Humeur : Eugene Kaspersky et les antivirus gratuits

Stéphane Ruscher Contributeur
26 février 2010 à 11h58
0
Parce qu'il est parfois contraignant de commenter l'actualité en gardant une certaine réserve, la rédac' vous propose régulièrement des billets d'humeur, dont l'avis n'engage que leur auteur. Cette semaine, nous nous interrogeons sur les antivirus gratuits. Sont-ils suffisants ? Leur modèle cache-t-il quelque chose ? La réponse, fournie notamment par l'incontournable Eugene Kaspersky.

0000006401959792-photo-mike-norton-360-3-0-logo.jpg
Il y a quelques jours, Symantec présentait la version 4.0 de Norton 360. La suite de protection « tout en un » est destinée au grand public, bénéficie de toutes les avancées de Norton Internet Security 2010, et intègre en plus des fonctionnalités d'optimisation et de sauvegarde en ligne. C'est, à première vue, un bon produit. Mais son prix, 89 euros, est beaucoup trop cher ! Un peu plus tôt, l'antivirus gratuit Avast 5.0 voyait le jour. L'éditeur Alwil n'a pas toujours été réputé pour l'efficacité de son logiciel, mais la version 5 propose, même dans sa version gratuite, un niveau de protection qui commence à s'aventurer sur les plates bandes des solutions commerciales. Certes, Alwil eux-mêmes n'ont pas perdu la tête : la fonctionnalité la plus intéressante de leur version 5, à savoir la « sandbox » dans la lignée de la Green Zone de Kaspersky Internet Security, est réservée aux versions payantes. Néanmoins, dans l'ensemble, Avast 5.0 Free Antivirus propose une protection loin d'être ridicule. Alors pourquoi continuer à payer pour une suite de sécurité ?

000000C802926072-photo-norton-360-4-0.jpg
000000C802764160-photo-avast-antivirus-gratuit-mikeklo.jpg


0000009600924016-photo-eugene-kaspersky.jpg
Profitant de son passage en France, on a posé la question à Eugene Kaspersky. Réponse de l'incontournable fondateur de l'éditeur russe : « Les antivirus gratuits proposent une protection qui peut être « suffisante » pour certains utilisateurs. Par exemple, les gens qui utilisent juste Internet pour jouer à des jeux en ligne, et qui n'utilisent pas des services de banque en ligne. Pour eux, un antivirus gratuit suffira peut être. ». Avant d'expliciter son propos par un retour en arrière : « y a 10 ans, la plupart des gens se disaient « je n'ai pas besoin d'antivirus ». Puis, ils ont changé d'avis et ils ont installé un antivirus gratuit. Je crois qu'ils vont commencer à se dire qu'un antivirus gratuit, ça n'est pas assez pour se protéger de manière efficace. ». Eugene Kaspersky n'est pas tendre avec les antivirus gratuits, fustigeant notamment leur modèle économique qui consiste à appâter les utilisateurs avec un produit gratuit mais incomplet, et les diriger vers une version commerciale. C'est indéniable, notamment du côté d'AVG, réputés pour la lourdeur de leurs incitations. Et il est vrai qu'aucun produit gratuit ne propose des fonctionnalités aussi complètes qu'un logiciel commercial.

Le gratuit concurrence-t-il le payant ?

0000007802764162-photo-avast-logo-mikeklo.jpg
Néanmoins, le modèle des entreprises comme Kaspersky, Symantec ou McAfee est-il vraiment différent ? Ca n'est pas l'avis de Vince Steckler, le CEO d'Avast , et transfuge de Symantec. Pour lui, les éditeurs proposant des produits gratuits comme Avast jouent carte sur table : « En fait, notre modèle est semblable, à une différence près. Les éditeurs comme Symantec proposent des versions gratuites limitées à 3 mois de leurs produits avec de nouveaux ordinateurs, et incitent l'utilisateur à passer à la version commerciale. Nous faisons le choix de proposer une version gratuite illimitée » . Le propos de Vince Steckler peut paraître tordu, mais on ne peut pas nier le fait qu'Avast fait des efforts pour proposer une version gratuite la plus complète possible. Pour autant, Eugene Kaspersky ne se fait guère de souci : « ces concurrents impactent le business des suites de sécurité commerciales, naturellement. Mais pas suffisamment, et on continue de croître »

0000006402659110-photo-logiciels-kaspersky-anti-virus-pour-mac.jpg
On serait tenté de répondre que ça n'est guère étonnant, puisque le jour où la cybercriminalité sera endiguée et la courbe des menaces s'infléchira n'est pas prêt d'arriver. Que faire alors ? Y'a-t-il un autre horizon que cette vision pas franchement réjouissante de rayonnages remplis de Kaspersky Internet Security et Norton Antivirus 2025 ? On pourrait aller sur Mac. C'est vrai ça, sur Mac, il n'y a pas de virus ! Pas encore, selon Eugene Kaspersky, qui estime que ça n'est qu'une question de temps : « Le Mac commencera vraiment à intéresser les cybercriminels lorsque sa part de marché deviendra significative en Europe de l'Est, en Chine et en Amérique Latine. ». Les mauvaises langues diront que ça n'est pas prêt d'arriver vu les prix pratiqués par Apple. En attendant, certains éditeurs, dont Kaspersky, sont déjà sur les rangs avec des antivirus pour Mac.

02485824-photo-kaspersky-anti-virus-pour-mac.jpg


Sécurité ou liberté ?

0000009602838780-photo-apple-ipad-sur-la-page-d-accueil.jpg
Alors on finit par se demander si une solution ne serait pas le modèle préconisé, notamment, par les mêmes Apple pour l'iPhone et le futur iPad. Certains bloggueurs acquis à la cause de la Pomme n'hésitent pas à voir dans la tablette l'avenir des ordinateurs, et dans le modèle verrouillé une solution aux problèmes de sécurité des OS actuels. Si tous les logiciels passent par le constructeur et une plate-forme unique de distribution, c'est la fin des logiciels malveillants, après tout ? Eugene Kaspersky envoie ce modèle dans les cordes même s'il admet qu'il est sécurisé : « Bien sur ! Si on verrouille tout, il y a moins de risques. Mais je pense que dans l'avenir, les utilisateurs préféreront la liberté à la sécurité. Sur le plan des smartphones par exemple, les plates formes fermées comme l'iPhone ou le Blackberry vont perdre face aux plates-formes plus ouvertes comme Android. Je vois de plus en plus de gens autour de moi qui switchent de l'iPhone vers d'autres plates-formes, parce qu'ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchent » . Mais quelque soit le niveau de sécurité ou d'ouverture d'une plate-forme, le plus gros danger ne serait-il pas la crédulité de l'utilisateur ? Comme le rappelait Laurent Heslaut de Symantec en citant Kevin Mitnick lors de la présentation de Norton 360 4.0 : « Il n'y a pas de patch contre la stupidité » . Des techniques telles que l'ingénierie sociale, dans le but de subtiliser des informations personnelles (coordonnées bancaires, identifiants...), reposent sur cette naïveté, qui dépasse parfois toute frontière logicielle ou matérielle. Effectivement, le bout du tunnel n'est pas pour tout de suite...
Modifié le 18/09/2018 à 14h43
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top