YouTube nomme des "super surveillants" pour détecter les vidéos offensantes

18 mars 2014 à 12h04
0
Dans l'optique de traquer plus efficacement les contenus offensants sur sa plateforme, YouTube a décidé de donner plus de pouvoir à certains organismes pour signaler les vidéos sur ses pages.

00FA000007079398-photo-youtube-retire-la-vid-o-controvers-e-de-dieudonn.jpg
200 personnes et organismes ont désormais le « pouvoir » de signaler jusqu'à 20 vidéos à la fois sur YouTube. Le service a donné ces pouvoirs à une liste de privilégiés triés sur le volet dans l'optique de lutter plus efficacement contre les contenus offensants circulant sur sa plateforme.

La liste en question n'a pas été partagée, mais elle compterait notamment la police britannique, selon le Financial Times. Selon une source proche du programme, une dizaine de participants seulement seraient des organismes publics, ou des organisations non gouvernementales de lutte antiracisme ou de protection de l'enfance. La plupart des participants seraient des particuliers passant beaucoup de temps à visionner des vidéos sur YouTube, ce qui en fait des observateurs de choix pour « traquer » le contenu dérangeant.

Avec ce programme, YouTube souhaite être alerté de manière plus efficace sur le contenu offensant, en donnant la possibilité à des « power users » de signaler jusqu'à 20 vidéos à la fois. Il faut souligner que les vidéos signalées ne sont pas automatiquement supprimées : les équipes de YouTube les visionnent pour déterminer si elles représentent, ou pas, un danger pour les internautes, et agissent en conséquence.

YouTube, qui appartient à Google, a souvent été montré du doigt pour l'hébergement de certaines vidéos au contenu polémique. On se souvient notamment du tollé provoqué au Moyen-Orient par la vidéo l'Innocence des Musulmans. Si la plateforme estime souvent que le contenu doit rester disponible au nom de la liberté d'expression, elle cherche malgré tout à supprimer rapidement les vidéos qui enfreignent son règlement en affichant de la violence gratuite, des abus sur les hommes ou les animaux, du contenu lié à la drogue ou au terrorisme.

A l'heure actuelle, 90% du contenu signalé par les membres de ce programme spécial, testé depuis plusieurs mois, est soit supprimé de la plateforme soit restreint à certains pays ou catégories d'âge. Une preuve que l'initiative s'avère efficace, même si 200 personnes face à tout le contenu disponible sur YouTube semble être une goutte d'eau dans la mer.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Microsoft lancera son smartphone Surface Duo le 10 septembre à 1 399 $
Hyperion dévoile une supercar à hydrogène dotée d'une autonomie de 1 600 km
En Allemagne, les ventes de véhicules électriques ont explosé en juillet
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
scroll top