Test HTC Vive XR Elite : peut-être le meilleur casque MR/VR sur le marché, mais à quel prix ?

Nerces
Par Nerces, Spécialiste PC & Gaming.
Publié le 25 septembre 2023 à 11h38
HTC Vive XR Elite

Meta, HP, Pico, Apple, Pimax, Goertek… Les fabricants de casques de réalité virtuelle sont nombreux et leurs produits, plus nombreux encore. Il en est pourtant un qui pourrait mettre tout le monde d’accord si on se base sur sa fiche technique. Le HTC Vive XR Elite semble effectivement cocher toutes les cases. Enfin, presque toutes les cases…

Les plus
  • Conception et design impeccables
  • Confort impeccable en mode casque
  • Très bonne qualité d'image
  • Dioptrie et écart interpupillaire
  • Polyvalent : PCVR, mode autonome
  • Relativement simple à démonter
Les moins
  • Le prix, toujours le prix
  • Autonomie un peu trop juste
  • Mode lunettes peu confortable
  • Portail d'apps peu garni
  • Contrôleurs en retrait

Fiche technique de l’HTC Vive XR Elite

  • Processeur intégré : SoC Qualcomm Snapdragon XR2
  • Mémoire et stockage : 12 Go de RAM, 128 Go de ROM
  • Définition d’image : 1 920 x 1 920 par œil (soit 3 840 x 1 920 combinés)
  • Fréquence de rafraîchissement : 90 Hz
  • Champ de vision : 110° maximum
  • Audio : écouteurs stéréo intégrés, deux micros intégrés pour annulation de l’écho
  • Connectique : USB 3.2 Gen1 Type-C, WiFi 6E, Bluetooth 5.2 + RLE
  • Capteurs intégrés : caméras de suivi (x4), caméra RVB 16 MP, capteur de profondeur, capteur G, gyroscope, capteur de proximité
  • Batterie intégrée : oui (24,32 Wh), jusqu’à 2 heures d’autonomie
  • Contrôleurs : oui, deux manettes à effet Hall et avec gyroscope alimentées par batterie (jusqu’à 8 heures d’autonomie)
  • Poids : 275 g (lunettes seules), 625 g (avec batterie) + XX grammes par manette
  • Prix et disponibilité : disponible à 1 399,99 € avec sa batterie et ses deux contrôleurs, HTC offre le câble PC en cadeau depuis un bon moment

Qui pour trouver les cartes graphiques en reflet dans le casque ? © Nerces pour Clubic

Un design général réussi

À la manière de ce qu’elle avait déjà réalisé sur le Vive Flow, HTC a décidé de rompre avec les habitudes de la plupart de ses concurrents : le Vive XR Elite n’est donc pas un « casque » au sens strict du terme et son design le rapproche plutôt de grosses lunettes pas très discrètes. L’effet est renforcé par la forme de ses « verres » en face avant : nous ne sommes pas si éloignés de lunettes de ski dont la surface serait simplement moins réfléchissante, sans effet miroir.

Chacun à sa place… © Nerces pour Clubic

De fait, le Vive XR Elite est assez compact, plutôt élégant et loin de la majorité de ses concurrents, même si ces derniers ont fait des progrès ces dernières années. Le casque dispose de branches sur les côtés – que l’on peut rabattre – et à partir de ces dernières ont choisi le mode d’utilisation du produit : en enfichant les « coussinets de tempe », nous profitons de lunettes alors qu’en connectant le support de batterie, on obtient davantage un casque.

Des fois que vous vous trompiez : c'est bien un VIVE © Nerces pour Clubic

Ces deux façons de « porter » le Vive XR Elite influent sur son mode d’utilisation. Dans le premier cas, on aura plutôt tendance à l’employer de manière autonome – sans le PC – pour regarder un divertissement par exemple. En mode « casque », il s’agira d’entrer davantage dans la réalité virtuelle. Il sera toujours possible de fonctionner en mode autonome, mais on pourra aussi le relier à un PC pour une expérience VR plus complète, plus proche des concurrents.

Des instructions pas à pas que l'on peut pas manquer © Nerces pour Clubic

Dans un cas comme dans l’autre, le Vive XR Elite est assurément un beau produit dont le niveau de finition est absolument remarquable. HTC a d’ailleurs été salué par nos confrères d’iFixit pour la qualité de sa conception : le casque est entièrement et assez facilement démontable pour changer une batterie ou remplacer une caméra défectueuse. Ce n’est pas encore parfait, mais cette volonté de réparabilité est à saluer.

