Juniper présente OpenContrail, son SDN open source

Par Thomas Pontiroli
le 17 septembre 2013 à 17h36
0
L'équipementier en télécommunications Juniper annonce son offre de virtualisation des réseaux, résultant de l'achat de Contrail fin 2012. Laquelle est assortie d'une licence open source.

0104000003411480-photo-juniper-logo.jpg
Le temps est venu pour Juniper Networks de mettre ses équipements réseaux au cloud. L'américain annonce en ce sens sa solution de virtualisation des réseaux, ou Software-defined network (SDN).
Baptisé logiquement Contrail, ce SDN provient du rachat de la société du même nom opéré en décembre 2012 pour 176 millions de dollars.

Cette opération avait suivi le rachat par Cisco de Cariden pour 141 millions de dollars, lequel office aussi dans le SDN. En avril 2013 c'est Alcatel-Lucent qui se mettait à la virtualisation des réseaux en créant une start-up dédiée, Nuage Networks. Juniper se devait de réagir afin de mettre un pied dans un marché qui selon IDC devrait passer de 360 millions de dollars en 2013, à 3,7 milliards de dollars en 2016.

« Les entreprises cherchent des moyens plus efficaces pour concevoir des clouds afin d'améliorer leur souplesse de déploiement d'applications. Cependant, la mise en réseau traditionnelle n'a pas suivi le rythme et reste encore manuelle et complexe. Contrail virtualise le réseau, dote l'hyperviseur de fonctionnalités réseau avancées et s'intègre avec les systèmes d'orchestration du cloud afin d'automatiser et de coordonner les plateformes cloud en toute transparence » explique Juniper.


Une licence Apache 2.0

La solution repose sur le moteur Junos V Contrail, comprenant un contrôleur SDN, un routeur virtuel et un moteur d'analyse, et s'intègre au pare-feu maison Firefly Perimeter. L'architecture se veut standardisée et compatible avec plusieurs hyperviseurs et plateformes d'orchestration du cloud dont CloudStack et OpenStack. Après avoir été testé auprès de 40 clients, Juniper annonce la disponibilité de Contrail sous licence logicielle, à 1 700 dollars par poste ou sur abonnement pour 1 000 dollars annuels par poste.

Juniper annonce en second lieu le libre accès à la bibliothèque de codes sources de Contrail via OpenContrail. Cette initiative peut surprendre dans un univers où les technologies sont propriétaires. Sous licence Apache 2.0, OpenContrail est gratuit et permet aux développeurs d'expérimenter le SDN de Juniper de façon à ce qu'il « réponde précisément aux besoins des entreprises », souligne la société.

Pour Ankur Singla, vice-président et directeur général SDN de Juniper, cette initiative « accélérera l'adoption des SDN et stimulera l'innovation dans ce secteur en créant une approche plus ouverte et transparente ». Notons que si la couche logicielle passe au libre, la couche physique reste propriétaire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top