L'alliance Win-tel devient mobile avec Mitac

Jérôme Bouteiller
13 août 2003 à 00h00
0
La famille des téléphones Microsoft s'agrandit. Le constructeur taïwanais Mitac devrait prochainement lancer en Europe son Mia 8380, un smartphone format coquillage, basé sur le système d'exploitation Smartphone2002 de Microsoft et, pour la première fois, d'un processeur Intel, le PXA255, cadencé à 200 Mhz.

Depuis leur présentation au 3GSM World Congress à Cannes, en 2002, les Smartphones comme le SPV Orange étaient basés sur un processeur OMAP de Texas Instrument, cadencé à 133 Mhz. Outre un premier prototype présenté par Intel lors du salon Mobius 2003, le Mia de Mitac est donc officiellement le premier téléphone à réunir les technologies de Intel et Microsoft, les deux marques mythiques dont l'alliance domine le marché du PC depuis 20 ans.

Intégrant un appareil photo numérique, un port d'extension SD et la suite de logiciels Microsoft, le Mia 8380 devrait être commercialisé aux alentours de 500 €uros, au troisième trimestre 2003 selon des sources concordantes. Ce smartphone est disponible en Asie depuis le mois de Juin et certains exemplaires importés sont déjà en circulation en Europe.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
scroll top