cette fonctionnalité est très utile lorsque l'on souhaite planifier un voyage (par exemple). Elle permet de connaître la distance à parcourir (ainsi que la durée d'un trajet) pour se rendre d'un lieu à un autre. Il est également possible complexifier le calcul en ajoutant des étapes intermédiaires. Concernant la rapidité de calcul, force est de constater que le 2110 ne signe pas une excellente performance. Comme expliqué au cours du chapitre suivant, l'appareil met 30 secondes à calculer notre itinéraire de test. Relativisons les choses en précisant que si ce score est le plus mauvais du comparatif, il reste parfaitement acceptable pour l'utilisateur. Par chance, cette contre-performance ne se vérifie pas lors des calculs effectués en cours d'itinéraires (quand vous vous éloignez de la route indiquée).

012C000001329536-photo.jpg
012C000001329538-photo.jpg

Après calcul, le Navigon 2110 vous affichera l'ensemble des étapes sur la carte. En cours de trajet, vous pourrez supprimer une étape intermédiaire en toute facilité.



Les itinéraires bis

En cas de barrage routier, vous pourrez faire appel à une fonction d'itinéraires bis. Cette dernière est justement nommée « Bloquer » (même si « Bloqué » aurait été plus français). En la choisissant, le Navigon 2110 vous proposera de sélectionner une distance de contournement parmi six choix (voir photo d'écran ci-dessous). Difficile de faire plus simple. Sur la carte, vous pourrez visualiser l'itinéraire prévu (en rouge) ainsi que l'itinéraire de contournement (en orange). Dernière excellente idée : une fonction « Débloquer » est de la partie. Cette dernière vous permettra bien évidemment d'annuler rapidement l'itinéraire de contournement. Enfin, vous n'aurez pas la possibilité d'éviter route en particulier, mais l'absence de cette fonctionnalité ne devrait pas vous pénaliser.

00FA000001328086-photo.jpg
00FA000001328082-photo.jpg
00FA000001328084-photo.jpg


Signaler le barrage, indiquer le nombre de kilomètres à éviter et supprimer l'itinéraire bis... difficile de faire plus simple.


Le GPS prend la parole



Qualité de la diction

La voix féminine du Navigon 2110 s'exprime avec aisance et fluidité. Dans l'ensemble, les indications formulées se montrent claires et précises. Les enchaînements d'actions sont énoncés de façon compréhensible. On regrettera simplement que l'appareil embarque un unique jeu de voix. D'ordinaire, un copilote masculin est également de la partie... dommage. Fort heureusement, une bonne idée vous fera peut-être oublier cette petite faiblesse. En effet, les développeurs ont pensé à proposer une option de réglage automatique du volume. Concrètement, le volume sonore de la diction augmentera avec la vitesse de votre véhicule. Il faillait y penser.

Précision des indications (comment parle l'appareil ?)

La voix de synthèse est parfaitement compréhensible. Les instructions sont entonnées dans un français parfaitement clair. En plus de cela, l'appareil est capable de prononcer le nom des autoroutes et des nationales. Voici des quelques exemples d'indications sonores :
  • « A 1 Km, veuillez suivre la voie de gauche et continuer sur l'A7 »
  • « La destination se trouve sur le côté gauche de la route »
  • « Maintenant, tournez légèrement à droite »
  • « A 300 mètres, veuillez tourner à droite et puis, veuillez tourner à gauche. »
  • « Tout de suite après, veuillez tourner à gauche »
  • « Maintenant, tournez à gauche»
  • « Vous êtes arrivés à destination »


Gestion des cartes et possibilité d'évolutions



Gestion des cartes

Le Navigon 2110 et fournis avec la cartographie d'Europe. Par défaut, les recherches de localité s'effectueront sur le territoire national. Pour changer de pays, il vous suffira de cliquer sur l'ovale représentant le pays en cours (vous n'aurez pas à changer de carte lors des passages de frontière).

Mise à jour des cartes et ajouts d'options

Navigon propose à ses utilisateurs de mettre à jour leur GPS autonome à l'aide de NAVIGON Fresh, un utilitaire de synchronisation compatible Windows. Depuis l'interface du programme, vous pourrez mettre à jour vos cartes, ou télécharger de nouvelles options (pour plus d'informations sur ces options, consultez ce chapitre).

01C2000001329540-photo.jpg
L'utilitaire de synchronisation de Navigon est convivial, mais il est réservé aux utilisateurs d'environnements Windows.



Mise à jour des POI

Le programme de synchronisation ne donne pas la possibilité de télécharger des bases de POI de façon séparée. Pour actualiser ces informations, vous devrez mettre à jour la carte générale (les POI sont intégrés dans le fichier de cartographie). Cette opération s'effectue le plus simplement du monde en passant par Navigon Fresh.

La procédure diffère lorsque l'on souhaite mettre à jour les coordonnées des radars fixes. Cette fois, il faudra télécharger un module optionnel payant. Pour l'obtenir, vous devrez vous affranchir de la coquette somme de 30 euros (comprend un an de mises à jour).



Les fonctionnalités annexes



Fonction kit mains libres BT

Le Navigon 2110 n'est pas équipé d'une interface Bluetooth. Vous ne pourrez donc pas l'utiliser comme un Kit mais libres sans-fils.

Reality View (option payante)

0064000001328100-photo.jpg
La fonction Reality View n'est pas disponible en standard. Pour l'obtenir, vous devrez la télécharger sur le site de l'éditeur (et vous affranchir de la somme de 30 euros). À quoi peut bien servir cette option au nom évocateur ? Le peu d'indications fournies par Navigon laisse entendre que cet add-on affiche une vue réaliste des intersections d'autoroutes. D'après l'éditeur, les échangeurs sont représentés par des vues en 3D photoréalistes.

Visiter la boutique en ligne de Navigon pour plus de détails.

NAVIGON PayTMC (option payante)

0064000001328102-photo.jpg
D'origine, le Navigon 2110 est compatible avec TMC. Dans la pratique, cela signifie que l'appareil est capable d'intercepter les informations relatives au trafic routier (grâce à une antenne hertzienne intégrée au câble de rechargement). L'avantage du procédé est de permettre le recalcul d'un itinéraire en cas d'encombrement du trafic sur l'axe du trajet initial. Le système de base vous permettra uniquement de profiter de cette fonctionnalité sur les principaux axes autoroutiers. Pour pouvoir utiliser TMC sur la quasi-totalité des routes de France (départementales et nationales), vous devrez acheter et télécharger l'option « NAVIGON PayTMC ».
Visiter la boutique en ligne de Navigon pour plus de détails.

Caméras radars (option payante)

0064000001328062-photo.jpg
Le site officiel de Navigon propose un add-on nommé « Caméras radars ». En parcourant le descriptif du site officiel, on apprend que ce pack payant (30 euros) vous « informe de façon visuelle et auditive de la présence de 18000 radars fixes dans 27 pays d'Europe » (le prix indiqué comprend un an de mises à jour). Faut-il en déduire que l'option de base ne propose pas d'alerte à l'approche d'un radar ? Étrange.

Visiter la boutique de Navigon (option Caméras radars)

Fonctionnalités multimédias

Le Navigon 2110 n'est pas taillé pour le multimédia. Il est incapable de lire un fichier image, une piste audio ou une séquence vidéo. Chaque utilisateur pourra juger de l'importance de l'absence de ces fonctionnalités. Ces manques ne devraient pas gêner outre mesure.


