La valorisation de Cisco remise en cause

Jérôme Bouteiller
09 mai 2000 à 00h00
0
Les déboires de Microsoft et la chute de son cours en bourse ont eu 2 incidences. La première est que Larry Elisson, le PDG d'Oracle, est devenu l'homme le plus riche du monde, devant Bill GATES. La seconde est que est devenue la première capitalisation boursière de la planète. Or ce titre prestigieux conduit à une critique en rêgle de sa valorisation. En effet, Baron's, un magazine américain, reproche à Cisco de coûter beaucoup trop cher. Le numéro un mondial des Routeurs, éléments clés du développement de l'internet, vaut 190 fois son bénéfice net par action soit une capitalisation globale de 470 milliards de francs. Au delà du débat sur les "anticipations" de croissance, l'étude met en avant un élément clé de la bulle spéculative qui entoure les valeurs internet. Cisco a procédé à de nombreuses acquisitions depuis 5 ans dans la NetEconomie. Or ce prix d'acquisition est en constante progression, entraînant une hausse générale du prix des start-up et bien évidemment de Cisco. Conséquence, si Cisco achète ses cibles de plus en plus cher, cela permet d'augmenter les standards financiers et par conséquent son propre cours boursier !
Modifié le 18/09/2018 à 14h07
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Comparatif 2019 : quel est le meilleur smartphone ? (MàJ Juin)
Netflix augmente ses tarifs en France dès aujourd'hui
Volkswagen garantira les batteries de l'ID.3 pendant 8 ans : une première
Steam ajoute un tag « LGBTQ+ » et ouvre un hub dédié à ces contenus
Un outil destiné aux forces de l'ordre capable de déverrouiller quasiment tous les smartphones
Sommet européen des 20 et 21 juin : objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050 ?
Une pétition demande à Netflix de déprogrammer Good Omens... une série produite par Amazon
Le Raspberry Pi 4 est là : trois configurations jusqu'à 4 Go de RAM (et un kit desktop)
AMD : le Ryzen 7 3800X mettrait à mal les Core i9-9900K d'Intel sur GeekBench
La mémoire informatique universelle pourrait révolutionner la consommation des data centers
scroll top