Test Asus VivoBook S14 (S412UA) : l’ultrabook milieu de gamme qui a tout d’un grand

05 juin 2019 à 11h42
0
La note de la rédac
Il y a quelques semaines nous testions l'ultraportable ZenBook 14, un PC haut de gamme très séduisant mais demandant un budget conséquent. Bonne nouvelle, Asus possède aussi dans ses rangs le VivoBook S14, très similaire mais destiné au milieu de gamme. Conçu pour les étudiants et les jeunes actifs, cet ultraportable saura-t-il se démarquer dans un marché déjà bien rempli ? Réponse à la fin de ce test.

Asus, constructeur taïwanais bien connu des technophiles, renouvelle son VivoBook. L'objectif : proposer un ordinateur ultraportable efficace, taillé pour la mobilité et bien entendu relativement abordable. En bref, comme tout le monde en milieu de gamme...

La marque asiatique dispose toutefois d'un certain savoir-faire dans le domaine. Mieux encore, elle n'hésite pas à tenter quelques innovations. On pense ainsi au fameux NumPad qui transforme le pavé tactile en pavé numérique sur le ZenBook 14 ou encore le double écran du ZenBook Pro Duo aperçu au Computex 2019.

La bonne nouvelle, c'est que le VivoBook S14 profite de cette volonté d'innovation. Il reprend ainsi le NumPad sur toutes ses configurations. Il y en a d'ailleurs un bon nombre, avec des dénominations pas forcément parlantes.

Pour ce test, la marque nous a prêté le modèle avec un processeur Intel Core i5-8250U, 8 Go de RAM et 512 Go de SSD. On le trouve sur le net aux environs de 699€. Le reste de la gamme s'étend de 499€ à 999€, avec des processeurs i3 et i7 et un emport de RAM jusqu'à 16 Go. Il y a donc de quoi satisfaire la plupart des utilisateurs qui ne peuvent pas se permettre de dépenser plus de 1000€ dans un ultrabook.

Maintenant que les présentations sont faites, il est temps de passer à notre décorticage du VivoBook S14. Suivez le guide !


Design


On prend les mêmes et on recommence : tel doit être l'adage qui fut appliqué lors de la conception du VivoBook S14. Ce qui n'est finalement pas une mauvaise chose, surtout quand le design ressemble fortement à celui de l'excellent ZenBook 14.

VivoBook S14 - vue globale

Notre appareil de test reprend ainsi les grandes lignes de son homologue haut de gamme, tout en faisant bien entendu quelques concessions. L'ultrabook taïwanais est ainsi épais de 19.9 mm pour un poids de 1.5 kg. On reste sur un format relativement compact étant donné la gamme de prix. L'engin est majoritairement conçu avec du plastique, sauf sur le dessus du capot qui est en aluminium. Si l'ultraportable parait bien assemblé, il risque cependant de vite se détériorer en cas de chute. La partie écran plie d'ailleurs assez facilement, évitez donc de déplacer le portable en ne saisissant que celle-ci. Notons qu'il est possible de rajouter de la RAM grâce à un port laissé libre sur la carte-mère. Un bon point pour la longévité de cet ultraportable !

VivoBook S14 - Capot
VivoBook S14 - Coque

Une fois l'appareil ouvert, on retrouve avec plaisir l'écran NanoEdge. Les bordures très fines permettent à la dalle de recouvrir environ 87% de la façade, ce qui n'est pas un mince exploit compte tenu du placement tarifaire du VivoBook S14. Visionner des contenus se révèle très agréable sur cet ultraportable.

VivoBook S14 - Ecran NanoEdge

Le clavier à charnière ErgoLift est lui aussi de la partie. Tout comme sur le ZenBook, il est légèrement surélevé - de 2° ici - afin de masquer le menton sous l'écran. Les touches sont plus espacées et arrondies que sur le modèle haut de gamme. La frappe se révèle très agréable, ce qui rentre bien dans la cible “étudiants et jeunes actifs”. Le clavier chiclet écope toutefois des mêmes défauts que sur le ZenBook, à savoir des flèches et touches de fonctions trop étriquées, ainsi que le bouton d'alimentation pas forcément placé de façon judicieuse. Le tout est cependant rattrapé par un rétro-éclairage sur trois niveaux très efficace.

VivoBook S14 - Clavier ErgoLift

Le pavé tactile reprend de son côté la technologie NumPad. D'un simple appui sur le bouton dédié, un pavé numérique rétro-éclairé apparaît. Il remplace à merveille le pavé physique qu'on trouve sur les portables de plus de 15”. Il fonctionne de plus très intelligemment, sachant quand vous l'utilisez pour bouger la souris ou pour rentrer des valeurs numériques. Un autre bon point qui démarque le VivoBook de ses concurrents.

VivoBook S14 - NumPad

On termine ce tour de la partie design avec la connectique. Cette dernière est bien fournie, comprenant deux ports USB-A, un USB-C, un port micro-SD et un HDMI plein format. Même la prise casque est présente. Seul bémol : la charge se fait via un port propriétaire, alors qu'il n'aurait pas été impossible de privilégier un second port USB-C. C'est néanmoins très complet. La plupart des utilisateurs devraient y trouver leur compte.

VivoBook S14 - Connectique 1
VivoBook S14 - Connectique 2

Le VivoBook S14 offre donc une très bonne impression dès les premières minutes. Même si on sent les concessions réalisées dans sa conception, il se révèle très bien doté pour un ultraportable milieu de gamme. Espérons juste que le roman soit aussi bon que le laisse entrevoir sa couverture !