Notes et conclusion



Conclusion

Le Navigon 2110 est un GPS d'entrée de gamme particulièrement attrayant. L'appareil se cantonne à la navigation GPS (dites adieu aux fonctionnalités annexes), mais il s'acquitte parfaitement de sa tâche. Nous avons particulièrement apprécié la rapidité du système, son excellente ergonomie et sa facilité d'utilisation. Autre qualité et non des moindres : cette simplicité n'est pas forcément synonyme de bridage à outrance : le Navigon 2110 propose plusieurs options de personnalisation. En plus de cela, l'appareil est bourré de bonnes idées. Par exemple, vous pourrez régler le GPS pour qu'il augmente le volume sonore en fonction de la vitesse, ou paramétrer un ajustement automatiquement les luminosités diurnes et nocturnes. Vous pourrez également accéder à l'un de vos trois POI favoris en un clin d'œil. Au rang des petits regrets, nous nous devons de parler de la fiabilité du système. A l'issue de nos nombreux tests, nous avons pu constater un blocage (nécessitant un soft reset). Ce problème ne reflète pas forcément une instabilité sévère, mais nous avons préféré faire remonter cette information. On pourra aussi critiquer la profusion de modules optionnels payants. Cette orientation commerciale donne la désagréable impression d'acheter un produit incomplet. Ce sentiment est renforcé par la grande valeur ajoutée par certains de ces add-ons (comme l'option Reality View, par exemple). En dépit de ces inconvénients, le Navigon 2110 est une valeur sure. La prise en mains est excellente et l'appareil se distingue en proposant un guidage vocal et visuel de qualité.

Tableau de notes



Navigon 2110

8

Les plus

  • Ergonomie / Support TMC
  • Simplicité d'utilisation
  • Qualité des instructions
  • Programme de synchronisation
  • Synthèse vocale

Les moins

  • Pas de fonctionnalités annexes
  • Trop de fonctionnalités optionnelles
  • Pas de recherche globale dans une catégorie de POI

0

Ergonomie8

Instr. visuelles9

Instr. vocales9

Fonctions annexes2

Asus R300 : sommaire





Le grand déballage



Ce qu'il y a dans la boite :



0190000001327914-photo.jpg


  • Un CD contenant différents utilitaires ainsi qu'un manuel électronique au format PDF.
  • Un guide de démarrage rapide papier.
  • Un chargeur allume-cigare.

Qualité de finition :

Dans l'ensemble, le matériel fourni par Asus bénéficie d'une finition correcte. Le capteur GPS est fixé sur le bras à l'aide d'une patère maintenue en appui par un ressort. L'association de ces deux éléments constitue un ensemble solidaire. Enfin, sachez que le bras ventousé est fourni par Arkon, un constructeur spécialisé dans la conception de fixations pour appareils mobiles.

Des problèmes... sévères :

Impossible d'aborder la qualité de finition sans parler de la partie logicielle. Sur ce point, nous sommes dans l'obligation de tirer la sonnette d'alarme : le r300 semble avoir été commercialisé... avant la fin des phases de débogage. En quelques heures à peine, nous avons pu constater quatre plantages. En plein fonctionnement, le message d'erreur « Fatal error application » est venu interrompre nos tests d'utilisation. Bien sûr, à l'issue d'un message de ce type, vous serez parfois invités à redémarrer l'appareil. Cette instabilité est tout bonnement inacceptable.

En plus, pour une raison incompréhensible, il arrive que l'appareil mette un temps incroyable (de 15 à 30 minutes) à indiquer le chemin à suivre alors que l'itinéraire est parfaitement planifié et que la position GPS est connue ! Ces problèmes seraient-ils dus à notre exemplaire de test ? Nous avons peine à le croire.

012C000001329648-photo.jpg
012C000001329650-photo.jpg

Les messages d'erreur s'invitent dans l'habitacle de votre voiture / Position GPS OK, itinéraire OK... aucune indication de chemin.


Entrées, sorties et logements :

L'Asus se distingue positivement de la concurrence en proposant une trappe permettant d'accéder à la batterie. La possibilité de changer ce composant est appréciable lorsque des problèmes de charge surviennent à l'issue de la période de garantie. Cette particularité devrait aussi intéresser les personnes qui souhaitent utiliser l'appareil à pied, en vélo ou en moto. Dans ce cas, le problème de l'autonomie pourra être résolu en investissant dans une ou plusieurs batteries supplémentaires. Concernant les connectiques proposées, Asus signe à nouveau un sans-faute. Le r300 est équipé d'une prise mini USB classique, d'une prise audio jack 2,3 mm, d'un port micro SD (capable d'accueillir des cartes de 4 go), d'un micro, d'une prise antenne externe (pour le capteur GPS) et surtout, d'une interface sans-fils Bluetooth !

Boutons

Le r300 est équipé d'un bouton d'allumage (en réalité, ce dernier vous permettra de passer du mode allumé au mode veille), d'une touche de réinitialisation (un objet long et fin sera nécessaire pour l'activer) et d'un interrupteur général (permettant de mettre l'appareil hors tension).


Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...



Ergonomie générale

L'ergonomie du R300 est loin d'être optimale. D'une part, l'organisation des menus laisse à désirer et d'autre part, certaines rubriques sont affublées d'étranges dénominations. À titre d'exemple, pour lancer une navigation, vous devrez cliquer sur le bouton « Chercher » (?!). Autre problème et non des moindres : les fonctionnalités annexes (lecteur multimédia, téléphonie) sont particulièrement mal intégrées. Ces dernières sont accessibles depuis un menu totalement dissocié de l'interface « GPS » (remarquez qu'en temps de chargement systématique de 16 secondes sépare ces deux menus). On pourra également critiquer l'absence d'un bouton « GO » en fin de calcul d'itinéraire. Au lieu de cela, vous devrez cliquer sur la partie basse de l'écran, puis choisir un mode de vue... logique, quand tu nous tiens. Autre incohérence, lors de la navigation, les boutons de menu deviennent transparents après une certaine période d'inutilisation (voir photo ci-dessous). Nous comprenons que le but est de dégager l'affichage de la carte mais ce choix est loin d'être judicieux. Pour parachever cette triste description, nous nous devons de parler des boutons dont le nom est purement et simplement amputé.


012C000001327936-photo.jpg
012C000001327952-photo.jpg

Cliquez sur le bouton « Chercher » pour démarrer la navigation... logique, quand tu nous tiens / Les menus transparents (sur la droite) ne sont pas vraiment pratiques.


On aurait pu croire que la possibilité de basculer du mode expert au mode basique (pour l'interface) apporte une touche de convivialité, mais il n'en est rien. Dans les deux cas, les menus ne sont pas intuitifs. On pourra remarquer que cette option n'aurait pas vraiment eu de raisons d'être si les menus avaient été construits de façon plus logique.


012C000001327918-photo.jpg
012C000001327922-photo.jpg

En définitive, les différences qui séparent le mode expert du mode normal ne sont pas flagrantes. Dans les deux cas, la navigation au sein des différents menus est relativement pénible.



Saisie des adresses

La saisie des adresses est simplifiée par un clavier à masquage prédictif. Dans la pratique, après avoir tapé les premières lettres d'un lieu, le R300 noircira les touches qui ne correspondent pas aux dénominations stockées en base de données. L'idée est excellente, mais nous aurions préféré que les choix multiples s'affichent directement à l'écran. Au lieu de cela, vous devrez atteindre le menu suivant pour visualiser les propositions formulées par le R300.

