Microsoft Intellimouse Explorer

Par Saïd SAAD
le 11 mai 2000
 0
00C8000000043669-photo-microsoft-intellimouse-explorer.jpg
Depuis son invention dans les années 60, la technologie utilisée dans nos souris avait peu changée, les fabricants restant fidèles à la bonne vieille boule. Avec l'IntelliMouse Explorer, Microsoft innove en supprimant totalement le coté "mécanique" du périphérique grâce à sa technologie appelée IntelliEye.

Présentation de l'IntelliMouse Explorer


La première chose qui m'a choqué à la vue de l'IntelliMouse Explorer, c'est sa taille par rapport à ma Logitech Pilot Mouse. Je ne sais pas si ses mensurations plus importantes étaient dues à une technologie trop récente (et donc pas encore assez miniaturisée) ou par soucis d'ergonomie. En effet, contrairement à ce que je imaginais, on s'habitue très vite à sa taille et c'est plutôt de repasser sur une souris moins imposante qui est difficile ! Elle n'est néanmoins pas adapté à toutes les mains, les plus petites n'y seront pas toujours à l'aise : à essayer avant d'acheter ! Le look aurait aussi peut-être été à revoir, le plastique utilisé faisant un peu "toc" (c'est un avis très perso). Au niveau bouton, elle est bien garnie avec pas moins de 5 boutons et d'une roulette, cette dernière faisant également office de bouton. Enfin, pour la connection au PC vous aurez 2 possibilités : le PS/2 et l'USB (un adapteur étant livré en standard).

Explications sur la technologie IntelliEye


Pour comprendre comment marche cette technologie, il faut savoir que l'IntelliMouse Explorer intègre un "scanner de surface" et un processeur chargé de traiter les données envoyées par ce dernier. Ici, 1500 fois par seconde la surface du sol va être numérisée puis être traitée par la souris pour savoir dans quelle direction vous avez bougé votre souris. A partir de là, comme une souris classique, les informations seront redirigées vers votre unité centrale afin de donner vie au curseur de votre écran. Etudions l'exemple ci-dessous pour comprendre comment le repérage s'effectue.
00043670-photo-microsoft-intellimouse-explorer-1.jpg
00043671-photo-microsoft-intellimouse-explorer-2.jpg
00043672-photo-microsoft-intellimouse-explorer-3.jpg
00043673-photo-microsoft-intellimouse-explorer-4.jpg
00043674-photo-microsoft-intellimouse-explorer-5.jpg

Ici, on s'apercoit que les images sont à chaque fois décalées vers la gauche. La souris comprendra donc que si les images, anciennement à droite, se décalent vers le centre, c'est que la souris se déplace actuellement vers la droite. Heureusement, la souris n'est pas aussi lente que nous à analyser les déplacements puisque son processeur est capable d'effectuer pas moins de 18 millions d'opérations par seconde !

Installation


Aussi bien sur port PS/2 qu'USB, la souris s'installe sans aucun problème. L'installation des Drivers comprend un utilitaire de configuration des boutons supplémentaires. Vous pourrez ainsi assigner à un bouton la fonction copier ou par exemple le changement de fenêtre (Alt + TAB)... Si vous utilisez votre souris sur le port PS/2, je vous conseille également d'installer PS/2 Rate qui augmentera le rafraîchissement du port afin de vous assurer une bonne fréquence de réactulisation des données (pas de problème de ce type en USB).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Processeur

TSMC a achevé la conception de son infra destiné à la production de puces 5 nm
TSMC : les commandes de puces 7 nm en hausse grâce à AMD et Android
AMD : le silicium des processeurs ne sera pas remplacé avant au moins 10 ans
Spectre : aucun correctif logiciel n'en viendra à bout, selon des chercheurs de Google
TSMC : l'incident survenu fin janvier coûtera 550 millions de dollars au groupe
Le Machine Learning pourrait permettre d'exploiter des processeurs composés de diamant
TSMC : la production de masse en 7nm démarre dès mars
Le fondeur américain GlobalFoundries, second mondial derrière TSMC, chercherait un acheteur
Google recrute à tout va chez Intel ou Qualcomm pour concevoir ses propres processeurs
TSMC : le 7 nm représente maintenant la plus grosse source de revenus du fondeur
Les premières puces Exynos Auto de Samsung arriveront sur les futures Audi
Qualcomm dévoile le processeur mobile Snapdragon 855
Intel pourrait préparer le
scroll top