Le plus classe des casques VR sur le marché © Nerces pour Clubic

Une ergonomie de très haut niveau

Directement liée au design de l’appareil, l’ergonomie n’est guère plus critiquable, même s’il subsiste quelques légers points d’amélioration. En premier lieu, il est important de souligner que des deux modes évoqués précédemment, le casque est de loin le plus confortable. Le mode lunettes n’est pas mal, mais l’absence de contrepoids à l’arrière fait trop reposer le produit sur le nez de son utilisateur et pour limiter cet effet, HTC a été contraint de resserrer les coussinets de temps qui appuient plutôt fort.

À gauche, les coussinets de tempes en place. À droite, ils sont retirés © Nerces pour Clubic

Rien de tel évidemment en mode casque puisque la batterie – plus lourde que la partie lunette – assure un contrepoids parfait : on sent que l’équilibre de l’ensemble a été savamment étudié. Le tout accuse un peu plus de 620 g sur la balance, mais on ne ressent aucune fatigue, aucun inconfort. C’est bien la première fois qu’un casque VR est aussi agréable, pendant aussi longtemps. La bague de réglage sur l’arrière de la batterie est ce qui se fait de mieux pour ajuster le casque.

« Un inconnu vous offre une turbine ? Le double effet VIVE » © HTC

Au niveau des yeux, HTC a intégré une jupe en tissu qui assure à la fois le confort de l’usager et l’isole de la lumière du jour. Très efficace pour éviter une transpiration gênante et très loin devant les appendices en caoutchouc ou en plastique trop souvent utilisés. Petit reproche, elle a tendance à se détacher un peu facilement et malgré tous les efforts d’HTC, c’est tout de même un élément qui donne « un peu chaud ». Il faut la retirer pour accéder aux réglages de dioptrie.

Avec et sans la jupe en tissu, pratique pour occulter la lumière © Nerces pour Clubic

Oui, HTC a pensé à tout et cet ajustement de la dioptrie se fait œil par œil – heureusement – le plus simplement du monde en faisant tourner l’écran concerné. Sans doute certains n’y trouveront pas leur comte, mais même un usager bien myope a obtenu « gain de cause ». Et c'est tant mieux, car il est en revanche impossible de garder ses lunettes de vue. Bien sûr, HTC reconduit le curseur d’écartement inter-pupillaire que l’on trouve presque partout : il est placé sur l’extérieur, au niveau de l’écran de droite.

Ajustement de l'écart inter-pupillaire © Nerces pour Clubic

La polyvalence au cœur du produit

Nous en avons déjà touché deux mots, le Vive XR Elite a le double avantage de pouvoir être utilisé de manière autonome ou relié à un PC. Il s’agit de la plus évidente traduction de la polyvalence recherchée par HTC que l’on retrouve aussi dans la gestion de l’alimentation ou dans la question des contrôleurs. De fait, HTC se repose sur un SoC de Qualcomm, le Snapdragon XR2 que l’on retrouve par exemple au cœur du Quest 2 de la société Meta.

iFixit a réalisé une parfaite vidéo de démontage du Vive XR Elite © iFixit

En revanche, alors que ce dernier se contente de 6 Go de mémoire, HTC double ici la mise. Un regret toutefois : on ne peut compter que sur 128 Go d’espace de stockage. Forcément, cela risque d’être un peu léger dans le cas d’un usage intensif, mais ce n’est pas la catastrophe. Pour aller plus loin et jouer dans de meilleures conditions, c’est donc vers la connexion au PC qu’il faut se tourner. Là, deux choix sont possibles : en WiFi 6E pour ne pas être gêné ou en câble USB-C pour plus de sûreté.

En pleine lumière, les caméras sont bien visibles © Nerces pour Clubic

De base, le Vive Streaming Cable est en option, à 99 €, mais depuis un moment, HTC l’offre avec chaque commande depuis son site Web. Dans les deux cas, l’installation et la configuration ne sont pas très compliquées. HTC pourrait encore simplifier les choses, mais c’est accessible et il en va de même pour l’appairage des deux contrôleurs, connectés en Bluetooth. La dent bleue est également de mise si on souhaite utiliser un casque audio de son choix : le Vive XR Elite intègre des écouteurs de qualité correcte, sans plus, mais pas de prise jack 3,5 mm.

