Des députés japonais seraient victimes de piratage

Par
Le 25 octobre 2011
 0
Après plusieurs installations de la firme Mitsubishi Heavy Industries, c'est au tour de membres du Parlement japonais d'être visés par des attaques informatiques. Selon la presse de l'archipel, un programme malveillant se serait propagé via des e-mails contenant des pièces-jointes vérolées.

00fa000003408348-photo-drapeau-japon.jpg
Le quotidien Asahi Shinbum rapporte qu'une partie des députés composant la chambre basse du Parlement (l'équivalent de l'Assemblée nationale) ont été victimes d'un pirate. Depuis la fin du mois de juillet, plusieurs élus reçoivent des e-mails destinés à obtenir des informations sur leurs boites de réception.

Pour Reuters, une source anonyme aurait alerté les autorités sur les risques que peut engendrer cette attaque. Elle ajoute que même si le premier poste contaminé s'est connecté à un serveur situé en Chine, il reste encore difficile de connaître l'origine exacte du piratage.

Cette attaque survient alors que la polémique enfle au sujet d'une autre intrusion informatique. Fin septembre, la firme Mitsubishi Heavy Industries avait confirmé avoir été victime d'un ou plusieurs pirates. Ce contractant pour la Défense japonaise précisait alors que certaines informations avaient pu être consultées par des pirates. Face aux critiques, la firme avait tenu à préciser que les informations clés portant sur ses produits et technologies étaient restées intactes.

Depuis cette découverte, d'autres observateurs ont rapporté que certaines données critiques avaient bien été dérobées. Le journal Asahi estime que des plans d'avions de chasse, d'équipements défensifs ou même d'installations nucléaires ont pu être volées. Par contre, aucune information n'a été donnée quant à l'instigateur de cette attaque visiblement très ciblée.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Sécurité informatique

scroll top