BitTorrent : Microsoft traine en justice LinkoManija

29 janvier 2010 à 14h42
0
00E6000002842676-photo-linkomanija.jpg
Le magazine TorrentFreak rapporte que Microsoft a déposé une plainte auprès de la cour régionale de Vilnius contre Kestas Ermanas, l'administrateur du service BitTorrent LinkoManija. Classé dans le top 10 des sites Internet les plus visités en Lituanie, ce réseau aurait été utilisé pour des téléchargements illégaux des suites bureautiques Office 2003 et Office 2007. D'ailleurs, au mois de novembre plus d'une centaine d'utilisateurs du réseau avaient été reportés à la police.

Ces actions en justice ont été ouvertes avec le groupe LANVA, un organisme local chargé de lutter contre le piratage. Depuis, les comptes bancaires de l'opérateur Kestas Ermanas ont été gelés. Microsoft réclame 43 millions de dollars de dommages et intérêts. En revanche, selon les lois locales, Microsoft ne serait pas en mesure de demander une somme supérieure à 53 000 dollars.

De son côté, M.Ermanas déclare avoir contacté le firme de Redmond et explique : « nous les avons informé que nous voulons coopérer avec eux. ils auraient pu simplement nous donner les liens des fichiers incriminés ». Kestas Ermanas serait toujours dans l'attente d'une réponse de la part de Microsoft.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Pour Windows Defender, CCleaner est une app indésirable
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
L'évasion Carlos Ghosn financée en Bitcoins
scroll top