Test Wolfenstein : Youngblood, à deux c'est toujours mieux

Pierre Crochart Contributeur
16 août 2019 à 18h30
0
La note de la rédac
Wolfenstein : The New Order avait eu droit à son « Old Blood », et c'est donc tout naturellement que sa suite —The New Colossus - accueille aujourd'hui « Young Blood ». Un nouveau spin-off pour occuper un été un peu morne côté jeu vidéo, mais qui crée malgré tout la surprise.

Un vent de jeunisme souffle sur la saga mère du FPS moderne. Si Wolfenstein : The Old Blood s'affairait à raconter les jeunes années de l'agent Blazkowicz, Wolfenstein : Youngblood fait un bond d'une vingtaine d'années en avant après les événements dépeints dans le dernier opus.

Une ellipse, synonyme de changement de décor, mais aussi de protagonistes : le père Blazko porté disparu, ses filles jumelles Jess et Soph s'apprêtent à retourner le Paris occupé des années 80 pour lui mettre le grappin dessus.

Un FPS bas du front pur jus, dans la veine des précédentes productions des Suédois de MachineGames... mais pas seulement. Le studio s'est adjoint les services des Lyonnais d'Arkane, qui signent ici un level design époustouflant ; fidèle à la maestria dont ils ont déjà fait preuve sur la saga Dishonored.


Papaouté

À peine en âge de se payer des lagers au bar du coin, Soph et Jess sont des jeunes femmes pas comme les autres. Surentraînées, élevées par les parents Blazkowicz dans le seul objectif de « tuer du nazi », elles n'en restent pas moins inexpérimentées. Elles verront ainsi dans la disparition du paternel une première bonne occasion de mettre le pied à l'étrier, et de faire ce pour quoi elles ont été conditionnées depuis leur naissance.

Wolfenstein Youngblood
Abby complète le duo explosif formé par les soeurs Blazkowicz. © Bethesda

C'est donc en duo que se parcourt Wolfenstein : Youngblood. Et en coopération, s'il vous plait. MachineGames a en effet pensé sa nouvelle aventure uchronique comme une composition pour quatre mains. Libre à vous, en revanche, de convier un ami de chair et de sang, de faire équipe avec le premier random venu, ou de vous contenter de l'intelligence artificielle pas bien finaude qui, faute de mieux, contrôlera Jess ou Soph selon votre choix de départ.

Wolfenstein Youngblood
Wolfenstein : Youngblood a été pensé avant tout comme un jeu à deux. © Bethesda

Parce que sous ses atours de redite, Youngblood apporte en réalité plus de sang neuf que les premiers trailers ne le laissaient supposer. On l'a dit : le Wolfenstein nouveau se déguste en duo, mais on lui découvre aussi et surtout des aspects lite-RPG insoupçonnés, couplés à des niveaux bien plus ouverts qu'auparavant.

Wolfenstein Youngblood
Les niveaux sont bien plus ouverts et verticaux que dans les précédents opus. © Bethesda

En cela, Wolfenstein : Youngblood reprend peu ou prou la recette des derniers Far Cry. Paris, grimé par Arkane en ersatz de Dunwal (Dishonored) ou de Cité-17 (Half-Life 2) se découpe en trois grandes zones qu'il vous appartient de libérer du joug nazi. Livré avec son petit lot de quêtes secondaires aussi rébarbatives que déjà vues, Youngblood inaugure aussi un système de progression en tout point classique. Quête = expérience = niveaux = compétences à débloquer.

Ajoutons à cela une belle variété de signes, des augmentations temporaires de caractéristiques (régénération d'armure, de santé, ou encore réanimation instantanée du coéquipier), et ce ne sont pas les façons de dépenser notre expérience qui manqueront.

Wolfenstein Youngblood
Les signes sont des bonus temporaires que les soeurs peuvent s'appliquer mutuellement. Jouer avec un ami permet de créer de belles synergies en combat. © Bethesda

L'arsenal, qui fait la part belle aux pétoires XXL — même si, sur le papier, le jeu peut s'appréhender de façon furtive —, est lui aussi pleinement customisable. Canons, crosses, chargeurs, peinture... tout y est, et plus encore pour améliorer vos défourailleurs au cours de l'aventure.

Wolfenstein Youngblood
Les armes sont customisables en échange de pièces récupérées en jeu. © Bethesda

L'illusion du choix

On l'a dit : Youngblood est probablement le jeu le plus ouvert de la saga Wolfenstein. Chaque zone de jeu laisse ainsi place à quelques embranchements et — Arkane aux manettes oblige — à une verticalité bienvenue. En cela, il serait tentant de dire que le jeu de MachineGames prône la variété des approches. Le titre se dote par ailleurs de l'une des meilleures durées de vie de la licence, et peut s'étaler du simple (7h environ) au double (de 15 à 20h) si vous êtes très minutieux.

Malheureusement l'illusion ne perdure pas. Inchangée depuis plusieurs opus, l'intelligence artificielle des ennemis (et de votre sœurette...) ne brille jamais bien fort, et n'encourage pas franchement les approches discrètes. Est-ce un mal ? Franchement non. Si vous ne jouez pas à Wolfenstein pour repeindre les murs d'un bâtiment haussmannien couleur cervelle, vous vous êtes trompés de crèmerie.