012C000001327910-photo.jpg
012C000001327908-photo.jpg

Le masquage des touches s'avère vraiment pratique à l'usage. Seul problème : il faudra atteindre l'écran suivant pour visualiser les propositions.



Optimisation et réactivité

Dans l'ensemble, le R300 se montre plutôt réactif. Les menus s'enchaîneraient sans que l'on ait à souffrir d'une lenteur excessive. Pendant la navigation, le R300 se distingue à nouveau positivement en proposant un affichage 3D bénéficiant d'une animation parfaitement fluide. Nous sortons simplement le carton rouge pour pointer du doigt le temps de chargement systématique qui sépare le menu principal du menu de navigation (16 secondes tout de même).


012C000001327952-photo.jpg
012C000001327930-photo.jpg

La fluidité de l'animation de la carte 3D étonne / Un temps de chargement se cache derrière le bouton « Navigation »


Clubic chez les Ch'tis (test de rapidité de calcul)

Pour mesurer la rapidité de calcul des itinéraires, vous avons décidé de simuler un départ en pays Ch'tis ! Cette fois, nous ne partirons pas de Salon de Provence, mais bien du fief des Clubiciens, comprenez, du 7e arrondissement lyonnais.

  • Le r300 calcule un itinéraire Lyon-Bergues en 8 secondes. Ce score est excellent comparé aux modèles concurrents.


Calculez votre POI idéal (point d'intérêt)



Qualtié (et quantité) de la base de données

Ce petit GPS autonome embarque une base de POI relativement bien fournie. Ces derniers sont regroupés dans 18 familles principales (parking, restaurant, station-service, etc.). Les choses se compliquent lorsqu'on constate qu'Asus a décidé de découper chacune de ces catégories en une ou plusieurs sous-arborescences ! Par exemple, en choisissant le POI « parking », vous ouvrirez les sous catégories intitulées « Parking non couvert» et «Parking/Garage». Arrivons-nous au bout de cet étrange découpage ? Pas vraiment : en sélectionnant « Parking non couvert », le r300 vous proposera de faire votre choix entre « Général » (que vient faire ce mot ici ?) et « Parcs relais ». Ce découpage de l'extrême multiplie les opérations nécessaires pour atteindre un POI. Il entraîne également un degré de complexité dont se serait probablement passée la majorité des utilisateurs. Heureusement, le bouton « Tout » rectifie le tir. En sélectionnant cette option, le r300 classera toutes les sous arborescences par distance.
0320000001327988-photo.jpg
Le parcours du combattant du POI


Radar or not radar ? La notice du r300 indique clairement que l'appareil n'est pas équipé d'une base de radars, pourtant, dans un menu du « mode expert », vous pourrez trouver une option intitulée « avertisseur de radar fixe ».

Gestion des POI

Vous pourrez rechercher un POI situé à proximité : de vos coordonnées GPS, d'un point sur la carte, d'une adresse en particulier, sur l'itinéraire en cours, ou sur le lieu de destination. Ce choix exhaustif est appréciable.


012C000001327946-photo.jpg
012C000001327938-photo.jpg

Aucune possibilité de recherche de POI n'a été oubliée.



Indications visuelles (affichage, itinéraires)



Taille et qualité et réponse de l'écran

Le r300 est équipé d'un écran de 4,3'' affichant une résolution de 320x240 (sur son site, Asus annonce la donnée fantaisiste de 480*272 pixels...). Ce dernier offre une visibilité convenable. On regrettera simplement le choix discutable des couleurs affichées, mais ce problème n'est pas lié à la qualité de l'affichage LCD. L'aptitude sensitive n'est pas en reste : il suffit d'effleurer l'écran pour activer les boutons virtuels. Enfin, le copilote bénéficiera d'un angle de vision suffisamment important pour pouvoir assister le conducteur en cas de besoin.

0190000001327950-photo.jpg

L'animation de la carte est particulièrement fluide. On regrettera surtout l'ergonomie en demi-teinte et l'absence de possibilités de personnalisation.

Qu'y a-t-il à l'écran ?

Lors de la navigation, la carte en deux ou trois dimensions occupera 80 % de l'écran. En plus de cette dernière, le r300 vous indiquera la vitesse réelle, l'intensité de la batterie et la force du signal GPS. Pour accéder aux informations annexes (comme l'heure d'arrivée, la distance restante ou le temps restant), vous devrez vous rendre dans une sorte de tableau de bord occupant toute la surface de l'écran. Nous ne remettrons pas ce choix en question, mais nous regrettons que l'affichage par défaut ne soit pas personnalisable.


012C000001327952-photo.jpg
012C000001327954-photo.jpg

Affichage des informations de navigation et tableau de bord / Les informations affichées par le r300 par défaut sont à prendre ou à laisser : aucune personnalisation n'est permise.


Options de calcul d'itinéraire

Pour ce qui est de la rapidité de calcul, rappelons que le r300 est particulièrement efficace. L'appareil décroche la palme de notre comparatif en parvenant à analyser notre itinéraire de test en 8 secondes (trajet Lyon-Bergues). La performance est une chose, l'ergonomie en est une autre. Sur ce point, l'appareil ne nous a pas laissé un souvenir impérissable. Il est bel et bien possible de calculer un itinéraire à étapes multiples. Malheureusement, la planification d'un tel voyage est handicapée par un manque d'ergonomie flagrant.

Comme tout GPS autonome qui se respecte, le r300 propose différentes options de planification. Par exemple, vous pourrez sélectionner un type de véhicule (bus, taxi et urgences ?), ou exclure certaines voies (autoroutes, péages, etc.). Vous pourrez aussi choisir un mode de calcul particulier. Ceci vous permettra d'opter pour un tracé court (la distance la plus faible d'un point à un autre), ou rapide (l'appareil privilégiera alors les autoroutes et les voies rapides).


012C000001327960-photo.jpg
012C000001327962-photo.jpg

Ces écrans vous permettront de personnaliser vos options de planification.


Les itinéraires bis

En cours de route, vous aurez la possibilité de paramétrer un calcul d'itinéraire de contournement. Cette option vous permettra bien évidemment d'éviter les barrages routiers. Pour l'atteindre, vous devrez cliquer sur une touche virtuelle quasi invisible (voir photo d'écran ci-dessous). Cette fois encore, l'ergonomie est loin d'être optimale. Après être parvenu à actionner cette commande, on tombe sur un écran intermédiaire sur lequel se trouve (enfin) la commande intitulée « Éviter la route ». Cette dernière vous renverra vers un écran classique proposant plusieurs distances de contournement. Pour annuler votre itinéraire bis, vous devrez reproduire ce cheminement puis, choisir « Supprimer routes a éviter ». Cette fonctionnalité est :
  • difficile à atteindre
  • difficile à mettre en œuvre
  • difficile à annuler

00FA000001329666-photo.jpg
00FA000001329668-photo.jpg
00FA000001329670-photo.jpg



Le GPS prend la parole


Qualité de la diction

Asus n'a pas lésiné sur le nombre de voix digitalisées. Alors que la concurrence est habituellement équipée d'un maximum d'un à deux sets de voix (masculine et féminine, en général), le r300 étonne en proposant cinq assistants virtuels différents ! Cette fois c'est sûr, vous ne vous sentirez plus jamais seul en compagnie de Bernard, d'Isabelle, de Renée, de François et de madame X.


012C000001327968-photo.jpg
012C000001327970-photo.jpg

Mais qui peut bien se cacher derrière madame X ?


