Apple est poursuivi en justice pour monopole sur la fonctionnalité tap-to-pay de ses iPhone

19 juillet 2022 à 17h55
3
Apple Pay © Shutterstock
© Shutterstock.com

Apple est une nouvelle fois attaquée sur le manque d'ouverture du NFC de l'iPhone, utilisable seulement par Apple Pay pour le paiement mobile.

L'étau se resserre une fois de plus autour de la firme à la pomme et de ses pratiques jugées anticoncurrentielles par bon nombre de régulateurs, mais aussi d'entreprises.

Apple accusée une nouvelle fois de verrouiller ses appareils pour privilégier Apple Pay

La dernière plainte en date vient d'être déposée par Affinity Credit Union, une société située dans l'Iowa et qui délivre des cartes de paiement, compatibles d'ailleurs avec Apple Pay.

Les avocats de l'entreprise estiment qu'Apple s'arroge le droit d'utiliser la puce NFC des iPhone pour favoriser son système de paiement mobile Apple Pay. En effet, il n'est pas possible pour un Google Pay ou PayPal d'utiliser le composant pour proposer leurs propres solutions de paiement.

Affinity Credit Union explique également dans sa plainte qu'Apple prélève à chaque opération une commission allant jusqu'à 0,15 % du montant du paiement. À l'inverse, ses compétiteurs ne lui facturent rien lors d'un paiement Apple Pay depuis un appareil sous Android.

Une plainte qui s'ajoute à l'enquête ouverte par la Commission européenne

Ce n'est pas la première fois qu'Apple est accusée de créer un monopole autour d'Apple Pay. La Commission européenne se penche notamment sur le sujet. Pour cela, elle a ouvert début mai 2022 une enquête pour déterminer si le constructeur restreignait l'accès aux fonctionnalités de ses appareils dans le but de privilégier sa solution de paiement maison. La marque californienne risque d'ailleurs une amende maximale qui équivaut à 10 % de son chiffre d'affaires mondial.

Le cabinet d'avocats Hagens Berman qui représente Affinity Credit Union a de son côté manifesté le souhait de transformer la plainte en class action afin que d'autres sociétés de paiement se joignent à eux. L'objectif serait d'obtenir le remboursement des frais qui auraient été prélevés illégalement, mais aussi une modification de la politique d'Apple et des conditions générales d'Apple Pay.

Un juge doit désormais statuer sur cette demande pour valider le passage de la plainte en class action. Le cabinet d'avocats peut néanmoins être confiant, puisque ce n'est pas son premier combat engagé contre Apple. Il avait notamment réussi à obtenir le paiement de 100 millions de dollars auprès de développeurs qui protestaient contre les conditions générales de l'App Store, et de 400 millions de dollars remboursés aux clients après avoir prouvé que le constructeur s'était entendu avec plusieurs éditeurs pour faire grimper les prix sur sa plateforme.

Source : The Verge

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
HAL1
À l’inverse, ses compétiteurs ne lui facturent rien lors d’un paiement Apple Pay depuis un appareil sous Android.<br /> Un paiement Apple Pay depuis Android ?
MisterDams
Comme d’hab, on va nous dire que c’est une raison de sécurité…
pecore
Ben techniquement c’est pas faux, ça ne coute rien puisque ça n’existe pas.<br /> Ils sont forts ces avocats.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La publicité arrive sur Disney+ via un nouvel abonnement (et le prix fait mal)
Le LattePanda 3 Delta disponible hors Kickstarter : un
Pour gagner en stockage en ligne, cette offre signée pCloud est idéale
La mémoire Micron GDDR6X à 24 Gbps entre en production de masse
La DDR5-6000
Stadia permet à ses joueurs de streamer un jeu en petit comité
Cet ancien employé de Twitter espionnait les utilisateurs pour le compte de l'Arabie saoudite
Cyberharcèlement : en Europe, les parents protègent moins leurs enfants que dans le reste du monde
Apple déploie la 3e bêta publique d'iOS 16, d'iPadOS 16 et de macOS Ventura
Google veut faire de votre TV votre coach sportif
Haut de page