Wolfenstein Youngblood
Malgré l'apparente variété des approches, difficiles de ne pas finir par foncer dans le tas. © Bethesda

À ce petit jeu-là, on ne les y prend pas, les Suédois de MachineGames. Les sensations sont bonnes, et les affrontements la plupart du temps grisants. Au départ plutôt corsée, la difficulté s'étiole à mesure que votre personnage prend du galon. La fin du jeu prend alors des allures de franche promenade, sans toutefois égaler le plaisir des gunfights du tout récent Rage 2.

MachineGames touche néanmoins rapidement aux limites de son approche lite-RPG avec Youngblood. Ne souhaitant pas se limiter à des capacités à débloquer ou à des statistiques sur des armes, le studio a aussi implémenté une mécanique de résistance sur son bestiaire. Ainsi, chaque arme dispose de son type de munition auquel les ennemis sont plus ou moins sensibles.

Wolfenstein Youngblood
Les ennemis sont variés, et certains affrontements plutôt corsés. © Bethesda

S'en prendre à un ennemi lourd avec des bastos légères, ça prend des plombes. Il faut donc jouer de la molette pour passer rapidement d'une arme à l'autre afin de composer avec l'afflux constant de nazis qui vous arrive dans la poire. Problème : changer d'arme toutes les trois secondes est très, très frustrant.

Un jeu aussi beau qu'inégal :


Toujours basé sur l'id Tech 6, Wolfenstein : Youngblood est aussi fluide qu'il est agréable à regarder. Même sans le ray tracing (qui devrait arriver prochainement), les effets de lumière sont de toute beauté. La direction artistique aide aussi beaucoup à l'immersion ; les Lyonnais d'Arkane parvenant avec brio à nous dépeindre ce Paris fictif des années 80 sans jamais nous en montrer le moindre monument iconique.


Wolfenstein Youngblood

Wolfenstein Youngblood

Wolfenstein Youngblood
La patte Arkane transpire des environnements du jeu. © Bethesda



Les visages, en revanche, manquent de détails et on ne peut s'empêcher de tiquer sur cet aliasing omniprésent, même lorsque tous les paramètres graphiques sont poussés à leur maximum. Des couacs largement compensés par l'optimisation du moteur : en Ultra, Wolfenstein : Youngblood s'est laissé jouer à plus de 120 images par seconde en 1440p avec une NVIDIA RTX 2070, un AMD Ryzen 7 2700 et 16 Go de RAM.


Wolfenstein Youngblood
Visuellement, le jeu se défend très bien. © Bethesda



Des vertus de la linéarité

Autre souci directement posé par cette ouverture des zones : la narration. Si elle a pu être le point fort de Wolfenstein : The New Colossus, elle est ici reléguée au second plan au profit d'une abondance d'objectifs secondaires et de défis quotidiens inintéressants. Dommage, d'autant que les cinématiques, le doublage et surtout la complicité entre les deux sœurs — candides à souhait — figurent parmi les plus belles qualités du titre.

Wolfenstein Youngblood
La complicité entre les jumelles est l'un des atouts du titre. © Bethesda

Il faut dire que la linéarité fait cruellement défaut à ce Wolfenstein : Youngblood. Car il nous reste un important point d'achoppement à aborder : le manque cruel de checkpoint lors des missions.

Wolfenstein Youngblood
Sachez-le : échouer sur un boss de fin de niveau, et c'est l'assurance de se farcir de nouveau tout le donjon. © Bethesda

On l'a dit : la difficulté du titre (qui s'étale sur six degrés) peut parfois être corsée. Et un excès de confiance lors d'un raid (les missions finales de chaque zone) peut vous coûter cher. Très cher. En réalité, ces simili-donjons ne comportent aucun point de sauvegarde. En cas de game over (si l'une des deux sœurs meurt ou que les trois vies partagées sont épuisées, c'est fini), le jeu vous ramènera à la case départ, et vous forcera à vous retaper tout le chemin. Si vous échouez sur le boss de fin de niveau, vous êtes partis pour perdre une bonne demi-heure.

Wolfenstein : Youngblood - l'avis de Clubic

Soufflant un agréable vent de fraîcheur sur une saga que l'on n'imaginait pas vouloir se renouveler, Youngblood se prend malheureusement assez vite les pieds dans le joli tapis qu'il était venu poser.

Plus ouvert, agrémenté de quelques mécaniques RPG agréables mais redondantes, le nouveau jeu de MachineGames et d'Arkane fait défaut aux qualités narratives de The New Colossus, sans rien apporter de valeur en échange.

À ajouter à la longue liste des FPS « en monde ouvert » auxquels on ne rejoue pas une fois le scénario bouclé, Youngblood brille néanmoins par son aspect coopératif toujours bienvenu. De quoi passer un bon moment, mais certainement pas le jeu de l'année.

Wolfenstein : Youngblood

Les plus
+ La complicité des soeurs Blazkowicz
+ Jouable en intégralité en coopération
+ Plutôt joli, et bien optimisé
+ Des sensations de combat grisantes
+ Des aspects lite-RPG bien intégrés
+ Un level design très inspiré
Les moins
- Boucle de gameplay très classique et redondante
- Scénario en second plan
- Les différents types de munitions qui hachent le rythme
- Une diversité des approche illusoire
Graphismes
Durée de vie
Jouabilité
Écriture
Ambiance
3.5

Test réalisé sur PC à partir d'une version fournie par l'éditeur
Modifié le 11/09/2019 à 10h49
2 réponses
3 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Porn : Macron veut
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top