Séries originales, nos conseils OCS (et HBO, et autres) pour vos sessions d'été

21 août 2020 à 17h08
3

Au fil des années, OCS s'est constitué un joli catalogue de séries. Grâce à son partenariat avec HBO notamment, mais pas que. Place à notre sélection des meilleurs shows de la plateforme.

Et si vous cherchez les meilleures séries ailleurs, rappelons que nos guides des meilleures séries sur Amazon Prime Video, sur Netflix et sur Canal+ sont également en ligne.

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Comme pour Canal+, OCS n'a pas encore énormément de séries originales à son catalogue. C'est pourquoi réaliser un guide uniquement sur ces shows « OCS Signature » n'aurait pas grand sens. C'est pourquoi j'ai décidé d'également relever les meilleures séries non originales proposées par la plateforme.

Il y a sans surprise beaucoup de shows provenant de HBO, puisqu'OCS en a récupéré l'exclusivité (mais attention, j'ai volontairement écarté les mastodontes de haute qualité qui n'ont plus besoin de publicité aujourd'hui, type Game of Thrones, Band of Brothers, The Wire, True Detective ou encore Rome), mais aussi des séries provenant d'autres endroits (et donc susceptibles de ne plus être disponibles quand vous lirez ces lignes).

Comme d'habitude, j'ai beau passer énormément de temps devant l'écran je n'ai pas pu tout voir, et vous êtes cordialement invités en commentaire à relever vos séries favorites sur OCS !

Irresponsable (OCS Signature)

Attaquons par ma meilleure surprise signée OCS : Irresponsable. Je n'attendais honnêtement pas grand-chose de cette série qui suit durant 3 petites saisons un trentenaire poussé par ses décisions discutables et sa mauvaise volonté à retourner chez sa mère dans sa ville natale.

Et pourtant, l'histoire de ce chômeur loser et des personnages qui gravitent autour - sa mère bien sûr, mais aussi son amour d'enfance Marie et Jacques, son fils tout fraîchement découvert - est un véritable plaisir à suivre malgré la multiplication de moments gênants. Drôle, touchante et souvent assez juste, la série est également portée par son excellent casting et a eu s'arrêter comme il fallait.

Missions (OCS Signature)

Si elle m'a un moins convaincu que la série tout juste traitée, Missions n'en demeure pas moins une jolie tentative d'OCS dans le monde complexe et souvent coûteux de la science-fiction. Au cours de ses deux saisons, la série suit une équipe européenne durant la première mission habitée vers Mars.

Les équipes créatives tentent pas mal de choses du côté de la réalisation et du scénario, notamment en saison 2, où les choses deviennent beaucoup plus compliquées qu'une « simple  » mission spatiale. Peut-être un peu trop perchée à mon goût par moments et de temps en temps desservie par un jeu d'acteurs inégal, la série n'en demeure pas moins une curiosité qui mérite d'être vue pour son ambiance assez originale.

Les meilleures séries venant de chez HBO

Barry

Moi devant la S01 de Barry : « Mouais, je ne comprends pas trop le succès de cette série. C'est rigolo mais pas trop. »

Moi devant la S02 de Barry :  « Ok, meilleur show HBO, j'ai mal aux côtes, c'est quand la suite ?! »

Portée devant et derrière la caméra par Bill Hader, cette série suit un tueur à gages qui se découvre soudainement une passion pour le théâtre. Très bien écrite, souvent absurde juste comme il faut et dotée de personnages mémorables, Barry a su me convaincre grâce à de nombreux passages absolument épiques et son excellent jeu d'acteurs/actrices.

Chernobyl

Le bouche à oreille autour de Chernobyl a été tel au moment de sa sortie il y a quelques mois que j'ai presque hésité à ne pas la mettre dans cette sélection. Mais, au cas où, cette mini-série mérite tout de même un nouveau passage devant les projecteurs.

Comme son nom l'indique, l'oeuvre raconte l'histoire vraie de l'explosion de la tristement célèbre centrale nucléaire en 1986, et traite des retombées que ce drame a eu. Très bien réalisée, racontée et jouée, la série est poignante et difficile à attaquer.

