L'Etat allemand au secours de MobilCom

Jérôme Bouteiller
16 septembre 2002 à 00h00
0

A quelques jours des élections, l'Etat Allemand part au secours de MobilCom, lâché par France Telecom

A quelques jours des élections, l'Etat Allemand part au secours de MobilCom, lâché par France Telecom

La Politique prend le dessus sur l'Economie. A quelques jours des élections législative allemandes, Berlin part au secours de l'opérateur cellulaire MobilCom et de ses 5500 salariés, lâchés par France Telecom.

Suite à un accord intervenu dimanche soir, le gouvernement social-démocrate de Gerard SCHROEDER et diverses banques publiques allemandes ont accepté de donner plus de 400 millions d'euros, sous forme de prêts, à MobilCom, lui permettant d'éviter la faillite, en attendant de trouver une solution plus viable.

Après avoir exigé des licences UMTS à des prix stratosphériques (plus de 8 milliards d'euros pour celle de MobilCom), le gouvernement Allemand semble donc assumer ses responsabilités... au moins jusqu'aux prochaines élections !

Gerard SCHROEDER laisse même entendre que la rupture avec France Telecom ne serait pas définitive et que des discussions avancées ont actuellement lieu directement entre Paris et Berlin à ce sujet.

Promesses électorales pour les uns ou véritable plan de sauvetage, le feuilleton Mobilcom est donc loin d'être terminé.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Trump suspend les sanctions Obama quant à la consommation des véhicules automobiles
scroll top