Zataz en a "plein le cul" mais ne fermera finalement pas

25 septembre 2009 à 17h36
0
Damien Bancal en a « plein le cul », mais il a finalement décidé de faire honneur au soutient que lui ont apporté de nombreux internautes. Le fondateur de Zataz a bien faillit fermer son site dédié à la sécurité informatique car, condamné par une « multinationale » qu'il avait pourtant alerté d'une grave négligence, il ne pensait pas « qu'aider des gens sans contre partie allait un jour mettre à mal sa famille ».

0140000002443170-photo-logo-zataz.jpg

Il y a un an, il découvrait des coordonnées bancaires laissées en libre accès sur le serveur FTP d'une « multinationale ». Conformément à son protocole d'alerte, il révélait l'information après avoir alerté le principal intéressé, qui avait donc comblé la faille et l'avait même remercié. Sans qu'on sache si la firme avait d'abord tenté une négociation à l'amiable, elle l'avait peu après attaqué en justice, réclamant que l'article, qu'elle estimait « diffamatoire », soit retiré.

S'appuyant sur un rapport d'expert (vous avez bien lu expert) qui aurait décelé les obscures connexions anonymes d'un vilain pirate (mais pas celles des robots de Google), la cour civile donne raison à l'entreprise. Saisie par Damien Bancal la cour d'appel a confirmé lundi dernier la condamnation du journaliste, qui a donc interdiction de mettre en ligne l'article incriminé (retiré depuis le 23 décembre dernier) et doit rembourser 3 500 euros à la « victime ».

Il relate immédiatement l'affaire dans un article dans lequel il appelle à un soutient financier par le biais de dons Paypal et indique qu'il se donne cinq jours pour décider si Zataz doit survivre à cette mésaventure. Soutenu moralement et financièrement, il récolte près de 4 000 euros et décide aujourd'hui de continuer.

Face au tollé médiatique provoqué par l'affaire, la multinationale Forever Living Products, a aujourd'hui indiqué à La voix du Nord que « compte tenu des décisions de justice obtenues, elle ne demandera pas l'exécution des condamnations pécuniaires à l'encontre de Monsieur Bancal et considère l'affaire comme close. » Déterminée, elle continue toutefois d'affirmer que son « système informatique était sécurisé et que c'est par effraction qu'il a été possible d'y pénétrer. »
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Windows 10 : bientôt la fin du dossier Objets 3D (que personne n'a jamais utilisé)
OnePlus pourrait lancer sa montre connectée OnePlus Watch ce mois-ci
Microsoft : une conférence Xbox
Il ne vous reste que 30 jours pour vous procurer Super Mario 3D All-Stars sur Switch
OnePlus 9 : la marque nous donne rendez-vous le 8 mars
Entre arnaques et désinformation, la vaccination contre la Covid-19 ne soigne pas en ligne
GTA Online : un modder réduit massivement les temps de chargement, de 6 à moins de 2 minutes
Les meilleures offres high-tech pour le dernier jour des Soldes
Le prochain Need for Speed repoussé à 2022 pour laisser le champ libre à Battlefield 6
iPhone 13 : jusqu'à 1 To de stockage pour le prochain smartphone d'Apple ?
Haut de page