Si elle ne vous apprendra peut-être pas grand-chose de nouveau si vous vous êtes déjà un peu intéressé au sujet, elle demeure au moins un excellent rafraîchissement de mémoire nécessaire.

From the Earth to the Moon

Série la plus ancienne de cette sélection et l'une des toutes premières de HBO, From the Earth to the Moon a forcément un peu vieilli depuis sa diffusion en 1998.

Mais ce n'est absolument pas un problème tant ce show, qui suit sur plusieurs années les moments les plus marquants du programme spatial américain Apollo, a d'arguments solides.

Son casting absolument indécent tout d'abord (dont Tom Hanks à la narration et à la production pour ne citer que lui), mais aussi son excellent sens de la narration où les passionnés de cette période et d'espace devraient en avoir pour leur compte.

Last Week Tonight

Pas vraiment une série, cette émission quasi hebdomadaire présentée par John Oliver est un véritable bijou mêlant avec brio information très complète sur des sujets variés/d'actualité et humour ravageur.

Pas forcément destinée à tout le monde, car le show traite en effet assez régulièrement de sujets qui touchent surtout les Américains et les références ne vous parleront pas toujours, mais je vous assure que Last Week Tonight n'a pas volé ses multiples récompenses et fait aujourd'hui partie de mes rendez-vous immanquables.

Si vous n'avez pas OCS et que vous vous débrouillez en anglais, vous pouvez retrouver le segment principal de chaque émission directement sur YouTube tous les lundi.

Run

Beaucoup de spectateurs ont détesté la fin de Run. Je n'en fais pas partie, même s'il faut reconnaître que le démarrage de la série est meilleur que son final.

Il faut dire que ce démarrage (et une majorité des épisodes de cette mini-série) est absolument légendaire. Grâce à ses dialogues ciselés et son incroyable duo principal (Domhnall Gleeson et Merrit Wever sont au sommet) peu de séries m'ont autant fait rire et vibrer.

On sent très clairement l'implication de Phoebe Waller-Bridge (Fleabag) dans cette série, qui pour mémoire suit deux personnes qui décident de respecter un pari vieux de 15 ans et de fuir ensemble sur un coup de tête.

Silicon Valley

Elle aura peut-être duré une ou deux saisons de trop pour son propre bien, mais Silicon Valley n'en demeure pas moins un pilier de la comédie chez HBO.

Durant 6 saisons, le show suit un groupe de programmeurs en Californie alors qu'ils essayent de percer et de survivre dans le monde impitoyable de la tech.

Volontairement caricaturale et mêlant assez habilement des éléments fictionnels à d'autres bien réels de notre quotidien, la série jouit d'un casting assez solide et fait un véritable effort appréciable de cohérence autour de la technologie.

Succession

J'ai récemment rattrapé les 2 saisons de Succession et laissez moi vous dire que j'ai aujourd'hui très très hâte de retrouver ses personnages aussi riches que détestables dans la saison 3.

Nominée à raison à de nombreuses reprises aux Emmy Awards, la série m'a passionné grâce à son incroyable casting et aux nombreuses intrigues déployées autour de la puissante et richissime famille Roy qui se déchire depuis que son patriarche est malade.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas autant aimé détester des personnages, et nom de nom que ce show HBO propose certains des passages les plus gênants et aussi les mieux écrits que j'ai vus depuis un moment.

The Leftovers

Je repense soudainement à l'introduction de The Leftovers, et j'ai les larmes aux yeux. La série en 3 saisons de Damon Lindelof est de ce genre d'intensité rare.

Grâce à son scénario extrêmement poignant et régulièrement mystérieux, son casting impliqué et la musique entêtante de Max Richter, le show fait très souvent très mal, mais il le fait si bien.

Si vous n'êtes pas au fait avec le cœur de la série, l'intrigue se déroule quelques années après la mystérieuse disparition soudaine de 2% de la population. Ceux qui restent doivent apprendre à vivre sans leurs proches et je vous le dit tout net : comme eux, vous risquez de ne pas sortir indemne du visionnage.