Après avoir commencé ce paragraphe par une mise en bouche positive, passons aux choses qui fâchent... Cette profusion de voix est sympathique, mais nous aurions préféré que l'accent soit mis sur la qualité, et non sur la quantité. L'intonation est correcte (excepté lors de l'annonce de la perte du signal GPS), mais les fautes de français gâchent totalement l'expérience. Il arrive que le r300 oublie des « à ». Pire encore, il répète constamment deux fois le mot « ensuite » (?!). Voici quelques exemples d'instructions vocales :
  • « 110 mètres, restez sur la gauche » (manque le « dans »)
  • « Préparez-vous (manque le à) tourner à gauche à 800 mètres »
  • « Recalculer l'itinéraire » (comprenez : « recalcul d'itinéraires en cours »)
  • « Prenez ensuite ensuite à 500 mètres ensuite ensuite tournez à gauche ».
Inutile de commenter cette triste expérience.

Les sons du système

Les diverses actions réalisées à l'écran entraîneront l'émission de sons... horripilants. Selon les cas, le r300 caressera (agressera ?) vos douces oreilles en les arrosant de bruit de balles de ping-pong et de fuites d'eau. Pour couronner le tout, le menu de configuration sonore ne permet pas de dissocier le réglage du volume des sons système avec celui des instructions de navigation. Dommage.



012C000001327972-photo.jpg
012C000001327974-photo.jpg

Impossible de couper les sons du système sans stopper les consignes vocales. Un second menu sonore est disponible, mais il concerne uniquement les fonctionnalités téléphoniques.



Gestion des cartes et possibilité d'évolutions



Gestion des cartes

En standard, le r300 embarque cinq cartes couvrant le territoire européen. Attention, si l'on en croit le nom de ces dernières, il semblerait que la carte de France bénéficie d'un niveau de détail supérieur aux autres pays. L'appareil d'Asus est donc équipé d'une carte principale (Basemap), d'une carte de France, d'une carte de Monaco... et de deux cartes intitulées « routes principales d'Europe de l'Est » et « routes principales d'Europe de l'Ouest ». Ces dénominations laissent supposer qu'elles recèlent uniquement des axes principaux.

012C000001327978-photo.jpg
012C000001327976-photo.jpg


Mise à jour des cartes et des POI

Le site d'Asus ne propose pas de cartes plus actuelles. Nous aurions également apprécié la présence d'un utilitaire « desktop » utilisant les fonctionnalités de synchronisation de Windows Mobile 5.0 (comme 2110 de Navigon). Malheureusement, cet outil indispensable n'est pas de la partie. La mise à jour des POI passera donc forcément par une série d'étapes qui risquent bien de rebuter les utilisateurs les moins initiés.


Les fonctionnalités annexes


Le r300 embarque une myriade de fonctionnalités annexes. On distingue principalement deux types d'options : les fonctions multimédias et les fonctions téléphoniques. Voyons ce que le r300 propose à ses utilisateurs...

Fonction kit mains libres BT

Asus a eu la bonne idée d'équiper son r300 d'un circuit Bluetooth. Grâce à ce dernier, vous pourrez profiter d'une fonction mains libres (sous réserve de compatibilité avec votre mobile). Concrètement, après avoir associé votre r300 avec votre téléphone, vous pourrez passer ou prendre des appels en utilisant le couple micro/haut-parleur de votre GPS autonome.

012C000001327912-photo.jpg
012C000001327980-photo.jpg


Fonction lecteur MP3 et vidéo ?

Le r300 est capable de se transformer en baladeur audio/vidéo. Vous pourrez profiter pleinement de cette fonctionnalité en connectant un casque stéréo filaire à même l'appareil (prise jack audio de 3,5 mm). L'appareil prend en charge le traditionnel format MP3. Les tests de la partie vidéo ont été moins concluants. Le lecteur s'est montré incapable de lire deux séquences .AVI encodées en MPEG4 ou XviD (source : GSpot)


012C000001329794-photo.jpg
012C000001329796-photo.jpg

Le lecteur audio aura plus de choses à vous raconter que le lecteur vidéo


Fonction visionneuse de photo

L'idée de pouvoir transformer le r300 en cadre photo est sympathique, mais elle est bridée par le choix du format micro SD. En effet, la grande majorité des appareils photo numériques grand public sont équipés d'un port SD standard. Pour transférer vos clichés favoris sur la carte du r300, vous devrez impérativement passer par la case « ordinateur ». Ceci retire le principal intérêt d'une telle fonctionnalité. Cet inconvénient mis à part, on constate que la petite visionneuse s'en sort plutôt bien. Les fonctionnalités offertes sont basiques, mais le programme est fonctionnel. Vous pourrez naviguer dans votre répertoire d'images en les visualisant des vignettes, zoomer sur un cliché, ou lancer un diaporama (sans effets de transition).


012C000001329798-photo.jpg
012C000001329800-photo.jpg

Les fonctionnalités offertes sont basiques, mais le programme est fonctionnel.



Notes et conclusion



Conclusion

Le r300 se veut être un appareil tout-en-un réunissant des fonctionnalités d'assistance à la navigation, des options multimédias, ainsi que quelques aptitudes téléphoniques. Malheureusement, l'appareil d'Asus se disperse et manque sa cible principale. La partie GPS souffre de nombreux problèmes d'ergonomie et de stabilité. L'environnement sonore ne rattrapera pas ces lacunes. Les sons émis par le système sont pénibles et les voix digitalisées sont entachées de répétitions de mots et autres défauts de prononciation. Les outils annexes ne sauveront pas le r300. Alors que certaines marques concurrentes proposent des utilitaires de synchronisation conviviaux, Asus se borne aux séances de copier-coller (qui ne seront pas forcément évidentes pour les novices). On en attendait vraiment plus de la part du célèbre constructeur taiwanais.

Tableau de notes



Asus r300

2

Les plus

  • Fluidité de la carte
  • Fonctionnalités annexes
  • Fonctions téléphoniques

Les moins

  • Sons horripilants / Ergonomie discutable
  • Pas de possibilités de personnalisation de l'interface
  • Instabilité du système

0

Ergonomie2

Instr. visuelles6

Instr. vocales3

Fonctions annexes9

TomTom XL : sommaire





Le grand déballage



0190000001330120-photo-tomtom-xl.jpg

Le TomTom XL est livré avec :
  • un support EasyPort ;
  • un chargeur de voiture ;
  • un récepteur RDS-TMC ;
  • une documentation papier (très concise) ;
  • un câble USB.

Le support de fixation, très original, est remarquablement compact, plus encore que celui du Mio Moov 200 qui nous avait pourtant déjà agréablement surpris par son faible encombrement. Pour le mettre en place, pressez la ventouse contre le pare-brise. La fixation définitive (et dans l'autre sens, la libération) se fait ensuite en tournant la roue crantée sur 180 degrés. Le support est ensuite fermement fixé et l'on peut alors prendre appui sur lui pour parfaire l'orientation de l'écran en le déplaçant dans chacune des quatre directions (haut / bas et gauche / droite). Le fait qu'il soit solidaire de l'appareil a comme avantage d'une part que l'on ne pourra l'oublier ou l'égarer, d'autre part qu'il ne posera pas problème au moment de ranger le GPS dans la boîte à gant. Qui, en effet, ne s'est jamais retrouvé à devoir batailler avec sa boîte à gant à essayer de faire refermer la porte sur son contenu ? Tout convaincant qu'il est pour ce qui est de la compacité, ce système présente toutefois quelques inconvénients : les grandes mains auront plus de mal à le mettre en place tandis qu'un peu de jeu (causé par les manipulations et les irrégularités de la route) pourra se produire au niveau de la rotule. Pour pallier ce second problème, il n'y aura d'autre solution que de resserrer les vis qui la tiennent au moyen d'un petit tournevis cruciforme. Est-ce le genre d'outils que l'on a toujours sur soi ?