Ecran


Ce qu'il y a de sympa dans le milieu de gamme, c'est que beaucoup de constructeurs font l'impasse sur les dalles tactiles. On se trouve ainsi avec des écrans sans reflets, ce qui est bien plus agréable pour un usage nomade.

Le VivoBook S14 arbore ainsi une dalle IPS matte de 14” sans reflets. Sans surprise, la définition est en Full HD, soit 1920 x 1080 px. C'est largement suffisant pour effectuer des tâches bureautiques ou regarder des vidéos.

VivoBook S14 - Ecran

Nous reprocherons toutefois à l'écran de l'ultrabook d'Asus des couleurs un peu trop froides avec un petit manque de contrastes. La luminosité semble aussi un peu trop limitée pour un usage en extérieur ou un milieu trop éclairé. Rien de bien dramatique compte tenu du placement tarifaire de l'engin.

Performances


Pour ce test, nous avons récupéré un VivoBook S14 doté d'un processeur Intel Core i5-8250U avec 8 Go de RAM et un SSD de 512 Go. En gros, c'est le milieu de gamme du milieu de gamme VivoBook.

Vous remarquerez que cette version n'embarque pas de GPU, contrairement au modèle avec Core i7 qui est doté d'une carte graphique Nvidia GeForce MX150. Mais la facture n'est pas la même dans ce cas-là !

Notre exemplaire de test aura su faire montre de bonnes performances pour les tâches basiques. Soumis à du traitement de texte et de la navigation web en grande majorité, le petit ultrabook d'Asus s'en sort à merveille. Le ventilateur reste inaudible 99% du temps. Le PC ne chauffe presque jamais, ce qui permet de l'utiliser sur les genoux en tout confort.

Bien entendu, il faut savoir se modérer. Le VivoBook S14 n'est pas conçu pour les tâches ardues. N'essayez pas de jouer à Rage 2 avec lui, ni même retoucher une vidéo 4K de 50 Go !

VivoBook S14 - Haut-parleurs

En revanche, vous n'aurez aucun souci à faire de la bureautique légère, visionner des vidéos ou naviguer sur le web en toute fluidité. Le format 16:9 de l'écran se prête d'ailleurs bien aux vidéos. Dommage que les haut-parleurs situés sous la coque ne soient pas exceptionnels. Privilégiez un bon casque Bluetooth comme le Sony WH-1000 XM3 pour vraiment profiter de vos films et séries préférés.

Autonomie


Pas besoin de dépenser 1500€ pour profiter d'un ultrabook endurant. Le VivoBook S14 fait montre d'une autonomie d'excellente facture au quotidien. Nous l'avons utilisé comme notre PC classique durant plusieurs jours, à savoir avec une majorité de traitement de texte, de l'écoute sur Spotify en fond et quelques vidéos à la pause. Etant en intérieur, nous avons laissé l'écran à environ 40% de luminosité.

Dans ces conditions, l'ultrabook d'Asus est capable de tenir environ 8h, soit une bonne journée de travail. Il arrive même à faire mieux que d'autres appareils plus onéreux. Encore une fois, un étudiant y trouvera son bonheur.

VivoBook S14 - Chargeur

Pour ce qui est de la charge, Asus clame fièrement assurer un rechargement de 60% en 49 minutes. Qu'à cela ne tienne, nous avons réalisé le test. En 49 minutes, notre exemplaire de test a récupéré 58% de batterie. C'est un tout petit peu moins qu'annoncé, mais ça reste suffisamment rapide pour refaire le plein à la pause repas et tenir jusqu'en fin de journée au besoin.

Une fois de plus, le VivoBook a su nous séduire en proposant une autonomie de vainqueur. Il pourra accompagner les utilisateurs les plus exigeants tout au long de leur journée. Dommage toutefois que la recharge s'effectue au travers d'un port propriétaire.

Asus VivoBook S14 (S412UA) : le verdict de Clubic


Le milieu de gamme est souvent aléatoire. Vous pouvez tomber aussi bien sur une bonne surprise que sur une grosse déception. Heureusement, le VivoBook S14 (S412UA) fait partie des bonnes surprises.

Il offre tout ce qu'on peut attendre - et même plus - d'une machine entre 500€ et 1000€. Compact, léger, discret, endurant : que demander de plus ? Oui, les plastiques sont assez grossiers, mais le design reste élégant. L'écran NanoEdge n'est pas non plus des plus équilibrés ou des plus lumineux, mais il fait toutefois son travail.

En fait, on a beau chercher, il est difficile de trouver de gros reproches à faire à l'ultraportable d'Asus. Une personne qui cherche un petit appareil taillé pour la bureautique, facile à transporter, y trouvera largement son bonheur. Quant aux plus fortunés, ils se tourneront vers le ZenBook 14 dans le haut de gamme.

Asus VivoBook S14 (S412UA)

Les plus
+ Très bon rapport qualité/prix
+ Bordures NanoEdge très fines
+ Pavé NumPad original et pratique
+ Excellente autonomie
+ Connectique très complète
Les moins
- Dalle qui manque de luminosité et de contraste
- Coque en plastique qui semble fragile
- Port de charge propriétaire
Conception
Performances
Ecran
Autonomie
Audio
3.5

Modifié le 06/06/2019 à 11h41
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top