The Newsroom

Je ne sais pas, en toute franchise, si The Newsroom a bien vieilli. J'ai le sentiment qu'aujourd'hui, en 2020, la série d'Aaron Sorkin a des chances d'être assez caricaturale et poussive dans ses dialogues et situations.

Mais au moment de sa sortie en 2012 il s'agissait d'une gigantesque claque, tant pour son véritable talent avec les mots que pour les intenses histoires réelles et fictives racontées au sein de la rédaction d'ACN durant 3 saisons.

Dotée d'un casting cinq étoiles, la série fait partie de mes favorites de la plateforme et je n'ose aujourd'hui pourtant pas la revoir au risque d'en ruiner mon excellent souvenir.

The Night Of

J'ai rarement autant aimé un début, un milieu et surtout une fin de série que dans le cas de The Night Of.

Cette mini-série suit l'arrestation et le jugement de Naz (incarné par l'incroyable Riz Ahmed dont je suis absolument fan depuis), un jeune américano-pakistanais accusé du meurtre d'une jeune fille à New York.

Ce qui fait principalement le sel de la série, c'est que grâce à un excellent sens de la narration, tout au long des 8 épisodes le spectateur ne sait pas s'il est coupable ou non. Egalement doté d'un casting secondaire très solide, le show m'a profondément marqué et je vous le recommande chaudement.

The Plot Against America

Assez injustement oubliée aux derniers Emmy Awards, The Plot Against America avait pourtant des arguments à faire valoir.

Cette mini-série en 6 épisodes de David Simon est une uchronie où Charles Lindbergh, aviateur américain sympathisant nazi, remporte la Maison Blanche face à Roosevelt. Le show suit alors le quotidien toujours plus compliqué d'une famille juive confronté à l'antisémitisme.

Avec son chouette casting (dont John Turturro que j'aurais pu mentionner pour The Night Of), son ambiance solide et son propos aussi fort qu'assez finement amené, la série fait partie des réussites de 2020.

Watchmen

Terminons cette sélection HBO avec, à l'inverse de The Plot Against America, celle qui a le plus été nominée aux Emmy Awards : Watchmen.

Chapeautée par l'homme à qui l'on doit Lost et la précédemment mentionnée The Leftovers, l'adaptation très libre du comics du même nom met pourtant un peu de temps à démarrer. Mais quand elle est partie, elle fait assurément partie des grandes.

Si vous voulez en savoir plus sur cette série sur laquelle il y a beaucoup de choses à dire, n'hésitez pas à faire une saut sur notre chronique complète ci-dessous.

Les meilleures séries venant d'ailleurs

Banshee

Si vous saviez comme j'ai hâte de lui consacrer une chronique complète. Banshee reste l'une des plus grosses mandales que j'ai prise ces dernières années. Et si beaucoup ont essayé depuis d'en copier le style pulp et la violence (Quarry, Jett…), peu sont parvenues à lui arriver à la cheville.

Durant 4 saisons l'intrigue s'intéresse à Lucas Hood (incarné par Antony Starr, depuis connu pour son rôle dans The Boys), un homme qui devient un peu malgré lui le shérif de la ville qui donne son nom au show.

Celle-ci est sans surprise un véritable nid à problèmes et action coup de poing côtoie personnages incroyables et passages dantesques à la réalisation et mise en scène enlevées. Une des meilleures séries de ces dernières années.

Counterpart

Egalement proposée du côté de Canal+ et Prime Video, Counterpart semble attirer les plateformes françaises et je ne peux assurément pas les en blâmer. Cette excellente série signée Starz est un petit bijou, surtout si vous appréciez l'acteur J.K. Simmons.

Mélange de thriller et de science-fiction, la série a été pensée dès le début pour durer deux saisons et c'est assez rare pour être souligné. Se déroulant à Berlin, le show suit notamment un employé d'un organisme gouvernemental qui se rend compte de l'existence d'un portail qui donne vers une version miroir de la capitale allemande.