015E000001330122-photo-tomtom-xl.jpg

Le système de fixation intégré est l'une des grandes originalités du TomTom XL


L'interface est uniquement composée d'un interrupteur, d'une fiche USB et d'un haut-parleur. Le TomTom XL fait donc l’impasse sur un lecteur de cartes, privant ainsi l'utilisateur des fonctions multimédias - pourtant très courantes sur ce type de produits -, de type lecteur MP3 et visionneuse de photos.

L'appareil donne une impression de grande robustesse et de qualité de finition : support de fixation intégré, coque très légèrement bombée (on est loin, très loin de la proéminence caractéristique des précédents modèles du type GO 910), dans un beau plastique gris mat et cadre en plastique coloris aluminium.



Convivialité et rapidité sont dans une bateau voiture...


Ergonomie générale

Les réglages du menu principal sont repartis sur deux pages. Les sous-menus sont à leur tour numérotés et équipés d'une touche « Précédent » qui permet de revenir rapidement à l'écran principal. En pied de page, on remarque que le TomTom XL rappelle la position actuelle. Cette indication, même si elle n'est pas des plus utiles, permet au moins de vérifier que le contact GPS est bien actif et qu'il n'y aura pas à patienter le temps que le TomTom XL s'aligne sur les informations satellite.

01330076-photo-tomtom-xl.jpg
01330078-photo-tomtom-xl.jpg

Le menu principal du XL se repartit sur deux pages


Une fois en mode navigation, il vous suffira de pointer n'importe quel endroit de la carte pour revenir à cette interface de réglage.

Saisie des adresses

Après avoir cliqué sur un bouton au nom évocateur (Naviguer vers), le TomTom XL vous proposera un panel exhaustif de possibilités pour rallier un lieu en particulier. Vous pourrez vous rendre vers votre « Domicile » (adresse de référence), vers un lieu favori (dont vous avez enregistré les coordonnées GPS), vers une adresse, vers un point d'intérêt (POI), vers un lieu désigné sur la carte, ou vers une destination récemment utilisée. Difficile de faire plus simple. L'interface confirme à nouveau son caractère convivial.


00FA000001332872-photo.jpg
00FA000001334274-photo.jpg

L'option « Naviguer vers » offre un large panel de possibilités


01330080-photo-tomtom-xl.jpg
01330082-photo-tomtom-xl.jpg

Les différents modes de saisie d'une destination


Pour ce qui est de la saisie des adresses, on retrouve les fonctions de « Centre-ville », « Rue et numéro de rue », « Code postal » et enfin « Croisement ou intersection ». L'éventail de possibilités est donc complet, et tout au plus pointerons-nous quelques oublis ou détails, comme le clavier dont les touches inutiles ne se désactivent pas lors de la saisie prédictive. Lors de la saisie au moyen d'un code postal, on remarque également l'absence d'indication de commune en vis-à-vis et l'absence de choix du type centre-ville. Il faudra donc sélectionner une rue, quelle qu'elle soit et parfois sans savoir dans quelle partie de la ville elle se trouve. Autant d'inconvénients et de lenteurs que nous évitons en optant pour la fonction « Centre ville ».

01330084-photo-tomtom-xl.jpg

Les différents modes de saisie d'une adresse

01330088-photo-tomtom-xl.jpg
01330090-photo-tomtom-xl.jpg

La fonction « Centre ville » permet de s'affranchir de bien de questions et lenteurs inutiles. On regrettera que celle de « Code postal » ne bénéficie pas d'un raccourci de ce type


Optimisation et réactivité

A la suite du calcul d'itinéraire, le TomTom XL vous invitera à répondre aux deux questions suivantes :
  • « Devez-vous arriver à une heure particulière ? »
  • « Le parcours actuel comprend des péages. Voulez-vous les éviter ? »
Rendez-vous dans le menu « Modifier les préférences » pour éviter qu'elles ne vous soient posées à chaque occasion.

01330086-photo-tomtom-xl.jpg
01330116-photo-tomtom-xl.jpg

Quelques questions vous seront posées de façon récurrente par le GPS

01330100-photo-tomtom-xl.jpg

Vous pourrez les désactiver en vous rendant dans le menu « Modifier les préférences »


Ce même menu vous permettra ensuite d'aller plus loin dans la personnalisation du GPS, que ce soit en activant des fonctions de sécurité (Recommander les pauses, Avertir en cas d'excès de vitesse...), des préférences de volume (Lier volume et vitesse de voiture), en changeant la voix du guide, la langue ou encore les couleurs de la carte et bien d'autres paramètres sur lesquels nous reviendrons de façon ponctuelle.

01330102-photo-tomtom-xl.jpg
01330104-photo-tomtom-xl.jpg

Le TomTom XL se prête largement à la personnalisation


Ch'ti temps de calcul d'un itinéraire

Lors de la phase de calcul de l'itinéraire, le TomTom XL affiche un planisphère sur lequel il matérialise les points de départ et d'arrivée. Ce point pourrait passer pour un détail, mais il est appréciable de pouvoir visualiser le tracé du trajet dans sa globalité. Au final, le TomTom XL met 43 secondes à calculer notre itinéraire type (Lyon à Bergues). Ce score est le plus mauvais de notre comparatif. Toutefois, ne nous alarmons pas, les recalculs d'itinéraires ne sont pas touchés par ce manque d'optimisation. Nous avons mis l'appareil à l'épreuve à de nombreuses reprises en nous écartant de l'itinéraire prévu. Dans tous les cas, le Tomtom XL est rapidement retombé sur ses pieds.

01330118-photo-tomtom-xl.jpg

La carte affichée lors du calcul tient lieu de petite révision géographique


Calculez votre POI idéal (point d'intérêt)



Possibilités pour chercher un POI

La recherche de POI peut se faire à proximité du point où l'on se trouve, dans la ville, en chemin ou enfin à destination.

01330114-photo-tomtom-xl.jpg

Les différents modes de recherche d'un POI


La recherche peut se faire par noms ou au moyen d'un clavier qui interroge toute la base des POI. Elle peut également se faire de façon plus précise, dans l'une ou l'autre des catégories disponibles. Les POI sont affichés classiquement par ordre de proximité. Les informations auxquelles le TomTom XL donne ensuite accès sont relativement succinctes : l'adresse, la distance et l'emplacement sur une carte. Sur tous les exemples que nous avons consultés pour ce qui est des hôtels et restaurants, l'information concernant le numéro de téléphone était manquante. Elle figurait en revanche sur les fiches des stations-service.

01330108-photo-tomtom-xl.jpg
01330110-photo-tomtom-xl.jpg
01330112-photo-tomtom-xl.jpg

Les POI sont classés par distance. Rares sont ceux qui mentionnent le numéro de téléphone du lieu


Gestion des POI

Si vous souhaitez masquer certaines des catégories de POI affichées par défaut ou au contraire en faire apparaître de nouvelles sur la carte, rendez-vous dans le menu « Modifier les préférences ». Les POI actifs sont automatiquement placés en haut de liste. Suivent ensuite les autres catégories (une soixantaine) classées par ordre alphabétique.

