RSF aussi craint les mouchards de la loi Loppsi

Ariane Beky
29 juillet 2009 à 09h30
0
00447232-photo.jpg
Après la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), Reporters sans frontières (RSF) s'interroge sur certains aspects « sensibles » du projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de sécurité intérieure (LOPPSI). RSF se déclare « préoccupée » par la surveillance de contenus par le biais de logiciels espions dans le but de mieux lutter contre la cybercriminalité.

Ces logiciels espions seraient introduits dans des ordinateurs à l'insu de leurs propriétaires, et ce par le biais d'internet ou d'autres réseaux informatiques. Un tel projet, qui n'est pas sans rappeler celui de pirates (hackers), permettrait à la police française de lire tous les contenus d'un poste de travail.

« Nous sommes inquiets... Nous redoutons une utilisation excessive de ce système d'espionnage par la police, qui pourrait mettre en danger la protection des sources journalistiques », déclare l'organisation dédiée à la liberté de la presse dans un communiqué diffusé le 28 juillet. Avant de préciser : « le cadre de mise en œuvre de la captation des données informatiques doit être plus clairement défini. » RSF, invite enfin, nos parlementaires à « présenter des amendements pour mieux encadrer ce projet. »
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top