Un haut-parleur sur la gauche, une caméra sur la droite © Nerces pour Clubic

Notons enfin que pour être utilisé, le Vive XR Elite n’a besoin d’aucune borne. Il intègre ce qu’il faut de caméras pour être en mesure de déterminer lui-même l’espace de jeu – minimum de 1,5 x 1,5 mètre – et cela permet aussi d’avoir une vision pass-through d’une simple touche : pratique pour ne pas être complètement coupé du monde extérieur, mais la perception de la profondeur est erronée. Troublant. Bien sûr, le Vive XR Elite est utilisable assis ou debout, à vous de voir.

Vous êtes prêts à « entrer dans le game » ? © HTC

Et à l’usage, ça donne quoi ?

Une fois que tout est branché, installé et que l’espace de jeu a été défini, HTC nous accueille au sein de son Viveverse, l’environnement virtuel qu’elle a imaginé pour rassembler la plupart des fonctionnalités. L’objectif est de proposer une sorte de hub pour que les joueurs puissent installer, configurer et lancer leurs applications et leurs jeux. Et là, premier couac. Non que l’interface soit mauvaise, mais plutôt qu’elle est moins richement dotée que son pendant chez Meta par exemple.

Le Viverse, interface de vie imaginée par le fabricant © Nerces pour Clubic

HTC souffre d’un désavantage concurrentiel : le succès des Rift et Quest a permis à Meta de développer ses partenariats et HTC ne lui arrive à pas à la cheville. Heureusement, pour de « gros » jeux, on peut compter sur Steam par exemple, via SteamVR, et nous n’avons pas manqué de relancer l’excellent Half-Life Alyx. Paf, second couac. Plutôt, on souffle le chaud et le froid entre le casque en lui-même et ses deux contrôleurs. Un constat que l’on a fait et refait sur quantités d’autres jeux.

En fonction des filtres, le nombre de jeux et d'applications change drastiquement, mais on reste loin en qualité/quantité de ce que propose Meta © Nerces pour Clubic

Sur le papier, les contrôleurs disposent de ce qu’il faut pour nous convaincre. En pratique, ils ne peuvent se comparer à la concurrence. Ils ont un côté un peu cheap, loin de ce que l’on ressent avec le casque lui-même. Ils nous ont également semblé manquer de précision alors que les anneaux de traçage sont bien trop imposants et on cogne souvent les contrôleurs entre eux. Cela dit, l’ergonomie en elle-même n’est pas mauvaise et leurs défauts sont compensés par le casque.

Sans doute le point le moins qualitatif du Vive XR Elite : les contrôleurs © Nerces pour Clubic

Là, rappelons que l’OLED n’est pas au menu comme sur PS VR2. Pour autant, la conception intelligente des dalles, des lentilles autant que la présence de la jupe en tissu assurent un bon rendu. L’effet de grille est faible et les couleurs sont fidèles. De plus, la définition d’image est tout à fait acceptable et le crénelage n'est que peu perceptible. Petit regret, le rafraîchissement se limite à 90 Hz et le champ de vision à 110° : ce n’est pas mal, mais le Quest 2 fait aussi bien, pour trois fois moins cher.

La vis de serrage au dos de la batterie est parfaite © Nerces pour Clubic

À l’usage en revanche, le Quest 2 ne peut rivaliser et même le Quest Pro est distancé. Ce n’est pas tant une question de technique que de ressenti. Il y a bien un petit ventilateur sur le devant du casque, mais il reste discret et participe sans doute à notre confort. On ne ressent aucun échauffement, pas la moindre fatigue et pas de pression particulière, même après plus d’une heure de jeu. La transpiration sera évidemment un problème sur la durée, mais là encore, bien moins que chez la concurrence.

C'est HTC qui le dit : on peut tout faire avec le Vive XR Elite ! © HTC

Le Vive XR Elite est le casque VR le plus équilibré dans sa position sur la tête comme dans son comportement, c'est le plus convaincant. Suffisant pour lire du texte sur smartphone, l’affichage pass-through peut encore progresser, mais les capteurs internes (6DoF) sont parmi les plus précis que nous ayons testés. S’il n’y avait ces défauts de contrôleurs et d’autonomie (2 heures pour le casque, 8 heures par contrôleur), nous aurions le casque parfait. En l'état, il ne sera « que » notre nouvelle référence. Enfin, en restant sur les questions matérielles parce que côté prix et applications, c'est une autre histoire. N'est-ce pas Monsieur HTC ?

