Les Etats-Unis rapportent l'existence "d'interférences" contre deux satellites (màj)

31 octobre 2011 à 17h29
0
Une commission du Congrès américain accuse des hackers d'avoir attaqué deux satellites. Ces deux appareils utilisés pour l'observation du climat et de la surface terrestre auraient été visés à plusieurs reprises.

00FA000004288618-photo-deux-satellites-iov-de-galileo.jpg
Selon le Congrès des Etats-Unis, des hackers auraient attaqué entre 2007 et 2008 deux satellites servant à l'observation du climat et de la surface terrestre. Dans le rapport annuel de la commission chargée d'étudier les relations de sécurité entre la Chine et les Etats-Unis, les responsables rapportent l'existence « d'interférences » sur les satellites Landsat-7 Earth et Terra AM-1.

La commission considère que de « telles interférences sont peut-être la source de nombreuses menaces potentielles, particulièrement lorsqu'elles visent des satellites possédant des fonctions sensibles. Accéder à de tels appareils pourrait permettre à un attaquant de d'endommager voire de détruire le satellite. Il pourrait également en dégrader sa communication ou même manipuler les transmissions ».

Précisément, Bloomberg explique que le satellite d'observation Landsat-7 Earth aurait été ciblé pendant une douzaine de minutes d'octobre 2007 à juillet 2008. De son côté, Terra AM-1, aurait été visé pendant 2 minutes en juin 2008 et pendant 9 minutes en octobre 2008. Les hackers seraient alors passés par le système de contrôle des satellites situé dans une station de Spitsbergen (Norvège).

L'autorité ne pointe pas directement du doigt le gouvernement chinois mais considère que ces actes coïncident avec la politique du pays en matière d'espionnage stratégique. De son côté, la Chine a réfuté toute implication dans ces attaques. Un porte-parole de l'ambassade a même affirmé qu'il s'agissait de « rumeurs infondées ».

Mise à jour : Le ministère chinois des Affaires étrangères a sévèrement critiqué le rapport américain. Dans un communiqué, il estime que les informations contenues dans cette note « ne sont pas justes et ont des motivations cachées. Cela ne vaut pas de plus amples commentaires » . Au contraire, la Chine estime être une victime régulière de cyber-attaques et tient à rappeler qu'elle s'oppose à toute forme d'intervention informatique.

Pourtant, dès le début des années 90, deux colonels chinois (Qiao Liang et Wang Xiangsui) avaient clairement évoqué l'idée d'intégrer dans l'armée régulière des bataillons de personnes chargées de mener un cyber-espionnage des activités des autre Etats. Malgré cet argument, il est encore compliqué d'établir un lien direct entre ce type de cellule et le gouvernement central chinois.

Version initiale de l'article publié le 28/10/2011 à 12h59
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Le législateur américain cherche toujours à interdire les logiciels de reconnaissance faciale
CES 2021 : notre recap' des meilleurs périphériques présentés lors de l’événement
Bon plan RED by SFR : l'offre Big RED 200 Go à 15 €/mois prend fin à minuit !
Wikimédia France : quel avenir pour la fondation aux multiples visages ? (Interview)
Boostez votre PC avec ce SSD WD Blue 1 To M.2 au meilleur prix chez Cdiscount
Cette énorme TV Continental Edison de 55
Dacia Bigster : la future figure de proue de la marque
Le PC Hybride Microsoft Surface Pro X est bradé chez Fnac et Darty
VLC et Microsoft Edge bêta désormais compatibles avec les Mac M1
Huawei met à jour AppGallery, son store d'applications alternatif à Google Play
Haut de page