Brevets Linux : Novell et Microsoft s'expliquent

21 novembre 2006 à 15h43
0
Coup de tonnerre suite à l'annonce de l'accord Novell/Microsoft : Steve BALLMER affirme, en fin de semaine dernière, que le système d'exploitation Linux utilise des morceaux de code qui seraient la propriété intellectuelle de la firme de Redmond et laisse entendre que les éditeurs de distributions Linux qui ne parviennent pas à un accord avec elle risquent d'être poursuivis en justice. Immédiatement, la communauté du libre s'enflamme et demande à Novell de revenir sur cet accord fratricide (voir notre actualité du 20 novembre).

Embarrassé, Ron Hovsepian, CEO de Novell, vient de s'adresser à ses détracteurs au moyen d'une lettre ouverte, dans laquelle il explique sa position. Il y explique notamment avoir signé cet accord avec Microsoft dans le but de « sécuriser l'interopérabilité des systèmes et réaliser des ventes croisées ». C'est Microsoft qui lui aurait demandé « de coopérer sur les brevets » afin que leurs clients respectifs « ne soient pas poursuivis ».

« Nous ne sommes pas d'accord avec la déclaration de Microsoft concernant Linux et les brevets. Notre accord commercial n'est en aucun cas une façon de reconnaître que Linux bafoue la propriété intellectuelle de Microsoft », affirme-t-il ensuite, avant de rappeler certaines des actions entreprises par Novell en faveur de la communauté open source.

Quelques heures plus tard, Microsoft enchaîne avec un communiqué dans lequel l'éditeur admet qu'en dépit du partenariat signé début novembre, les deux sociétés peuvent tout à fait ne pas partager le même point de vue sur les éventuelles violations de brevets Microsoft commises par la communauté open source. « Nous respectons le point de vue de Novell sur la question des brevets, même si nous adoptons une position différente. Novell a tout à fait raison lorsqu'il explique qu'il n'a pas admis ou reconnu le moindre problème de brevets dans le cadre de cet accord ».

Microsoft dédouane Novell des accusations qui pèsent sur lui, mais ne revient pas pour autant sur les déclarations de son CEO, Steve Ballmer. « Nous avons mené une analyse de notre portefeuille de brevets et en avons conclu qu'il était nécessaire et important de mettre en place des engagements contractuels pour les clients de ces produits. Nous sommes heureux qu'une telle solution soit aujourd'hui mise en place », conclut l'éditeur.
Modifié le 18/09/2018 à 14h31
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Hotline : la proposition de l'Arcep est rejetée
LCD le plus fin au monde selon Samsung : 0,82 mm
Belinea 101717 : un LCD 17 pouces résistant
IE7 distribué en mise à jour prioritaire
  Battlefield 2142  : patch et serveur dédié v1.05
Virtual Earth 3D : le Google Earth de Microsoft ?
Nero 7.5 paré pour Windows Vista
Dell 926 : multifonction jet d'encre grand pubic
Sony PSP : le firmware 3.0 est disponible
Office 2007: pas d'activation ? Fonctions réduites
Haut de page