HTC Vive XR Elite : l’avis de Clubic

Conclusion
Note générale
7 / 10

Confort d’utilisation, légèreté de l’appareil et polyvalence extrême sont quelques-uns des atouts les plus remarquables du Vive XR Elite. Non seulement le produit est à la pointe de la technologie, mais il a en plus le bon goût de le faire sans sacrifier grand-chose côté ergonomie ou habitudes des joueurs.

C’est tout à la fois un produit que l’on peut conseiller aux amateurs de grosses productions vidéoludiques, d’évasion virtuelle ou de plaisirs multimédias. Il est bien sûr parfaitement capable de travailler en lien avec un PC, mais sait également nous faire plaisir de manière complètement autonome et sa batterie lui assure un fonctionnement libre de tout câble… même si de courte durée.

Hélas, mille fois hélas, HTC a eu la main lourde et pour se payer son casque haut de gamme, il faut débourser 1 399 € auxquels s’ajoutent encore 99 € pour le câble de streaming PC, 64 € pour l’étui de rangement/transport, 129 € pour un wrist tracker et 25 € pour le MR gasket. La facture totale est hors de portée de l’immense majorité des bourses.

De plus, malgré ce tarif, il faut faire avec des contrôleurs un peu « légers », bien moins réussis que ceux de Meta par exemple. Mais le plus gênant, c’est qu’avec un tel prix, rares sont les joueurs qui pourront s’offrir le joujou. Son prix nous empêche donc d’être totalement convaincus par le Vive XR Elite. En revanche, il nous rendra bien plus exigeants avec les autres !

Les plus
  • Conception et design impeccables
  • Confort impeccable en mode casque
  • Très bonne qualité d'image
  • Dioptrie et écart interpupillaire
  • Polyvalent : PCVR, mode autonome
  • Relativement simple à démonter
Les moins
  • Le prix, toujours le prix
  • Autonomie un peu trop juste
  • Mode lunettes peu confortable
  • Portail d'apps peu garni
  • Contrôleurs en retrait
Par Nerces
Spécialiste PC & Gaming

Tombé dans le jeu vidéo à une époque où il fallait une belle imagination pour voir ici un match de foot, là un combat de tanks dans ces quelques barres représentées à l'écran, j'ai suivi toutes les évolutions depuis quarante ans. Fidèle du PC, mais adepte de tous les genres, je n'ai du mal qu'avec les JRPG. Sinon, de la stratégie tour par tour la plus aride au FPS le plus spectaculaire en passant par les simulations sportives ou les jeux musicaux, je me fais à tout... avec une préférence pour la gestion et les jeux combinant plusieurs styles. Mon panthéon du jeu vidéo se composerait de trois séries : Elite, Civilization et Max Payne.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Nos experts recommandent des produits et services technologiques en toute indépendance. Si vous achetez via un lien d’affiliation, nous pouvons gagner une commission. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. En savoir plus
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (5)
Caramel34

« « Un inconnu vous offre une turbine ? Le double effet VIVE » »
Je dois avoir les idées mal placées :joy:

Sinon bon test, même si je pense que ça a un intérêt limité pour Mr toutlemonde.

Korgen

Sans oublier le Lynx R1 qui est moins cher pour le même segment d’utilisation.

John_Hudson

1400 Euros et le casque ne proposent pas des écrans Oled , c’est juste abusé.
Je présume qu’il n’est pas non plus HDR10.

Ils ne proposent qu’un look différent pour se démarquer.

Nerces

Un confort assez remarquable grâce à un poids relativement faible et surtout parfaitement équilibré. HTC se démarque aussi par la simplicité à démonter l’ensemble du produit pour accéder à tous les éléments : il n’y a pratiquement rien de collé et même que ça l’est (batterie), ce n’est pas insurmontable.

Côté affichage aussi, c’est vrai que l’OLED manque, mais je préfère du LCD avec un effet de grille aussi peu marqué que de l’OLED mal maîtrisé. Après, 1400 €, c’est vrai qu’on se dit que l’OLED aurait dû être au rendez-vous :frowning:

Gandalf67

1400€ pour ça alors que le Varjo Aero vient de passer à 990, même sans contrôleurs, euhhh OK…