AntiSec publie 90000 adresses emails de militaires US

le 12 juillet 2011 à 10h44
0
00FA000004430322-photo-antisec.jpg
Le groupe de hacker Anonymous a mené hier une opération baptisée « Military Meltdown Monday » (« la débâcle militaire du lundi ») de laquelle a résulté la fuite sur Internet d'un fichier contenant les adresses emails de 90 000 militaires américains, volés sur un serveur tiers.

Si Anonymous annonçait l'opération sur son compte Twitter hier, c'est sous la bannière d'AntiSec que les informations ont été libérées sur un célèbre site de téléchargement de fichiers torrents. Pour rappel, AntiSec est un regroupement de hackers fondé le mois dernier par Anonymous et le groupe supposément auto-sabordé Lulz Security. L'un des principaux objectifs du groupe est de mettre à mal les sécurités des serveurs gouvernementaux.

Mais en l'occurrence, l'opération Military Meltdown Monday ne visait pas un serveur du gouvernement américain, mais ceux du cabinet de conseil Booz Allen Hamilton, qui travaille avec le département américain de la Défense sur des questions de sécurité intérieure ou encore sur les programmes d'assistance militaire américains. « Dans cette optique, vous vous attendez sans doute à ce que les informations soient contenues dans un navire blindé ? Eh bien vous seriez aussi surpris que nous l'avons été en constatant que leur bateau était en réalité une coquille de noix » explique le communiqué d'AntiSec. Une métaphore navale qui n'est pas sans rappeler celles de Lulz Security et de son LulzSec boat...

Parmi les 4 Go de données récupérées se trouvent 90 000, adresses courriels de militaires américains que le groupe a publié hier dans la journée, mais ce n'est pas tout : le groupe a également annoncé avoir mis la main sur « des cartes et des clés gardant d'autres trésors gouvernementaux ». « Ce matériel devrait garder nos amis blackhats occupés pendant un bon moment » conclut le communiqué.

Les réactions face à cette nouvelle attaque ne se sont pas fait attendre : un expert en sécurité de Sophos Chester Wisniewski estime que si la situation est bien évidemment embarrassante pour Booz Allen Hamilton, le réel risque se trouve du côté des militaires. De son côté, le Pentagone a annoncé travailler sur l'incident en collaboration avec d'autres organismes gouvernementaux.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Hackers
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Nintendo Switch : des développeurs ont réussi à jouer à Tomb Raider... et Overwatch
Renault ZOE 2 : prix, caractéristiques, disponibilité... Que sait-on du futur modèle électrique ?
Withings annonce Move Timeless Chic, une montre qui allie élégance, technologie et endurance
L'UE accuse la Russie de désinformation lors des élections
Incredibox : le jeu de beatbox musical français qui cartonne
Google Assistant : la mémorisation automatique du stationnement réactivée
Iliad, maison mère de Free, partenaire du projet de cryptomonnaire de Facebook
Salon du Bourget - L’avion électrique d’easyJet et de Wright Electric dans les airs dans 10 ans
L'application de bureau Twitter de nouveau disponible pour les utilisateurs de macOS
Une base de données laisse filer les informations professionnelles d'1,6 million de personnes
scroll top