Les FAI et éditeurs japonais vont-ils proposer des services d’Internet mobile ?

Par
Le 13 août 2002
 0

Au Japon les services d’Internet mobile sont proposés au public par les opérateurs (DoCoMo, KDDI, J-Phone), et demain peut-être par les FAI et les éditeurs.

D'après le quotidien financier Nihon Keizai Shimbun, les autorités japonaises seraient prêtes à ouvrir le marché de la téléphonie mobile aux fournisseurs d'accès à Internet et aux éditeurs de logiciels dès l'automne 2003.

Actuellement au Japon, seuls les opérateurs de téléphonie mobile (DoCoMo, KDDI, J-Phone, etc.) sont habilités par le ministère japonais des télécoms à proposer des services d'Internet mobile via leurs différents réseaux.

Le ministère japonais des télécoms, souligne le journal nippon, devrait présenter avant mars 2003 les spécificités de ce projet dont l'objectif serait de développer la concurrence et de réduire les tarifs proposés afin de maintenir le dynamisme du secteur.

Il s'agit également de proposer de nouveaux débouchés aux fournisseurs d'accès sur un marché où 27,4 millions de japonais sont abonnés à un service d'accès à Internet fixe, contre 53 millions à un service d'Internet mobile (sur un total de près de 70 millions d'abonnés à la téléphonie mobile) !

Les FAI et éditeurs seraient alors amenés à proposer des services d'Internet mobile tels que les adresses de messagerie électronique déjà utilisées par leurs abonnés sur leur ordinateur personnel, et ce afin de disposer de la même adresse e-mail sur leur PC/Mac et leur téléphone portable.
Modifié le 18/09/2018 à 14h11
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top