UMTS : La France va t'elle céder à la céder à la tentation des enchères ?

Par
Le 10 mai 2000
 0

Alors que Laurent FABIUS et Christian PIERRET ont répété que le choix définitif de la procédure d'attribution ne serait rendu que dans quelques semaines, France Telecom et Boygues Telecom ont publiquement pris position sur cette question.

Alors que Laurent FABIUS et Christian PIERRET ont répété que le choix définitif de la procédure d'attribution ne serait rendu que dans quelques semaines, 1 et Boygues Telecom ont publiquement pris position sur cette question.

Selon Didier QUILLOT, Directeur Général de France Telecom Mobiles, FT sera de toutes les façons candidat à une licence UMTS, quel que soit son mode d'attribution. En raison de ses différents revers en Allemagne ou en Angleterre, le groupe dirigé par Michel BON dispose d'une trésorerie qu'il est en mesure d'utiliser pour défendre ses positions sur son propre territoire. A l'inverse, Martin Bouygues, actionnaire principal de Bouygues Telecom plaide contre les enchères UMTS dans une tribune publiée dans le journal LeMonde. Faiblement capitalisé et ne disposant pas de partenaire stratégique d'envergure mondiale, une telle procédure sonnerait la fin de l'indépendance du 3e opérateur français, déjà paralysé par un actionnariat comprennant les deux milliardaires rivaux Pinault et Arnaud. Martin BOUYGUES s'interroge en outre "sur l'équité qu'il y a à faire payer la même somme à quatre opérateurs dont les bases d'abonnés sont différentes, pour des raisons historiques et non de performances. Faire payer le même montant reviendrait à avantager à nouveau les opérateurs historiques, les plus anciens et de ce fait les plus gros". Avec des investissement estimés déjà à plus de 30 milliards de francs, BouygTel risque donc de devoir s'abandonner aux nombreux prédateurs émricains, japonais, italienns, allemands ou anglais, qui lorgnent déjà sur la France, avec ou sans licence UMTS.
Modifié le 18/09/2018 à 14h28

Les dernières actualités

scroll top