Les Etats-Unis rapportent l'existence "d'interférences" contre deux satellites (màj)

le 31 octobre 2011 à 17h29
0
Une commission du Congrès américain accuse des hackers d'avoir attaqué deux satellites. Ces deux appareils utilisés pour l'observation du climat et de la surface terrestre auraient été visés à plusieurs reprises.

00FA000004288618-photo-deux-satellites-iov-de-galileo.jpg
Selon le Congrès des Etats-Unis, des hackers auraient attaqué entre 2007 et 2008 deux satellites servant à l'observation du climat et de la surface terrestre. Dans le rapport annuel de la commission chargée d'étudier les relations de sécurité entre la Chine et les Etats-Unis, les responsables rapportent l'existence « d'interférences » sur les satellites Landsat-7 Earth et Terra AM-1.

La commission considère que de « telles interférences sont peut-être la source de nombreuses menaces potentielles, particulièrement lorsqu'elles visent des satellites possédant des fonctions sensibles. Accéder à de tels appareils pourrait permettre à un attaquant de d'endommager voire de détruire le satellite. Il pourrait également en dégrader sa communication ou même manipuler les transmissions ».

Précisément, Bloomberg explique que le satellite d'observation Landsat-7 Earth aurait été ciblé pendant une douzaine de minutes d'octobre 2007 à juillet 2008. De son côté, Terra AM-1, aurait été visé pendant 2 minutes en juin 2008 et pendant 9 minutes en octobre 2008. Les hackers seraient alors passés par le système de contrôle des satellites situé dans une station de Spitsbergen (Norvège).

L'autorité ne pointe pas directement du doigt le gouvernement chinois mais considère que ces actes coïncident avec la politique du pays en matière d'espionnage stratégique. De son côté, la Chine a réfuté toute implication dans ces attaques. Un porte-parole de l'ambassade a même affirmé qu'il s'agissait de « rumeurs infondées ».

Mise à jour : Le ministère chinois des Affaires étrangères a sévèrement critiqué le rapport américain. Dans un communiqué, il estime que les informations contenues dans cette note « ne sont pas justes et ont des motivations cachées. Cela ne vaut pas de plus amples commentaires » . Au contraire, la Chine estime être une victime régulière de cyber-attaques et tient à rappeler qu'elle s'oppose à toute forme d'intervention informatique.

Pourtant, dès le début des années 90, deux colonels chinois (Qiao Liang et Wang Xiangsui) avaient clairement évoqué l'idée d'intégrer dans l'armée régulière des bataillons de personnes chargées de mener un cyber-espionnage des activités des autre Etats. Malgré cet argument, il est encore compliqué d'établir un lien direct entre ce type de cellule et le gouvernement central chinois.

Version initiale de l'article publié le 28/10/2011 à 12h59
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Google Pay étend son aura en intégrant le paiement PayPal à son service
Jugée insuffisamment sécurisée, la version gratuite de Slack est bannie en interne par Microsoft
AMD : le Ryzen 7 3800X mettrait à mal les Core i9-9900K d'Intel sur GeekBench
Le MacBook Pro 16 pouces pourrait être présenté en septembre
Google Slides est (enfin !) contrôlable au clavier
Le smartphone est désormais l’appareil de prédilection pour regarder la télévision en ligne
L'intérieur et l'écran de bord de la Porsche Taycan fuitent (et confirment l'Autopilot)
Pour Ubisoft, la PS5 et la Xbox Scarlett représentent un « bond majeur » en termes de puissance
La OnePlus TV pourrait être lancée très prochainement
Le rover Curiosity découvre des quantités surprenantes de gaz sur Mars
scroll top