Heartbleed : retour sur la vulnérabilité qui agite le Web

09 avril 2014 à 11h40
0
Une vulnérabilité critique a été découverte hier, laquelle est susceptible de toucher la majorité des internautes. Baptisée Heartbleed, celle-ci exploite une faille au sein d'OpenSSL.

Afin de sécuriser les échanges sur Internet, il existe le protocole SSL et son successeur TLS, notamment utilisé pour les paiements en ligne. SSL et TLS sont eux-mêmes associés au protocole HTTP afin de chiffrer les transferts. Côté serveur, OpenSSL est une implémentation parmi d'autres (GnuSSL, NSS, YaSSL) du protocole TLS, c'est également la plus utilisée et celle présentant une vulnérabilité majeure.

Cette vulnérabilité, découverte par une équipe d'ingénieurs indépendants et Neel Mehta de Google Security, a notamment affecté les services Yahoo!, Tumblr ou encore Lastpass. A l'heure actuelle ces sites ont toutefois pris des mesures pour être moins vulnérables.

01F4000007290466-photo-heartbleed.jpg


Les origines du bug



Dans les versions 1.01 et 1.02 bêta du protocole TLS, l'extension heartbeat présente un bug. Concrètement celle-ci permet de garder une connexion sécurisée ouverte avec le serveur. Pour ce faire, une requête (baptisée heartbeat) est envoyée de manière périodique entre l'internaute et le serveur. Celle-ci évite de devoir ré-établir la connexion TLS et permet de s'assurer que la session est toujours en cours.

Cette requête est constituée de diverses données parmi lesquelles nous retrouvons un payload (ou témoin) ainsi les informations portant sur le payload lui-même et notamment son poids. Ces informations sont directement stockées dans la mémoire du serveur distant et ce dernier retournera ces mêmes données vers l'ordinateur de l'internaute.

Fonctionnement de l'attaque



Toutefois, une personne malintentionnée pourrait facilement concevoir un payload et par exemple spécifier que ce dernier pèse plusieurs dizaines de kilos octets lorsqu'il ne fait en réel que 2 ou 3 octets. Ce dernier transitera ainsi jusqu'à la mémoire du serveur, et plutôt que de procéder à une réelle vérification sur la taille du témoin, ce dernier reprendra simplement les informations spécifiées dans le payload. Jusqu'à 64ko de données pourront ainsi être retournées vers le hacker.

Puisqu'il s'agit d'un serveur OpenSSL, ce dernier est amené à héberger des données sensibles stockées au sein de sa mémoire. La personne malintentionnée peut ainsi se retrouver en possession de mots de passe, de numéros de cartes bancaires mais également des clés ayant servi à chiffrer et déchiffrer le trafic depuis et vers le serveur, par exemple pour analyser les communications précédentes effectuées vers le serveur.

01F4000007290528-photo-heartbleed.jpg


Quelle solution ?



Il existe un moyen d'atténuer ce type d'attaque en faisant usage de l'option Perfect Forward Secrecy au sein d'OpenSSL. Dans ce cas, si un hacker récupère les clés de chiffrement il ne sera pas en mesure de déchiffrer les informations précédemment récupérées.

L'EFF, l'Electronic Frontier Foundation, explique par exemple que si quelqu'un a intercepté les emails chiffrés en HTTPS d'un internaute pendant plusieurs années et a récupéré les clés de chiffrement via la vulnérabilité Heartbleed, il serait en mesure de l'exploiter pour déchiffrer les données précédemment récupérées.

Yahoo et Tumblr ont corrigé cette faille. D'autres sites ayant implémenté OpenSSL sans avoir activé Perfect Forward Secrecy peuvent être encore affectés. Rendez-vous sur cette page pour tester leur niveau de sécurité.

A lire également :
Jean-Yves Faurois, Keynectis : "C'est l'industrie bas de gamme du SSL qui a ete piratee"


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top