01330106-photo-tomtom-xl.jpg

Choisissez les catégories de POI que vous souhaitez voir affichées sur la carte


Indications visuelles (affichage, itinéraires)


Taille et qualité de l'écran

Le GPS de Tomtom est équipé d'un écran large de 10,9 centimètres. Ce dernier affiche une résolution de 480 x 272. L'angle de vision est excellent : votre copilote pourra visualiser les différentes informations affichées sans avoir à réorienter l'appareil en permanence. On pourra simplement émettre des critiques concernant les surfaces brillantes de l'écran. La matrice LCD est particulièrement sensible aux reflets. Relativisions l'importance de ce problème en précisant qu'il ne devrait pas vous gêner outre mesure après avoir réglé votre bras de fixation.

0258000001332860-photo.jpg
Face à face : Tomtom XL contre Asus r300


Qu'y a-t-il à l'écran ?

L'affichage par défaut est parfaitement optimisé. La carte 3D occupe une surface généreuse et cette dernière n'est masquée par aucun bouton de contrôle disgracieux. Sur la partie droite, une barre de progression vous indiquera la proximité d'un tronçon de route encombré (fonction TMC). Le bas de l'écran est utilisé pour afficher la distance et l'orientation du prochain virage, le nombre de kilomètres restants, la durée restante, l'heure actuelle, l'heure d'arrivée, la vitesse instantanée, ainsi que le nom de la prochaine rue. Ces données sont largement personnalisables. En plus, au besoin, vous pourrez placer cette barre d'informations sur la partie droite de l'écran (voir photo ci-dessous) en passant par le menu des options.


012C000001332890-photo.jpg
012C000001332870-photo.jpg


Options de calcul d'itinéraire

Le bouton « Naviguer vers » est complété par deux autres menus. Ces derniers vous permettront de calculer un itinéraire ne dépendant pas de votre position GPS (pour planifier un voyage, par exemple). Pour ce faire, vous pourrez utiliser les fonctions « Préparer parcours » et « Planification d'itinéraire ». Cette opération ne devrait pas poser le moindre problème. Cette fois encore, les étapes de paramétrages sont relativement simples à appréhender.


012C000001332894-photo.jpg
012C000001334276-photo.jpg

En utilisant l'option de planification d'itinéraire, vous pourrez préparer un trajet comprenant plusieurs étapes.


Les options de planifications ne sont pas en reste. Vous pourrez paramétrer l'appareil pour qu'il calcule :
  • le trajet le plus rapide (sans tenir compte de la distance)
  • le trajet le plus court (distance la plus courte possible)
  • Un trajet sans péage
  • Un trajet faisant abstraction des autoroutes
  • Un trajet piéton (pas d'autoroutes et non-respect des sens de circulation)


012C000001334278-photo.jpg
012C000001334280-photo.jpg

Les préférences de navigation sont nombreuses



Les itinéraires bis

En cas de besoin, vous pourrez recalculer l'itinéraire en cours de manière à éviter un tronçon de route encombrée. Cette fois encore, l'appareil mettra une profusion d'options de contournement à votre disposition. Au premier abord, cette relative complexité pourra rebuter un utilisateur non initié. Pas de panique, avec un peu de pratique, on s'aperçoit vite que ces options multiples sont logiques et justifiées. Vous pourrez donc demander un calcul d'itinéraire bis automatique, éviter un barrage routier (sur un nombre de kilomètres déterminés), passer par le lieu de votre choix, éviter une route de l'itinéraire, etc.

012C000001332872-photo.jpg
012C000001332896-photo.jpg

La fonction d'itinéraire bis vous donnera accès à de nombreuses options


Ces nombreuses possibilités sont complétées par une option qui fait toute la différence : « Réduire les retards ». Le module TMC se cache derrière ce bouton énigmatique. Concrètement, en choisissant ce mode, le TomTom XL évitera toutes les routes encombrées se trouvant sur votre passage ! L'idée est simple, mais puissante.

012C000001332878-photo.jpg
012C000001332876-photo.jpg

Cliquez sur une route pour l'éviter / Choisissez la distance à contourner


Le GPS prend la parole



Qualité de la diction

Le TomTom XL embarque deux sets de voix digitalisées. Au choix, vous pourrez opter pour Jacques ou pour Catherine (voix masculine ou féminine mais ça, vous l'aviez deviné). Les deux assistants virtuels s'expriment dans un français parfaitement compréhensible. Dans tous les cas, on remarque que l'intonation est naturelle et agréable. Vous n'aurez jamais l'impression d'être dirigé par un robot décérébré.


012C000001332880-photo.jpg
012C000001334272-photo.jpg

Jacques et Catherine, vos nouveaux compagnons de route


Précision des indications (comment parle l'appareil?)

D'une manière générale, les indications sont claires et précises. On regrettera simplement l'éternel « tenez la gauche » prononcé à l'approche des sorties d'autoroute positionnées sur la droite. Une phrase du type « Ne prenez pas la sortie » ou « restez sur votre file » aurait été infiniment plus compréhensible. Ce message entraîne un facteur d'erreurs non négligeable. On pourra aussi critiquer les « sortie imminente » prononcées un kilomètre avant la sortie en question. À 130 km/h, la distance d'avertissement est bien calibrée. En revanche, à 80 km/h et moins, ce message est pour le moins prématuré.

Voici quelques exemples d'instructions vocales :
  • (le fameux...) « Après 200 mètres, tenez la gauche »
  • « Après 200 mètres, tournez à droite, puis, tournez à gauche »
  • « A la fin de la route, tournez à gauche »
  • « Traversez le rond-point, deuxième sortie »
  • « Après 100 mètres, tournez immédiatement à droite »

Gestion du son

Certains GPS autonomes proposent de différencier le volume des sons système de celui des instructions orales. Cette fonctionnalité est inutile sur le GPS autonome de Tomtom et pour cause, en dehors des voix digitalisées, aucun autre son n'est émis par l'appareil. Ce choix devrait faire l'unanimité. Quoi qu'il en soit, les amateurs d'options fines peuvent être rassurés, cette apparente austérité n'empêche pas la venue des bonnes idées. Ainsi, le menu de paramétrage de l'appareil vous proposera d'opter pour un réglage automatique du volume en fonction de la vitesse.

012C000001334282-photo.jpg
012C000001334284-photo.jpg

Vous pourrez régler le volume sonore en passant par le menu des options ou en cliquant sur le panneau de signalisation de la carte de navigation.


Gestion des cartes et possibilités d'évolutions


Gestion des cartes

En standard, l'appareil est équipé d'une unique carte d'Europe. Cet avantage vous évitera de devoir changer de carte à chaque passage de frontière.

012C000001332888-photo.jpg
En standard, l'appareil est fourni avec une carte d'Europe


Mise à jour des cartes

La mise à jour des données cartographiques s'effectuera le plus simplement du monde grâce à TomTom Home. Après avoir connecté votre appareil par le biais d'une prise USB, vous pourrez actualiser vos cartes, télécharger des correctifs, ou ajouter des composantes optionnelles (selon disponibilité). Notez également que la force du logiciel réside dans son aspect communautaire. En utilisant la fonction Map Share, vous pourrez apporter des modifications aux cartes existantes et profiter des corrections effectuées par l'ensemble de la communauté Tomtom !

0190000001334268-photo.jpg
0190000001334260-photo.jpg

Le programme de synchronisation officiel est remarquable. Il vous permettra de mettre à jour vos cartes en tenant compte des données collectées par les autres utilisateurs. Vous pourrez également l'utiliser pour actualiser vos POI


Mise à jour des POI

Les données relatives aux POI pourront également être mises à jour avec l'aide du synchroniseur officiel TomTom Home. Cette fois encore, l'opération s'effectue en deux temps trois mouvements. Choisissez une base de POI, cliquez sur le bouton de téléchargement, et le tour est joué. Certaines données sont payantes, mais ce cas est loin d'être une généralité. La quasi-totalité des informations est fournie gratuitement.

