Orange s'intéresse aux outils de paiement

Par
Le 26 novembre 2003
 0

Orange et Nestlé expérimentent avec succès l’achat de glace depuis un distributeur automatique au moyen d'un simple téléphone mobile

Orange et Nestlé expérimentent avec succès l'achat de glace depuis un distributeur automatique au moyen d'un simple téléphone mobile

Le téléphone Orange va t'il faire de l'ombre à la carte bleue ? L'opérateur cellulaire Orange et le groupe agro-alimentaire suisse Nestlé expérimentent depuis quelques temps l'achat de glace depuis un distributeur automatique au moyen d'un simple téléphone mobile.

A l'image de certaines expérimentation en Scandinavie, l'idée est de s'appuyer sur le sms premium pour payer certains biens (glaces, sodas, parcmètres, tickets de bus ou métro). Ce service permet ainsi aux clients orange ou au commerçant de se passer de petite monnaie et de pouvoir faire face à certaines dépenses avec un simple téléphone.

Jean-Marie Gurné, Directeur Général Crème Glacées Nestlé Grand Froid a souligné que "Sous l'impulsion de Nestlé Grand Froid, un nouvel usage du téléphone mobile est né grâce à la réactivité et au professionnalisme des équipes d'Orange. Demain, les consommateurs, en particulier les 15-25 ans, pourront à tout moment grâce à leur téléphone se faire plaisir en dégustant une glace Nestlé. A travers cette collaboration, notre objectif est de garantir aux consommateurs une disponibilité maximale de nos produits en rendant désormais l'acte d'achat plus facile, rapide tout en y ajoutant un caractère ludique".

Julien Billot, Directeur Marketing Grand Public et Professionnel Orange France a déclaré : "Cette expérimentation démontre que la technologie est prête pour ce type d'usages. Il nous reste, dans une prochaine phase d'expérimentation, à tester ce dispositif  auprès du grand public".  

En complément d'un service M2M, permettant aux équipes de Nestlé d'être alertés dès que le stock de biens devient trop faible, cette solution de paiement pourrait donc constituer un jour une alternative intéressante à l'argent liquide ou autres portes-monnaie électroniques type Moneo.

Reste à convaincre les autorités de modifier la loi qui interdit pour le moment aux opérateurs de déployer de tels services, à rassurer les banques qui devraient moyennent apprécier cette forme de concurrence, à négocier des commissions raisonnables avec les marchands et surtout à séduire les clients, qui en sont encore au passage de la voix à l'internet mobile, et qui pourraient encore prendre quelques années avant de réaliser qu'ils ont peut-être une carte à puce en trop dans leur poche...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top