YouTube nomme des "super surveillants" pour détecter les vidéos offensantes

18 mars 2014 à 12h04
0
Dans l'optique de traquer plus efficacement les contenus offensants sur sa plateforme, YouTube a décidé de donner plus de pouvoir à certains organismes pour signaler les vidéos sur ses pages.

00FA000007079398-photo-youtube-retire-la-vid-o-controvers-e-de-dieudonn.jpg
200 personnes et organismes ont désormais le « pouvoir » de signaler jusqu'à 20 vidéos à la fois sur YouTube. Le service a donné ces pouvoirs à une liste de privilégiés triés sur le volet dans l'optique de lutter plus efficacement contre les contenus offensants circulant sur sa plateforme.

La liste en question n'a pas été partagée, mais elle compterait notamment la police britannique, selon le Financial Times. Selon une source proche du programme, une dizaine de participants seulement seraient des organismes publics, ou des organisations non gouvernementales de lutte antiracisme ou de protection de l'enfance. La plupart des participants seraient des particuliers passant beaucoup de temps à visionner des vidéos sur YouTube, ce qui en fait des observateurs de choix pour « traquer » le contenu dérangeant.

Avec ce programme, YouTube souhaite être alerté de manière plus efficace sur le contenu offensant, en donnant la possibilité à des « power users » de signaler jusqu'à 20 vidéos à la fois. Il faut souligner que les vidéos signalées ne sont pas automatiquement supprimées : les équipes de YouTube les visionnent pour déterminer si elles représentent, ou pas, un danger pour les internautes, et agissent en conséquence.

YouTube, qui appartient à Google, a souvent été montré du doigt pour l'hébergement de certaines vidéos au contenu polémique. On se souvient notamment du tollé provoqué au Moyen-Orient par la vidéo l'Innocence des Musulmans. Si la plateforme estime souvent que le contenu doit rester disponible au nom de la liberté d'expression, elle cherche malgré tout à supprimer rapidement les vidéos qui enfreignent son règlement en affichant de la violence gratuite, des abus sur les hommes ou les animaux, du contenu lié à la drogue ou au terrorisme.

A l'heure actuelle, 90% du contenu signalé par les membres de ce programme spécial, testé depuis plusieurs mois, est soit supprimé de la plateforme soit restreint à certains pays ou catégories d'âge. Une preuve que l'initiative s'avère efficace, même si 200 personnes face à tout le contenu disponible sur YouTube semble être une goutte d'eau dans la mer.

Audrey Oeillet

Journaliste mais geekette avant tout, je m'intéresse aussi bien à la dernière tablette innovante qu'aux réseaux sociaux, aux offres mobiles, aux périphériques gamers ou encore aux livres électroniques...

Lire d'autres articles

Journaliste mais geekette avant tout, je m'intéresse aussi bien à la dernière tablette innovante qu'aux réseaux sociaux, aux offres mobiles, aux périphériques gamers ou encore aux livres électroniques, sans oublier les gadgets et autres actualités insolites liées à l'univers du hi-tech. Et comme il n'y a pas que les z'Internets dans la vie, j'aime aussi les jeux vidéo, les comics, la littérature SF, les séries télé et les chats. Et les poneys, évidemment.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page