01F4000001334262-photo.jpg
Avec Tomtom home, il est possible de télécharger un grand nombre de POI


Les fonctionnalités annexes


Fonction lecteur MP3, vidéo, photo ?

Envie de transformer votre Tomtom en baladeur MP3 ? En lecteur multimédia ? En sèche-linge ? (rayez la mention inutile). Passez votre chemin. Cet appareil ne s'embarrasse pas de fonctionnalités annexes futiles. Le XL se borne à assister votre parcours, mais il s'acquitte parfaitement de cette tâche. Chaque client potentiel pourra juger de l'importance de l'absence de fonctionnalités additionnelles, mais il nous parait évident que l'enjeu principal ne se situe pas à ce niveau. Malgré tout, si vous tenez absolument à profiter de telles fonctions, jetez un oeil du côté de .

TMC

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore, rappelons que le principe de la TMC est de recueillir des informations sur le trafic routier (par le biais d'un module radio). Le but du jeu consiste à permettre le calcul d'un itinéraire prenant en compte ces précieuses informations. Vous pourrez ainsi éviter les zones encombrées et de ce fait, arriver plus rapidement à destination. Le moins que l'on puisse dire est que cette option est particulièrement fonctionnelle. Le module radio récupère rapidement les informations de trafic et les menus de contrôle TMC sont parfaitement bien intégrés à l'interface. Le tout s'illustre par une simplicité d'utilisation remarquable. Le seul reproche que l'on pourra adresser concerne la mise en place du dispositif de son véhicule. Ce problème est général, il ne concerne pas uniquement l'appareil de Tomtom. En effet, une antenne est nécessaire pour que le module radio puisse fonctionner. Cette antenne à ventouses multiples donne vraiment l'impression de devoir installer une guirlande de Noël à l'intérieur de son véhicule.

012C000001332900-photo.jpg
012C000001332902-photo.jpg

Aperçu du menu TMC Visualisation du trafic environnant en temps réel


012C000001332904-photo.jpg
012C000001334270-photo.jpg

Détail des zones perturbéesSeul inconvénient : la mise en place d'une antenne sur le pare-brise


Notes et conclusion


Conclusion

Ce GPS signé Tomtom confirme le savoir-faire du fabricant. L'appareil se distingue en proposant une prise en mains relativement intuitive. Par chance, cette même simplicité d'utilisation anime l'utilitaire de synchronisation officiel TomTom Home (disponible pour Windows ou Mac). Nul doute que la mise à jour du produit sera à la portée de tous les utilisateurs, initiés ou non. Bien sûr, la convivialité est une chose, l'efficacité en est une autre. Sur ce point, l'appareil de Tomtom ne faiblit pas. On pourra toujours critiquer le manque de fluidité de la carte 3D ainsi que quelques détails perfectibles concernant les instructions vocales mais dans l'ensemble, l'appareil offre une assistance orale et visuelle de qualité. En plus, ces services traditionnels sont épaulés par un module de prévision de trafic (TMC) particulièrement efficace. Au rang des petites déceptions, on pourra regretter que l'interface des appareils de la marque peine à évoluer. Les années passent sans que le constructeur remette en question son système de menu. Ce dernier donne satisfaction, mais l'ajout de quelques fonctionnalités pourrait apporter un souffle de fraîcheur bienvenu. Par exemple, nous aurions apprécié de pouvoir revenir en arrière dans les menus (ces derniers défilent uniquement de gauche à droite). L'homogénéité de l'interface ajoute également un degré de confusion. Avant de prendre ses marques, l'utilisateur aura bien du mal à se repérer dans les différentes arborescences de menu. Le dernier problème concerne le système de fixation. Ce dernier est élaboré mais à l'usage, on s'aperçoit que les grosses mains pourront être gênées par le faible écart qui sépare le corps de l'appareil du système de ventouse. En second lieu, nous aurions apprécié que la force de maintien de la rotule puisse être réglée autrement qu'avec un tournevis cruciforme. Malgré ces petits soucis, le bilan reste plus que positif. Cet appareil robuste remplit parfaitement ses fonctions. Les à côté ne sont pas en reste grâce à l'excellent module TMC et au programme de mise à jour officiel.

GPS TomTom : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

Tableau de notes



Tomtom XL Traffic

8

Les plus

  • Interface convivial / Qualité du matériel
  • Simplicité du programme de mise à jour
  • TMC conviviale et fonctionnelle
  • Communauté d'utilisateurs
  • participants à la mise à jour des cartes

Les moins

  • Prix / Affichage 3D poussif
  • Ecran sensible aux reflets
  • Ne prononce pas les noms des
  • autoroutes et des nationales
  • Le serrage du bras nécessite
  • l'utilisation d'un tournevis

0

Ergonomie8

Instr. visuelles8

Instr. vocales7

Fonctions annexes5

Tableau récapitulatif



 Asus R300Garmin 250WMappy Mini
 
Prix / Cartographie / France / Europe / Europe
AutonomieNC3 à 5 h3 heures
Mémoire interne / Port d'extensionRAM intégrée 64 Mo / ROM Flash de 128 Mo / Port d'extension Micro SD (jusqu'à 4 Go)RAM intégrée de taille NC / Port d'extension SD - / SD jusqu'à 2 Go
Entrées / SortiesJack audio de 3.5 mm, mini-USB, micro, Bluetooth 2.0, transmetteur FMmini-USBCasque, mini-USB, TMC
Poss. antenne externe  Non
AccessoiresCâble d'alimentation pour allume-cigare, étrier de fixation pour voiture, CD, cartographie sur micro SDCâble d'alimentation pour allume-cigare, étrier de fixation pour voiture, CD, disque pour fixation sur tableau de bord. La cartographie Européenne est intégrée.Câble d'alimentation pour allume-cigare, étrier de fixation pour voiture, câble USB, DVD, carte SD de 1 Go, stylet
Ecran3,5 '' / 320 x 240 pixels4,3 " / 480 x 272 pixels3,5 '' / 320 x 240 pixels
Dimensions / Pds81,5 x 101 x 13,8 / 140 g12.2 x 7.4 x 2.0 cm / 72.93 g102 x 88 x19 mm / 156 g
Garantie1 ans2 ans2 ans
Infotrafic ? Oui, en optionNonPrise pour antenne
Note globale BofA éviterBon





 Medion GoPAL P4225Navigon 2110 Mio Moov 200 TomTom XL
 
Prix / Cartographie249 € / France / Europe / Europe / Europe
Autonomie3 heures~ 3,5 heuresNCNC
Mémoire interne / Port d'extension512 Mo / SD jusqu'à 4 Go64 ROM/64 RAM / Slot SD32 Mo / SD et MMCNC
Entrées / SortiesPrise pour antenne externe, fiche d'extension, prise TMC, prise pour écouteurs, mini USB, slot SDPrise pour antenne externe, Prise mini USB (sert également pour la TMC)
Slot SD
Slot SD, mini-USBPrise mini USB (sert également pour la TMC)
Poss. antenne externeOuiOuiNonNon pour GPS, oui pour TMC
AccessoiresCâble d'alimentation pour allume-cigare, étrier de fixation pour voiture, CD et DVD, antenne TMCCâble d'alimentation pour allume-cigare, étrier de fixation pour voiture, CD et DVD, antenne TMCCâble d'alimentation pour allume-cigare, étrier de fixation pour voiture, câble USBCâble d'alimentation pour allume-cigare
Câble TMC
Câble Mini USB
Ecran4,3'' / 480 x 272 pixels3,5" / 320x240 pixels3,5 '' / 320 x 240 pixels4,3 " / 480 x 272 pixels
Dimensions / poids124 x 82 x 17 mm / 186 g102,9 mm x 78,4 mm x 18,4 mm / 160 g83,4 x 98 x 17,7 / 150 g118 x 83 x 25 / 186 g
Garantie1 anNC2 ans2 ans
Infotrafic ? OuiOuiNonOui
Note globale BonTrès bonMoyenTrès bon


