Quel OS installer sur un Raspberry Pi ?

15 février 2019 à 11h00
0
Raspberry Pi 3
Phil's Mommy / Shutterstock.com

Nous savons désormais quelles sont les différences entre les derniers nano-ordinateurs de la fondation Raspberry et nous avons fait le tour des principaux accessoires à se procurer suivant votre projet ! Avant de passer à la pratique, il ne nous reste donc plus qu'à faire un petit tour d'horizon des meilleurs systèmes d'exploitation que l'on peut faire tourner sur un Raspberry Pi.

Il va être encore une fois être difficile d'en dresser une liste exhaustive, autant que de vous dire qu'elle est le meilleur d'entre eux. Il n'y a en effet pas d'OS idéal à proprement parler : tout dépend des applications que vous souhaitez mettre en œuvre, mais aussi de vos habitudes et de vos préférences. Sans plus attendre, voici les principaux systèmes d'exploitation qui ont retenu notre attention et auxquels nous aurons recours dans la suite de ce dossier.



Les distributions sous Linux


1. Raspbian


Basé sur la distribution libre Linux Debian, Raspbian est l'OS officiel que la fondation Raspberry a choisi de mettre en avant. Bien qu'on ne puisse pas établir un classement qualitatif des différents OS, Raspbian se trouve en pole position de notre liste, car c'est une distribution relativement simple à utiliser et qui a surtout été spécialement conçue et optimisée pour tourner sur un Raspberry Pi équipé d'un processeur ARM.

Raspbian logo

Raspbian est disponible dans plusieurs versions dont les principales sont désignées par les noms de codes Wheezy, Jessie et Stretch (la dernière version en date), respectivement basées sur Debian 7, 8 et 9. Raspbian possède en outre un panel de possibilités très larges. Optimisé pour être léger comme l'air - notamment grâce à son environnement de bureau LXDE -, il prend également en charge les connexions Bluetooth et Wi-Fi chères aux modèles 3e génération de Raspberry Pi. Cette distribution est par ailleurs livrée avec 35 000 paquets (des logiciels pré-compilés) à installer sur votre petite machine !

Enfin, dernier argument de choix et pas des moindres : en tant que système d'exploitation promu par la fondation, Raspbian bénéficie d'un très bon support et d'une grande communauté vers laquelle se tourner pour apprendre, partager ses expériences et aisément le prendre en main.



2. Ubuntu MATE 16.04


Développé par Canonical, Ubuntu est un système d'exploitation GNU/Linux open source qui jouit d'une très bonne réputation. Lui aussi basé sur l'architecture Debian, il est amplement utilisé pour les serveurs et autres solutions de cloud, pour les ordinateurs de bureau, mais aussi pour le Raspberry Pi grâce à sa version optimisée Ubuntu MATE qui, comme son nom l'indique exploite l'environnement de bureau MATE.

Ubuntu MATE

Créé par Rohith Madhavan et Martin Wimpress, Ubuntu MATE sera parfait pour ceux qui sont déjà rodés à l'utilisation d'Ubuntu, surtout que cette version pour Raspberry Pi reprend par exemple la procédure d'installation de package grâce à la commande apt-get.

Ubuntu MATE prend en charge le Wi-Fi ainsi que le Bluetooth et intègre nativement des logiciels tels que Firefox et LibreOffice. Attention : une carte SD de minimum 6 Go est requise pour l'installation. Les créateurs de cette OS recommandent aussi vivement d'utiliser une carte SDHC de classe 6 ou 10 afin de profiter de performances optimales.



3. Fedora


Fedora bénéficie d'une version alternative dont les paquets ont été compilés spécialement pour l'architecture ARM du Raspberry Pi. Son nom de code : Pidora. Parrainé par Red Hat, la célèbre entreprise de logiciel open source récemment rachetée par IBM, Fedora inclut de nombreuses fonctionnalités dans cette itération destinée au Raspberry Pi, notamment les langages C, Perl et Python, mais surtout un mode headless, c'est-à-dire un mode de fonctionnement sans écran, ni clavier ou souris.

pidora-logo-500px.png

Néanmoins, Pidora n'est pas un OS à conseiller aux débutants : son environnement de bureau et ses commandes sont bien différents des systèmes d'exploitation que nous avons l'habitude de rencontrer, comme les deux que nous avons cités ci-dessus, et se destinent plus à des utilisateurs expérimentés.



Les systèmes d'exploitation basés sous Linux ne s'arrêtent évidemment pas à cette petite liste. D'autres distros ont vu le jour depuis 2012 et sont parfois destinées à des activités bien spécifiques, à l'instar de Kali Linux qui s'attache à la sécurité informatique et permet notamment de réaliser des tests d'intrusions étendus grâce à 600 outils intégrés.

Parmi les autres OS Linux compatibles avec Raspberry Pi, on peut également citer Snappy Ubuntu Core, Arch Linux, Gentoo, openSUSE, ou encore la version ARM de Slackware.

Windows 10 sur Raspberry Pi ?


Windows 10 IoT Core


Ne vous emballez pas trop vite : la version de Windows 10 développé par Microsoft pour le Raspberry Pi n'a absolument rien à voir avec le système d'exploitation que vous connaissez déjà et utilisez peut-être quotidiennement.

