Procès d'un hacker poursuivi par Zynga : la valeur de la monnaie virtuelle en question

03 février 2011 à 18h01
0
00C8000003775196-photo-zynga-logo.jpg
Le procès d'un hacker anglais ayant piraté les serveurs de Zynga pour y subtiliser 400 milliards de jetons de Poker virtuel se tient actuellement à la Cour d'Exeter Crown. Une affaire qui a lancé le débat de la valeur des biens virtuels dans le monde réel.

Ashley Mitchell, un anglais de 29 ans, est accusé d'avoir piraté les serveurs du magnat du social gaming Zynga et d'avoir subtilisé 400 milliards de jetons virtuels Zynga Poker, qu'il a transféré sur son compte Facebook pour mieux les revendre ensuite au marché noir, sur des sites dédiés - et illégaux.

Une pratique qui a alerté Zynga, qui a entamé des procédures judiciaires à l'encontre du hacker indiscret : avant son arrestation, Ashley Mitchell avait déjà écoulé près d'un tiers des jetons virtuels volés, pour un total de 53 000 livres - environ 62 000 euros. « Mitchell vendait les jetons aux alentours de 430 livres le milliard » explique le procureur de la Cour d'Exeter Crown, qui estime de fait le larcin du pirate à 184 000 livres.

Mais selon Zynga, le préjudice est bien plus élevé, puisque la vente légale de ces 4000 milliards de jeton aurait rapporté à la firme pas moins de 12 millions de dollars. La Cour s'est donc penchée sur la question de la valeur de ce type de bien qui, du fait de son immatérialité, peut être produit à volonté et dont l'estimation peut apparaître comme compliquée.

Au final, le procureur Gareth Evans a estimé que Zynga n'avait pas été privé de marchandises dans la mesure où le vol était virtuel, mais a considéré que la firme a effectivement perdu de l'argent, en raison de la revente illégale de jetons volés. Il a également estimé qu'il n'y avait pas de différence entre la monnaie réelle et virtuelle, assimilant la génération de jetons virtuels avec la fabrication de vraie monnaie.

Selon l'avocat de Zynga Jas Purewal, cette affaire est en train de créer un précédent : « Cela montre que la réglementation et la protection des monnaies et biens virtuels, qui était jusque-là assez incertaine, est en pleine évolution » a-t-il expliqué à Develop. « La Cour a constaté que, même si la monnaie virtuelle n'est pas réelle et est infinie dans l'offre, elle peut tout de même bénéficier d'une protection juridique de la même manière que la monnaie du monde réel ».

Ashley Mitchell risque donc d'écoper d'une lourde peine de prison suite à cette affaire, d'autant que le hacker n'en est pas à son premier coup d'essai puisqu'il s'était déjà rendu coupable piratage du site du Torbay Council en 2008. Il avait alors entrepris d'y modifier des données personnelles le concernant.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top