GPS TomTom : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

Conclusion

Qu'y a-t-il au menu ? Les étalages des boutiques regorgent d'appareil divers et variés offrant (en apparence) les mêmes fonctionnalités. Cette homogénéité est purement fictive. En fonction du modèle, l'expérience d'un utilisateur pourra varier du tout au tout. Le premier point crucial concerne l'ergonomie. En l'absence de menus conviviaux et bien pensés, la pratique d'un tel appareil pourra vite se transformer en calvaire. À l'inverse, une bonne optimisation de l'affichage associée à une interface intuitive procurera un plaisir d'utilisation appréciable. Dans ce domaine, les constructeurs ne parviennent pas toujours à trouver le bon équilibre. Rares sont les interfaces qui parviennent à concilier simplicité d'utilisation et grand nombre de fonctionnalités. À titre d'exemple, le Garmin Nuvi 250W est particulièrement accessible mais malheureusement, il manque cruellement d'options et de possibilités de personnalisation. Fort heureusement, dans ce domaine, le Mappy mini, le Navigon 2110 et le Tomtom XL tirent brillamment leur épingle du jeu.

Quid des performances : Les performances techniques sont particulièrement importantes pour les appareils de ce type. Elles auront un impact sur de nombreux points cruciaux. À titre d'exemple, lorsque l'on quitte l'itinéraire prévu, le recalcul de la nouvelle destination devra s'effectuer le plus rapidement possible. Le confort d'utilisation pourra également être impacté par un appareil en manque de tonus. Quoi de plus pénible que de devoir patienter lorsque l'on navigue au sein des différents menus ? Enfin, lors de la navigation, la carte devra défiler de façon fluide. Sur ce point, nous nous devons de tirer la sonnette d'alarme concernant le GPS de Garmin : le 250W est handicapé par une lenteur telle que l'appareil est presque inutilisable lors de la navigation !

Importance de la synthèse vocale : Ce paragraphe n'a pas pour vocation d'aborder la qualité des voix digitalisées, vous trouverez toutes ces informations dans les pages consacrées à chacun des modèles testés. Nous tenions simplement à souligner l'importance d'une caractéristique dont très peu d'appareils sont dotés. En effet, la totalité des GPS autonomes embarquent un ou plusieurs sets de phrases préconstruites qui serviront à réaliser les instructions vocales. En revanche, ceux capables d'épeler les noms des autoroutes et des nationales de vive voix sont bien moins répandus. Ceci est probablement dû au prix qui les séparent des modèles d'entrée de gamme. A-t-on affaire à un gadget sans intérêt ? Certainement pas. Le fait d'entendre de vive voix la désignation d'une voie à emprunter vous évitera de devoir constamment consulter l'affichage de votre appareil. Ne vaut-il pas mieux lire les panneaux plutôt que l'écran de son GPS ? Les personnes en accord avec ce constat cerneront sans peines l'énorme gain de sécurité qui entoure cette fonctionnalité.

Fonctionnalités additionnelles : Les fonctionnalités additionnelles sont appréciables, mais elles ne sauraient orienter votre choix sur un appareil en particulier. Centrez vos critères d'achat sur la qualité des instructions, l'ergonomie, les performances, la synthèse vocale et les possibilités de mises à jour plutôt que sur une poignée de sucreries que vous ne sortirez du placard qu'une fois l'an. Pour écouter vos MP3, regarder vos photos ou visionner le dernier fichier vidéo à la mode, nous vous recommandons l'utilisation d'un appareil dédié. Pour l'anecdote, sachez que les modèles (de ce comparatif) qui embarquent le plus de fonctionnalités annexes sont aussi ceux qui souffrent des imperfections les plus gênantes concernant la partie GPS.

Au final : Les appareils qui sortent du lot ne sont autre que le Navigon 2110 et le TomTom XL. Ces deux GPS ne se bornent pas à proposer des interfaces conviviales, ils embarquent également quelques fonctionnalités qui font toute la différence. Par exemple, le Navigon 2110 est l'un des rares GPS d'entrée de gamme intégrant une synthèse vocale. Il est également compatible avec la TMC, même si vous devrez débourser 30 euros supplémentaires pour pouvoir en profiter pleinement. Du côté de l'appareil de Tomtom, on pourra regretter l'absence de synthèse vocale. On en attendait plus d'un appareil facturé 300 euros. Heureusement, la grande qualité du module TMC rattrape le tir. Le Tomtom XL capte rapidement les données relatives au trafic avoisinant. Pour ne rien gâcher, l'approche simplissime de l'intégration de cette fonctionnalité vous permettra d'exploiter ces informations sans aucune difficulté. En milieu de classement, on retrouve le Medion GoPAL P4225, le Mappy mini et le Mio Moov 200. Il ne faudra pas pour autant en déduire que ces GPS sont dénués de qualités, loin s'en faut. Chacun de ces constructeurs laisse l'empreinte d'une approche différente. Par exemple, nous avons apprécié le guide des transports en commun dont est équipé le Mappy mini. Du côté de chez Medion, la présence d'une synthèse vocale élaborée, d'une visualisation de reliefs et d'un lecteur d'empreinte digitale est appréciable. Enfin, en queue de peloton, nous retrouvons les rejetons de Garmin et d'Asus. Le premier compère est englué dans un manque d'optimisation et/ou de performances flagrant. L'affichage de la carte et les recalculs d'itinéraires sont tellement lents que l'appareil décroche presque la palme de l'inutilisable. Par rapport à Garmin, Asus rame à contre-courant : l'appareil est rapide, l'affichage de la carte est parfaitement fluide... mais l'ergonomie, la stabilité et les bugs sont à revoir. Pour conclure, on pourra rappeler que les fonctionnalités et le prix de vente sont intimement liés. Avant de jeter votre dévolu sur un appareil, questionnez-vous sur l'importance que vous accordez à la présence d'options majeurs telle que la synthèse vocale et la TMC. Faut-il forcément privilégier le facteur prix ? La réponse à cette question dépendra des aspirations de l'utilisateur final.

01F4000001334858-photo.jpg

GPS TomTom : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

Télécharger TomTom HOME pour Windows.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

N-Gage : les jeux achetés ne sont utilisables que sur un seul mobile
Laissez-vous guider pour choisir votre GPS autonome
Intel : une première carte mère Mini-ITX pour Atom
Technologies sans-contact : Vers une seconde convergence
Optio W60 : un compact étanche chez Pentax
Le billet d'avion électronique devient la norme
iPhone v2 : Orange conservera l'exclusivité de sa vente en France
Besson veut faire du haut débit un service public
Nokia Maps 2.0 : GPS, navigation pédestre, carte satellite et info trafic
Intel en passe de promouvoir le SSD avec Centrino 2 ?
Haut de page