Et je n'en dirai pas plus sur l'intrigue, puisque normalement votre curiosité doit déjà être titillée. Pour éventuellement plus d'arguments, notamment sur l'excellente réalisation du show, il y a une chronique complète au besoin.

Strike Back

Depuis Spartacus, Strike Back était sans la moindre hésitation mon principal plaisir coupable de ces dernières années. Durant 8 saisons aujourd'hui bouclées, la série initialement anglaise passée sous giron américain après sa première saison est un véritable festival d'action qui propose les cascades et gunfights les plus intenses et réalistes que j'ai jamais vus sur le petit et le grand écran.

Le spectateur y suit les missions des membres changeants de la Section 20, une branche militaire secrète chargée de missions à haut risque dans des endroits variés du globe. Si la première saison, un peu à part, n'est pas incroyable, les 2 à 5 sont les meilleures grâce à son duo principal, et les 6 à 8 mettent un peu de temps à parvenir à un niveau finalement tout à fait solide également.

Intense, dépaysante, régulièrement drôle, très bien mise en scène et tout simplement extrêmement divertissante, Strike Back ressemble au premier abord à une série bas du front mais je vous assure qu'elle a beaucoup à offrir à ceux qui recherchent un divertissement explosif qui ne se prend pas trop au sérieux (mais un peu quand même, il y a régulièrement des moments difficiles).

The First

Passons à quelque chose de beaucoup plus court et sérieux. Dans l'unique saison de The First, car aujourd'hui annulée par Hulu, il est question de suivre Sean Penn dans la peau d'un astronaute qui fait partie de la première mission humaine vers Mars (tiens, j'ai comme une impression de déjà-vu…).

Mais plutôt que de s'intéresser au voyage en lui-même, le show fait le choix de se concentrer sur les préparatifs sur Terre et surtout sur le lourd coût que ce voyage va avoir sur les personnes impliquées et leurs proches.

Forcément un peu lente puisque très portée sur le drame, la série n'en demeure pas moins très touchante grâce à ses personnages bien construits et j'en conserve un excellent souvenir. Et, pas de panique, malgré l'annulation la saison 1 se suffit très bien à elle-même.

The Handmaid’s Tale

Difficile de ne pas avoir entendu parler de The Handmaid's Tale (La Servante Écarlate) ces dernières années. Il faut dire que la série dystopique signée Hulu a un véritable talent pour glacer le sang en montrant ce qui pourrait arriver à la société si un jour la fertilité devait drastiquement baisser.

Si elle perd un peu de mordant et d'intérêt au fil de ses saisons, la série basée sur les écrits de Margaret Atwood n'en demeure pas moins un show de haute qualité, tant pour son propos que sa forme. Dotée d'excellents décors et costume, la série peut également compter sur une photo assez incroyable et sur des acteurs très convaincants.

Aussi nécessaire que hautement déprimante, cette série multi récompensée reviendra en 2021 pour une saison 4. Par ailleurs, une autre série basée sur la suite du roman original, The Testaments, est également en chantier.

Warrior

Je disais plus haut qu'aucune série n'était arrivé à égaler la qualité pulp de Banshee. Ce n'est pas totalement vrai. Avec son excellente ambiance et ses combats au corps à corps extrêmement bien chorégraphiés, Warrior (qui reviendra enfin en octobre pour une saison 2) y est parvenue.

Il faut dire que la série se déroulant à San Francisco dans les années 1870 a été créée par Jonathan Tropper, le co-créateur de… Banshee. Très clairement, cette série Cinemax centrée sur la guerre des Tongs et basée sur les écrits de Bruce Lee pourrait lui faire office de préquelle.

Le plus étonnant avec Warrior, c'est que ce n'est pas la meilleure série que j'ai pu voir en 2019, et pourtant c'est l'une de celles dont j'attends le plus le retour. L'excellent générique d'ouverture n'y est assurément pas pour rien.

Modifié le 24/08/2020 à 10h52
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K

Sur le même sujet

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top