Windows 10 IoT Core Insider Preview Default app

En effet, comme son nom l'indique Windows 10 IoT Core se destine à l'Internet des Objets et à la programmation. Il permet aux développeurs de créer des applications sur leur PC via l'environnement de travail de Windows 10 (Azure, Visual Studio) afin de les exécuter sur le Raspberry Pi. Son interface est très minimaliste et ne s'apparente pas à ce à quoi on peut s'attendre, mais reste une très bonne solution pour les développeurs.



Windows 10 on ARM sur Raspberry Pi 3 ?


Avec le déploiement de Windows 10 on ARM pour la toute nouvelle génération d'ordinateur portable équipé d'une puce ARM, Microsoft dote son OS d'un caractère multiplateforme. Il semblait donc assez logique qu'un bidouilleur chevronné tente de trouver un moyen pour faire tourner cette nouvelle déclinaison de Windows 10 sur un Raspberry Pi, ce dernier étant équipé d'un processeur ARM.

windows 10

Toutefois, le modèle le plus puissant de Raspberry, le Pi 3 B +, est bien loin de rivaliser avec les performances d'un ordinateur portable équipé d'un processeur Snapdragon de dernière génération. Le processeur ARM Cortex A53 cadencé à 1.4 GHz du Pi 3 B +, ainsi que sa mémoire RAM de 1 Go et son GPU double cœur à 400 MHz font tourner aisément des OS basés sur Linux, ceux-ci étant en règle générale optimisé pour fonctionner sur un Raspberry Pi, mais même la version allégée Windows 10 on ARM requiert plus de puissance pour fonctionner de manière stable.

C'était sans compter sur le développeur Jose Manuel et toute une équipe de programmeur, qui ont réussi à adapter Windows 10 on ARM (WoA) sur le célèbre nano-ordinateur de la fondation Raspberry et ont également mis au point un outil pour installer facilement l'image de Windows 10 ARM64 sur la carte SD du Raspberry Pi.

À l'heure actuelle ce système reste tout de même assez demandeur en termes de performance et vous risquez d'être très rapidement limité dans vos usages, même pour effectuer des tâches qui paraissent simples sur un ordinateur de bureau. Néanmoins, c'est une belle démonstration de ce que l'on peut faire avec un Raspberry Pi quand on ose mettre les mains dans le cambouis !

Si vous souhaitez tester Windows 10 ARM64, il vous suffit de vous rendre sur la page officielle de GitHub, télécharger l'image et suivre les instructions. Notez qu'il vous faudra au minimum une carte SD de 16 Go ainsi qu'un Raspberry Pi modèle 3 B ou 3 B +.

Les distributions conçues pour le multimédia


1. OSMC


Open Source Media Center (OSMC) est une distribution basée sur Debian ainsi que sur le media center . Il s'agit là certainement d'une des solutions multimédia les plus simples à utiliser, puisqu'elle a été créée pour des utilisateurs qui n'ont pas forcément de connaissances approfondies de Linux.

OSMC

Bien que OSMC soit initialement conçu pour tourner sur la Vero 4 K (une box multimédia qui gère et décode les flux HDR et H.265), il convient parfaitement à une utilisation multimédia du Raspberry Pi. OSMC vous permettra d'accéder à vos contenus multimédias de tous formats (vidéo, audio, image) via vos espaces de stockage connectés au Raspberry Pi, sur votre réseau local ou sur Internet (YouTube, Twitch, etc.). Pour une installation simple et rapide, OSMC est disponible via l'utilitaire NOOBS que vous pouvez retrouver sur le site de la fondation Raspberry.



2. OpenELEC / LibreELEC


À l'instar d'OSMC, OpenELEC est une distribution Linux facile à utiliser qui intègre le lecteur multimédia Kodi. Toutefois, il n'est aujourd'hui plus conseillé d'avoir recours à OpenELEC, dont les mises à jour se font rares, et de préférer son fork : LibreELEC.

LibreELEC

La dernière version de LibreELEC permet, entre autres, de lire des contenus ou Amazon.



Les distributions pour le retrogaming


1. Recalbox


Distro basée sur Linux et destinée à l'émulation de jeux vidéo, Recalbox a été créé par un développeur français connu sous le pseudonyme de DigitalLumberjack. Avec ses nombreux émulateurs (plus de 50 systèmes et 40 000 jeux compatibles), Recalbox permet de transformer votre Raspberry Pi en une véritable console de jeux ou borne d'arcade.

Recalbox

Il prend en charge de nombreuses manettes de jeux et intègre aussi nativement le media center Kodi.



2. RetroPie


Sur le même modèle que Recalbox, RetroPie permet de retomber dans l'enfance en jouant à des milliers de jeux sur plus de 50 systèmes différents avec le logiciel EmulationStation. RetroPie s'appuie sur Raspbian et RetroArch et est entièrement configurable avec une simple manette. Bien que Kodi ne soit pas présent nativement sur RetroPie, il est possible de l'installer par la suite.

RetroPie


RetroPie et Recalbox sont les deux solutions de retrogaming que l'on rencontre le plus souvent sur Raspberry Pi. Il en existe cependant d'autres qui valent la peine qu'on s'y intéresse, citons notamment Lakka dont l'interface graphique ne déplaira pas à ceux qui jouent sur PS3, mais aussi PiPlay, ou encore ChameleonPi.
Modifié le 06/04/2019 à 15h32
Cet article vous a été utile ?
3 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top