Faut-il divulguer toutes les failles de sécurité ?

01 octobre 2010 à 17h35
0
C'est un peu dans une atmosphère de cantina de Star Wars que La cantine à Paris organisait ce jeudi le faux procès d'un hacker. Le but était alors d'expérimenter un cas pratique tiré de réelles expériences sur le sujet de la communication de failles de sécurité. Un hacker était donc sommé de s'expliquer pour avoir dévoilé une vulnérabilité sur des appareils respiratoires d'un hôpital.

00A0000003364800-photo-tribunal.jpg
Pour rappel, le full disclosure est un principe qui prévoit une divulgation publique d'un problème de sécurité connu. Dans le cas de cette parodie de justice clairement assumée, chaque représentant défendait son point de vue. Occasion était donc donnée de cibler les manques en matière de régulation mais également de compréhension du sujet.

Concrètement, une faille a donc été découverte dans un logiciel contenu dans un respirateur officiel d'un hôpital. Le hacker transmet ses informations mais, estimant qu'aucune réponse n'est apportée, il communique alors les détails sur Twitter puis la Presse reprend l'information.

Dès lors, l'hôpital estime subir des dommages du fait de la publication de cette faille. Premier témoin appelé à la barre, Eric Filliol, expert en sécurité à l'ESIEA. Une main dans la poche, il donne un aperçu du monde de la sécurité et des failles : « La sécurité se fait a posteriori, c'est ainsi que fonctionnent les connaissances. On ne peut boucher des failles que lorsqu'on les connaît. C'est un peu comme un sonar qui envoie un écho radar pour détecter un sous-marin... »

Rapidement le tribunal se pose la question de savoir s'il y a eu ou non intrusion dans un système informatique. La qualification est des plus difficiles car il n'y a pas eu de modification de l'état du système. De même, le tribunal de Grande Instance a déjà estimé qu'une découverte de faille via un simple navigateur (comme c'est le cas ici) ne constitue pas une intrusion...

Enfin le juge et le jury populaire ont dû trancher sur les deux faits reprochés à l'accusé : mise en danger de la vie d'autrui puis le fait de s'être maintenu dans un système d'information. Pour cela, la salle doit répondre à trois questions. Y-a t-il eu intrusion dans un système informatique, la salle estime à une large majorité que non au motif que la faille était connue. Avait-il un motif légitime pour dévoiler la vulnérabilité, l'assemblée pense que non. Pour autant, le jury lui accorde la « nécessité d'agir » car la faille concernait des appareils censés conserver en bonne santé des malades. Le jury a donc fait le choix de relaxer le prévenu.

Ce faux procès digne du tribunal des flagrants délires agrémenté de la rectitude toute juridique et de quelques morceaux de mauvaise foi des spécialistes en sécurité dans la salle à eu le mérite de poser les bases du débat sur la notification des failles de sécurité.

La France brille en effet par un certain vide en la matière. Pire, ce cas pratique a montré le manque de communication et surtout de compréhension entre celui qui rapporte la faille et celui qui en est victime...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top